La science comme bien commun ?

Enjeux sciences-société,

de la co-construction, de la mise en circulation et de la mise en débat

des connaissances scientifiques

dans le contexte numérique de la science ouverte

 

Mélodie Faury

Archives Poincaré UMR 7117

faury@unistra.fr

melodie.faury@protonmail.com

Doctorat

en Sciences de l’information et de la communication / Sciences, techniques et société

ENS de Lyon – 12 septembre 2012

Agrégée en Sciences de la vie, de la terre et de l’univers

Disciplines

Sciences de l’information et de la communication

Sciences de la vie, de la terre et de l’univers

Mots-clés : interdisciplinarité ; médiation science-société ; sciences participatives ; épistémologie ; construction des savoirs et médiation scientifique ;  science ouverte et dispositifs numériques ; réflexivité ; bien commun ; épistémologie des sciences ; régimes de preuve scientifique ; sciences participatives ; circulation et publication des savoirs ; intégrité scientifique et éthique de la recherche ; réflexivité ; pratiques de communication dans les pratiques de recherche ; vulgarisation et communication scientifique ; mise en débat public des savoirs ; sciences et technologies du vivant ; pratiques de laboratoire ; information scientifique et technique ; expertises et injustices épistémiques, critique des sciences ; savoirs situés ; sciences et pouvoirs ; responsabilité scientifique.

Résumé

A quelles conditions relationnelles, politiques, économiques et techniques la science peut-elle être considérée comme un bien commun dans le contexte numérique et sciences-société actuelle ? Quelles sont les modes relationnels activés par les dispositifs de conversation interdisciplinaire et de médiation des connaissances scientifiques ? Comment se confrontent différents types de constructions de la réalité à travers les formes du discours, et comment sont activés des rapports de légitimité liés au pouvoir de dire quelque chose de vrai sur le monde ? Dans quelle mesure les dispositifs de communication à propos de sciences permettent-ils la cohabitation de différents modes d’existence ou privilégient-il certains au monde par rapport à d’autres ?

Issue d’un double cursus en biologie moléculaire et cellulaire et en sciences de l’information et de la communication / STS (science and technology studies), je considère la rencontre interdisciplinaire, interprofessionnelle ou sciences-société comme une occasion de penser comment faire commun et de le réaliser. Ces rencontres sont des espaces possibles et habitables, pour développer des recherches et co-construire des connaissances considérées comme des biens communs, à partir de problématiques élaborées collectivement – par la diplomatie et des manières de se relier, en tout non-innocence et par le tissages des différents types de savoirs – avec le souci et le soin, autant que possible, de ne pas rejouer d’injustices épistémiques – dans différentes situations de rencontres et d’engagements science-société – notamment de médiation scientifique, de communication dans les pratiques de recherche, en particulier entre les disciplines, de controverses sciences-société ou encore de recherches participatives.

Les fils conducteurs de mes travaux de recherche sont les suivants : les pratiques de communication dans les pratiques de recherche ; les enjeux du dialogue interdisciplinaire en sciences et dans le cadre des relations science-société ; les sciences participatives et les enjeux de la co-construction des savoirs ; les relations sciences-société dans le contexte de la science ouverte – enjeux des dispositifs numériques dans la construction des savoirs et d’un rapport aux savoirs chez les publics ; la réflexivité dans les pratiques de communication scientifique et de co-construction des savoirs. Mon travail se base sur une méthodologie issue de l’ethnosémiotique – inspirée de l’ethnométhodologie et de la sémiotique de Peirce, et de l’anthropologie de laboratoire. : je développe un travail de terrain à partir de corpus de discours oraux et écrits, d’une attention pour les activités pratiques, les situations de communication, et le mouvement réflexif des acteurs de la science dans leurs discours – en tant que sujets d’étude empirique ; en accordant aux activités ordinaires de la vie quotidienne de la recherche une écoute toute particulière.

Ma recherche consiste à élaborer des manières d’être au contact et de comprendre la manière dont les individus donnent sens et en même temps accomplissent leurs actions de tous les jours, comment ils la racontent à partir de leur expérience vécue. Je poursuis cette méthode en gardant à l’esprit deux objectifs méthodologiques : continuer d’inscrire ma recherche dans une réflexion sur les conditions de possibilité du dialogue interdisciplinaire, sur les enjeux de la circulation des savoirs à partir d’une science pensée comme un bien commun et dans un dialogue avec les recherches en anthropologie et en philosophie portant sur les enjeux ontologiques et épistémologiques des sciences modernes.

Axes du projet de recherche proposé :

Axe 1 – Les pratiques de communication dans les pratiques de recherche

Axe 2 – Enjeux du dialogue interdisciplinaire en sciences et dans le cadre des relations science-société

Axe 3 – Les sciences participatives et les enjeux de la co-construction des savoirs

Axe 4 – Les relations sciences-société dans le contexte de la science ouverte

Axe 5 – Communication scientifique et réflexivité

Introduction

> Des fils conducteurs : les relations science-société, la communication scientifique et les conditions de possibilité d’une science comme bien commun ;

> Une unité méthodologique : anthropologie de laboratoire, ethnométhodologie et ethnosémiotique ;

> Une unité problématique : A quelles conditions relationnelles, politiques, économiques et techniques la science peut-elle être considérée comme un bien commun dans le contexte numérique et sciences-société actuelle ?

Depuis mon travail de doctorat, je m’intéresse à la manière dont les chercheurs investissent leur pratique professionnelle, à la manière dont ils lui donnent sens dans leurs discours (oral et écrit) et à la manière dont ils communiquent et interagissent avec la société, selon un cadre théorique posé en 2004 à l’ENS de Lyon par Joëlle Le Marec et Igor Babou, suite à un programme de recherche de quatre années qui consiste à comprendre les enjeux de la diffusion de la science dans la société par une analyse interdisciplinaire, historique et comparative des discours à propos de sciences dans les médias, et en particulier dans les dispositifs de médiation scientifique. Il s’agit de « suivre historiquement, et comparativement, l’évolution des formes de discours d’une part, des types de pratiques d’autre part. Par ailleurs, une fois ces données constituées – qu’il s’agisse de documents ou de pratiques observables –, nous les catégorisons dans le cadre d’une sémiotique percienne. Cette catégorisation nous permet de rendre compte du spectre des phénomènes de communications qui se déploient selon différents registres : les normes, les stratégies et les relations entre acteurs, et l’actualisation singulière des identités – celle des individus, comme celle des institutions »2.

Unité méthodologique des travaux effectués et à venir

Pour cela, je développe des méthodes d’anthropologie de laboratoire et des méthodes d’éthnométhodologie, des entretiens qualitatifs – analysés non comme « données » mais comme « situations de communication » (Le Marec, 2002), associées à de l’analyse du discours et mobilisant la réflexivité – comme manière de se relier – dans l’élaboration des connaissances. Je m’inscris dans des recherches élaborées depuis 50 ans sur les questions de la vulgarisation au cœur des problématiques « sciences et société » abordées du point de vue de la communication : depuis les premiers travaux d’Abraham Moles, puis ceux de Baudouin Jurdant, Philippe Roqueplo, Daniel Jacobi, Bernard Schiele, Yves Jeanneret, Suzanne de Cheveigné, Sophie Moirand, etc.

Plus précisément, je développe une approche ethnosémiotique (Babou et Le Marec, 2003 ; Le Marec, 2002), qui se rend attentive à la fois aux modes d’organisation et de communication savoirs, aux contextes, aux objets physiques, aux représentations mentales, aux routines et systèmes de valeurs tissés comme trames des activités des professionnels de la recherche et de la communication scientifique. Je mobilise sur mes terrains la méthode des composites associant objets, discours et contextes selon une sémiotique peircienne (Babou et Le Marec, 2003 ; Le Marec, 2002).

« Les composites émergent des mêmes questions que les représentations sociales, les formations discursives, les textes, les médias, les dispositifs : des configurations dynamiques, hétérogènes, mais qui constituent des unités de savoir. » (Le Marec, 2002)

Ainsi, la manière dont j’aborde les sciences et sociétés, à partir des travaux du laboratoire C2So de l’ENS de Lyon, considère qu’elles « s’inscrivent dans la « texture énonciative » des genres discursifs convoqués, dans les mots eux-mêmes, dans les formulations et les constructions, dans les dires rapportés ou imaginés, et donc dans l’histoire à court et à long termes des relations entre science et nature, science et société, qui est elle-même inscrite dans la mémoire des mots et des dires rapportés » (Babou et Le Marec, 2004)1. Les relations entre sciences et sociétés s’inscrivent dans les matérialités discursives.

Ces méthodes me permettent de porter une attention fine aux expériences vécues des acteurs de la recherche et de comprendre leurs attachements au métier (matter of care) – dans leurs multitudes et similarités, à partir desquels ils entrent en relation avec d’autres disciplines, d’autres citoyens ou « publics » (dans le cadre de la médiation scientifique).

Cette attention porte notamment sur l’infraordinaire de la recherche, que ce soit via les écritures ordinaires de la recherche ou via les communications orales qui tissent le quotidien de la recherche (Faury, 2012).

« l’analyse des écritures ordinaires de la recherche permet de prolonger le questionnement sur les pratiques scientifiques à partir des traces matérielles produites quotidiennement par les chercheurs dans leurs activités de recherche, aux côtés des publications formelles. » Lefebvre, 2013

Un monde commun pour nos modes d’existence multiples ?

D’une certaine manière, je cherche à comprendre et analyser comment différents modes d’existence peuvent se relier et interagir (ou non) dans le cadre d’une conversation scientifique, d’une médiation scientifique, de décisions politiques, etc. C’est-à-dire dans toutes ces situations où il s’agit de faire monde en commun, avec les sciences, de cohabiter avec une multitude d’attachements (Nathan, 2001 ; Latour 2001 ; Grandsard, 2005 ; de la Bellacasa, 2012).

Cet intérêt est transversal à mes recherches et se retrouve :

– dans mon travail portant sur les pratiques quotidiennes des doctorants en biologie expérimentale ;

– dans mes travaux interdisciplinaires avec des philosophes, de informaticiens, des chercheurs en sciences politiques, etc. dans le cadre du laboratoire Junior « Enquête sur l’homme vivant »,

– dans mon intérêt pour les sciences participatives et leurs enjeux épistémologiques, notamment en termes d’injustices épistémiques ;

– dans mon travail sur les effets du numérique et de la science ouverte quant au statut des savoirs circulants, à la question de l’appropriation de ces savoirs et à la reconfiguration des rapports entre science et société ;

– dans mon travail sur les rapports entre science et société, notamment dans le cadre politique des établissements de l’enseignement supérieur et de la recherche, dans le cadre de politiques européennes et nationales ;

– dans mes travaux de recherche sur différents dispositifs de médiation scientifique pensé à partir des relations qu’ils permettent entre différents attachements en présence, entre scientifiques et publics, et aux types de rapport aux savoirs qu’ils activent.

