Archives par mot-clé : numérique

Espaces physiques ou numériques : s’en servir ou les habiter

La magnifique phrase d’Hannah Arendt à propos de Walter Benjamin m’évoque les manières possibles (et donc les choix ?) d’investir les espaces numériques. Je la transpose donc à tous les lieux que l’on peut habiter, et je pense que les lieux numériques (par exemple les carnets de recherche ou Twitter) en font partie.

arendt benj« Et de même qu’on n’habite pas, qu’on ne transforme pas en son logis, un appartement du seul fait qu’on s’en sert – pour dormir, manger, travailler-, mais parce qu’on y séjourne, de même on habite une ville lorsqu’on se plaît à y flâner sans but ni dessein, les innombrables cafés qui flanquent les rues, et devant lesquels s’écoule la vie de la ville, le flot des passants, renforçant ce sentiment d’être chez soi. »
H. Arendt à propos de W. Benjamin

Faire l’expérience des conférences augmentées : un jeu de rôle lors d’un live-tweet ? | Rencontres Jeunes CNRS – samedi 27 octobre

Les 26, 27 et 28 octobre auront lieu les rencontres CNRS Jeunes « Sciences et Citoyens » réunissant 450 jeunes européens de 18 à 25 ans, à Poitiers.

J’ai été invitée pour expérimenter le samedi un live-tweet (ou LT – voir plus bas si ce terme vous intrigue) avec les participants, et notamment les chercheurs, présents lors de ces rencontres. Nous « live-tweeterons » en particulier l’atelier de Béatrice Korc, intitulé « l’homme augmenté : demain les post-humains ? ».

Le dimanche matin, à la fin des rencontres, j’interviendrai afin de revenir sur l’expérience et pour discuter avec les jeunes des potentialités et des questions que soulèvent la pratique du live-tweet lors de conférences comme celles auxquelles ils ont assisté.

Après avoir parcouru en quelques lignes les intérêts possibles de l’utilisation de Twitter dans un contexte de rencontres scientifiques, je propose dans ce billet, à celles et ceux qui le souhaitent, de participer à une expérience collective le samedi 27 octobre, matin (horaire précisés rapidement) sous la forme d’un « live-tweet – jeu de rôle » (si vous connaissez déjà tout du live-tweet, vous pouvez allez à la présentation de l’expérience directement).

Et si vous êtes intéressés par l’expérience du « live-tweet – jeu de rôle », n’hésitez pas à le dire en commentaire ou en me contactant sur Twitter (@Infusoir)

L’enjeu : faire appréhender aux jeunes présents à Poitiers ce week-end, par une démonstration « jouée » de live-tweet, que la posture que l’on choisit d’adopter lors d’un LT sur Twitter peut être multiple et que c’est justement la multiplicité des postures réunies lors d’un évènement qui peut augmenter de manière très riche une conférence, comme celles auxquelles ils auront assisté les jours précédents.

Qu’est-ce qu’un live-tweet ?

Ce qui se passe sur place

Dans cette courte description du live-tweet sur le site NetPublic, intitulée « Live-tweet, mode d’emploi », on souligne les formes particulières d’utilisations et trois principales fonctions :

  • Formes d’utilisations possibles du live-tweet :

–  « être diffusé sur écran durant l’événement » (ponctuellement ou en continu) ;

–  ou à l’inverse n’être consulté que par les participants ayant accès à internet, sur ordinateur ou smartphone, qu’ils aient un compte Twitter ou non ;

– on peut également envisager l’intégration ou la non-articulation du contenu des tweets à l’évènement (par exemple la conférence ou le cours lui-même), selon que celui-ci est pensé par les organisateurs de manière plus ou moins collaborative ou interactive, en temps réel.

  • Trois fonctions notées par ce site :

– « relayer les propos tenus par des intervenants et participants (conférences, débats, salons, barcamps, émissions de télévision, dispositifs participatifs, formations ou modes d’apprentissage…) en les partageant sur Twitter (via ordinateurs traditionnels et outils mobiles) » ;

–  « échanger avec des participants à distance » – dans les faits, le live-tweet permet souvent aussi de créer du lien entre les personnes présentes physiquement à l’évènement ;

–  « capitaliser les questions, avis, compléments d’information et de les agréger a posteriori dans un fichier-document récapitulatif »

Et dans la mesure où l’idée est de donner à de nouveaux utilisateurs des idées et des envies quant aux potentialités du live-tweet, c’est là qu’il serait intéressant d’expliciter un peu à mon sens :

  • sur quoi peuvent porter les questions, les avis, les compléments d’informations ?
  • quelles formes peuvent prendre en particulier les compléments d’information ? Tweet de 140 caractère, tweet augmenté d’un lien ? Et de quel type de lien, c’est-à-dire pointant vers quels types de contenus ?
  • quelles sont les postures possibles des participants au live-tweet vis-à-vis du conférencier et de son propos ?

Rapport au sujet : curieux, sceptiques, critiques, enthousiastes inconditionnels, etc.

Statut vis-à-vis du conférencier : public cible, collègues spécialistes, professionnels du sujet dans un autre domaine (autre discipline, autre métier), »troll« , etc.

Rapport au discours du conférencier :

relais mot pour mot / compte-rendu en construction, 140 caractères par 140 caractères (« la scripto-diffusion« ) ; sélection/synthèse du propos ; positionnement et commentaires (« back-channeling« ) ; questions adressées au conférencier, réactions personnelles aux propos (humour, témoignage, engagement, etc.) ; apports de compléments en lien avec l’intervention ou « documentation additionnelle » (sites internet cités, annonces d’autres évènements, lien vers des articles, des supports en ligne, etc) ; mise en relation avec des contenus ou des personnes concernées par le propos tenus, etc.

Types de tweet : tweets écrits, tweets écrits augmentés, tweets illustrés, tweets photographiques, tweets sonores, série de tweets éditorialisés (intégrés à des Storify par exemple), etc.

Quelques exemples

Editorialisation des tweets d’un évènement

Tweet humoristique et illustré d’une étudiante, lors d’un cours sur le fonctionnement de la recherche en France

 Tweets d’étudiants pendant un cours : question à soi-même et/ou question à l’enseignant

Les tweets construction d’un compte-rendu en temps réel, les tweets augmentés qui partagent des liens, les tweets qui créent des liens entre les participants

Les tweets qui prennent le contre-pied, qui amènent des précisions, qui commentent, qui critiquent, qui sont drôles,

les tweets illustrés, les photos-tweets,

ceux qui parlent de celui qui écrit : « je m’ennuie », « j’ai faim »

les tweets-questions, qui seront relayées, qui témoignent du réflexion initiée par les participants à la conférence / au cours, auxquels l’intervenant.e réagira en direct ou qu’il/elle lira après la conférences

Dans cette liste à la Prévert, on perçoit déjà une diversité, loin d’être parcourue de manière exhaustive, des tweets pouvant être partagés par les participants à un évènement (ou un cours), chacun d’entre eux n’étant bien sûr pas nécessairement « spécialisés » dans une façon particulière de tweeter (même si dans les faits, certains montrent une prédilection pour une forme de live-tweet plutôt qu’une autre). Ce rapide tour d’horizon n’évoque d’ailleurs pas tout les tweets : il y a aussi les tweets entre les participants, certains n’étant d’ailleurs pas nécessairement associés du #hashtag, qui créent du lien et qui participent souvent à la convivialité de l’évènement, en facilitant la prise de contact qui se poursuit de IRL (In Real Life) pendant les pauses, les moments off de l’évènement, ou par la suite.

Suivre un évènement à distance

Le live-tweet d’un événement se caractérise par un #hashtag que M.-A. Paveau qualifie de « balise d’indentification » dans le cadre d’un LT, et qui permet aux participants de retrouver sur une seule et même page l’ensemble des tweets liés à l’événement.

Le hashtag de samedi 27 octobre est en cours de définition ! Il sera très prochainement défini et communiqué aux participants intéressés.

Ce qui est souvent apprécié par les participants à distance, via le #hashtag, c’est d’avoir accès, grâce au live-tweet, non seulement au contenu de l’évènement (relai) mais aussi à la vision particulière de celui qui tweete sur cet évènement et sur ce qui y est dit (quand un compte Twitter que l’on suit par intérêt assiste à un évènement et qu’il partage son expérience de cette manière).

M. Sabourdy, dans son « Petit guide pour live-tweeter un évènement » : « Les personnes qui n’ont pas le temps ou les moyens d’y assister comptent souvent sur les twittos présents pour relayer ce qui s’y passe et apporter leur point de vue. »

Le positionnement du participant qui tweete, lorsqu’il est familier du sujet, spécialiste ou tout simplement critique (constructif), vient alors enrichir considérablement le contenu relayé.

Le live-tweet sous forme de jeu de rôle : quels tweets pour quelles postures ?

