Archives par mot-clé : collectif

Le Monopoly© de la recherche

J’ai assisté jeudi dernier aux oraux de l’UE « Sciences et Société : éthique et communication scientifiques« , comptant pour une partie de l’évaluation des étudiants, futurs chercheurs en biologie ou futurs enseignants en SVT1, sur ce cours de tronc commun qu’ils avaient suivi au cours du premier semestre de l’année universitaire.

Nous leur demandions d’abord de construire un dossier d’une dizaine de pages, visant à parcourir les grandes lignes d’une problématique science-société, mais aussi et peut-être surtout à comprendre les enjeux d’une parole située, référencée, et problématique, sur une question mettant en lien leur futur métier, ou la science de manière plus générale et la société  dans laquelle ils vivent en tant qu’individus. Il leur était ensuite demandé à l’oral de construire un projet dont il s’agissait, pour l’exercice, d’envisager de manière la plus précise possible la concrétisation. La réalité d’une mise en œuvre de ce projet par la suite n’entre pas dans l’évaluation.

L’oral consiste en une présentation, bien sûr, mais également en un temps de discussion, qui s’engage à partir des questions suscitées par leur rapide présentation.

Il m’a semblé que ce temps d’échange pouvait constituer un moment privilégié, pour revenir sur les fausses évidences maniées par les étudiants au cours de la présentation : « la vraie science », « la bonne vulgarisation », « l’objectif principal de la recherche », etc. Autant de jugements de valeur implicites que je leur demandais d’expliciter. Un moment potentiel de réflexivité donc, sur leurs postulats de départ sur lesquels j’avais déjà essayé d’attirer leur attention au moment de l’écriture des dossiers :

« Voici quelques questions auxquelles je vous demande de répondre afin de préciser le sujet que vous allez traiter dans le dossier, et donc avant de partir dans la rédaction :

« – […]

– Êtes-vous partis avec des postulats de départ que vous n’avez pas démontré ni observé, et si oui lesquels ?

– […] »

Par définition, il est difficile de prendre conscience des implicites depuis lesquels on part. Je m’imaginais plutôt leur laisser comprendre qu’il ne pouvait en être autrement : ils composeraient quoi qu’il arrive avec des fausses évidences. Le savoir et y être attentif pourrait peut-être aiguiser leur regard ?

Les oraux étaient très intéressants, variés et ont démontré l’imagination et la créativité des étudiants. Le recul critique, l »engagement et la motivation à se décentrer de certains2.

Cette année a vu notamment naître plusieurs jeux de société, basés parfois sur la compréhension, par les étudiants, des relations science-société telles qu’ils se les étaient formulés pour le dossier écrit.

Un de ces jeux, dont la présentation était au demeurant bien construite et la conceptualisation déjà assez poussée, m’a laissée perplexe. J’espère que s’il lit ce billet, l’étudiant à l’origine de ce projet m’excusera de saisir cette perplexité comme une occasion de réfléchir aux modes d’appropriation de normes et de valeurs de la recherche par la formation dont il est issu. Formation dont je viens également.

Appréhender le métier de chercheur en biologie

L’objectif de ce jeu de société imaginé est de permettre aux participants d’appréhender « la réalité du fonctionnement de la recherche ». Notons d’emblée qu’il s’agit en fait d’une réalité perçue par l’étudiant, et que c’est justement cela qui est intéressant : en Master, les étudiants n’ont encore que très peu éprouvé la pratique de recherche, lors d’un stage court de Licence (2 mois). Autre point notable : les joueurs incarnent des chefs d’équipe et non pas des étudiants en stage ou des doctorants, situation plus proche de l’actualité des étudiants concepteurs du jeu3 .

Prenez un plateau. Des préoccupations présidant au jeu : un budget et du temps à gérer. Et un objectif : « Avoir un H-index de 50 ou plus ».

Source : wikipédia

Le H-index en question est figuré par un logo, représentant la lettre « H » entouré d’un halo, laissant supposer que celle-ci brille, sur un fond de publications amassées les unes sur les autres : serait-ce le Saint Graal de la recherche ?