Dans l’ensemble de mes travaux de recherche, à partir de l’étude détaillée de dispositifs et selon une méthode ancrée en sciences de l’information et de la communication et en STS (science and technology studies), je travaille à élucider les conditions de possibilité et de réalisation d’une science comme bien commun. Ces travaux rejoignent notamment les réflexions actuellement centrales dans le cadre de l’Anthropocène quant aux tensions entre ontologie extractiviste et ontologies relationnelles.

L’Anthropocène et les biens communs 

Le lien entre ontologies, Anthropocène et bien commun est structuré notamment par les travaux menés en STS et en philosophie des sciences par Isabelle Stengers, Donna Haraway, Benedikte Zitouni, Emilie Hache, Vinciane Despret, Bruno Latour, Didier Debaise. On peut voir à ce sujet la majeure du dernier numéro de Multitudes (n°85) intitulé « Planétarités », paru en décembre 2021 : « Le monde est ce qui fait sens du point de vue autocentré d’une certaine culture : les individus et les collectifs humains se construisent des mondes très différents à l’intérieur d’un même environnement, selon les systèmes symboliques qu’ils ont développés pour s’y orienter. » – ce qui nous permet de questionner en retour nos ontologies occidentales, notamment dans le cadre de la science moderne – face ou plutôt au cœur d’un environnement considéré commu un bien commun, à l’heure de l’Anthropocène

Source unesco : « Le terme d’Anthropocène a été forgé pour rendre compte de l’impact sur le climat et la biodiversité de l’accumulation accélérée de gaz à effets de serre, ainsi que des dégâts irréversibles causés par la surconsommation des ressources naturelles. »

L’attention et les résultats de la recherche sur l’Anthropocène remet enquestion notre rapport à l’environnement comme somme de ressources à extraire (d’une ontologie extractiviste à relationnelle). Les alternatives proposées à l’extractivisme sont du registre relationnel dans la mesure où il s’agit de prendre soin, d’entretenir un environnement dont nous faisons partie. On peut voir se déployer par exemple des initiatives comme l’Institut Michel Serres[1] (ENS de Lyon) considérant les ressources biologiques comme des biens communs ou encore le Parlement des liens qui investit le concept d’interdépendance en juin 2021 au Centre Pompidou, selon une approche interdisciplinaire[2].

De la recherche sur la recherche à une science comme bien commun

Mon attention pour la réflexivité et les gestes réflexifs dans la démarche scientifique et dans les pratiques professionnelles de la communication porte la question des conditions de déploiement de modes d’attention permettant l’élaboration d’espaces communs et multiples (interdisciplinaires, sciences-société) où il s’agit d’entretenir et de prendre soin en commun de ressources permettant de vivre en commun, à partir d’attachements et de modes d’existences multiples. En tant que chercheuse en STS sur les pratiques de recherche, étant moi-même prise dans les dispositifs que j’analyse, au croisement des savoirs, des logiques sociales et des dispositifs de communication – ce qui suscite une tension entre désir de scientificité et exigence de réflexivité -, je développe une attention toute particulière aux questions épistémologiques et aux ontologies convoquées dans les relations entre science et société.

Dans l’approche de Charlotte Hess et Elinor Ostrom au sujet des connaissances comme bien commun, les communs ne recouvrent pas une simple catégorie de biens, comme les biens naturels, mais des agencements de rapports sociaux qui contribuent à leur production ou leur maintien, des systèmes de règles sociales et de gouvernance pour des actions collectives.

Problématique transversale à mes recherches

A quelles conditions relationnelles, politiques, économiques et techniques la science peut-elle être considérée comme un bien commun dans le contexte numérique et sciences-société actuelle ? Quelles sont les modes relationnels activés par les dispositifs de conversation interdisciplinaire et de médiation des connaissances scientifiques ? Comment se confrontent différents types de constructions de la réalité à travers les formes du discours, et comment sont activés des rapports de légitimité liés au pouvoir de dire quelque chose de vrai sur le monde ? Dans quelle mesure les dispositifs de communication à propos de sciences permettent-ils la cohabitation de différents modes d’existence ou privilégient-il certains au monde par rapport à d’autres ?

Il s’agit d’explorer par la recherche les enjeux des relations entre sciences et sociétés, de la co-construction, de la mise en circulation et de la mise en débat des connaissances scientifiques dans le contexte numérique de la science ouverte, dans le contexte politique actuel et dans le contexte de l’Anthropocène.

 

 Sommaire I.     Travaux et expériences professionnelles antérieures

II.  Un projet interdisciplinaire

IV. Détail du projet de recherche en 5 axes

V. Bibliographie sélective

Travaux et expériences professionnelles antérieures

Docteure en sciences de l’information et de la communication (ENS de Lyon, soutenance en 2012), je suis actuellement PRAG à l’Université de Strasbourg, où j’enseigne l’épistémologie, les sciences ouvertes, les études de sciences (STS – science and technology studies), les sciences de la vie et de la terre (de la première année de licence au doctorat) depuis 2018 ; et chargée de mission pour le développement des recherches participatives auprès de la vice-présidence « Culture, Sciences et société, et actions solidaires » de l’Université de Strasbourg, depuis 2018.

De 2012 à 2018, j’ai dirigé la Maison pour la science en Alsace, structure interdisciplinaire et interprofessionnelle, réunissant chercheurs (chimistes, biologistes, physiciens, géologues, ingénieur.es, mathématiciens) et enseignants (1er et 2nd degrés) pour penser et transformer l’enseignement des sciences de la maternelle au collège. A l’intersection entre l’Académie des sciences, l’Université de Strasbourg et le Rectorat de l’Académie de Strasbourg, la Maison pour la science au service des professeurs vise à élaborer et mettre en œuvre des formations à destinations des enseignant.es, les rapprochant du monde de la recherche – des connaissances actuelles, des méthodes, des acteurs, et des modes de questionnement – pour ré-envisager et co-construire de nouvelles manières d’enseigner les sciences à l’école. Ce poste vient prolonger – par la pratique, et avec la préoccupation constante d’une pratique réflexive – mon questionnement transversal de recherche initié lors de ma thèse, quant au rapport à la science et à la pratique scientifique dans diverses disciplines et diverses fonctions professionnelles. Il venait mettre à l’épreuve du réel une problématique que j’entretiens encore aujourd’hui : comment créer des espaces de réflexivités, des espaces critiques et de conversation qui soient des espaces au service de la science en tant que bien commun. Depuis 2018, je suis chargée de mission auprès de la Vice-Présidence « Culture, Sciences en société », plus particulièrement sur la question de la mise en place et de l’accompagnement de la science ouverte et des sciences participatives.

L’ensemble des mes travaux de recherche figurent dans le curriculum vitae joint. De 2017 à aujourd’hui, mes axes et thématiques de recherche principaux sont les suivants :

  • Études sur les pratiques scientifiques – Pratiques de communication dans les pratiques de recherche ;
  • Épistémologie des pratiques scientifiques ;
  • Sciences et société – la circulation sociale des savoirs au XXIe siècle ;
  • Interdisciplinarité ; Sciences participatives ; injustices épistémiques ;
  • Discours sur la science (situations de communication ; médiation et vulgarisation) ;
  • Réflexivités ; Posture de chercheuse ; Oralité ; Expérimentations épistémologiques ;
  • Subjectivités, narrations et voix en science ;
  • Normes et valeurs dans les discours ; Identité ; Rapport au savoir ; Rapport identitaire et culturel aux sciences ;
  • Témoignage ; Prise de parole ; Situations d’entretien ; Enquête en sciences humaines et sociales.

J’ai effectué ma thèse de 2008 à 2012 dans le laboratoire « Culture, Communication et société » (C2SO – UMR 8562) de l’ENS de Lyon. Je l’ai soutenue en 2012 puis ai obtenu un poste de Direction de la Maison pour la science en Alsace au service des professeurs (de 2012 à 2018). Depuis 2018, j’exerce la fonction de PRAG à l’Université de Strasbourg, ainsi que celle de Chargée de mission sciences-société auprès de la Vice-présidence « Culture, sciences en société et actions solidaires ».

Depuis 2012, j’ai sans cesse adossé mon travail universitaire à la recherche (en tant qu’enseignante, directrice ou chargée de mission). Parallèlement à ce poste de direction à temps plein, j’ai pu reprendre des activités de recherche progressivement en reprenant l’activité de publication en 2018, en m’associant au laboratoire « Activité, Travail et Identité professionnelle » (ATIP – EA 2310), puis aux Archives Henri-Poincaré (UMR 7117).

Je souhaite aujourd’hui développer de nouveaux terrains de recherche et prolonger des enquêtes amorcées ces dernières années – pour lesquels je n’ai pas le temps en tant que PRAG. Mes expériences institutionnelles depuis 2012, ainsi que mon ancrage dans un réseau d’acteurs – de la médiation scientifique, des sciences participatives, de la science ouverte et des relations science-société – seront les points de départ concrets de mes enquêtes de terrain.

Je suis aujourd’hui membre associée du laboratoire des Archives Poincaré (UMR 7117) – rattachée plus spécifiquement aux recherches étudiant les pratiques scientifiques et notamment selon une méthode d’anthropologie de laboratoire. Mon programme de recherche est au centre d’une
direction de recherche qui est une orientation majeure du laboratoire dans le cadre du prochain contrat, à savoir les questions de sciences participatives et de sciences ouvertes. J’ai contribué à la définition et l’écriture de plusieurs programmes de recherche dont une réponse à l’appel à
manifestation d’intérêt (AMI) « Science avec et pour la société » de l’Agence nationale de la
recherche (ANR). Plusieurs programmes de recherche développés dans le cadre des AHP-PReST s’inscrivent dans le cadre du tournant pratique et de ce point de vue mes travaux pourraient avantageusement entrer en conversation avec ceux de mes collègues, notamment ceux liés aux questions de réflexivité et de valorisation. Je suis impliquée dans les programmes STS du laboratoire, mes recherches rencontrent et interagissent avec les travaux de ses membres qui travaillent dans le champ de l’épistémologie sociale et dans celui des pratiques numériques dans les sciences, sans oublier les travaux des historiens des mathématiques investis dans les questions de pratiques de circulation (programme ANR CIRMATH) et de patrimonialisation (programme ANR Patrimaths). Mon recrutement serait une opportunité pour le laboratoire afin de développer les recherches concernant les pratiques scientifiques, les sciences participatives et les questions de sciences ouvertes, au sujet desquelles mon expertise est reconnue nationalement et internationalement.