A partir de cette diversité que nous venons de parcourir, je propose donc ici des idées de rôles pouvant être joués samedi matin, que vous soyez présents pour le live-tweet, sur place ou à distance. Si vous avez envie de participer et/ou si vous avez d’autres idées, n’hésitez pas à les proposer !

Rappel du thème de l’atelier : « l’homme augmenté : demain les post-humains ? ».

  • Le relai fidèleSur place – Il ou elle tweete exactement les propos du conférencier, en temps réel
  • L’esprit critique constructifSur place ou à distance -Il donne de la matière à penser sur le sujet, par ses questions, en soulignant des aspects problématiques, etc.
  • Le questionneur intempestifSur place ou à distance – Il pose des questions sans arrêt, à lui-même ou au conférencier, en lien avec le contenu de la conférence ou avec la manière dont elle se déroule
  • Le pointilleuxSur place ou à distance – Il demande des précisions : au conférencier et à ceux qui s’occupent du live-tweet
  • Le collègue qui s’y connaîtSur place – Il ou elle apporte des complèments d’informations sur le sujet abordé (possibilité de préparer quelques ressources en avance sur le sujet, liste de liens à tweeter lors de l’atelier)
  • L’augmenteur Sur place ou à distance – Il ou elle ne partage que des tweets augmentés de liens (articles, annonces, vidéos en ligne, etc.)
  • Le contrepointSur place ou à distance – D’un autre métier ou d’une autre discipline, il ou elle propose un contre-point sur le sujet abordé, complémentaire de celui du conférencier
  • Le féru de contexteSur place – Il ou elle donne à voir ce qui se passe, les salles, les intervenants, les participants ; ils aident ceux qui suivent le LT à se représenter visuellement l’évènement
  • Le dessinateur en temps réelSur place ou à distance – en lien avec ce que dit le conférencier ou ce que lui inspire le thème abordé
  • A vos propositions !

Bibliographie

Bon, François (26 mai 2012) “Twitter et comment s’en servir”. Tiers-Livre [Blog]. Consulté le 28 mai 2012. http://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article2931

Chibois, Jonathan (18 novembre 2011) “Conférences 2.0 : ubiquité et réalité augmentée”. LASPIC [carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012. http://laspic.hypotheses.org/208

Faury, Mélodie (1 juin 2012) ““La vie réelle d’une doctorante 2.0”, M. Faury pour l’Infusoir, Vases communicants de juin 2012”. Ressources pour la thèse et au-delà [carnet de recherche]. Consulté le … http://enthese.hypotheses.org/453

Hugoline, 2012, “Les hashtags”, Blog La souris de bibliothèquehttp://lasourisdebibliotheque.hautetfort.com/about.html, consulté le 17.01.2012.

Paveau, Marie-Anne (27 février 2012) “Activités langagières et technologie discursive. L’exemple de Twitter” La pensée du discours [carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012. http://penseedudiscours.hypotheses.org/8338

Pallier, Frédérique (7 juillet 2012) « #Xroads2012 + quelques remarques sur l’organisation des LT » Sociographie.net [blog] Consulté le 22 octobre 2012. http://blog.sociographie.net/post/2012/07/07/Xroads2012-%3A-LiveTweet-du-Crossraods-in-Cultural-Studies-Paris-2012

Live-tweeting at academic conferences: 10 rules of thumb, The Guardian

Sitographie sur Twitter dans la recherche : Twitter for academic research

La vie réelle d’une doctorante 2.0 – Extrait

Billet publié en intégralité, le 1er juin 2012, sur le carnet de recherche « Ressources pour la thèse et au-delà »

Extrait

Je suis tombée dans le numérique au cours de ma thèse. J’y suis entrée par curiosité, par envie de comprendre l’étendue des ressources, des potentialités et leur articulation avec mes actualités et problématiques de doctorante. J’y ai découvert des outils non pas déconnectés ou sur-ajoutés à mes pratiques, mais bien qui jouent un rôle et remplissent de réels besoins dans ma pratique de recherche : être informée des nouvelles publications, de l’actualité de la recherche et des politiques de recherche, de l’ouverture de postes (ATER, post-doc, etc) ; être en lien avec des chercheurs, avec des doctorants, avec d’autres disciplines, avec d’autres façons de penser ; participer à la mise en circulation et à l’accessibilité des savoirs.

Je reviens donc ici sur mes pratiques numériques développées tout au long de ma thèse. Elles ont trouvé une place progressivement, mais non définitivement. Je suis amenée régulièrement à les repenser, ne serait-ce que parce que l’ordinateur ou le numérique « en mobilité » (smartphone) n’ont pas toujours la même place selon que l’on lit, que l’on écrit, que l’on est sur le terrain, en conférence, etc., et donc selon les années de thèse.

Je partage volontiers ce retour d’expérience avec vous car c’est justement l’un des principaux intérêts que je vois dans les pratiques de recherche numériques : la possibilité d’échanger sur nos expériences respectives, nos veilles, nos questions, de manière intemporelles et agéographiques, c’est-à-dire en dehors de nos espaces « physiques » de rencontres universitaires.

Lire la suite ->

Contenu du billet

La veille

Les carnets de recherche

Pratiques d’écriture

Pratiques de lecture

Twitter

Écriture collaborative

Le carnet de recherche comme pratique de chercheur.se.s – Un billet prévu prenant une direction imprévue.

Ce billet est le troisième d’une série de quatre billets sur les carnets Hypotheses dans la pratique de recherche. Il fait suite au billet intitulé Le carnet de thèse.

J’emprunte l’idée de la série thématique à Marie-Anne Paveau qui les expérimente au fil des saisons.

Cette série est initiée par deux évènements au cours desquels il s’agissait de discuter des pratiques d’écriture sur un médium de type blog, qu’il soit hébergé sur Hypotheses.org ou ailleurs : l’émission radiophonique Recherche en cours, “To blog or not to blog ?” (25 novembre 2011) et la rencontre “Comment bloguent-ils ?” (1er décembre 2011) organisée par l’URFIST de Lyon, la Maison de l’Orient et l’Institut des Sciences de l’Homme, en partenariat avec le Cléo.

– Prologue –

Il est de saines colères. De celles qui vous disent que quelque chose, décidément, ne vous convient pas. Qui ne s’emparent pas de vous de manière incontrôlable, qui ne vous mettent pas hors de vous, qui ne sont pas non plus rentrées, explosant à l’intérieur, qui n’ont rien à voir avec une colère de frustration face une situation que l’on aurait souhaité autre et qui nous échappe. C’est d’une autre colère que je vous parle, calme, qui (re)met en mouvement, qui n’aveugle pas mais qui au contraire ouvre les yeux.

De ces colères qui réaffirment, fermement, ce à quoi l’on tient et qui reposent les limites qui viennent d’être franchies.

*

J’avais prévu d’écrire ce billet depuis que les deux précédents ont été publiés

Le “carnet” de recherche

Le carnet de thèse, co-écrit avec Frédérique Giraud

Le temps s’est écoulé et le projet est resté. Voici que l’écriture revient et que les intentions changent un peu au risque de se mêler. Il ne s’agira pas finalement de faire un tour d’horizon des pratiques existantes pour essayer de comprendre ce que nous disent les pratiques des manières d’investir l’espace du carnet ou du blog.

Peut-être plus tard, peut-être ailleurs.

J’ai choisis pour l’instant de partager, à partir de mon expérience depuis février 2010, une certaine conception de la pratique de « carnetière »1, qui me donne l’occasion de réaffirmer ce à quoi je tiens dans cette pratique, et que je crois partager avec un certain nombre de bloggueurs et de lecteurs.

Un carnet de recherche, un blog : un lieu habité

Une visite de la plateforme Hypothèses et des carnets qu’elle héberge, et plus largement une promenade dans la « blogosphère » permet vite de s’en rendre compte : il y a autant de carnet de recherche ou de blogs scientifiques différents que de projets de recherche et de chercheur.e.s qui les investissent. Cette variété se décline selon la conception du rôle que cet espace peut jouer dans leurs pratiques de recherche, selon le temps qu’ils auront à y accorder, selon leur représentation même de ce qu’est une pratique de recherche, selon leur envie plus ou moins grande d’entrer en discussion, selon leurs enjeux : d’information, de vulgarisation, de valorisation, de mise en circulation des savoirs, de construction d’une écriture, de mise en lien, etc. J’en oublie sans aucun doute.

Ce qui importe à mon sens dans ces carnets et blogs, c’est l’habitant.e du carnet. La manière dont elle ou il investie l’espace numérique du blog ou du carnet, dont il ou elle l’organise, l’agence. La manière dont il ou elle y vient, en repart, choisit les contenus, les construit, les agence. La manière dont elle ou il se parle, se tait, cite, s’exprime, conseille, renvoie vers d’autres lieux, habités eux aussi.

