Annonce – Manifeste des savoirs engagés et reliés

www.mouvement-ser.org

“Le collectif

Nous sommes un collectif national d’associations engagées dans la coopération entre recherches et mouvements sociaux pour la transition écologique et solidaire.

Nous faisons le constat que les institutions de production et de transmission des savoirs (Éducation nationale, Universités, Grandes écoles, CNRS…) sont souvent prises dans des logiques concurrentielles, déconnectées des nécessités vitales auxquelles nous confrontent les bouleversements écologiques et l’attente de plus de justice sociale et globale. À l’heure des bascules planétaires environnementales, sociales et politiques qui engagent notre avenir commun, nous voulons susciter et renforcer la création d’autres formes de savoirs et de techniques, qui soient formulées, choisies et partagées démocratiquement et qui proviennent de démarches collectives de recherches : institutionnelles, associatives, militantes… Nous voulons que ces recherches ne soient pas captives d’intérêts privés, mais ouvertes et capables de produire des savoirs communs, partageables et visant à préserver une terre habitable. “

Atécopol, Coexiscience, Écopolien, la Fabrique des Questions Simples, Ingénieur.e.s Sans Frontières,
Ingénieur.e.s Engagé.e.s Lyon, Klask, La Myne, PiNG, RogueESR, Sciences Citoyennes

MANIFESTE DES SAVOIRS ENGAGÉS ET RELIÉS

EXTRAIT

“Épuisé·es. C’est l’état commun aujourd’hui à la fois des écosystèmes et des êtres humains qui les peuplent. On ne refera pas ici l’inventaire des marqueurs de cet épuisement partagé entre les vivant·es humain·es ou non, des bouleversements climatiques et écologiques que l’on voit se multiplier ou des inégalités qui continuent à se creuser. On s’appuie simplement sur cet état de faits pour affirmer que les sociétés modernes, capitalistes, échouent et ne peuvent qu’échouer à prendre soin des milieux qu’elles habitent et des individus qui les peuplent, à remettre en cause leur fonctionnement et leurs structures. On pense là, par exemple, autant aux travailleuses et travailleurs des « premières lignes », qu’aux cadres en burn-out, aux agriculteurs, agricultrices ou paysan·es à bout de souffle, aux chercheur·ses, enseignant·es, étudiant·es et autres ingénieur·es en quête de sens, ou aux espèces qui disparaissent. Le développement de ces sociétés s’est fait au prix de la destruction d’autres sociétés, d’autres cultures qui entretiennent d’autres rapports à leurs milieux.

Ingénieur·es, docteur·es, chercheurs et chercheuses; académiques, associatifs, individus faiseurs et faiseuses de sciences, ou simplement sensibles aux enjeux sociétaux, nous témoignons que les sciences et techniques modernes ont contribué et contribuent encore largement de l’entretien de ces mécaniques d’épuisement et d’exploitation.

 

Ce manifeste aborde le rôle des sciences et des techniques dites modernes dans ce développement mortifère (Partie 1). Il pointe le problème de la délégation des enjeux scientifiques et techniques à des institutions et des entreprises obsédées par l’innovation et soumises à des logiques de profit. Ces sciences ne parviennent pas aujourd’hui à produire et transmettre des savoirs fiables, sensibles aux milieux et à celles et ceux qui les habitent, sur lesquels les sociétés humaines pourraient s’appuyer pour faire face aux défis écologiques et sociaux contemporains.

Engagé·es, nous appelons donc les mouvements sociaux et politiques à se saisir des enjeux de production et de transmission des savoirs. Nous appelons également les milieux scientifiques à reconnaître la pluralité de savoirs légitimes et à s’engager dans les luttes sociales et écologiques qui visent la construction collective d’un horizon de vie commun (Partie 2). Nous affirmons que d’autres sciences sont possibles, qu’elles sont déjà en émergence, et que c’est en les reliant, par delà les silos institutionnels, sociaux et disciplinaires que nous construirons les savoirs robustes et pluriels dont nous avons besoin pour des modes de vie dignes et soutenables (Partie 3).”

 

 


Citer ce billet
Mélodie Faury (2023, 21 mars). Annonce – Manifeste des savoirs engagés et reliés. L'Infusoir. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qcmk

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search