Je cherche actuellement des conditions de travail me permettant d’avoir du temps pour développer mon activité de recherche – que je fais actuellement sur mon temps personnel en plus de mon activité en tant que PRAG (384 heures d’enseignement par an). L’épistémologie et les méthodes éprouvées en science ouverte, en sciences participatives et en médiation scientifique, me permettent d’imaginer et de mettre en œuvre des situations d’enquête qui demandent que j’y consacre un temps de travail incompatibles avec mon activité/poste de PRAG.

Un projet interdisciplinaire

Je considère la rencontre interdisciplinaire, interprofessionnelle ou sciences-société comme une occasion de penser comment faire commun et ses conditions de réalisation. Ces rencontres sont des espaces possibles et habitables, pour développer des recherches et co-construire des connaissances considérées comme des biens communs (Laval, 2016 ; collectif Vecam, 2011 ; Hess et Ostrom, 2007), à partir de problématiques élaborées collectivement – par la diplomatie (Stengers, 2007 et 2020) et des manières de se relier (Despret, 2015 ; Haraway, 2007 et 2016), en tout non-innocence (Despret avec Haraway, et Stengers, 2012 et 2019) et par le tissage des différents types de savoirs (Alliss, 2017 ; Houllier, 2016) – avec le souci et le soin, autant que possible, de ne pas rejouer d’injustices épistémiques (Fricker, 2007, Godrie et al., 2020) – dans différentes situations de rencontres et d’engagements science-société – notamment de médiation scientifique, de communication dans les pratiques de recherche, en particulier entre les disciplines, de controverses sciences-société ou encore de recherches participatives.

Le projet de recherche que je propose au CNRS s’appuie à la fois sur mes travaux de recherche et sur mes expériences professionnelles suivantes, qui constituent des sources de savoirs, de questionnements épistémologiques et des terrains de recherche :

  • Recherches en SIC-STS (sciences de l’information et de la communication / science and technology studies) ;
  • Recherches interdisciplinaires (laboratoire Junior, Gis du réseau des URFIST) ;
  • Formations interdisciplinaires (Maison pour la science, formations doctorales interdisciplinaires, sciences ouvertes) ;
  • Direction d’un service interdisciplinaire et interprofessionnel à l’université pendant 5 ans (sciences de la nature) ;
  • Chargée de mission sciences ouvertes et science participatives, mise en place d’un réseau international et développement de stratégies transversales d’établissements (toutes disciplines) ;
  • Expériences éditoriales interdisciplinaires (éditions sciences et bien commun, pratique du carnet de recherche et membre du conseil scientifique org pendant 10 ans).

Les différentes pistes de recherches que je souhaite mettre en œuvre, à partir d’enquêtes de terrain et d’une élaboration épistémologique associée, sont présentées dans la suite de ce document à partir de 5 axes principaux :

Axe 1 – Les pratiques de communication dans les pratiques de recherche

Axe 2 – Enjeux du dialogue interdisciplinaire en sciences et dans le cadre des relations science-société

Axe 3 – Les sciences participatives et les enjeux de la co-construction des savoirs

Axe 4 – Les relations sciences-société dans le contexte de la science ouverte – Enjeux des dispositifs numériques dans la construction des savoirs et d’un rapport aux savoirs chez les publics

Axe 5 – Communication scientifique et réflexivité

Détail du projet de recherche en 5 axes

Axe 1 – Les pratiques de communication dans les pratiques de recherche

A partir de travaux menés depuis 2008 : recherches, enseignements adossés à la recherche et responsabilités collectives.

Mots-clés :  épistémologie des sciences ; régimes de preuve scientifique ; circulation et publication des savoirs ; intégrité scientifique et éthique de la recherche ; réflexivité ; construction des savoirs et médiation scientifique, sciences et technologies du vivant.

Questions et objectifs

Que signifie être scientifique ? Comment et quand le devient-on ? Dans quelle mesure peut-on parler d’un “rapport identitaire et culturel aux sciences” ? Comment l’épreuve de la pratique intervient-elle dans la construction ou dans la crise de ce rapport aux sciences ? je rencontre dans mes enquêtes de recherche chercheurs et des doctorants de différentes disciplines, racontant l’infra-ordinaire de leurs pratiques et construisant des discours sur la science et sur le sens de leur (futur) métier.

Dans quel mesure ce rapport à la pratique structure-t-il les relations sciences-société, les modes de communication scientifique et le type de relation tissées ou non avec les publics de la science ?

Terrains et méthodes

Mon travail sur les pratiques de communication dans les pratiques de recherche se déploie depuis mon travail de doctorat effectué en sciences de l’information et de la communication, dans le champ interdisciplinaire des STS (science and technology studies) avec des méthodes alliant anthropologie de laboratoire et ethnosémiotique (inspiré de l’ethnométhodologie). Pendant ce travail de thèse, j’ai proposé des concepts et méthodes pour l’analyse du rapport à la pratique et des attachements dans les laboratoires de recherche, en lien avec les modes de production de connaissances scientifiques et leur communication.

Je souhaite explorer des nouvelles situations de recherche, une pluralité de discours sur les sciences par celles et ceux qui la font afin de rendre compte d’une multitude de positionnements et d’attachements dans la pratique du métier de chercheur, selon les disciplines, les situations institutionnelles, les épistémologies à l’oeuvre. Les concepts d‘espace mental de la recherche et de rapport identitaire et culturel au sciences que j’ai forgés pendant ma thèse seront ainsi précisé et prolongé sur ces nouveaux terrains. J’affinerai également les cadres d’analyse et méthodologique tels que je les ai posé pour la soutenance de mon doctorat, à partir d’une expérience de terrain complémentaire à la thèse mené dans le cadre d’un programme AFSSET[3], et je compte ainsi approfondir les enjeux théoriques et méthodologique de l’approche des composites (présentée en introduction).

Ma méthode consiste en une hybridation de méthodes de science studies, de sciences de l’information et de la communication, et d’anthropologie de laboratoire, afin de rendre intelligible la façon dont les manières de communiquer dans le quotidien de la recherche structurent la pratique de recherche d’une part, et rendre visible les effets matériels (rythmes, attentions, pratiques ordinaires et infra-ordinaires, rapports interindividuels, rapport à la publication, etc.) des politiques de recherche prises au niveau national et international, notamment en termes d’économie de la connaissance.

Ce travail doctoral et sa large circulation via les archives ouvertes a donné lieu à des suites et des collaborations sur ces questions. Actuellement, un travail d’enquête est en cours auprès des doctorants et doctorantes rencontrés il y a 10 ans, d’autres terrains de recherche en laboratoire sont envisagés à partir de méthodes similaires et un ouvrage est en préparation dans le cadre des Éditions des archives contemporaines (parution prévue en 2022).

Je suis régulièrement invitée pour parler de ce travail de terrain (ENS Ulm, 2022[4]; Tunis, 2021[5] ; Strasbourg 2021[6]) du fait de ses enjeux tant conceptuels, épistémologiques que méthodologiques. Ce travail est notamment intéressant dans le cadre des transformations concrètes induites par l’Anthropocène sur la manière de pratiquer les sciences dans les laboratoires : j’ai été invitée à ce sujet à Lyon en juin 2021[7]. Il est mobilisé dans le cadre de la formation des étudiants du Master Sciences et Société et il rejoint des problématiques de didactique professionnelle en terme d’activité, considérant que la pratique de la recherche peut être étudiée en tant qu’activité professionnelle pour en comprendre les enjeux en termes de production de connaissance dans des contextes sociaux, historiques et économiques situés.

Ce travail de recherche a été l’une des raisons de mon recrutement en tant que Directrice de la Maison pour la science en Alsace, au service des professeurs. Je souhaite aujourd’hui le reprendre pour le prolonger sur de nouveaux terrains de recherche – tant du point de vue de l’obtention de nouveaux résultats, de l’affinage conceptuel et méthodologique que du travail épistémologique associé. Mon approche de l’anthropologie de l’aboratoire et des méthodes d’analyse en étthnoésmiotique, la connaissance des travaux menés à ce sujet et l’articulation avec les différentes partie du champ STS sont renforcées ces dernières années par ma pratique d’enseignement ces 13 dernières années[8].

AXE 1 – Perspectives de recherche et terrains

A court terme

– Publication à partir de l’expérience de thèse : réécriture globale pour une nouvelle approche épistémologique des pratiques de laboratoire des doctorant.es en biologie ; financement de l’Université de Strasbourg obtenu par le laboratoire des Archives Poincaré – Editions des archives contemporaines – publication en 2022 ;

– Poursuite du travail effectué en 2012 : enquête auprès des doctorants en biologie moléculaire et cellulaire rencontrés lors du travail de recherche, pour saisir les évolutions des contextes et des métiers « 10 ans plus tard » ; modification du rapport identitaire et culturel et matérialité, évolution des pratiques, des contextes institutionnels et du rapport au métier.

– Reprise de la démarche d’enquête auprès des chercheurs en biologie en poste, à la suite du projet AFSSET et pour saisir les évolutions du contexte institutionnel de la recherche à partir de l’ordinaire de la pratique.

A moyen et long terme

– Prolongement du travail d’anthropologie de laboratoire selon une approche ethnosémiotique, à partir des pratiques de communication dans différents laboratoires et différentes disciplines ;

– Mise en place d’un collectif national – voire international – et d’événements autour de l’étude des pratiques de laboratoire et des méthodes d’enquête associées – structuration de projets de recherche collaboratifs et de réseaux de chercheurs en STS.

Axe 2 – Enjeux du dialogue interdisciplinaire en science et dans le cadre des relations science-société

A partir de travaux menés depuis 2009 : recherches, enseignements adossés à la recherche et responsabilités collectives

Mots-clés : épistémologie des sciences, réflexivité, enjeux politiques, économiques et sociaux ; gouvernance et régulation ; interdisciplinarité ; Construction des savoirs ; Sciences et technologies du vivant.