« Ainsi les ordinateurs changent notre façon d’habiter les lieux de notre quotidien. Et, d’un certain point de vue, ils sont aussi des lieux d’expression de nos personnalités, goûts, intérêts. Nous habitons ces lieux quand nous les personnalisons, quand nous nous y investissons. […] Si les ordinateurs sont synonymes de domesticité, ils le sont tout autant d’hospitalité, d’ouverture aux autres. Ces notions sont d’ailleurs liées. l’hospitalité est le mécanisme social qui nous permet d’intégrer des personnes étrangères au foyer. Des cérémonials d’accueil sont en place partout, dans le monde de l’informatique comme dans le monde réel.  […] A travers ces règles, nous trions les amis, démasquons les malveillants. Pour comprendre mieux comment et pourquoi cela est possible, il faut d’abord établir que l’hospitalité ne se déroule pas dans le vide. elle présuppose, au contraire, un abri, un emplacement clos qui puisse s’opposer à l’ouvert. Finalement, c’est l’intérieur de son ordinateur que chaque utilisateur considère comme son lieu de réception. par exemple, le fait de créer une page Web personnelle ressemble un peu à l’aménagement d’un appartement. […] De simple métaphore, l’hospitalité se fait pratique tangible. »

A. Casilli, Les liaisons numériques, 2010, p.32-33

La diversité de ces manières d’habiter un lieu s’exprime par exemple de manière claire dans la succession des (co-)locataires des Espaces réflexifs (appelés aussi « Villa réflexive », et ce n’est pas anodin), qui changent chaque mois.

Ce que j’appelle ici un carnet de recherche de chercheur.e.s2, ou un blog de chercheur.e.s est donc un espace habité par une ou plusieurs personnes, alternativement ou simultanément, qui développent leurs problématiques, leurs questionnements, qui y construisent leurs analyses (voir les distinctions entre les différents types de carnet proposés par Hypotheses.org). C’est une pensée en construction que l’habitant du site livre.

Les raisons qui amènent un.e chercheur.e à partager cette construction avec des lecteurs, plutôt que de l’élaborer sur son ordinateur, dans un fichier texte « fermé », lui appartiennent et sont parfois explicitées sur l’espace qu’il ouvre.

Pour l’Infusoir voir ici et ici en particulier. Mais aussi ici, ici, et ici

Les premiers billets, ou les pages « A propos » sont souvent des pistes précieuses pour celui ou celle qui s’intéresse au projet individuel ou collectif dans lequel s’insère le carnet ou le blog où il ou elle entre en tant que lecteur.

En tant que lectrice régulière de plusieurs carnets et blogs, je ne juge pas, je m’intéresse. Je ne dresse pas de hiérarchie entre des façons d’investir l’outil blog qui « vaudraient » plus qu’une autre. Bien sûr, je me reconnais plus, en termes de proximité de projet, de conception de la recherche et du rôle de l’écriture, dans certaines manières d’habiter, que dans d’autres – ce qui m’amènera à fréquenter plutôt certains lieux que d’autres – mais je n’estime pas, qu’il y ait une seule bonne manière. Bien au contraire. La richesse des carnets Hypothèses3, de la blogosphère, mais aussi de la recherche, et plus généralement des manières de penser, réside justement dans cette diversité.

Recevoir et rencontrer des lecteurs

Dans un carnet de recherche ou un blog, un.e chercheur.e reçoit des lecteurs, qui reviennent, s’ils s’y retrouvent.

Que viennent chercher les lecteurs sur les carnets de recherche ou les blogs ?

Quelques réponses glanées sur Twitter, parmi des enseignants du secondaire, des chercheurs, des bibliothécaires, des lecteurs du numérique

Un chercheur.e s’installe dans son espace numérique de la manière qu’il juge la plus appropriée à son projet, qui peut évoluer, se transformer. Les projets peuvent même cohabiter, se diversifier à mesure que le carnet, le blog vit.

Et certains types d’écritures induisent des commentaires, quand ceux-ci ont été autorisés sur les billets, par défaut ou par choix, par conviction de l’intérêt de l’échange, par envie d’interaction, par ouverture.

En tant que lectrice, je n’entre pas dans un espace numérique habité pour y tenir mon propre discours : je viens lire, rencontrer quelqu’un, une pensée en cours d’élaboration, dans ses aboutissements, ses inflexions, ses errances parfois aussi. Lorsque je suis amenée à commenter longuement, c’est que ce que dit l’autre fait émerger chez moi des questions, ou réactive d’anciennes réflexions. Mais le risque est toujours de réduire l’écrit de l’autre aux questions qui nous occupent au moment on on le lit. C’est un risque car la rencontre est ratée alors, et celui qui propose son écrit voit un discours parallèle se développer, dont il ne sait plus trop quoi faire, auquel il est bien en mal de répondre. Et ce discours posé dans l’espace en construction peut soudain prendre de la place : car si l’on ouvre la discussion, c’est bien qu’on croit à ses bienfaits, y compris dans le désaccord et malgré ses ratés. L’échec n’est jamais anodin.

A quelles conditions un commentaire est-il une conversation ?

(lien vers l’article)

Les commentaires posent les mêmes questions que les relations interpersonnelles et nous mettent face à la nécessité de réconcilier, d’une part un idéal d’ouverture et d’une communication avec tous sans condition, présidant souvent à la mise en place d’un carnet ou d’un blog, et d’autre part les échecs cuisants éprouvés lorsque la parole est revendiqué par des visiteurs comme un droit non négociable, quelque soit le lieu où elle opère, quelque soit le projet. C’est à dire selon un argument d’autorité. Un tel préalable ne rend pas la communication possible.

*

L’expérience du carnet de recherche ou le blog me met face à ce à quoi je tiens : des espaces précieux, rares, qui valent d’être préservés, où la pensée peut se développer sans avoir à rendre des comptes ici et maintenant, ce que nous faisons déjà suffisamment dans d’autres lieux de nos pratiques de recherche. Dans ces espaces numériques, je crois que nous pouvons prendre le temps de construire, d’infuser, au rythme et de la manière qui fera sens pour l’habitant.e du carnet ou du blog. Et je sais que cette façon de faire crée des rencontres précieuses avec d’autres regards, d’autres expériences d’autres pensées. Je l’expérimente depuis plus de deux ans et j’y tiens.

Et vous, lecteurs discrets, voire silencieux de l’Infusoir, à quoi tenez-vous dans ces espaces numériques que sont les carnets de recherche ou les blogs de chercheur.e.s ?

Les commentaires vous sont ouverts avec plaisir, car je sais que la majorité d’entre vous entre ici pour boire le thé et non pour renverser la théière.

Je vous souhaite un bon été.

Photographie : Pauline Krähenbühl, tous droits réservés

–         En guise d’épilogue  –

Ce ne sont pas nécessairement les intentions de ceux qui m’ont amenée à écrire ce billet qui sont en cause, mais l’effet, et c’est bien le problème s’il n’est pas envisagé, d’une parole sur l’autre, en tant qu’individu.

Pour qu’il y ait communication, il faut qu’il y ait reconnaissance par les parties prenantes à la discussion, de l’individualité de l’autre, de son altérité, en tant qu’intéressante en elle-même et non en tant que contraignante ou comme instaurant un rapport de force ou encore comme réactivant des enjeux qui ne sont pas partagés par les deux interlocuteurs. Ce type de non-communication, je l’expérimente déjà dans suffisamment d’endroits. Déjà suffisamment d’énergie vainement dépensée.

J’ai décidé que l’Infusoir n’en serait pas le lieu. Cet espace n’a pas été conçu pour cela.

Quelques liens et références en lien (en plus des liens hypertextes)

Casilli, Antonio, 2010, Les liaisons numériques, Paris, Seuil.

Casilli, Antonio (26 juin 2012) Les trolls, ou le mythe de l’espace public OWNI [blog]. Consulté le 3 juillet 2012 http://owni.fr/2012/06/26/les-trolls-ou-le-mythe-de-espace-public/

Faury, Mélodie (18 février 2012) “Interdisciplinarité : la réflexivité par soi et par l’autre – (Durrive, Faury et Henry)”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 3 juillet 2012  http://reflexivites.hypotheses.org/956

Muscinesi, Frédérique (3 juillet 2012) La place dans les Humanités Digitales – Commentaire We think history [carnet de recherche] Consulté le 3 juillet 2012 http://wethink.hypotheses.org/448

Paveau, Marie-Anne (15 mars 2012), Sainte colère et rigoureux désaccord Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 3 juillet 2012.  http://reflexivites.hypotheses.org/?p=1433

Billets sur les carnets de recherche

1. Le “carnet” de recherche

2. Le carnet de thèse, co-écrit avec Frédérique Giraud

3. Le carnet de recherche comme pratique de chercheu.se.s

4. Le carnet de recherche comme pratiques de recherche, à partir d’un atelier proposé par Pierre Mounier lors du THATCamp2012

  1. C’est à dire de l’écriture régulière sur un carnet de recherche []
  2. que je différencie des carnets à visée de communication pris en charge par l’institution []
  3. J’aime l’idée développée par P. Mercklé de considérer les liens établis par les habitants des carnets, comme des « relations nouées entre des objets intellectuels par leurs auteurs, et des chemins empruntables par leurs lecteurs ». []

Ces lieux de pensées

Les Espaces réflexifs font partie des lieux numériques où je me sens bien. Et sont l’un de mes lieux de recherches. Ils s’animent en Juin et cela me réjouit.