Ainsi, avant même d’avoir l’expérience vécue du laboratoire, dans la formation même, par les critères que les étudiants héritent de leurs enseignants et encadrants, eux-mêmes chercheurs, certains semblent s’être déjà totalement approprié des normes de publication et d’évaluation de la recherche, non seulement en tant que critères de reconnaissance par les paires des travaux de recherche menés, mais aussi comme critère de choix des laboratoires dans lesquels ils effectueront leurs stages. Si cette compréhension précoce des « règles du jeu » correspond effectivement à des enjeux de publication pour les stagiaires et plus particulièrement pour les doctorants, devant nécessairement publier en cours de thèse, le fait de constituer a priori un critère quantitatif comme le H-index en tant qu’objectif principal de la recherche, qui plus est de la « bonne » recherche », pose question…

Que signifie faire de la recherche ? Quels sont les objectifs de la recherche ?

Que le jeu imaginé par cet étudiant représente une certaine forme de réalité, soit. Il montre en particulier une compréhension notable du fonctionnement par projet de la recherche et de ses implications. Qu’il soit assez frappant de voir ainsi des valeurs de la recherche incorporées et relayées, vous en conviendrez (?). Mais là où je m’inquiète vraiment c’est au moment où interviennent les cartes « Évènements ». Je reformule sûrement un peu, mais la teneur en était à peu près la suivante :

« Vous tirez une carte « Congé maternité », qui vous pénalise, réduisant l’efficacité de l’équipe sur le projet. »

Et quelque part j’entendais « Allez en prison, ne passer pas par la case départ, ne recevez pas 20 000 francs ».

Je crois que je n’étais pas seulement perplexe. Je comprenais de nouveau, grâce à cet étudiant, à quel point il semble falloir accepter que la rentabilité, l’efficacité, la concurrence sur les projets soient au centre de certains (la plupart ?) modes actuels de recherche en biologie pour souhaiter encore la pratiquer. Sans compter les situations discriminantes et insupportables que ces valeurs (au sens de ce qui est prôné) font naître, comme, semble-t-il, dans tout système où la compétition et la production deviennent le centre des objectifs d’un projet commun.

Et vous, si vous aviez à imaginer un jeu simulant la pratique de la recherche, quel en serait le but ? Comment gagnerait-on ?

S’agirait-il d’un jeu de compétition ou de collaboration ?

Réaliste ou idéaliste ?

  1. Principaux métiers vers lesquels s’orientent les étudiants après le Master Biosciences qu’ils suivent. []
  2. Ce ne sont pas bien sûr les valeurs des étudiants qui sont évaluées, mais bien leur capacité à prendre un recul critique sur leurs idées, leurs opinions de départ. []
  3. Les étudiants préparent leur oral à deux, de la même manière qu’ils écrivent leur dossier en binôme, mais passent individuellement à l’oral. []

A travers champs – Trajectoire et témoignage

A travers champs : à l’opposé de la recherche buissonnière, l’enrichissement de la démarche réflexive par l’altérité disciplinaire.

Ce billet reprend quelques éléments de mon intervention du 16 novembre 2011 dans le cadre de la deuxième journée d’étude « Trajectoire et Témoignage ». Il endosse le statut de « réflexion en cours », comme chacun des retours de journées d’étude ou des suites données à une intervention, présentés dans ce carnet.

« Cette deuxième journée d’étude, organisée au Centre Norbert Elias (École normale supérieure de Lyon, salle n° 2, bât. de l’IFE), le 16 novembre 2011, relève d’un cycle destiné à approfondir et partager une réflexion collective sur l’heuristique du témoignage dans la recherche en sciences humaines et sociales. Quelle que soit la discipline, le témoignage prend place, au moment du recueil comme au moment de l’analyse, à différents niveaux logiques et méthodologiques non exclusifs qui, souvent, sont entremêlés et « débordent » les uns sur les autres sans nécessairement que cela fasse l’objet d’une interrogation spécifique. Sans tenter de réduire la diversité des formes et des contextes, les journées d’étude Trajectoire et témoignage ont l’ambition d’explorer l’articulation de ces différents niveaux, leur fonctionnement et les démarches par lesquelles on peut les expliciter, grâce à l’éclairage de plusieurs approches disciplinaires. »

La première journée s’est déroulée le 28 juin 2011 et la troisième journée aura lieu le 24 janvier 2012. Ces trois journées donneront lieu à une publication collective.

