sur la possibilité et l’impossibilité de l’écriture

Plusieurs jours sans écrire sur la possibilité et l’impossibilité de l’écriture.
La fatigue au fond du corps de la fin du semestre, la renonciation explicite à tout poste de recherche à l’université, l’absence de temps comme ressource matérielle pour penser, écrire, modeler dans des formes identifiables selon les normes en vigueur du monde académique. La perte du désir pour des formes pré-établies, attendues. Fermer la porte avant qu’elle ne claque sur nos doigts.
Je n’y arrive plus, je ne cherche même plus à y « arriver ». Je suis épuisée de la charge trop grande de mes enseignements tout azimut, éclatée sur six composantes différentes – être partout en même temps et nulle part, désaffiliée par le flou administratif, par le rythme intenable, par les imprévus qui ne trouvent plus de place pour être accueillis, la détresse des étudiant.es qui surgit par mail, je suis rattrapée par le corps et l’esprit à soigner pendant que le monde court tout autour. Soigner la sciatique, soigner les douleurs au dos – cette colonne vertébrale de grand-mère qui crie si souvent, soigner les restes vigoureux du vécu de l’attentat de Strasbourg en 2018, soigner les effets physiques de la pandémie et du tout distanciel qui fait tourner les vertèbres, mal installée chez soi pour des visios à n’en plus finir, soigner les effets en soi et dans l’entourage de la montée du fascisme dans l’atmosphère, soigner les relations en temps de guerre quand elle traverse directement nos proches, les proches de nos proches. Soigner nos existences politiques, tenter de faire quotidiennement partie du monde sans s’y dissoudre.
Répondre à cette fatigue en revenant au temps tout juste présent, de l’ici qui importe, des relations infraordinaires qui nous tiennent, qui nous réjouissent, du si peu important dans la ronde frénétique, et où pourtant réside la joie puissante. L’écoute.
Je ne sais pas toujours saisir la vie minuscule des interstices, je sais mieux dire les effondrements et les abattements lourds sur les épaules, les décharger par l’écriture, les remettre en circulation, pour dire que la vie bat encore, et que c’est le ferment de nos recherches : ne rien enfermer, ne rien circonscrire, ne rien définir mais laisser la porte et la fenêtre ouvertes pour le renouveau de l’air.


Citer ce billet
Mélodie Faury (2022, 31 mai). sur la possibilité et l’impossibilité de l’écriture. L'Infusoir. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qcmd

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search