Les espaces numériques peuvent constituer une extension de nos bureaux, une extension de ces espaces que nous occupons en tant que chercheurs. Une extension de nos ordinateurs, qui s’ouvrent sur d’autres pensées, à un lien de distance.

Mes espaces de recherches sont finalement ceux qui permettent la rencontre avec d’autres perspectives, d’autres regards, d’autres historicités. D’autres questionnements. Numériquement ou non. Académiques ou non. Dans des proximités plus ou moins fortes. Dans un certain entre-soi ou au contraire à la recherche d’une altérité de réflexion.

Les frontières de nos institutions, de nos disciplines s’en trouveraient pour un peu estompées…

Je suis de plus en plus convaincue que le même n’induit pas la boucle, ne permet pas de se décentrer, de se décaler pour mieux comprendre ce que l’on fait, ou justement, ce que l’on cherche à comprendre. Le même permet de creuser le sillon.

Je ne crains pas le désaccord s’il est fécond. Si l’interlocuteur critique prend d’abord au sérieux la perspective de l’autre, sans la réduire à la sienne, ou la ranger sous la sienne.

Le numérique a un réel effet sur ma recherche. Les Espaces réflexifs ont eu un effet sur ma thèse. Et le numérique est tout sauf déconnecté de ces autres espaces que j’occupe avec tout autant d’envie et d’intérêt, quand la rencontre et le dialogue avec une autre perspective sont rendus possibles : livres, colloques, réunions, discussions informelles,…

Des espaces ? Des lieux de pensées, avec mais pas nécessairement comme.

En quoi le numérique change-t-il (ou non) nos pratiques de médiation ? – Soirée « Médiation culturelle des sciences sur le web »

Le 18 avril dernier, je participais à la soirée « Médiation culturelle des sciences sur le web », organisée par le service Science & Société de l’Université de Lyon à l’Atelier des Médias, en partenariat avec le collectif Le Grand Mix, et faisant suite à la journée de rencontre et de réflexion organisée en mars 2011 (vidéos en ligne)

Vous pouvez retrouver en ligne un compte-rendu multimédia (Storify) de cette soirée, effectué par l’équipe de Knowtex.

Les présentations Pêcha-Kucha des intervenants sont disponibles en ligne : Olympe de Gouges 2.0 ; Shazino : une plateforme d’Open Science afin que tout chercheur, scientifique, patient, citoyen… puisse accéder aux données en temps réel pour comprendre et agir sur les découvertes de demain ; Echo de métropole ; Des jeux de plateau aux sérious game ; Géovisualisation 3D du risque ; Simulex’Archéo ; Echosciences Grenoble

Voici ma présentation d’introduction : « En quoi le numérique change-t-il (ou non) nos pratiques de médiation ? »

Ces chemins qui mènent ici

L’idée de ce billet est née d’un échange avec Misanthropologue qui décline l’exercice de style sur son carnet de recherche.

A l’occasion d’une plongée dans les statistiques du carnet de recherche où vous êtes arrivés (comment ?), j’ai justement eu l’occasion de découvrir toutes ces phrases entrées dans les moteurs de recherche, qui, d’une manière ou d’une autre (on se demande bien comment parfois) ont amenés certains d’entre vous ici.

En voici un florilège, pour le plaisir…

Internet – Lampe merveilleuse numérique

« si vous pouviez m’encadrer pendant mon stage »

« j aimerais reprendre ma thèse et reprendre confiance en moi »

« j veu savoire est ce la science est la bienfaitrice de l humanité »

« donnez-moi une idée pour une entreprise de télécommunication »

« j ai une bourse de 18 mois et je cherche d un laboratoire pour effectuer mon stage »

Désœuvrement et plus…

« je regrette d avoir fait une thèse »

« pas envie de me mettre à ma these »

« doctorant degouté par la recherche »

« regret d avoir fait une thèse »

Improbables

« petit guide élections présidentielles 2012 »

« eleonore elias »

Étranges

« pour ou contre les progrès de la science »

« poisson »

Cryptiques

« dialoguer pour situer un lieu de rendez-vous »

« une-toute »

« hommes têtes ordinateurs médiation culturelle »

Laissent songeur

« science désir et réalisation »

« la science conditions de vie »

« est il possible de se marier au panthéon ? »

« la mode une nécessite »

« horaires des présences dans un laboratoire »

« solitude du doctorant »

« cherche lucie »

« depuis trois siècles la connaissance scientifique ne fait que prouver ses vertus de vérification et de découverte par rapport à tous autres modes de connaissance. explication »

Avez-vous des twitt-heures ?

Question du 5 janvier 2012 posée sur twitter


 

Cette question m’est semble-t-il arrivée par plusieurs chemins.

Le premier, deux lectures, celle du tweet de @klermor (12:34 AM – 5 Janv 12) et de @boris_urbas (12:08 PM – 4 Janv 12)

Puis une seconde, au détour d’un billet sur Les carnets du SID, intitulé Twitter, twimpact factor et citation d’où provient la citation suivante : « […] un article sur les réseaux sociaux aura plus de probabilité d’être tweeté qu’un article de biologie moléculaire ».

Depuis le temps que la twitt-réflexivité me chatouille, voici une première occasion que je saisis de l’expérimenter un peu.

Ces deux inscriptions font échos à des réflexions latentes ces derniers jours d’utilisation intensive de twitter1 : elles proviennent notamment des rendez-vous qui s’installent lorsque je passe des journées avec twitter en fond d’ordinateur ou sous forme de consultations régulières sur mon smartphone : je crois savoir, par exemple, qu’en ce moment @mapav8 pointe souvent le bout de son nez en fin de matinée et jusqu’à la fin de ma pause déjeuner, puis de nouveau en fin d’après-midi, tandis que @ndelavergne est plutôt du soir quand il relaye sa veille, même s’il fait quelques petites incursions en journée.

Pour d’autres utilisateurs de twitter présents sur ma TL (Time-Line), c’est plus difficile à dire, entre les flux tendus et les apparitions ponctuelles, cela pose quelques questions :

Quels usages faisons-nous de twitter ?

Et si nos twitt-heures avaient beaucoup à dire de la façon dont nous nous approprions twitter en tant qu’outil (personnel, professionnel, les deux mêlés, veille, mise en relation, discussion voire chat, etcetera) ?

Elles parlent en tout cas de nos inscriptions sur Twitter, beaucoup moins de nos modes de lectures.

Entre présence, lectures et écritures, avez-vous plutôt des tweet-heures, de tweet-jours, des tweet-envies ou des tweets-inspirations ?

Vos commentaires sont bien sûr comme toujours les bienvenus !

Quelques premières réponses reçues sur Twitter le 5 janvier 2012, face à mes interrogations (merci à tous !) :

 

 

 

 

  1. A l’inverse de @boris_urbas j’ai fait cette fois le choix de garder une activité sur twitter pendant la rédaction de ma thèse, ce qui n’avait pas été le cas de ma première période d’écriture intensive où j’avais à l’inverse ressenti le besoin de « couper » avec le numérique pour un temps, du fait de temporalités qui me semblaient incompatibles. []

Le « carnet » de recherche

Ce billet est le premier d’une série de quatre billets sur les carnets Hypotheses dans la pratique de recherche.

J’emprunte l’idée de la série thématique à Marie-Anne Paveau qui les expérimente au fil des saisons.

Cette série est initiée par deux évènements au cours desquels il s’agissait de discuter des pratiques d’écriture sur un médium de type blog, qu’il soit hébergé sur Hypotheses.org ou ailleurs : l’émission radiophonique Recherche en cours, « To blog or not to blog ? » (25 novembre 2011) et la rencontre « Comment bloguent-ils ? » (1er décembre 2011) organisée par l’URFIST de Lyon, la Maison de l’Orient et l’Institut des Sciences de l’Homme, en partenariat avec le Cléo.

C’était inévitable… Dans un espace d’écriture et de discussion où l’on se donne pour objet de recherche, et où l’on essaye d’interroger, les espaces de réflexivité dans les pratiques de recherche (par exemple ici), il devait nous arriver de réfléchir au carnet de recherche lui-même, l’un des moments-lieux où cet effort réflexif s’effectue, à ce qu’il rend possible, à ce qu’il induit, à ce qu’il contraint et à quelques-uns de ses enjeux.