Photo : Pauline Krähenbül / © Tous droits réservés

Heuristique de l’interrogation collective du témoignage et de ses modalités d’analyse

Ainsi que l’a présenté Sarah Cordonnier, il s’agissait par cette introduction, que nous faisions à quatre voix, d’essayer de rendre compte, et de partager avec les participants à la journée d’étude de novembre 2011, la dynamique, les apports et les interrogations que nous portons dans des rencontres régulières, sorte de « mini-séminaires » que nous mettons en place Sarah Cordonnier, Bernard Bensoussan, Joëlle Le Marec et moi-même afin de préparer ce cycle Trajectoire et Témoignage.

Dans le cadre de cette journée d’étude, et en écho avec le travail mené dans nos rencontres préparatoires, il me paraissait d’abord intéressant de discuter la question de ce que l’on constitue en données signifiantes dans le témoignage, de ce que nous considérons comme les « moments » du recueil et comment nous les circonscrivons :  comment définit-on ce qui relève du « cadre » et du « hors cadre » ?

Je m’arrête principalement sur l’une des formes possibles du témoignage, qui n’est bien sûr pas la seule, celle de l’entretien. Par « hors-cadre » j’entends tout ce qui est en dehors de la transcription, c’est-à-dire ce qui est généralement considéré comme étant en dehors du « moment » de l’entretien, et qui donne pourtant à la situation d’entretien sa signification, pour l’enquêteur et pour l’enquêté, en tant qu’activité sociale (Le Marec, 2002 ; Le Marec et Babou, 2003).

L’autre élément au centre de mes interrogations, mais que je n’aborderai pas ici, était l’effet de la rencontre de pratiques de chercheurs d’autres disciplines sur nos propres pratiques, autour du témoignage et de la trajectoire. Plus généralement, il m’importait de considérer la portée du dialogue interdisciplinaire et de la réflexivité construite collectivement, notamment pour l’analyse individuelle et collective des situations d’entretiens (Le Marec et Faury, Publication prévue en 2012 ; Durrive, Faury et Henry, Publication prévue en 2012).

Dans quelle mesure pouvons-nous partager, témoigner[1], entre chercheurs, aux trajectoires différentes, aux disciplines différentes de ce qui se passe dans les situations d’entretien constituant notre terrain de recherche ?

L’hypothèse que nous faisons collectivement avec ces journées d’étude est que ce partage, de ce qui se passe dans la situation d’entretien, est possible. Il serait possible en-dehors même des cadres de références disciplinaires. Lorsque l’on vise à témoigner d’une situation d’entretien, l’entretien n’est dès lors pas pris seulement en tant que donnée recueillie, mais en tant qu’ « espace, témoignage et/ou relation d’enquête en construction », comme le présente l’argument du cycle dans le cadre duquel s’insère la journée d’étude.

Les séminaires de préparation de ces journées Trajectoire et Témoignage, et les journées d’étude elles-mêmes amènent à se poser les questions suivantes :