Etant moi-même une « hybride » entre biologie et sciences humaines, l’ensemble de mon parcours constitue une enquête sur les conditions de faisabilité, de développement et de réflexion quant aux enjeux épistémologiques du dialogue interdisciplinaire. A ce stade, grâce à un poste de recherche, je souhaite pouvoir développer les recherches amorcées – surtout valorisées à ce jour lors de communications orales (voir mentions ci-dessous et CV joint), publier les résultats obtenus à partir du travail d’archives et des entretiens, déployer un travail critique documenté à partir de mes expériences institutionnelles (direction, chargée de mission) et développer de nouveaux terrains de recherche en lien avec le laboratoire des Archives Henri-Poincaré.

Questions et objectifs de l’axe 2

Expérience de recherche interdisciplinaire

Pendant 3 ans (2008-2011), j’ai contribué au laboratoire Junior « Enquête sur l’homme vivant » de l’ENS de Lyon[9], en tant que biologiste moléculaire et cellulaire. J’en ai été co-responsable de 2011 à 2012 avec Julie Henry et Barthélémy Durrive. Pour que la collaboration interdisciplinaire ait lieu, au-delà du partage de compétences (mise en commun de savoirs disciplinaires lors des échanges sur un thème à l’intersection des disciplines – « l’information », « la norme », « l’évolution » par exemple), nous y expérimentions un échange de pratiques : chacun s’initiant aux méthodes de l’autre (notamment entre sciences humaines et exactes). Le but visé, pour faire advenir la rencontre interdisciplinaire, était systématiquement de dégager un « terrain commun », de trouver un accord a minima en vue d’unifier les discours venus de perspectives si diverses. Notre question était alors “qu’impli­que, pour l’homme, le fait d’être d’abord un être vivant ?”.

Les questions principales qui guidaient notre travail collectif étaient les suivantes : à quelles conditions le dialogue interdisciplinaire est-il possible[10] ? Comment peut-on faire de la recherche interdisciplinaire en se donnant une question en commun, dont prendre soin collectivement, et à partir de laquelle nous croisons des cadres théoriques et des méthodes disciplinaires ? 

Expertise et expériences dans la mise en œuvre de projets interdisciplinaires

J’ai prolongé ces questionnements, la démarche et le geste interdisciplinaire, par l’expérience de la Maison pour la science en Alsace en tant que directrice du projet[11], en cherchant les conditions de possibilité d’un dialogue tant interdisciplinaire qu’interprofessionnel entre les enseignants de la maternelle au collège – toutes disciplines, et des chercheurs et doctorants de sciences exactes et expérimentales (mathématiques, physique, chimie, géologie, biologie, sciences de l’ingénieur).

Ces expériences pratiques et incarnées du dialogue interdisciplinaire ont toujours été adossées à la recherche et à la réflexion épistémologique, et ancrée dans le contexte des grands enjeux que nous traversons actuellement. Quelles sont les conditions épistémologiques, pratiques et institutionnelles de l’interdisciplinarité à l’heure de l’Anthropocène ? Les problèmes environnementaux contemporains étant liés aux activités humaines, ne peuvent être pensés depuis le seul point de vue des sciences de la nature. Symétriquement, les lettres et sciences humaines et sociales seront impuissantes à penser et à analyser l’environnement de manière à contribuer à rendre le monde plus habitable tant qu’elles seront mobilisées par des objectifs internes à leur dynamique disciplinaire. J’ai été invité à penser ces enjeux avec d’autres chercheurs, tant du côté de la biologie évolutive[12] que des sciences humaines et sociales / STS[13]. Il s’agit de prendre au sérieux les questions environnementales comme autant de véritables problèmes exigeant de chercher des solutions pragmatiques. Dans ce contexte, l’interdisciplinarité ne relève pas de constructions théoriques déconnectées de toute visée pratique.

Ces expériences institutionnelles de l’interdisciplinarité sont mobilisées dans le cadre de mes enseignements, mises en perspectives avec des recherches en STS et en épistémologie. Elles fondent également une partie de mes missions en tant que chargée de mission sciences-société auprès de la vice-présidence de l’établissement.

Terrains et méthodes de recherche

Mon ancrage théorique, ma méthode et ses fondements sont ceux des communs de la connaissance (collectif Vecam, 2011 ; Hess et Ostrom, 2007) et de la construction des communs (Laval 2016) :

« l’enjeu actuel du commun n’est pas de réactiver la communauté close fondée sur l’identité des semblables mais de penser ensemble la « mise en commun » des ressources de toute nature et la décision démocratique des règles d’usage »

« l’essentiel se trouve dans l’idée qu’il n’y a de « communauté » qu’en référence à une activité commune qui produit le collectif autant qu’elle produit des biens et des services.»

« À l’évidence, ce qu’on entend aujourd’hui par commun ne renvoie ni exclusivement ni principalement à des appartenances communautaires premières mais à une volonté et à une capacité d’agir ensemble qui ont comme effet la constitution d’une communauté d’action ou de production »

« Ce n’est pas la similitude des individus qui fait la force collective, c’est plutôt la complémentarité de leurs différences dans l’activité collective. » (Laval, 2016).

Je l’éprouve dans de nombreux terrains professionnels : de la direction d’une structure interprofessionnelle comme la MSA, dans des formations doctorales interdisciplinaires, dans le cadre des sciences participatives. Je reviens sur ces expériences professionnelles en tant que chercheurs, afin de préciser épistémologiquement et socialement les conditions matérielles de la mise en œuvre de coopérations dans le domaine de la construction des connaissances (interdisciplinairité, sciences participatives) et de leurs circulations dans des rapports science-société structurés par des dispositifs, notamment par les dispositifs numériques.

Le Gersulp – Groupe de Recherche sur la recherche de l’Université Louis Pasteur

Dans le cadre de mon travail doctoral, j’ai ainsi mené une étude des archives du GERSULP (Groupe de Recherche sur la recherche de l’Université Louis Pasteur) ainsi que de entretiens des membres qui l’ont fait vivre, entre 1976 et 1996. Je reprends ces travaux actuellement, toujours dans une démarche ethnométhodologique et ethnosémiotique.

Je suis invitée à présenter les résultats de ces travaux dans le cadre de colloques et de journées d’étude[14]. Je souhaite dans les prochaines années contribuer à l’histoire interdisciplinaire de l’Université de Strasbourg en publiant ces travaux (articles, ouvrage).

La fusion des Archives Poincaré et de l’IRIST n’a pas encore permis d’établir des coopérations scientifiques pérennes autour de l’histoire des institutions universitaires entre les sites de Strasbourg et de Nancy. Cependant, les projets développés par Stéphanie Dupouy à Strasbourg autour de l’histoire de la faculté des lettres de Strasbourg sur la période 1919-1960, et notamment l’histoire des relations entre psychologie et philosophie durant cette période, la tradition des médecins-philosophes à Strasbourg, l’histoire de l’interdisciplinarité dans l’entre-deux-guerres, et enfin l’histoire des thèses à l’université de Strasbourg – ces deux derniers volets faisant l’objet d’un partenariat avec la faculté des sciences historiques de Strasbourg (co-organisation d’un colloque sur l’interdisciplinarité à Strasbourg et participation au projet « Synthèses » d’humanités numériques sur les thèses strasbourgeoises, financé par le programme IDEX Université et Cité) – ouvrent des perspectives de collaboration fructueuse entre les sites nancéiens et strasbourgeois qui se déploieront dans le prochain exercice quinquennal. Mes travaux sur l’histoire de l’interdisciplinarité en études des sciences à Strasbourg, étudiée à travers le Gersulp (1976-1996), s’articuleront autour de ce projet.

Enfin, depuis 2020, je travaille à la mise en place de résidences interdisciplinaires pour le développement de recherches alternatives, avec le soutien de la Fondation Charles Léopol Mayer (en 2020, 2021, 2022). Ce projet nourrit une réflexion épistémologique collective, et a donné lieu à une première publication dans le cadre de la revue Multitudes (n°85) en décembre 2021[15]. Il vient prolonger ma manière d’enquêter sur les questions d’interdisciplinarité – depuis 2009, par la mise en œuvre concrète et réflexive de nouveaux dispositifs pour créer les conditions du dialogue interdisciplinaire (enjeux méthodologiques, disciplinaires, institutionnels).

 

AXE 2 – Perspectives de recherche et terrains

Objectifs de recherche et terrains

– Poursuite du travail autour du Gersulp sur le Gersulp (livre à partir des archives et des entretiens) – Pratiques de l’interdisciplinarité à l’université de Strasbourg de 1973 à 1996 ; Collaboration avec Stéphanie Dupouy dans le cadre du laboratoire des Archives Poincaré, quant à l’approche historique de l’interdisciplinarité à l’Université de Strasbourg ;

– Sur la pratique de l’interdisciplinarité à l’Université aujourd’hui –  politique des savoirs et retour sur une expérience vécue des cadres disciplinaires – expérience de la Maison pour la science, de la position de PRAG interdisciplinaire et du travail en tant que chargée de mission ;

– Retour sur l’expérience de la Maison pour la science en Alsace (5 ans) : livre en cours de finalisation avec Guillaume Lecointre (biologiste de l’évolution, MNHN), Annabelle Kremer (enseignante SVT en collège et autrice) et Elena Iuliani (chargée de mission Open University) ;

– Développement de l’interdisciplinarité et enjeux épistémologiques dans le cadre de résidences de recherche alternatives soutenues par la Fondation Charles Leopol Mayer

Axe 3 – Les sciences participatives et les enjeux de la co-construction des savoirs

A partir de travaux menés depuis 2012 : recherches, enseignements adossés à la recherche et responsabilités collectives

Mots-clés : épistémologie des sciences ; régimes de preuve scientifique ; sciences participatives ; circulation et publication des savoirs ; intégrité scientifique et éthique de la recherche ; droit des sciences et des techniques, Réflexivité, enjeux politiques, économiques et sociaux ; gouvernance et régulation ; Sciences, expertise et décision : controverses publiques ; Interdisciplinarité ; Construction des savoirs et médiation scientifique ; usages politiques, économiques et sociaux.

Questions et objectifs de l’axe 3

Du point de vue de la recherche, j’explore les conditions de possibilité de la science comme bien commun. Mes questions portent notamment sur les enjeux des sciences participatives comme lieux de rencontres entre acteurs, comme espaces possibles et habitables – physiques et symboliques, pour développer des recherches et co-construire des connaissances considérées comme des biens communs, à partir de problématiques élaborées collectivement – par la diplomatie et des manières de se relier, en tout non-innocence et par le tissages des différents types de savoirs – avec le souci et le soin, autant que possible, de ne pas rejouer d’injustices épistémiques[16]. Je suis invitée en tant que conférencière sur ces questions[17].