Vendredi 25 novembre, Pierre Mounier était invité dans l’émission de radio « Recherche en cours », et j’avais le plaisir de l’accompagner. Son thème « To blog or not to blog ? », est l’occasion de ces quelques éléments de réflexion, qui se veulent comme toujours amorces à la discussion, au sujet de la pratique de blogging scientifique, telle qu’Hypotheses.org la permet en particulier. Et telle que je l’envisage depuis mes propres pratiques d’écriture et de lecture.

L’émission Recherche en cours dans son intégralité :

En ligne

Le terme de « carnet de recherche »

Ce terme n’a vraisemblablement pas été choisi au hasard par M. Dacos et P. Mounier : il évoque le carnet que l’on garde dans son sac ou dans sa poche, à portée de main et d’idées, qui surgissent au fil de la journée, des évènements scientifiques auxquels on assiste, des réunions avec nos collègues, des trajets en train ou en métro. Plutôt que de noircir des pages, l’on investit nos écrans… pour soi-même mais également pour les potentiels lecteurs, ce qui conditionne bien sûr l’écriture. A vrai dire, on ne fait pas nécessairement l’un ou l’autre, on peut tout à fait faire les deux. Car comme toute pratique numérique, pour peu que l’on considère les usages liés à des outils spécifiques non pas comme des translations d’usages préexistant sur de nouveaux supports, mais comme leur réinvention permanente, le blog scientifique, ou le « carnet de recherche » remplit des fonctions, différentes selon les façons dont on se l’approprie, mais qui ne se retrouvent pas toujours dans les pratiques d’écriture qui lui préexistent.1

Le « carnet » traduit des intentions de départ : le modèle qu’avaient en tête Marin Dacos et Pierre Mounier était celui du blog scientifique de chercheur qui leur paraissait être le modèle « idéal » du genre, qui répondait à des besoins de recherche et s’intégrait à des pratiques existantes.

« C’est bien un mode de communication qui s’apparente au blog, mais dans un contexte professionnel de recherche et qui est complétement intégré aux pratiques de communication liées à la recherche. Et donc on a essayé de trouver un terme qui essayait de rendre compte de cette double affiliation. Et du coup le mot « carnet de recherche » est apparu parce qu’il s’apparentait assez fortement aux cahiers de terrain par exemple que les sociologues ou les anthropologues peuvent avoir, ou à ces carnets de notes que les chercheurs, dans les différentes disciplines des SHS utilisent pour prendre des notes en cours de recherche. Et on s’est dit, c’est un peu cela, mais que l’on rend public d’une certaine manière ». Pierre Mounier, émission REC, 25 novembre 2011.

« Dans un premier temps, on s’est rendu compte en 2008 de deux choses, qu’il y avait un certain nombre d’équipes de recherche […] qui se rassemblaient autour de projets de recherche particuliers, et qui avaient des besoins de diffusion sur le web d’informations sur l’actualité de leurs recherches. », Pierre Mounier, émission REC, 25 novembre 2011.

 « Et puis la deuxième chose est que l’on voyait […], c’est qu’il y avait de plus en plus de chercheurs en SHS qui commençaient à ouvrir des blogs personnels sur des plateformes grand public […]. Et ce que l’on a voulu faire c’est essayer de leur dire : plutôt que d’ouvrir votre blog de chercheur sur ces plateforme où l’information est complètement noyée par tous les blogs personnels, justement, et où il n’y a pas de garanties en terme de pérennisation de l’information que vous diffusez, essayer plutôt de rejoindre un plateforme, professionnelle, c’est-à-dire une plateforme qui est dédiée aux chercheurs en SHS, c’est-à-dire où vous avez un certain nombre de garanties et où votre travail est plus mis en visibilité, et peut bénéficier d’une meilleure reconnaissance. », Pierre Mounier, émission REC, 25 novembre 2011.

Au-delà d’un nom qui lui conférerait une certaine légitimité chez le public qu’il vise, le terme de « carnet » induit une utilisation, des intentions dans l’écriture, qui me paraissent différentes d’un blog « classique » : il ne s’agit pas de parler de soi, mais bien de ce qui accompagne sa recherche, ce qui en fait partie, sans avoir nécessairement de place visible dans d’autres cadres, ni même de légitimité a priori. Ainsi, selon les carnets, des cours, des échanges entre pairs, des échanges interdisciplinaires, des hypothèses en construction, des idées saisies au vol trouvent toute leur place.

« L’usage de mon blog sert d’abord mes propres fins de recherche.« , commentaire d’André Gunthert, 3 décembre 2011, sur le carnet de recherche d’Eric Verdeil (Rumor).

 » […] des chercheurs et d’autres personnels de recherche qui prennent du plaisir à écrire d’une manière différente leur recherche et à communiquer de manière différente sur leurs recherches […] », Pierre Mounier, émission REC, 25 novembre 2011

La plate-forme Hypotheses.org définit aussi un ton. Pour ceux qui écrivent, elle est identifiée comme un lieu académique, le seul critère d’ouverture d’un carnet de recherche étant l’affiliation universitaire. Pour ceux qui commentent, la parole ne semble pas aussi libre que sur d’autres formats blog, et demande parfois à être « autorisée » par l’auteur du billet.2

Pour Frédérique Giraud (Socio-Voce ; intervention le 1er décembre 2011), c’est ce qui ferait à la fois l’avantage et la limite d’une plateforme comme Hypotheses.org. Présente auparavant sur une plateforme plus généraliste, elle ne retrouve plus les mêmes commentaires à ses billets sur son carnet de recherche, ce qui lui semble être le signe d’une moindre fréquentation de son site par le public qu’elle visait initialement : le grand public auprès duquel il s’agissait de partager les questionnements de la sociologie. Difficile de savoir, si ceux qui lisent s’auto-censurent dans la mesure où, justement, ils ne laissent que des traces statistiques qui ne disent pas grand chose d’eux-mêmes (voir la notion de conversation silencieuse, proposée par Marin Dacos).

L’argument d’Hypotheses.org : être lu par des pairs plutôt que par le grand public ? Question de David Dumoulin dans l’émission REC – 25 nov. 2011

Réponse de Pierre Mounier : plutôt l’importance de l’archivage des billets et de fonctionnalités spécifiques à l’écriture en sciences humaines et sociales

Le statut de la publication électronique d’un billet

Récemment, la BNF (Bibliothèque Nationale de France) a donné une forme de légitimité aux carnets de recherche en leur attribuant un ISSN lorsqu’ils remplissaient les critères d’attribution (voir ci-dessous).
Ils ne sont pas « reviewés », et donc non comparables en cela avec des publications dans des revues à comité de lecture par exemple (mais ce n’est pas non plus leur objet), ils ne peuvent pas être rigoureusement cités (à ma connaissance), selon des normes partagées, mais les billets sont maintenant accessibles en tant que ressources de la recherche en sciences humaines et sociales, dans des moteurs de recherche comme Isidore et OpenEdition.

Extrait du billet publié sur le carnet d’OpenEdition, par Frédérique Muscinesi, le 22 juin 2011 :

« Le Cléo a obtenu l’attribution d’ISSN aux carnets de recherche d’Hypotheses.org.

Les ISSN caractérisent des publications en série qui, dans le cas d’un support numérique, doivent répondre à cinq conditions nécessaires que l’ensemble des carnets qui se trouvent sur Hypotheses.org remplissent largement.

Ces conditions sont les suivantes1 :

  • avoir un contenu éditorial, c’est-à-dire des textes dont le traitement éditorial ou journalistique est évident ;
  • un responsable éditorial ;
  • un titre définitif et aisément accessible qui ne soit pas modifié au cours des mises à jour du site ;
  • une url valide qui conduit au contenu ;
  • un contenu cohérent s’adressant à un public défini. »

Le statut de l’écriture d’un billet dans la pratique de recherche

Que va-t-on publier sur un carnet de recherche ? Avec quel degré d’aboutissement ?

Parle-t-on de ses recherches et si non, si on ne les aborde pas « directement » s’autorise-t-on à parler de tout ce que l’on souhaite ?

Ma réponse serait que nous pouvons par exemple y parler de tout ce qui constitue, à mon sens, la pratique de recherche dans sa globalité, sans en constituer la partie la plus immédiatement visible :  les enseignements, les évènements scientifiques auxquels on assiste, les rencontres avec des chercheurs et leurs objets de recherche, leurs cadres de référence,  etc. On se rend dès lors compte à quel point le statut donné à l’écriture de billets de carnet de recherche peut exprimer un certain rapport à la recherche, à ce que l’on considère comme montrable ou non, légitime ou non, selon que l’on décide de prendre le temps « pour ça », au milieu de tant d’autres priorités, tellement contraints que nous sommes par les critères d’évaluation, eux-mêmes l’expression d’une certaine conception de la recherche.