  • Dans quelle mesure l’analyse collective d’un entretien est-elle possible ? En quoi consiste-t-elle et que rend-t-elle envisageable par rapport à une analyse qu’effectue le chercheur qui a lui-même mené l’entretien ?
  • Peut-on d’une certaine manière témoigner collectivement de ce qui se passe dans un entretien, alors-même que nous n’avons pas conduit, rendu possible, ni vécu[2] l’entretien individuellement ?
  • Dans le collectif, lorsqu’il s’agit par exemple d’analyser les entretiens, qu’apporte de spécifique l’enquêteur, celui qui était présent, physiquement, et pour qui l’entretien prend sa place dans un processus plus large, et dans des questions de recherche particulières ? Se constitue-t-il en témoin de ce qui se passe (ou s’est passé), notamment « hors du cadre », c’est-à-dire hors de ce qui est finalement transcrit, enregistré, filmé, ou plus généralement de ce qui « est lisible », dans le texte, l’image ou le son ?
  • Étant extérieur à l’entretien, peut-on percevoir « à la lecture », au sens large, l’existence d’un « hors cadre », sans pour autant le comprendre ? L’enquêteur ayant physiquement expérimenté l’entretien est-il alors là pour lui donner un sens à ce « hors-cadre » ?
  • Lorsque l’on présente des verbatims par exemple, lors d’une présentation, comment les accompagne-t-on en tant que chercheurs, lorsque l’on veut témoigner sur ce qu’ils « disent » ? Ces extraits parlent-ils d’eux-mêmes ou non ? Dans quelle mesure le chercheur enquêteur témoigne-t-il de ce qu’ils ne « disent » pas ? Quelle est la nature des informations que le chercheur apporte dans son témoignage pour accompagner le film, la transcription, l’enregistrement ? Pour dire quoi ? Le partage de la situation d’entretien, de ce qui s’est passé porte-t-il sur les « données »[3] contenues dans l’entretien, ou sur les conditions qui ont donné lieu à l’entretien (le « protocole ») ?
  • Pour celui ou ceux qui lisent les entretiens sans les avoir eux-mêmes menés, voit-on, s’arrête-t-on sur les mêmes choses lorsque l’on lit ou on écoute (ou regarde un entretien) ? Voit-on les mêmes choses dans l’entretien ? Si ce n’est pas le cas, qu’apporte le croisement des regards en-dehors d’une plus grande exhaustivité[4] ? Notamment qu’apporte ce croisement des regards à celui-là même qui a mené l’entretien ?
  • Se pose également la question de la forme du témoignage sur les entretiens menés au cours d’une recherche et de l’ancrage nécessaire ou non de ces entretiens dans une question de recherche. Si on les dissocie de la question de recherche à partir de laquelle ils ont été mis en place, cela n’empêche pas de considérer les entretiens comme des situations de communication situées et contextualisées. Mais que deviennent les entretiens si on les met cette fois dans un espace d’intersubjectivité, où des regards extérieurs se porteraient sur les entretiens ? Quels sont justement les espaces d’intersubjectivité qui peuvent être envisagés ?

 

Références

Le Marec, J. et Babou, I.(2003). De l’étude des usages à une théorie des « composites » : objets, relations et normes en bibliothèque, in : Emmanuel Souchier, Yves Jeanneret et Joëlle Le Marec [sous la dir.de], Lire, écrire, récrire – objets, signes et pratiques des médias informatisés, Paris : Editions de la BPI/Centre Pompidou.

Le Marec, J. (2002). Ce que le « terrain » fait aux concepts : Vers une théorie des composites. Cinéma, communication et information. Paris, Université Paris 7. Habilitation à diriger des recherches: 165

Le Marec, J. (2002). Situations de communications dans la pratique de recherche : du terrain aux composites, Études de communication nº 25 – Questions de Terrains, 2002.

Durrive, B. “Quels savoirs l’interdisciplinarité peut-elle produire ?”. Enquête sur l’homme vivant, 20 décembre 2011. [carnet de recherche]. Consulté le 02 janvier 2012. http://ehvi.hypotheses.org/720

Durrive, B., Faury, M. et Henry, J., Réflexivité et dialogue interdisciplinaire : un retour sur soi selon l’autre – Publication prévue : début 2012. Préactes p. 60

Le Marec, J. et Faury, M., Communication et réflexivité dans l’enquête par des chercheurs sur des chercheurs – Publication prévue : début 2012. Préactes p.95


[1] J’utilise délibérément le terme « témoigner » pour les chercheurs eux-mêmes : dans quelle mesure le chercheur peut-il témoigner de ce qui se passe dans la situation d’entretien dans laquelle il était partie prenante ?