Ce travail s’appuie sur la recherche en STS – je m’intéresse aux sciences participatives depuis 2012 en tant que chercheuse. Et j’ai eu l’occasion d’expérimenter les démarches liées aux sciences comme biens communs dans le cadre de la Maison pour la science[19], et notamment en termes d’accompagnement méthodologique et épistémologique des porteurs de projets dans le cadre de ma charge de mission auprès de la vice-présidence « Culture, sciences et société et actions solidaires » de l’Université de Strasbourg. Mon travail de recherche est donc en prise directe avec l’ensemble des acteurs de la mise en œuvre des sciences participatives (institutions, chercheurs, citoyens). Et mes pratiques d’enseignement adossées à la recherche me permettent depuis 2012 de suivre précisément les publications scientifiques dans ce domaine[20].

Expérience universitaire et institutionnelle

Depuis 2018, je suis chargée de développer les sciences participatives à l’Université de Strasbourg, d’abord en tant que chargée de mission Science-société auprès de la vice-présidence « Culture, sciences en société » en mobilisant notamment le soutien de l’IDEX de l’établissement, dans le cadre d’appel à projet annuels, et depuis septembre 2021 dans le cadre du projet OPUS (« Open University of Strasbourg ») financé jusqu’en 2029 sur les investissements d’avenir. Je suis de ce fait intégrée à des réseaux internationaux (réseau REIUNIS- RÉseau International UNIversités-Société ; GT21 – Groupe de Travail « Diversité des savoirs » de l’AISLF – Association internationale des sociologues de langue française) et nationaux sur ces questions. Mon expertise méthodologique et épistémologique sur la question des sciences participatives est reconnue aux niveaux national et international. Pour l’Université de Strasbour, j’ai constitué un réseau international sur la question des sciences participatives et des stratégies d’établissement pour le soutien de ces recherches (REIUNIS), je suis membre du jury national de la Recherche participative organisé par l’INRAE sur demande du Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, membre du Comité de pilotage du projet « Open University of Strasbourg » sur 8 ans, développement des sciences participatives à l’Université de Strasbourg.

Traditionnellement, la mission sociale des universités s’accomplit à travers la production des connaissances et leur transmission assurée par les formations académiques, qui peuvent prendre en compte, à des degrés divers, l’insertion professionnelle. Le contexte actuel où, depuis plusieurs décennies, le champ social n’a de cesse d’interpeller toujours davantage la science et les chercheurs, invite à interroger l’ensemble de ce modèle, à faire évoluer aussi bien la recherche que les formations dans le sens d’une coopération entre l’université et la société, afin de soutenir le développement de nouvelles capacités des acteurs sociaux et de formes de l’intelligence collective, en prise avec les grands enjeux contemporains.

Sur le plan de la recherche, nos enjeux consistent à faire dialoguer les recherches universitaires avec celles que réalisent sur le terrain les acteurs sociaux. Cette modalité de coopération entre les universités et la société appelle non seulement à élargir le modèle de la recherche scientifique, aussi bien fondamentale qu’appliquée, en fonction des défis actuels (par exemple la co-construction des projets en interaction avec divers types de savoirs), mais encore à repenser dans cette optique la fonction sociale des chercheurs et des universités (par exemple l’évaluation de la recherche qui tient compte de sa pertinence sociale).

Sur le plan de la formation, il ne s’agit de rien de moins que de renouveler le sens des études supérieures : valoriser socialement les compétences scientifiques portées par les étudiants, créer du lien social en mettant en valeur leur engagement, apporter des solutions aux problématiques concrètes du terrain, favoriser l’émergence d’une nouvelle culture de chercheurs-citoyens.

Terrains et méthodes de recherche

Dans le cadre d’un poste de recherche pour déployer l’analyse des enjeux des sciences participatives tant en terme de circulation des connaissances scientifiques, qu’en termes de dialogue interdisciplinaire, de relations sciences-société possibles et de modalités de conversation entre différents registres de savoirs, je travaillerai à partir de terrains concret ouverts grâce aux différents réseaux avec lesquels je travaille du fait de mes responsabilités et fonctions actuelles – et depuis 2018 :

  • Université de Strasbourg et laboratoires engagés dans les sciences participatives (projets SigiAl, « Médiation numériques et services aux personnes fragiles, Solenville, Cartovélo, Maladies à tiques, Sur les traces du Brézouard, Enjeux de l’alimentation locale et durable…) ;
  • Réseaux des laboratoires INRAE ;
  • Réseau ALLISS (Alliance Sciences et Société) ;
  • Réseau animé par l’Atelier des jours à venir dans le cadre de notre partenariat soutenu par la Fondation de France, Université de Lyon, Université de Montréal (UQAM) et CREMIS (Centre de recherche de Montréal sur les inégalités sociales), Université de Lausanne avec le ColLaboratoire, MNHN etc.

Je m’intéresse aux différents dispositifs des sciences participatives et à leurs enjeux en termes de rapport aux savoirs et de modalités relationnels entre scientifiques et citoyens : sciences citoyennes, boutiques des sciences, nouveaux commanditaires en sciences, crowdsourcing, etc.

La méthode déployée sur le terrain sera ethnométhologique et ethnosémiotique, appuyée sur le cadre théorique et méthodologique que j’élabore depuis mes travaux de thèse, et adaptée à ces nouveaux terrains de recherche dans lesquels je cherche à saisir l’articulation entre les cadres institutionnels, politiques, économiques et sociaux des sciences participatives, et leur mise en œuvre au niveau « micro » par les acteurs, le sens que ces pratiques prennent pour eux en termes de lien social, d’interaction science-société, de relations entre chercheurs et citoyens et de possibilité de faire des enjeux de recherche, de mobilisation et de construction de nouveaux savoirs un bien commun.

Articulation de mes recherches avec le laboratoire des Archives Henri-Poincaré

Un des thèmes de recherche du laboratoire des Archives Henri-Poincaré (UMR 7117) a porté sur la circulation des savoirs au 21 siècle, et plus particulièrement sur les sciences participatives et le modèle de « la co-construction des savoirs » – illustré notamment par des recherches entièrement coproduites par des acteurs académiques et non académiques idéalement mis sur un pied d’égalité tout au long du processus, depuis la phase de conception jusqu’à la livraison de son produit final. B. Ancori a mené des recherches sur ce thème dans le cadre des travaux du groupe Repère du ministère de la transition écologique et solidaire (2015-2018) – commission pluraliste de réflexion sur le lien entre recherche et société civile. Ses travaux, qui ont porté sur l’articulation entre politiques publiques en faveur de la transition écologique et recherche environnementale ou recherche participative, ont donné lieu à l’organisation de deux colloques, un séminaire, et de nombreux débats citoyens, ainsi qu’à des publications d’articles et de chapitres d’ouvrages (5). Les recherches de D. Schontz apportent quant à elles une contribution sociologique et épistémologique à des projets pluridiciplinaires associant l’éthologie, la nutrition, les analyses statistiques de réseaux sociaux, dans des projets de sciences participatives, en collaboration avec l’INRA et des équipes de recherche en éthologie (Ethologie Cognitive et Sociale, UMR 7247, CNRS-INRA). Deux travaux de doctorat sur le thème de la recherche participative sont en cours dans le laboratoire des Archives Poincaré : le premier est réalisé par Maxime Madouas sous la direction de Catherine Allamel et Jean Masson (INRAe Colmar) et bénéficie d’un contrat doctoral de la Région Grand-Est et est intitulé « Les recherches participatives dans le domaine de l’environnement : une autre science ? » ; le second vient de débuter, il est porté par Nina Colin, sous la direction de Vincent Helfrich et Catherine Allamel (Raffin et s’intitule « Quelle(s) méthodologie(s) pour des recherches participatives efficientes ? Le cas du projet Zéro Carbonne mené sur le territoire de La Rochelle ».

Mon rattachement récent (2019) à l’équipe permet d’enrichir cette thématique par des travaux de STS consacrés plus généralement à la place à la légitimité du chercheur dans la société contemporaine et au lien entre communication et recherche, développés récemment dans plusieurs publications.

AXE 3 – Perspectives de recherche et terrains

Analyse des enjeux méthodologiques, institutionnels et épistémologiques des sciences participatives à partir de l’étude de terrain de projets en cours  

– Université de Strasbourg et laboratoires engagés dans les sciences participatives avec le soutien de l’IDEX (projets SigiAl, « Médiation numériques et services aux personnes fragiles, Solenville, Cartovélo, Maladies à tiques, Sur les traces du Brézouard, Enjeux de l’alimentation locale et durable…) ;

– analyse du dispositif des Nouveaux commanditaires en sciences, développé par l’Atelier des jours à venir avec le soutien e la Fondation de France ;

– réseaux des laboratoires INRAE impliqués dans les sciences participatives ;

– réseau national ALLISS (Alliance Sciences et Société) ;

– projets développés en partenariat entre l’Atelier des jours à venir et l’Université de Strasbourg dans le cadre du proijet OPUS (Open University of Strasbourg) et du soutien par la Fondation de France ;

– Université de Lyon et Boutique des sciences (dont je suis membre du comité d’orientation[21]) ;

– Enjeux de la mise en place d’un réseau international sur les recherches participatives (Manifeste de Montréal, 2019) et enjeux politiques de la troisième mission des universités.

En lien avec les travaux de thèse en cours au laboratoire des Archives poincaré : Maxime Madouas et Nina Colin.

Axe 4 – Les relations sciences-société dans le contexte de la science ouverte

Enjeux des dispositifs numériques dans la construction des savoirs et d’un rapport aux savoirs chez les publics

A partir de travaux menés depuis 2010 : recherches, enseignements adossés à la recherche et responsabilités collectives

Mots-clés : science ouverte, épistémologie des sciences ; circulation et publication des savoirs ; intégrité scientifique et éthique de la recherche ; réflexivité ; technologies numériques et société : enjeux politiques, économiques et sociaux ; gouvernance et régulation ; réseaux numériques ; intelligence artificielle ; algorithmes ; données numériques ; interdisciplinarité ; construction des savoirs et médiation scientifique

Mon intérêt pour la science ouverte et la manière dont elle modifie nos pratiques de recherche date de 2010, époque à laquelle je me suis rapprochée des travaux menés par OpenEdition, notamment en termes d’évolution des pratiques de lecture et d’écriture, des modalités de la conversation scientifique (construction des savoirs) et l’émergence de nouvelles formes de communication scientifique (diffusion des savoirs) ; et où j’ai rejoint le Conseil scientifique d’Hypothèses.org, ouvrant à la même période mon premier carnet de recherche.