Mais ce qui constitue notre pratique de recherche n’est pas toujours identifié comme tel, et nous mettons parfois un moment avant de réaliser quel rôle joue une lecture à un moment donné de notre travail de recherche, la rencontre avec un nouveau cadre de référence, l’intervention d’un chercheur, de notre domaine ou non, sur l’orientation de nos propres questions de recherche, sur la façon de considérer nos hypothèses de départ, nos éventuels postulats, etc.

Les carnets de recherche sont une occasion potentielle de partager la manière dont nous « rencontrons d’autres objets au cours de nos recherches » comme le dit Franscesca Musiani, et comment ils entrent en résonance, ils s’articulent avec les nôtres. Ainsi, dans L’Infusoir, je n’aborde que très rarement de front mon propre sujet de thèse : tout ce qui y est mis en discussion, en visibilité, constitue pourtant ma recherche, au sens où mon objet de recherche évolue et se nourrit de tout ce que je peux lire, rencontrer et écrire au contact d’autres problématiques de recherche, mais aussi de ce que je suis amener à construire dans mes enseignements, et lors d’interventions dans des évènements scientifiques ou interprofessionnels. Ces formes d’écriture prennent une autre place dans la pratique de recherche que celle de l’écriture d’articles ou d’un ouvrage : celle de la construction, petit à petit, d’objets et de questionnements de recherche.

Il est important de préciser, en guise de fin provisoire, qu’il existe presque autant de type de carnet que de carnets ouverts, même si de grandes tendances se dessinent, relatives notamment aux catégories proposées par Hypotheses.org lors de l’ouverture d’un carnet : catégories de carnet, de lecteurs attendus, de contenus. Il semble que l’on puisse qualifier les carnets de recherche d’espaces et de pratiques de recherche, que les chercheurs, les documentalistes, les doctorants, les équipes, etcetera s’approprient.

Quelques exemples concrets de la diversité des carnets :

« Ce carnet de recherche espère rendre compte d’une activité de recherche conduite autour de l’objet historique « dessin ». »

« Ce carnet de recherche est un espace de réflexion sur la théorie du discours envisagée sous des angles épistémologiques renouvelés. « 

« Le carnet « Les aspects concrets de la thèse » est un espace collaboratif ouvert à toutes les bonnes volontés. »

« Le Blog de la documentation du Laboratoire Cresson propose des actualités (annonces de colloques, d’appels à contribution, de nouvelles publications) sur les thèmes de recherche du laboratoire : les ambiances architecturales et urbaines ainsi que les approches sensibles de l’espace. Les informations rassemblées ici sont publiques et issues d’un travail de veille à partir de sites, de flux rss ou de newsletters. »

« L’Observatoire Urbain d’Istanbul est un des quatre observatoires de l’IFEA. Il s’intéresse prioritairement à l’étude des phénomènes qui accompagnent la métropolisation d’Istanbul (développement urbain, environnement, immobilier, vie politique et économique, politiques culturelles) »

Prochains billets de la série :

2. Le carnet de recherche comme pratique de chercheu.se.s

3. Le carnet de recherche comme pratique de recherche

4. Le carnet de thèse

Références

André Gunthert, « Why Blog ? », in Marin Dacos (dir.), Read/Write Book, Marseille, Cléo (« Coll. Edition électronique »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 25 mars 2010, Consulté le 01 décembre 2011. URL : http://cleo.revues.org/174

Antoine Blanchard, « Ce que le blog apporte à la recherche », in Marin Dacos (dir.), Read/Write Book, Marseille, Cléo (« Coll. Edition électronique »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 25 mars 2010, Consulté le 01 décembre 2011. URL : http://cleo.revues.org/172

Pierre Mounier, « L’édition électronique : un nouvel eldorado pour les sciences humaines ? », in Marin Dacos (dir.), Read/Write Book, Marseille, Cléo (« Coll. Edition électronique »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 25 mars 2010, Consulté le 01 décembre 2011. URL : http://cleo.revues.org/169

Billets de blogs ou carnets de recherche

La conversation silencieuse, Marin Dacos, 23 juillet 2009 sur blog.homo-numericus.net

Ouvrir un carnet sur Hypothèses ? Pourquoi pas vous ? , 2 décembre 2011, sur Le Cresson veille

Comment je blogue , Eric Verdeil, 4 décembre 2011 sur Rumor

  1. Paragraphe écrit avoir d’en avoir parlé avec P. Mounier, qui explique les intentions initiales dans l’émission REC []
  2. Paragraphe écrit après en avoir discuté avec P. Mounier, et après avoir assisté à la rencontre « Comment bloguent-ils ? », à laquelle participaient Eric Verdeil, Françoise Acquier, Frédérique Giraud, Pierre Mercklé et Pierre Mounier []

A travers champs – Sciences Sociales 2.0

A travers champs : à l’opposé de la recherche buissonnière, l’enrichissement de la démarche réflexive par l’altérité disciplinaire.

Jeudi 17 novembre, à Lyon, se déroulait la journée d’étude Sciences Sociales 2.0 (voir le programme) marquant les 10 ans de Liens Socio, qui a donné naissance au printemps 2011 à la revue Lectures.

Archivage  des tweets #socio2 de la journée (par @piotrr70) / Fichier pdf

Prise de note collaborative (version etherpad, version pdf) – Détournement du principe de l’etherpad : ici

Le billet de Pierre Mercklé sur la journée

Sur le principe de Conférence 2.0 voir le billet de J. Chibois et le commentaire de P. Mounier sur les questions de convivialité entre chercheurs

Vidéos de la journée Sciences Sociales 2.0 en ligne (à venir)

J’avais le plaisir d’être discutante d’Antonio A. Casilli (@bodyspacesoc), qui intervenait sur la question « Comment les usages numériques transforment-ils les sciences sociales ? » (présentation en ligne), en abordant la question selon trois principaux angles :

  • rapport aux objets et méthodes ;
  • rapport aux savoirs ;
  • rapport à la demande sociale ;

J’ai découvert son travail, très intéressant, à cette occasion, et notamment l’ouvrage Les liaisons numériques.

En lisant le résultat de ses recherches portant sur la société en réseaux, définie, suivant Will F. Jenkins, comme « un espace social, où des corps interagissent pour créer des liens de coexistence » (Casilli, 2010), j’avais en permanence en tête la question suivante : « Quelles seraient les conséquences des usages numériques sur ces trois aspects dans la pratique de recherche en science sociales ? »

Avant toute chose, et depuis mon approche à la croisée des études des sciences et technologies (ou STS, Science and Technological Studies) et des sciences de l’information et de la communication (SIC), considérer la question « comment les usages du numériques transforment les sciences sociales ? », comme Pierre Mercklé l’avait proposé à Antonio Casilli, m’a amené à me demander : « les sciences sociales en tant que quoi ? ». Il me semble qu’adopter alternativement différents regards possibles de la sociologie des sciences (Vinck, 2007) mais aussi des SIC nous permet de parcourir différents aspects possibles des transformations des sciences sociales par les usages numériques. Un exercice un peu systématique, sans doute un peu scolaire, qui m’ouvre beaucoup de réflexions quant aux effets du numérique sur les pratiques de recherche, en sciences sociales en particulier.

Je livre ici ces quelques réflexions, de manière un peu abrupte, et sous forme de questions, dont une bonne partie ont déjà trouvé des éléments de réponse lors de la journée Science Sociales 2.0.

Tous vos commentaires, retours critiques, pistes, références et compléments sont les bienvenus !

Photo : Y. Calbérac

Les sciences sociales comme institution sociale de production des connaissances rationnelles

Comme dans toute institution, du normatif au normal1 , des normes structurent les pratiques de recherche.

Comment les usages numériques changent-ils (ou non) les normes de l’institution, au sens d’espace social normé ?

Quelles sont les nouvelles règles qui s’instaurent (évaluation, publication, communication), selon les disciplines, les nouvelles habitudes qui s’établissent, et les valeurs qui naissent, s’installent ou s’effacent (efficacité, quantité, rapidité, etc.) ou à l’inverse les contre-valeurs et contre-normes qui émergent ?

Les valeurs (et les cultures) des différents collectifs composant la recherche (disciplines, institutions, générations, etcetera) ne sont vraisemblablement pas les mêmes vis à vis du numérique. Les usages numériques sont-ils en train de redéfinir une « hiérarchie des disciplines » selon qu’ils y sont centraux ou périphériques, selon qu’ils sont des outils, des méthodes ou des moyens de communication ou de construction de réseaux sociaux ?

Comment les usages numériques transforment-ils par exemple les principes d’accumulation de crédit et de reconnaissance par les pairs ? Comment jouent-ils plus particulièrement sur le positionnement des acteurs de la recherche en sciences sociales ?