[2] Ce terme me paraît très important : le fait de « vivre » la situation d’entretien, en tant que situation de communication.

[3] C’est-à-dire sur ce que l’on identifie en tant que « données » : ce qui pose la question de ce que l’on choisit de constituer en tant que données dans une situation d’entretien.

[4] Ce qui ne paraît justement pas être ce qui serait le plus intéressant.

A travers champs – Sciences Sociales 2.0

A travers champs : à l’opposé de la recherche buissonnière, l’enrichissement de la démarche réflexive par l’altérité disciplinaire.

Jeudi 17 novembre, à Lyon, se déroulait la journée d’étude Sciences Sociales 2.0 (voir le programme) marquant les 10 ans de Liens Socio, qui a donné naissance au printemps 2011 à la revue Lectures.

Archivage  des tweets #socio2 de la journée (par @piotrr70) / Fichier pdf

Prise de note collaborative (version etherpad, version pdf) – Détournement du principe de l’etherpad : ici

Le billet de Pierre Mercklé sur la journée

Sur le principe de Conférence 2.0 voir le billet de J. Chibois et le commentaire de P. Mounier sur les questions de convivialité entre chercheurs

Vidéos de la journée Sciences Sociales 2.0 en ligne (à venir)

J’avais le plaisir d’être discutante d’Antonio A. Casilli (@bodyspacesoc), qui intervenait sur la question « Comment les usages numériques transforment-ils les sciences sociales ? » (présentation en ligne), en abordant la question selon trois principaux angles :

  • rapport aux objets et méthodes ;
  • rapport aux savoirs ;
  • rapport à la demande sociale ;

J’ai découvert son travail, très intéressant, à cette occasion, et notamment l’ouvrage Les liaisons numériques.

En lisant le résultat de ses recherches portant sur la société en réseaux, définie, suivant Will F. Jenkins, comme « un espace social, où des corps interagissent pour créer des liens de coexistence » (Casilli, 2010), j’avais en permanence en tête la question suivante : « Quelles seraient les conséquences des usages numériques sur ces trois aspects dans la pratique de recherche en science sociales ? »

Avant toute chose, et depuis mon approche à la croisée des études des sciences et technologies (ou STS, Science and Technological Studies) et des sciences de l’information et de la communication (SIC), considérer la question « comment les usages du numériques transforment les sciences sociales ? », comme Pierre Mercklé l’avait proposé à Antonio Casilli, m’a amené à me demander : « les sciences sociales en tant que quoi ? ». Il me semble qu’adopter alternativement différents regards possibles de la sociologie des sciences (Vinck, 2007) mais aussi des SIC nous permet de parcourir différents aspects possibles des transformations des sciences sociales par les usages numériques. Un exercice un peu systématique, sans doute un peu scolaire, qui m’ouvre beaucoup de réflexions quant aux effets du numérique sur les pratiques de recherche, en sciences sociales en particulier.

Je livre ici ces quelques réflexions, de manière un peu abrupte, et sous forme de questions, dont une bonne partie ont déjà trouvé des éléments de réponse lors de la journée Science Sociales 2.0.

Tous vos commentaires, retours critiques, pistes, références et compléments sont les bienvenus !

Photo : Y. Calbérac

Les sciences sociales comme institution sociale de production des connaissances rationnelles

Comme dans toute institution, du normatif au normal1 , des normes structurent les pratiques de recherche.

Comment les usages numériques changent-ils (ou non) les normes de l’institution, au sens d’espace social normé ?

Quelles sont les nouvelles règles qui s’instaurent (évaluation, publication, communication), selon les disciplines, les nouvelles habitudes qui s’établissent, et les valeurs qui naissent, s’installent ou s’effacent (efficacité, quantité, rapidité, etc.) ou à l’inverse les contre-valeurs et contre-normes qui émergent ?