Depuis, je ne cesse d’être en prise avec les enjeux de la science ouverte dans mes activités professionnelles (recherche, enseignements[22], chargée de mission à la vice-présidence) et mes responsabilités collectives[23] – toujours ancrées dans mes questions de recherche.

Questions et objectifs de l’axe 4

La question principale qui me guide du point de vue de la recherche : « à quelles conditions relationnelles, politiques, économiques et techniques la science peut-elle être considérée comme un bien commun dans le contexte numérique et sciences-société actuelle ? ». Je souhaite étudier les pratiques communicationnelles et de mise en visibilité des chercheurs en sciences humaines et sociales dans le nouvel écosystème scientifique numérique.

J’interroge la manière dont les pratiques numériques de communication scientifique participent à la pratique professionnelle de la recherche, et non pas seulement à la communication sur la recherche, ou à distance de la recherche. J’observe en en effet ces pratiques au fil de l’activité de recherche, à l’instar de la publication formelle, de l’envoi de messages électroniques, de l’intervention lors d’un colloque, de discussions informelles à la pause-café, etc. (Faury, 2012) et non en dehors, à la marge ou à côté, ou comme “produit” de la recherche.

Je m’intéresse tout particulièrement au contexte des carnets de recherche (blogs de sciences humaines et sociales) tenus par des chercheurs ou par des doctorants (carnet de thèse) afin d’en étudier les enjeux en terme de communication scientifique, de relations intra- et extra-universitaires – en lien avec une implication des auteurs dans les réseaux sociaux, notamment dans un usage particulier de Twitter, et en termes épistémologiques, quant aux modes réflexifs qui s’y déploient[24]. Je suis régulièrement invitée à intervenir sur ces questions dans des évènements scientifiques[25].

La communication grand public des chercheurs dans le cadre de la science ouverte s’apparente à une communication directe (voir notamment les travaux d’Ingrid Mayeur), dans des espaces éditoriaux qui leurs sont propres, selon des modalités, des rythmes et des stratégies qui leur sont propres, pas toujours directement liés à des enjeux de publications, comme nous l’avons démontré avec Elsa Poupardin[26] dans le cadre du GIS national du réseau des URFIST (Unité Régionale de Formation à l’Information Scientifique et Technique).

Terrains et méthodes de recherche

Toujours selon une méthode croisant les sciences de l’information et de la communication et les STS (anthropologie des pratiques de recherche, ethnosémiotique), j’étudie la manière dont les dispositifs numériques s’intègrent dans des modes de circulations des savoirs qui activent une science comme bien commun ou s’appuient sur de nouveaux modes de capitalisation symbolique, notamment par la construction d’une autorité informationnelle sur les réseaux (voir notamment les travaux d’Evelyne Broudoux). Les carnets de recherche de doctorants et de chercheurs peuvent être considérés comme des environnements numériques (Paveau, 2017), une communication directe ou faisant au contraire l’objet d’une médiation (Mayeur, 2017) basée sur la désintermédiation (Dacos & Mounier, 2010), accompagnant la recherche en-train-de-se-faire (Blanchard, 2009, 2011, 2017), un lieu habité et d’écriture libérée (Deseilligny, 2013), un séminaire permanent (Gunthert, 2010), un lieu de conversation silencieuse ou non – nouvelle forme de l’ancienne disputatio (Dacos & Mounier, 2010), un « lien manquant » ou angle mort de la recherche en sciences humaines et sociales (Dacos, 2013). Les carnets brouillent les frontières traditionnelles de la publication dans la mesure où ils hébergent « tout un peuple de documents » (Dacos & Mounier, 2010) des formes d’écritures fragmentées, appelées aussi « micro-publications » (Gunthert, 2013), auto-publiées, et qui préparent, s’articulent et/ou co-habitent avec les publications plus « traditionnelles ». Les carnets de recherche reconfigurent à la fois les pratiques de publication et les relations science-société (Dacos & Mounier, 2010 ; Mayeur, 2017b). En tant que blogs, les carnets sont aussi le lieu du déploiement de l’écriture numérique (Paveau, 2017), d’un nouveau genre d’écritures (Couleau, Hellégouarc’h, & Escolin-Contensou, 2010), de discours (travaux d’Ingrid Mayeur, thèse en cours) dans des environnements numériques contraignants et déterminants, notamment quant à la forme littéraire que prennent ces écrits (Candel, 2010 ; Couleau, 2010 ; Deseilligny, 2010). Le carnet de recherche se situe à un carrefour de perspectives, de représentations, de contextes et de discours (Jeanneret, 2008 ; Le Marec, 2002). Les travaux de recherche qui s’y intéressent sont traversés, plus ou moins explicitement, par des questions épistémologiques et marquent un intérêt renouvelé sur la manière dont se construit, s’élabore et se communique le savoir dans des formes d’écritures, des genres et des styles (Achard, 1994 ; Macé, 2016).

Dans le cadre d’un poste de recherche, j’aurais la possibilité de reprendre mon terrain de recherche consistant à étudier les discours et les pratiques liées à l’investissement des carnets de recherche – notamment les carnets de thèse, dans un contexte de science ouverte en constante évolution (politiques nationales, européenne, stratégie d’établissements, etc.). Cette pratique du blogging est mise en perspective avec l’usage des réseaux sociaux, les modes d’écriture et d’évaluation en recherche, les pratiques de communication dans les pratiques de recherche – et notamment les écritures intermédiaires auxquelles s’intéresse l’anthropologie de laboratoire, les enjeux de la circulation des savoirs en contexte numérique et comment ils viennent questionner la posture du chercheur en société. Ces recherches s’effectuent d’ores et déjà dans le cadre du GIS du réseau des URFIST, avec lequel je travaille depuis 2018.

Plus largement, je souhaite étudier les pratiques communicationnelles et de mise en visibilité des chercheurs en sciences humaines et sociales dans le nouvel écosystème scientifique numérique. Les carnets de chercheurs d’Hypothèses permettent une première entrée sur les écrits non académiques qui se multiplient sur le web. Il s’agira tout d’abord de comprendre comment les chercheurs s’approprient ces outils, comment ils les utilisent et comment cela s’articule dans le contexte des technologies numériques (enjeux techniques, économiques et sociaux)

Ces travaux s’intègreront à une recherche plus transversale du rapport entre les acteurs de la recherche et de la décision politique[27], dans le contexte politique de la science ouverte et celui des reconfigurations des relations entre sciences et société, et notamment dans un contexte publique de querelles de légitimités vis-à-vis des connaissances (exemple de la crise Covid et de la question des vaccins), de prise de position publique de chercheuses et de chercheurs en dehors des cadres habituels de légitimités, d’agencements fins et problématiques entre science, politique et espace sociaux – nous assistons à de véritables arènes dans lesquels s’opposent les acteurs de la science, de la société civile et des prises de décisions politiques, dans lesquelles les questions des relations sciences-société et du rapport au savoir se pose de manière particulièrement vive.

Dans le cadre de la loi de programmation de la recherche (LPPR) adoptée en décembre 2021, le dialogue entre sciences, recherche et société est posé comme un enjeu démocratique central, notamment par le développement d’interfaces entre sphère académique et société civile (« notamment des dispositifs de médiation et de communication efficaces pour rendre possible un échange constructif entre scientifiques, citoyens et décideurs »[28]). Ce contexte interroge le partage des savoirs établis, le processus d’élaboration des connaissances, leurs conditions de validités, l’évolution des postures scientifiques dans leur relation aux citoyens mais aussi la formation des chercheurs à la médiation scientifique. Dans ce contexte politique actuel, les méthodes de recherche et d’analyse que je déploie sert particulièrement pertinents pour comprendre les enjeux des situations de communication soutenues par le Ministère. Je suis chargée actuellement de la mise en place du label Science avec et pour la société (SAPS)[29] pour l’Université de Strasbourg. J’ai donc une vision précise et documentée de ce contexte politique et économique – fondé sur une certaine vision de la circulation des savoirs, que l’on peut historiciser. Je souhaite en analyser les enjeux sciences-société du point de vue de la recherche STS-SIC, à partir de situations de médiation précises, choisies dans différents contextes institutionnels (réseaux d’initiatives portés par des universités ou des associations), financées dans le cadre de la LPPR.

AXE 4 – Perspectives de recherche et terrains

 Objectifs de recherche et terrains

1. Analyse de la mise en place européenne et interdisciplinaire des sciences ouvertes – mise en perspective à partir de l’histoire des régimes de production de connaissances (voir notamment travaux de D. Pestre et C. Bonneuil) – analyse des enjeux de la définition d’une stratégie d’établissement dans un contexte national et international ;

2. Analyse des effets de la LPPR et du label ministériel SAPS sur les dispositifs de médiation scientifique, les savoirs mis en circulation et la configuration des relations entre science et société – mise en perspective historique ;

3. Analyse de situations de communication spécifiques à partir d’une approche éthnosémiotique – dans les contextes politico-économique susmentionnés :

– les carnets de recherche et blogs de chercheurs (associés à une présence des scientifiques dans l’espace public : en particulier sur les réseaux sociaux) ;

– les réseaux d’initiatives des universités en terme de médiation, dans le cadre du soutien ministériel et notamment du label SAPS, et leurs enjeux en termes de rapport sciences-société.

Exemple de dispositifs étudiés du point de vue de la recherche, dans le contexte de la science ouverte et de la politique nationale science-société : réseau des Experimentariums, activités du Jardin des sciences de Strasbourg (parlement des sciences, Kid’s university, Fête de la science, etc.), Boutique des sciences de l’Université de Lyon, etc.

> Situations de médiation scientifique à analyser du point de vue de la recherche STS

Réseau des Expérimentariums (directeur : Lionel Maillot, vice-président Culture de l’Université de Bourgogne) ; Jardin des sciences de l’Université de Strasbourg (directeur : Sébastien Soubiran, historien des sciences) ; Réseau des musées scientifiques de l’Université de Strasbourg et de la ville de Strasbourg (musée zoologique, jardin botanique, musée géologique, etc.) – partenariat avec Déborah Dubald, historienne des sciences ; Direction science-société de l’Université de Lyon 2 (directrice Florence Belaen, docteur en SIC/STS)

> Analyse des pratiques de médiation dans les carnets de recherche et les blogs de science

Equipe du GIS réseau des URFIST (Elsa Poupardin – UR 2310, Evelyne Broudoux – CNAM, Ingrid Mayeur – Université de Liège, Anaïg Mahé – Ecole national des chartes, Camille Claverie – CNAM) pour l’analyse de l’usage des carnets de recherche et des blogs de chercheurs

> Analyse du contexte politique sciences-société et science ouverte – partenariats

Réseau national INRAE et réseau international ALLISS (alliance Sciences sociétés)

 

Axe 5 – Communication scientifique et réflexivité

A partir de travaux menés depuis 2008 : recherches, enseignements adossés à la recherche et responsabilités collectives

Mots-clés : épistémologie des sciences ; régimes de preuve scientifique ; sciences participatives ; circulation et publication des savoirs ; réflexivité ; Technologies numériques et société ; expertises collectives ; science ouverte ; Interdisciplinarité ; construction des savoirs et médiation scientifique ; Enjeux du numérique.