Et peut-être avant tout : quels types d’usages sont faits des outils numériques dans la recherche ? Quelle proportion de chercheurs utilise les outils numériques dans leur dimension relationnelle ? L’usage principal (prédominant) n’est-il pas avant tout celui de la production de données ?

Comment les usages numériques transforment-ils les modes de production des connaissances et les objectifs des institutions de recherche quant à la production de connaissances  (qualitativement et quantitativement) ?

Quelles sont les nouvelles temporalités qu’ils proposent / imposent ? Quelles sont les normes d’évaluation qu’ils favorisent ?

Comment les questions de gestion des données se posent-elles ? 

A quoi les chercheurs renoncent-ils éventuellement en termes de connaissances productibles, sur un plan épistémologique ?

Les sciences sociales comme reflet de cultures et de sociétés locales

Si l’on considère maintenant que « les intérêts des scientifiques et des groupes sociaux auxquels ils appartiennent orientent l’activité scientifique » (Vinck, 2007), on peut s’intéresser à la manière dont les usages numériques transforment les sujets de la recherche, reflet de l’intérêt plus large d’une société pour ces problématiques.

Dans quelle mesure ce qui se passe dans la recherche en sciences sociales reflète-t-il ce qui se passe plus largement dans notre société ?

Les usages numériques définissent-ils une nouvelle culturelle matérielle et cognitive locale dans notre société, dont la recherche en sciences sociales serait le reflet ou voit-on se développer une culture numérique spécifique aux sciences sociales ?

Les sciences sociales comme ensemble de pratiques de communication et comme système d’échanges

Comment les usages numériques transforment-ils les modes de communication entre chercheurs et avec la société ? Comment les usages numériques mettent-ils en réseau les chercheurs en sciences sociales, entre eux et avec la société ?

Maintenant que l’informatique est devenue « relationnelle et communicante », comme le dit Antonio Casilli, quels statuts / quelle part les usages numériques occupent-ils dans les pratiques de communication quotidiennes des pratiques de recherche en sciences sociales, et quels rôles jouent-ils ?

Comment ces formes de communications organisent-elles physiquement le laboratoire ? Comment les usages numériques structurent-ils les espaces sociaux de la recherche et la façon dont les corps interagissent, ou encore transforment-ils la manière dont les liens de coexistence inter-individuels, inter-professionnels ou encore interdisciplinaires s’établissent (Casilli, 2010) ?

Comment les professionnels de la recherche et de la circulation des savoirs, les différents métiers qui les rendent possibles, se réorganisent-ils, se redéfinissent-ils potentiellement, autour des usages numériques ?

Voir à ce sujet les questions abordées dans le cadre de l’Université d’été du Cléo (septembre 2011).

Comment les usages numériques posent-ils la question de l’échange d’information et de la circulation des savoirs ?

Comment les usages numériques transforment-ils notamment le rapport à l’information (lecture, flux, gestion) et à la propriété intellectuelle dans les sciences sociales ? Comment s’articulent-ils ou non avec les modes actuels de validation scientifique de l’information ?

Si l’on considère les sciences sociales en tant que construction de réseaux sociotechniques et de collectifs de recherche, on peut se demander comment les usages numériques transforment les réseaux d’acteurs, leur densité, leur extension, la nature de leurs liens, ainsi que comment ils s’articulent et s’ils ont des effets sur les réseaux non virtuels.

Comment s’articule, ou non, par exemple le sentiment d’appartenance à une communauté de chercheur en ligne (exemple : les carnetiers d’Hypotheses.org) avec celui de l’appartenance avec une communauté hors ligne, celle de ses collègues, d’un même laboratoire, d’une même discipline ?

Quels sont les enjeux des communautés numériques pour la recherche et les chercheurs (capital symbolique, reconnaissance, etcetera), dans la mesure où celle-ci fonctionnent, de la même manière que les communautés non virtuelles, sur les principes suivants (Casilli, 2010) :

1. « plus un individu est reconnu par la collectivité, plus il se sent appartenir à celle-ci » ;

2. « le sentiment d’épanouissement éprouvé par chaque membre du collectif tient davantage à l’échange avec les autres qu’à son activité solitaire » ;

3. un membre d’un collectif ressent sensation de manque associé à la privation de l’échange, de l’interaction avec les autres.

Les communautés virtuelles adjoignent à ces caractéristiques la spécificité de conférer un « sentiment d’efficacité« , et des satisfactions presque instantanées, dans la mesure où « le don de temps et d’énergie pour la collectivité [y] serait récompensé de manière claire, immédiate et proportionnelle à l’effort  » (Casilli, 2010).

A. Casilli ajoute que les communautés virtuelles sont autant « ressenties » que celles établies dans des espaces physiques, et que « les pratiques communautaires en ligne s’ajoutent à celles qui préexistent et ne se substituent pas à elles ». Les usages numériques relationnels sont-ils dès lors amenés à se répandre, dans la mesure où ils semblent contenter certains besoins associés au travail en collectif, exprimés notamment par les doctorants (en sciences humaines ou en sciences expérimentales) ?

Comment les chercheurs s’approprient-ils des pratiques numériques de manière à ce que cela fasse sens pour eux : par des pratiques, des discours, des valeurs qui croisent ce qu’ils projettent sur leur pratique de recherche ?

Comment les trois principaux facteurs de participation aux communautés virtuelles, citées par A. Casilli (2010), d’après Peter Kollock, peuvent-ils recroiser la manière dont certains chercheurs investissent leur pratique IRL (In Real Life), et combler éventuellement un manque ressenti dans la pratique quotidienne de la recherche2 ?

1. Motivation par le principe du don-contre-don : en fonction de son investissement, on reçoit des informations, de l’aide, du support assuré par les autres ;

2. Désir de reconnaissance publique : ce qu’A. Casilli appelle le « cercle vertueux de reconnaissance et d’engagement »;

3. Sentiment que le comportement individuel peut changer la donne ou « compter pour quelque chose » ;

En bref, comment les usages numériques reconfigurent-ils la sociabilité des chercheurs entre eux, mais aussi avec la société ?

Les usages numériques participent à « créer des communautés électives » (Casilli, 2010), c’est-à-dire composées d’individus partageant nos valeurs et désirs. N’est-ce pas déjà ce que l’on fait dans les pratiques de recherche ? Pour A. Casilli, dans le cadre de la communication entre les chercheurs, fondées pour une grande part sur la convivialité3 et l’informel, les médias sociaux gommeraient la dimension conflictuelle de la recherche (controverse, luttes entre écoles…), qui l’enrichit. Ce manque ferait courir le risque potentiel d’un appauvrissement de l’échange intellectuel : comment pourrait-on réinjecter ces aspects dans les réseaux sociaux ?

@bodyspacesoc RT @yann_c: Je like! RT @piotrr70 @bodyspacesoc réclame un bouton « dislike » dans les réseaux sociaux et le possiblité de se faire des ennemis ! #socio2  / Thu, 17 Nov 2011 11:08:12 +0000 – tweet id 137124873557381120 – #529

Enfin, les communautés virtuelles ne s’établissent-elles qu’entre chercheurs ou reconfigurent-elles les relations chercheurs-non chercheurs ?

 ——

Cette journée me met finalement à la croisée des chemins : celui de l’étude des pratiques de communication dans les pratiques de recherche, de la sociologie des usages numériques et de la sociologie des sciences.

  • Quelques pistes numériques déjà engagées

Marin Dacos, Pierre Mou­nier, L’édition élec­tro­nique, Paris, La Décou­verte, 2010, 128p.

Antonio Casilli, Les liaisons numériques, Paris, Seuil, 2010, 336p.

Blogo numericus par Marin Dacos et Pierre Mounier

Blog de Pierre Mercklé

BodySpaceSociety, Blog d’Antonio Casilli

  • Des pistes à suivre

Milad Doueihi, La Grande Conversion numérique, paris, Seuil, 2008, 271p / Billet de P. Mounier sur cet ouvrage

Milad Doueihi, Pour un humanisme numérique, Paris, Seuil, 2011, 192 p. Compte-rendu sur Nonfiction

Pierre Mercklé, Sociologie des réseaux, Paris, La Découverte, 2011, 128 p.

Pierre Mounier, Les Maîtres du réseau – Les enjeux politiques d’internet, Paris, Cahiers libres, 2002, 216 p.

Communications, n° 88. « Cultures du numérique », Communications, 88, 2011 (introduction en ligne)

  • Autres références

Bourdieu, P., Homo Academicus, Paris, Les éditions de minuit, 1984, 320 p.

Le Marec, J., Babou, I. et Faury, M., Analyse du discours de la presse quotidienne à propos des résistances aux antibiotiques en contexte génétique et Pratiques de communications dans les pratiques de recherche, In : Schneider, D (Dir.), Rapport pour le programme Afsset « Gestion biologique et sociale de la dispersion des résistances aux antibiotiques », Grenoble : Université Joseph Fourier, 2010.