Les valeurs (et les cultures) des différents collectifs composant la recherche (disciplines, institutions, générations, etcetera) ne sont vraisemblablement pas les mêmes vis à vis du numérique. Les usages numériques sont-ils en train de redéfinir une « hiérarchie des disciplines » selon qu’ils y sont centraux ou périphériques, selon qu’ils sont des outils, des méthodes ou des moyens de communication ou de construction de réseaux sociaux ?

Comment les usages numériques transforment-ils par exemple les principes d’accumulation de crédit et de reconnaissance par les pairs ? Comment jouent-ils plus particulièrement sur le positionnement des acteurs de la recherche en sciences sociales ?

Et peut-être avant tout : quels types d’usages sont faits des outils numériques dans la recherche ? Quelle proportion de chercheurs utilise les outils numériques dans leur dimension relationnelle ? L’usage principal (prédominant) n’est-il pas avant tout celui de la production de données ?

Comment les usages numériques transforment-ils les modes de production des connaissances et les objectifs des institutions de recherche quant à la production de connaissances  (qualitativement et quantitativement) ?

Quelles sont les nouvelles temporalités qu’ils proposent / imposent ? Quelles sont les normes d’évaluation qu’ils favorisent ?

Comment les questions de gestion des données se posent-elles ? 

A quoi les chercheurs renoncent-ils éventuellement en termes de connaissances productibles, sur un plan épistémologique ?

Les sciences sociales comme reflet de cultures et de sociétés locales

Si l’on considère maintenant que « les intérêts des scientifiques et des groupes sociaux auxquels ils appartiennent orientent l’activité scientifique » (Vinck, 2007), on peut s’intéresser à la manière dont les usages numériques transforment les sujets de la recherche, reflet de l’intérêt plus large d’une société pour ces problématiques.

Dans quelle mesure ce qui se passe dans la recherche en sciences sociales reflète-t-il ce qui se passe plus largement dans notre société ?

Les usages numériques définissent-ils une nouvelle culturelle matérielle et cognitive locale dans notre société, dont la recherche en sciences sociales serait le reflet ou voit-on se développer une culture numérique spécifique aux sciences sociales ?

Les sciences sociales comme ensemble de pratiques de communication et comme système d’échanges

Comment les usages numériques transforment-ils les modes de communication entre chercheurs et avec la société ? Comment les usages numériques mettent-ils en réseau les chercheurs en sciences sociales, entre eux et avec la société ?

Maintenant que l’informatique est devenue « relationnelle et communicante », comme le dit Antonio Casilli, quels statuts / quelle part les usages numériques occupent-ils dans les pratiques de communication quotidiennes des pratiques de recherche en sciences sociales, et quels rôles jouent-ils ?

Comment ces formes de communications organisent-elles physiquement le laboratoire ? Comment les usages numériques structurent-ils les espaces sociaux de la recherche et la façon dont les corps interagissent, ou encore transforment-ils la manière dont les liens de coexistence inter-individuels, inter-professionnels ou encore interdisciplinaires s’établissent (Casilli, 2010) ?

Comment les professionnels de la recherche et de la circulation des savoirs, les différents métiers qui les rendent possibles, se réorganisent-ils, se redéfinissent-ils potentiellement, autour des usages numériques ?

Voir à ce sujet les questions abordées dans le cadre de l’Université d’été du Cléo (septembre 2011).

Comment les usages numériques posent-ils la question de l’échange d’information et de la circulation des savoirs ?

Comment les usages numériques transforment-ils notamment le rapport à l’information (lecture, flux, gestion) et à la propriété intellectuelle dans les sciences sociales ? Comment s’articulent-ils ou non avec les modes actuels de validation scientifique de l’information ?

Si l’on considère les sciences sociales en tant que construction de réseaux sociotechniques et de collectifs de recherche, on peut se demander comment les usages numériques transforment les réseaux d’acteurs, leur densité, leur extension, la nature de leurs liens, ainsi que comment ils s’articulent et s’ils ont des effets sur les réseaux non virtuels.

