Se situer – L’Institut du vide et des savoirs fragiles

A partir d’aujourd’hui je suis chercheuse à l’Institut du vide et des savoirs fragiles (et désignations associées) co-fondé avec deux ami.es, Yosra Ghliss et Marc Jahjah – nous habiterons nos espaces imaginaux
Joie !
 
Je travaille sur les récits, les formes orales et écrites, les manières de dire l’indicible, de faire compter ce qui est silencié, anéanti, de répondre aux fantômes, de mener l’enquête sur les matrices de domination qui nous fabriquent, les êtres qui nous agissent, la possession et la manière de retrouver une puissance d’agir face à ce qui nous traverse, collectivement.
 
Je cherche les moyens matériels pour faire commun, situation par situation – et surtout dans mon lieu, celui de l’enseignement, et des recherches et sciences participatives.
 
Je suis dans un lieu “entre”, que nous habitons grâce à nos amitiés, nos engagements, au soin que nous portons à nos attachements – des alliances qui démultiplient les modes d’existences et leur soutenabilité – même quand nous sommes encore illisibles dans les trames dominantes.
 
J’écris, je raconte, je chante, je brode, tricote et recouds, je fabule, je poète, j’écoute. Les voix multiples, les peuples d’êtres-autres-qui-comptent qui nous (re)constituent.
 
Nous instituons l’ininstituable, nous activons l’indéfini – Institut du vide et des savoirs fragiles / des désirs et voix multiples / des mondes possibles et des savoirs libres


Citer ce billet
Mélodie Faury (2023, 15 mars). Se situer – L’Institut du vide et des savoirs fragiles. L'Infusoir. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qcmj

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search