Questions et objectifs de l’axe 5

J’interroge les pratiques et les discours de médiation, à partir de situations concrètes (carnets de recherche, blogs, Ma thèse en 180s[30], conférences gesticulées, podcasts et vidéos en ligne – exemple des youtubeurs ou « vulgarisateurs du web », livres de vulgarisation, formations doctorales à la vulgarisation scientifique[31], journalisme scientifique, etc.), et c’est ce que je souhaite poursuivre dans le cadre d’un poste CNRS. Ces analyses sont d’ores et déjà au cœur de mes enseignements[32] et je cherche les renforcer en leur dédiant un véritable temps de recherche, notamment par l’analyse de corpus détaillés.

Les dispositifs sont analysés notamment à partir des questions suivantes : comment se construit un discours de médiation scientifique ? Quelles sont les postures des acteurs et comment les comprendre ? Quels sont les outils d’analyse de ces postures et de ces discours dont on dispose ; quelles sont les fonctions du discours de médiation scientifique ? En quoi peut-on parler d’éthique de la médiation scientifique ? Comment peut-on mettre en œuvre des formes de réflexivité sur les enjeux des discours de la médiation scientifique ? Il s’agit de développer des enquêtes à propos des pratiques de médiation, pour les analyser en termes de relations sciences-société qu’elles activent,  grâce à une approche appuyée sur les travaux en sciences de l’information de la communication dans le champ des études de sciences – STS, à partir d’une longue tradition de recherche en STS et SIC, et en renouvelant les méthodes d’analyse dans un contexte contemporain, et notamment dans le contexte des dispositifs de diffusion numérique des savoirs. 

Terrains et méthodes de recherche

La question du rapport entre communication scientifique et réflexivité jalonne l’ensemble de mon travail de recherche, depuis la thèse. Il s’agit d’une attention portée tant à la description des pratiques de communication écrites et orales des chercheurs, qu’à l’appréhension des effets réflexifs de ces pratiques quant à leur rapport aux sciences telle qu’il s’exprime dans les discours (en entretien lors de l’enquête de recherche ou en situation de médiation scientifique). Cette attention est structurée du point de vue de l’enquête de terrain et de l’analyse par le cadre théorique des composites (Le Marec, 2002) et les méthodes d’ethnosémiotique sus-mentionnées.  Elle s’insère à la suite des travaux pionniers sur la vulgarisation et la réflexivité menés dès les années 1970 par Baudouin Jurdant[33].

J’ai adressé cette question tant en analysant la pratique de recherche en laboratoire des doctorants en biologie expérimentale que dans des situations de médiation numérique des sciences – et en particulier par l’usage de blogs scientifiques ou carnets de recherche, ou encore dans des dispositifs de vulgarisation, comme par exemple Ma thèse en 180 secondes, mais aussi en coordonnant depuis 2012 une réflexion interdisciplinaire et collective sur les formes de réflexivités en sciences humaines et sociales (à partir du carnet de recherche collectif « les Espaces réflexifs », donnant lieu à une publication en 2019[34]). Ce travail épistémologique que je mène sur les questions de réflexivités a amené Florence Piron, alors directrice des Editions science et bien commun, à me confier la direction d’une collection qu’elle m’a proposé de créer : « Réflexivités et expérimentations épistémologiques ».

Ces questionnements ont accompagné l’ensemble de mes responsabilités collectives et fonctions universitaires[35], toujours investies de manière réflexive. Ils sont menés en interaction étroite avec le champ professionnel de la médiation scientifique et ses acteurs (notamment dans le cadre de l’OCIM et du projet « Experimentarium » coordonné par l’Université de Bourgogne). Ce qui me permet d’accéder à des terrains de recherche où nous collaborons pour développer une approche réflexive des pratiques de médiation. Mon expertise sur ces questions est à présent identifiée et reconnue, ce qui induit des invitations à des colloques internationaux (par exemple à Science & You en novembre 2021, sur l’invitation de la présidence de l’Université de Lorraine d’une part[36], et sur invitation du CNRS d’autre part[37]), à intervenir[38] ou à animer des rencontres professionnelles[39].

Quelles voix pour les sciences ?

En quoi le dispositif de médiation définit-il ce qui peut être dit ou non ? Que disent les actrices et acteurs de la communication scientifique quand elles et ils parlent ? Peuvent-ils porter leur voix propre (Gilligan, 1982), et si non de quelles voix sont-ils les incarnations ? Peuvent-ils par exemple se positionner à partir d’un vécu de la recherche ou du contact à la recherche ? Ou au contraire s’effacent-ils pour parler « au nom de la Science ? De quelles sciences parle la médiation et quels sont les aspects qu’elle gomme ? A quelles conditions la communication scientifique peut-elle être source de réflexivité ? Les médiations science-société contribuent notamment à la mise en circulation des savoirs, à la construction d’une certaine image de la science et à l’ouverture d’espaces de prise de parole et d’échanges entre les acteurs de la recherche et la société civile. Ces formes de communications orales ou écrites permettent d’établir une diversité de relations avec des publics auxquels elles s’adressent, et peuvent ouvrir l’espace d’un moment réflexif, permettant potentiellement aux actrices et acteurs de la communication scientifique de se rendre présents dans la situation de médiation, d’activer explicitement leur rapport aux sciences et de faire importer leurs attachements à des pratiques, dans la relation avec des publics. Si les acteurs de la médiation scientifique sont habitués et formés à la prise en compte des publics, en situation de communication, ils s’oublient le plus souvent eux-mêmes comme partie prenante de la situation, non neutre, ayant un effet direct sur la situation par leur intervention, par leur manière d’être. Ainsi les intérêts, enjeux, idéologies et alliances du locuteur ou de la locutrice sont rarement interrogés, alors qu’ils fondent le discours et plus encore la relation du médiateur à ses publics. Georgio Agamben (2014) donne une définition du dispositif (voir aussi les travaux de Foucault, 1971 ; 1975) qui nous permet de regarder plus précisément ce qui se joue dans la médiation scientifique : « tout ce qui a, d’une manière ou une autre, la capacité de capturer, d’orienter, de déterminer, d’intercepter, de modeler, de contrôler et d’assurer les gestes, les conduites, les opinions et les discours des êtres vivants ». Ainsi, un dispositif de médiation ne permet pas de se comporter librement, ni de dire tout ce qui pourrait être dit au sujet des sciences, et conforme souvent les médiateurs à ce que l’on attend de leurs gestes, de leurs conduites, de leur discours, au bénéfice de la Science et des institutions (laboratoires, universités, etc.) qu’ils représentent. Le dispositif ne permet pas à leur voix propre de se déployer : il n’est tout simplement pas construit pour cela. Il s’insère dans un tissu de normes et de valeurs implicites, tant dans la manière de concevoir la médiation des sciences que la science telle qu’elle devrait être et telle qu’elle devrait être représentée. Les médiateurs et les chercheurs construisent leur narration et leur identité discursive par adhésion à ces normes et valeurs, ou au contraire en contrepoint quand le dispositif de médiation est construit pour accueillir un discours critique. Le dispositif conditionne ainsi la manière dont les acteurs qui y participent vont considérer ce qui compte et dont ils vont y prendre la parole. Comprendre les dispositifs de médiation dans lesquels nous sommes pris nous permettrait-il d’activer d’autres formes de communication, d’autres relations et d’autres récits à partir et avec les sciences ? A ce stade, je peux reformuler mes interrogations : comment peut-on prendre la parole dans ce dispositif ? Au nom de quoi les doctorant.es parlent-ils ? Quelles voix sont portées ? De quels sujets connaissants s’agit-il ? De quoi fait-ils la narration ? De quelles sciences parlent-ils ? Quelles sciences donnent-on à se représenter via un tel dispositif ? Qui parle ? Quelle relation s’instaure ? Baudouin Jurdant choisit d’interroger la vulgarisation comme une manière de parler la science. Non par de parler « au nom de la science », mais de réintégrer un regard propre, une perspective particulière, pour réparer un escamotage de l’énonciation et un déficit de réflexivité propre à l’écriture scientifique et à la prétention objective. S’agit-il de cette oralité primaire, d’une parole sans père ou au contraire d’un lieu possible d’émergence ou de renaissance du sujet parlant, qui amorce le sujet réflexif, critique et politique ?

Réflexivité et enjeux épistémologiques

La réflexivité se présente souvent aux chercheur.es comme une exigence épistémologique dont il faudrait “s’acquitter” par un paragraphe d’introduction, de discussion, ou dans une habilitation à diriger des recherches, retraçant un parcours intellectuel. Ainsi, la réflexivité s’instaure petit à petit dans nos pratiques comme une compétence, une vertu (Thoreau et Despret, 2014) conférée à soi-même – et de préférences en regard des autres – avant de parler et afin de donner plus de poids, voire plus de scientificité – au sens de plus d’objectivité (strong objectivity) aux recherches présentées, à la méthode déployée. Or sa portée me paraît bien plus grande, dans ce que la réflexivité engage, nécessairement dans un contact, dans un toucher. Les nombreux quiproquos avec les collègues qui la renvoient et la réduisent à un “ego-trip”, à un exercice impudique, à de la symétrie laissent penser que l’exercice concerne l’individu, qu’il s’agirait d’une compétence intellectuelle de l’individu, développant une analyse critique et toujours à distance, dans la posture d’observation, de son terrain – voire de lui/elle-même.

En entendant les appels à la vigilance – nous appelant à redoubler d’attention – écoutant notamment la proposition dense de Benedikte Zitouni à propos d’Haraway, nous invitant à revisiter les savoirs situés (2017), je ressens combien le milieu académique par lequel nous pensons appauvrit la portée des savoirs situés – comme celle de la réflexivité – en éclipsant la question du tact et des contacts, des relations et alliances tissées, des engagements, des risques qu’ils nous appellent à prendre, des matters of concern (Latour, 2004) mais surtout matters of care (Bellacasa, 2017), pour ne se focaliser que sur la question de la “perspective”, du “point de vue”- traduction faible du “standpoint” dans standpoint epistemology (sources standpoint et question de la traduction) – et sur la description de la situation.