Comment s’articule, ou non, par exemple le sentiment d’appartenance à une communauté de chercheur en ligne (exemple : les carnetiers d’Hypotheses.org) avec celui de l’appartenance avec une communauté hors ligne, celle de ses collègues, d’un même laboratoire, d’une même discipline ?

Quels sont les enjeux des communautés numériques pour la recherche et les chercheurs (capital symbolique, reconnaissance, etcetera), dans la mesure où celle-ci fonctionnent, de la même manière que les communautés non virtuelles, sur les principes suivants (Casilli, 2010) :

1. « plus un individu est reconnu par la collectivité, plus il se sent appartenir à celle-ci » ;

2. « le sentiment d’épanouissement éprouvé par chaque membre du collectif tient davantage à l’échange avec les autres qu’à son activité solitaire » ;

3. un membre d’un collectif ressent sensation de manque associé à la privation de l’échange, de l’interaction avec les autres.

Les communautés virtuelles adjoignent à ces caractéristiques la spécificité de conférer un « sentiment d’efficacité« , et des satisfactions presque instantanées, dans la mesure où « le don de temps et d’énergie pour la collectivité [y] serait récompensé de manière claire, immédiate et proportionnelle à l’effort  » (Casilli, 2010).

A. Casilli ajoute que les communautés virtuelles sont autant « ressenties » que celles établies dans des espaces physiques, et que « les pratiques communautaires en ligne s’ajoutent à celles qui préexistent et ne se substituent pas à elles ». Les usages numériques relationnels sont-ils dès lors amenés à se répandre, dans la mesure où ils semblent contenter certains besoins associés au travail en collectif, exprimés notamment par les doctorants (en sciences humaines ou en sciences expérimentales) ?

Comment les chercheurs s’approprient-ils des pratiques numériques de manière à ce que cela fasse sens pour eux : par des pratiques, des discours, des valeurs qui croisent ce qu’ils projettent sur leur pratique de recherche ?

Comment les trois principaux facteurs de participation aux communautés virtuelles, citées par A. Casilli (2010), d’après Peter Kollock, peuvent-ils recroiser la manière dont certains chercheurs investissent leur pratique IRL (In Real Life), et combler éventuellement un manque ressenti dans la pratique quotidienne de la recherche2 ?

1. Motivation par le principe du don-contre-don : en fonction de son investissement, on reçoit des informations, de l’aide, du support assuré par les autres ;

2. Désir de reconnaissance publique : ce qu’A. Casilli appelle le « cercle vertueux de reconnaissance et d’engagement »;

3. Sentiment que le comportement individuel peut changer la donne ou « compter pour quelque chose » ;

En bref, comment les usages numériques reconfigurent-ils la sociabilité des chercheurs entre eux, mais aussi avec la société ?

Les usages numériques participent à « créer des communautés électives » (Casilli, 2010), c’est-à-dire composées d’individus partageant nos valeurs et désirs. N’est-ce pas déjà ce que l’on fait dans les pratiques de recherche ? Pour A. Casilli, dans le cadre de la communication entre les chercheurs, fondées pour une grande part sur la convivialité3 et l’informel, les médias sociaux gommeraient la dimension conflictuelle de la recherche (controverse, luttes entre écoles…), qui l’enrichit. Ce manque ferait courir le risque potentiel d’un appauvrissement de l’échange intellectuel : comment pourrait-on réinjecter ces aspects dans les réseaux sociaux ?

@bodyspacesoc RT @yann_c: Je like! RT @piotrr70 @bodyspacesoc réclame un bouton « dislike » dans les réseaux sociaux et le possiblité de se faire des ennemis ! #socio2  / Thu, 17 Nov 2011 11:08:12 +0000 – tweet id 137124873557381120 – #529

Enfin, les communautés virtuelles ne s’établissent-elles qu’entre chercheurs ou reconfigurent-elles les relations chercheurs-non chercheurs ?

 ——

Cette journée me met finalement à la croisée des chemins : celui de l’étude des pratiques de communication dans les pratiques de recherche, de la sociologie des usages numériques et de la sociologie des sciences.