Le Marec, J. « Situations de communication dans la pratique de recherche : du terrain aux composites  », Études de communication , 25 | 2002 , [En ligne], mis en ligne le 18 novembre 2011. URL : http://edc.revues.org/index831.html. Consulté le 19 novembre 2011.

Vinck, D. Sciences et sociétés. Sociologie du travail scientifique, Paris, Ed. Armand Colin, 2007.

  1. Lors d’une séance du Labo Junior EHVI, Julie Henry avait exploré les frontières entre « normal », « normalisé », « normatif », « anomal » et « anormal ». []
  2. Ces réflexions sont en lien avec les entretiens que j’ai menés auprès de doctorants, non pas en sciences sociales, mais en biologie expérimentale : voir la Galerie de rencontres []
  3. Voir à ce sujet le commentaire de P. Mounier au billet de J. Chibois []

Jean-Marc Levy-Leblond. (Auto)critique de la science. Paris : Seuil, 1973 – Version numérique à télécharger

Annonce initialement publiée sur le portail science-societe.fr

L’ouvrage « (Auto)Critique de la science », coordonné par Alain Jaubert et Jean-Marc Levy-Leblond a été numérisé, avec l’autorisation de l’éditeur et de l’auteur, à l’ENS de Lyon, par Amaury Delarge (pour le travail de numérisation), Igor Babou (traitement graphique des pages et mise en ligne). Cette  numérisation s’inscrit dans les travaux de l’équipe « Communication, Culture et Société » (Centre Norbert Elias) pilotée à l’époque de la numérisation par Joëlle Le Marec.

Ce livre prend place en 1973 dans la collection « Science ouverte » aux Editions du Seuil et peut maintenant être téléchargé sur le lien suivant (attention, le téléchargement peut être un peu long, l’ouvrage étant volumineux : 384 pages) :

http://science-societe.fr/autocritique-de-la-science/

Une présentation de cette ouvrage a été rédigée par Mathieu Quet, et est disponible à la même adresse.

Circulation des savoirs à l’ère du numérique – 1er jour

cc Mélodie Faury

 

L’Université d’été du Cléo « Circulation des savoirs à l’ère du numérique » a débuté hier à Marseille et peut être suivie en direct sur twitter. (Toutes les conférences sont filmées et seront mises en ligne)

Après un très bon accueil, nous (re)parcourons le programme de la journée et de la semaine, bien chargé, mais surtout prometteur.

Conférences introductives

L’ouverture du président de l’Université de Provence, J.-P. Caverni donne le ton.

Morceaux choisis :

« Le privé fait main basse sur la connaissance, or elle est un bien public. La démarche de revue.org est d’intérêt public. »

« Dans un monde [la recherche] où parfois il faut payer pour lire ce qu’on a écrit. Ceux qui écrivent se posent des questions. »

« Il n’y a pas de pensée qui ne soit associée à une pratique. Les chercheurs savent tous cela, c’est leur quotidien. »

« Le partage comme règle d’une communauté universitaire : un refus de la concurrence »

Jean-luc Pinol, directeur du TGE-Adonis, enchaîne et insiste sur la « nécessaire cohérence des acteurs du numérique » pour l’accès aux publications scientifiques, notamment pour le bon fonctionnement du portail Isidore, regroupant des ressources en sciences humaines et sociales.

Marin Dacos, nous présente à son tour la démarche de cette seconde édition de l’Université d’été et nous rappelle les 10 commandements de l’édition électronique ouverte proposée par le Cléo, ou ses principes de bases :

Être lisible

Être manipulable

Être indexable

Être cherchable

Être copiable et collable

Être annotable et inscriptible

Être citable et identifiable

Être décrit avec métadonnées

Être interopérable

Être en libre accès

cc OpenEdition (sur Flickr)
cc OpenEdition (sur Flickr)

Pour M. Dacos, la mise en œuvre de ces principes demande la mise en place d’un modèle économique nouveau, différent du modèle auteur-payeur (voir L’édition électronique, de M. Dacos et P. Mounier).

Pierre Mounier se charge ensuite des aspects pratiques de la journée, et nous retenons en ce début de journée un état d’esprit :

 » Il ne s’agit pas d’asséner des vérités mais déclencher des conversations  (notamment sur twitter) « 

« Le projet Unlibrary : les auteurs amplifiés », Chris Meade

Premier cours du matin en parallèle de : « Sociale, la lecture ? » par H. GuillaudSupport du cours en ligne

En quelques mots :

Chris Meade, directeur du think and do tank If:Book, explorant le futur du livre, nous offre une promenade et des rencontres en Unlibrary (bibliothèque « buissonnière »). Pour C. Meade, il n’y a plus de lieux spécifiquement dédiés à la lecture, elle est partout dans tous les espaces (métro, rue, etc.) avec l’arrivée des smartphones et autres tablettes, il parle même de « retour du livre » sous une autre forme certes, mais il s’agit toujours de lecture. Une lecture « mobile ».

« Pourquoi passer tant de temps à promouvoir l’usage de la « page écrite » alors que ce sont les mots que l’on aime ? » C. Meade

« Le livre n’est pas un objet, c’est une expérience » C. Mead

 » Amplified author & creative reader : blogging, tweeting, publishing, learning, conversing, illuminating, etc. »

Tweets de la conférence de Chris Meade

Atelier – Utiliser Lodel pour l’édition électronique de livres et de revues 1/2

cc OpenEdition (sur Flickr)

Animé par I.  Secondat de Montesquieu et S. Roulet

Objectifs de cet atelier : voir quelles sont toutes les étapes pour la mise en ligne d’une revue sur Lodel (utilisé par Revues.org)

En parallèle de :

Construire une veille thématique (S. Mercier, L. Bester); Tweets de l’atelier « Construire une veille thématique »

Maîtriser XML TEI pour l’édition ( D. Roux, P-Y. Buard, J-F. Rivière) ; 

OpenEdition dans les outils pour les bibliothèques (J. -C. Peyssard, J.-B. Bertrand) ; Tweets associés à « OpenEdition dans les outils pour les bibliothèques »

Valoriser le patrimoine scientifique en ligne (R. Maurel-Segala, Th. Mansier) ; Tweets associés à « Valoriser le patrimoine scientifique en ligne »

De la lecture numérique, M. Roland-Guill

cc OpenEdition (sur Flickr)

 

Tweets de l’exposé « De la lecture numérique »

En quelques mots :

M. Roland-Guill nous propose une « causerie », non pas sur les conditions de fabrication et d’utilisation du livre électronique, mais en déplaçant la problématique du côté de la lecture numérique, des modes de lecture qu’elle induit.

Parcourant et discutant différentes théories des médias, en partant notamment de celles de Nicolas Carr (« the message is the media »), il nous amène à considérer le livre comme un révélateur d’un état de la société (approche historique), la lecture comme un processus qui ne dépend pas tant des supports sur lesquels elle s’effectue que des intentions qui la motivent (information versus formation).

 

Journée d’échange d’expériences « Médiation culturelle des sciences sur le Web », le 15 mars 2011

Dans le cadre de mes missions au service Science & Société de l’Université de Lyon, je co-organise le 15 Mars, à Lyon une journée de rencontre et de réflexions autour de la Médiation culturelle des sciences sur le web, dont les Interacteurs (représentés par Antoine Blanchard et Nicolas Loubet) sont partenaires.

Programme_détaillé de la journée

 

Pourquoi une entrée par le Web ?

Le Web 2.0 (dans son sens pris depuis 2004) est une « plate-forme avec l’idée d’une migration des applications de l’ordinateur de l’utilisateur vers le Web. Cette migration porte aussi sur les applications de création, de traitement et d’éditorialisation de contenus qui permet d’en faire un processus partagé. »

Il y a dès lors rupture avec « la logique unidirectionnelle de la distribution classique de contenus, de l’émetteur au récepteur. Tout le monde étant sur un pied d’égalité, tout un chacun peut produire et diffuser les contenus qu’il crée. » (Réf : L’édition électronique, Marin Dacos & Pierre Mounier, Ed. La Découverte, 2010 ; p89).

Des questions se posent alors en termes de médiation et de relation que l’on établit avec les publics dès que l’on décide de mettre en place un dispositif participatif, sur le web en particulier.

Ces questions recroisent plus largement celles qui se posent dans la médiation culturelle des sciences utilisant le numérique.

  • Quels sont mes objectifs en développant / en utilisant tel outil de médiation numérique ?
  • Quels sont les publics ciblés ?
  • Quels rôles sont attribués à ces publics par le dispositif mis en œuvre? Quel type de relation est instaurée ? Tout le monde est-il vraiment sur un pied d’égalité ou distingue-t-on différents rôles par exemple

Continuer la lecture de Journée d’échange d’expériences « Médiation culturelle des sciences sur le Web », le 15 mars 2011