  • Quelques pistes numériques déjà engagées

Marin Dacos, Pierre Mou­nier, L’édition élec­tro­nique, Paris, La Décou­verte, 2010, 128p.

Antonio Casilli, Les liaisons numériques, Paris, Seuil, 2010, 336p.

Blogo numericus par Marin Dacos et Pierre Mounier

Blog de Pierre Mercklé

BodySpaceSociety, Blog d’Antonio Casilli

  • Des pistes à suivre

Milad Doueihi, La Grande Conversion numérique, paris, Seuil, 2008, 271p / Billet de P. Mounier sur cet ouvrage

Milad Doueihi, Pour un humanisme numérique, Paris, Seuil, 2011, 192 p. Compte-rendu sur Nonfiction

Pierre Mercklé, Sociologie des réseaux, Paris, La Découverte, 2011, 128 p.

Pierre Mounier, Les Maîtres du réseau – Les enjeux politiques d’internet, Paris, Cahiers libres, 2002, 216 p.

Communications, n° 88. « Cultures du numérique », Communications, 88, 2011 (introduction en ligne)

  • Autres références

Bourdieu, P., Homo Academicus, Paris, Les éditions de minuit, 1984, 320 p.

Le Marec, J., Babou, I. et Faury, M., Analyse du discours de la presse quotidienne à propos des résistances aux antibiotiques en contexte génétique et Pratiques de communications dans les pratiques de recherche, In : Schneider, D (Dir.), Rapport pour le programme Afsset « Gestion biologique et sociale de la dispersion des résistances aux antibiotiques », Grenoble : Université Joseph Fourier, 2010.

Le Marec, J. « Situations de communication dans la pratique de recherche : du terrain aux composites  », Études de communication , 25 | 2002 , [En ligne], mis en ligne le 18 novembre 2011. URL : http://edc.revues.org/index831.html. Consulté le 19 novembre 2011.

Vinck, D. Sciences et sociétés. Sociologie du travail scientifique, Paris, Ed. Armand Colin, 2007.

  1. Lors d’une séance du Labo Junior EHVI, Julie Henry avait exploré les frontières entre « normal », « normalisé », « normatif », « anomal » et « anormal ». []
  2. Ces réflexions sont en lien avec les entretiens que j’ai menés auprès de doctorants, non pas en sciences sociales, mais en biologie expérimentale : voir la Galerie de rencontres []
  3. Voir à ce sujet le commentaire de P. Mounier au billet de J. Chibois []

Les collect’penseurs – Inscrire, effacer, dialoguer

Billet publié en parallèle de celui de Stéphanie Messal sur la même expérience.

Je suis ressortie fascinée et perplexe d’une expérience d’écriture collective avec Stéphanie Messal (Misanthropologue) et Yann Calbérac (Dans le miroir d’Alice).

Ce fut imprévisible et étonnant.

Nous avions convenu de bloquer une heure de notre temps, au milieu de nos travaux, de nos journées individuelles et parallèles pour nous retrouver devant nos écrans respectifs, chacun se situant dans une salle différente et indéterminée, dans un lieu qu’aucun d’entre nous n’a pas précisé. Peu d’indices sur les contextes dans lesquels chacun était. Un seul peut-être : c’était l’heure du thé du côté de Yann.

Nous nous étions donnés rendez-vous quelques jours plus tôt. Comme une rencontre que l’on prévoit, mais par écrans interposés.

Nous ne savions pas trop où aller. Une seule envie commune justifie notre initiative : faire se croiser nos intérêts, nos préoccupations. Notre exercice à commencer par la mise en commun de thèmes, sous forme de mots-clés et d’associations d’idées, en amont, pour situer les points où l’on se rejoignait.

Photo : cc Maxime Faury

A partir d’une liste riche constituée au préalable, nous sommes partis de plusieurs mots-clés qui semblaient refléter la croisée de nos chemins :

Culture matérielle, imaginaire disciplinaire, passage,

et, subsidiairement, thé et miroir Continuer la lecture de Les collect’penseurs – Inscrire, effacer, dialoguer