Ce n’est pas tant de la mauvaise volonté, que le fait de ne pas réussir à entendre ce qui nous est proposé, car le pli est profondément pris et notre tentation de l’innocence (Despret, 2012 – en dialogue avec Isabelle Stengers et Vinciane Despret ; référence vivre avec le trouble) est grande.

Les plis des sciences en quête de scientificité par la maîtrise, la gestion, la neutralisation des biais, la prétention à l’objectivité et à la neutralité, entretiennent cette tentation du point de vue “de nulle part” et de l’innocence comme le dit Haraway. Mais la recherche scientifique peut-elle être neutre ? La recherche scientifique peut-elle se prétendre hors du monde, détachée du monde ? Et quels mondes – quels imaginaires et avec les voix de quels êtres – construisent les savoirs – qui ne se savent pas situés – que la recherche scientifique produit ?

La réflexivité ne suffit pas

… si elle reste coincée dans la métaphore de la vision ;

… si elle entretient l’auto-suffisance, si elle ne nous relie pas, au sens de faire alliance ;

… si elle ne dit rien des nœuds de pouvoir ;

… si elle ne nous met pas en risque, si elle n’active pas de nouveaux possibles.

L’exploration de ce que nous propose de nouvelles épistémologies des sciences[40] en lien avec la manière dont l’Anthropocène et les enjeux environnementaux nous interpellent collectivement, et de manière interdisciplinaire, vient en retour interroger nos pratiques de communication et de recherche, ainsi que les relations sciences-sociétés et les pratiques des médiations. Il s’agit d’explorer quels sont les gestes réflexifs, dans le domaine de la pratique de recherche[41], de la co-construction et de la mise en circulation des savoirs, qui contribuent à faire de la science un bien commun.

 

AXE 5 – Perspectives de recherche et terrains

Objectifs de recherche et terrains

1. Travaux sur les pratiques de communication en ligne et réflexivité

J’interroge les pratiques et les discours de médiation, à partir de situations concrètes (carnets de recherche, blogs, Ma thèse en 180s, conférences gesticulées, podcasts et vidéos en ligne – exemple des youtubeurs ou « vulgarisateurs du web », livres de vulgarisation, formations doctorales à la vulgarisation scientifique, journalisme scientifique, etc.), et c’est ce que je souhaite poursuivre dans le cadre d’un poste CNRS. Ces analyses sont d’ores et déjà au cœur de mes enseignements et je cherche les renforcer en leur dédiant un véritable temps de recherche, notamment par l’analyse de corpus détaillés. Il s’agit d’adapter mes méthodes d’exploration ethnosémiotique et mes analyse STS-SIC à des situations précises, afin de contribuer à une réflexivité collective et pratique sur ces dispositifs et leurs enjeux.

2. Analyses détaillées de situations de médiation scientifique – dans des contextes de co-construction de recherche avec les acteurs afin d’adosser les pratiques professionnelles (réflexives) à la recherche en SIC-STS. Ces questionnements ont accompagné l’ensemble de mes responsabilités collectives et fonctions universitaires, toujours investies de manière réflexive. Ils sont menés en interaction étroite avec le champ professionnel de la médiation scientifique et ses acteurs (notamment dans le cadre de l’OCIM et du projet « Experimentarium » coordonné par l’Université de Bourgogne). Ce qui me permet d’accéder à des terrains de recherche où nous collaborons pour développer une approche réflexive des pratiques de médiation.

3. Poursuite de mon travail épistémologique sur la réflexivité dans la communication scientifique et dans la (co-)construction des connaissances scientifiques et ouverture vers une recherche sur les ontologies extractivistes versus relationnelles à l’œuvre dans nos pratiques de recherche (disciplinaires et interdisciplinaires) et de médiation des savoirs.

Bibliographie sélective

Introduction

Jacobi, Daniel. (1985). « Sémiotique du discours de vulgarisation scientifique », Semen [En ligne], n° 2. Consulté le 8 janvier 2022. Disponible sur : http://journals.openedition.org/semen/4291.

Jeanneret, Yves (2008). Écrire la science : formes et enjeux de la vulgarisation. Paris, France : Presses universitaires de France, 1994, 398 p.

Jeanneret, Yves. (2008). Penser la trivialité : Volume 1, La vie triviale des êtres culturels. Paris : Hermes Science Publications, 2008, 266 p.

Le Marec, Joëlle. (2002). Ce que le « terrain » fait aux concepts : Vers une théorie des composites. Cinéma, communication et information. Habilitation à diriger des recherches. Paris, Université Paris 7.

Le Marec, Joëlle et Babou, Igor. (2003), « De l’étude des usages à une théorie des composites : objets, relations et normes en bibliothèque », in Souchier, Emmanuel; Le Marec, Joëlle; Jeanneret, Yves; (Ed.), Lire, écrire, récrire : objets, signes et pratiques des médias informatisés, Paris : Editions de la BPI/Centre Pompidou, 2003.

Le Marec, Joëlle et Babou, Igor. (2004). « Sciences et médias : le champ « STS » à l’épreuve de la banalité », actes du colloque Science médias et société, ENS de Lyon, juin 2004. Consulté le 8 janvier 2022. En ligne : http://sciences-medias.ens-lyon.fr/article.php3?id_article=55.

Jurdant, Baudouin (2009). Les problèmes théoriques de la vulgarisation scientifique (thèse de 3ème cycle soutenue en 1973), Paris : éditions des Archives Contemporaines.

Hess, Charlotte et Ostrom Elinor (dir.). (2006). Understanding Knowldge as a Commons. From theory to practice. MIT press, Cambridge.

Hesse, Charlotte. (2011). « Inscrire les biens communs de la connaissance dans les priorités de recherche ». In Libres Savoirs : les biens communs de la connaissance, C&F Editions, 2011. Consulté le 8 janvier 2022. Disponible sur : http://vecam.org/archives/article1307.html

Monnin, Alexandre, Landivar, Diego et Bonnet, Emmanuel. (2021). Héritage et fermeture – Une écologie du démantèlement. Editions divergences, Paris.

Monnin, Alexandre, et Laurence Allard. (2020). « Ce que le design a fait à l’Anthropocène, ce que l’Anthropocène fait au design », Sciences du Design, vol. 11, no. 1, pp. 21-31.

Ostrom, Eleonor. (1990). Governing the Commons: The Evolution of Institutions for Collective Action (Political Economy of Institutions and Decisions). Cambridge: Cambridge University Press.

Puig de la Bellacasa, Maria. (2012). « ‘Nothing comes without its world’:thinking with care », The Sociological Review, 60:2. Consulté le 8 janvier 2022.

En ligne : https://www.academia.edu/5302227/Nothing_comes_without_its_world_Thinking_with_care

Roqueplo, Philippe. (1981). Le partage du savoir : science, culture, vulgarisation. Paris, France : Seuil, 254 p.

Axe 1 – Les pratiques de communication dans les pratiques de recherche

Babou Igor, Science, télévision et rationalité : analyse du discours télévisuel à propos du cerveau, 2000, Lille, France : Atelier national de Reproduction des Thèses.

Boltanski, Luc et Maldidier, Pascale. (1970). « Carrière Scientifique, Morale Scientifique et Vulgarisation », Information (International Social Science Council), 9, pp. 99-118. Consulté le 8 janvier 2022. Disponible sur : https://doi.org/10.1177/053901847000900304.

Carlino, Vincent et Molinatti, Grégoire (2020). « Traces numériques et engagement du chercheur : contribution à une éthique de la communication en régime de controverse . », Les Enjeux de l’information et de la communication, Gresec UGA, L’information scientifique, à l’épreuve de sa médiatisation, 2.

Hert, Philippe. (2020). « Entre Anthropologie et communication, interroger l’intérieur des sciences », in Faury, Mélodie ; Le Marec, Joëlle (dir.), Le métier à penser. Tisser des textes avec Baudouin Jurdant, Éditions des archives contemporaines, Coll. « Études des sciences et Histoire des techniques », pp. 215-218.

Latour, Bruno et Woolgar, Steve. 1988. La Vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, Éditions La Découverte.

Lefebvre Muriel, « Les écrits scientifiques en action : Pluralité des écritures et enjeux mobilisés », Sciences de la Société, 2006, Presses universitaires du Midi, disponible sur : https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00069516/document.

Lefebvre Muriel, « L’infra-ordinaire de la recherche. Écritures scientifiques personnelles, archives et mémoire de la recherche », Sciences de la société, 2013, n° 89, disponible sur : http://journals.openedition.org/sds/203

Le Marec Joëlle, « Situations de communication dans la pratique de recherche : du terrain aux composites », Études de communication [Online], 2002, n° 25, Consulté le 8 janvier 2022. Disponible sur : http://journals.openedition.org/edc/831

Axe 2 – Enjeux du dialogue interdisciplinaire en sciences et dans le cadre des relations science-société

Babou, Igor. (2009). Disposer de la nature – Enjeux environnementaux en Patagonie argentine, Paris : L’Harmattan, Collection « Sociologies et environnement » dirigée par Salvador Juan, 2009.

Bollier, David.  La Renaissance des communs. Pour une société de coopération et de partage, éditions Charles Léopold Mayer, 2013.

Dewey, John. (1938). Logique – La théorie de l’enquête, Paris, Vrin, édition 1993.

Durrive, Barthélemy et Henry, Julie (dir.). (2015). Redéfinir l’individu à partir de sa trajectoire. Hasard, déterminismes et rencontres, Paris, Editions Matériologiques, col. « Sciences & Philosophie », 308 p.

Le Crosnier, Hervé. (2015). En communs. Une introduction aux communs de la connaissance. Editions C&F, Caen.

Laval, Christian. (2016). « « Commun » et « communauté » : un essai de clarification sociologique », SociologieS, Dossiers, Consulté le 08 janvier 2022. En ligne : http://journals.openedition.org/sociologies/5677

Descola, Philippe. (2018). « Humain, trop humain ? » dans Penser l’Anthopocène, direction R. Beau et C. Larrère, Presses de Science Po, 2018.

Scaillerez, Arnaud et Tremblay, Diane-Gabrielle. (2017). « Coworking, fab labs et living labs », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement, 34. Consulté le 8 janvier 2022. En ligne : http://journals.openedition.org/tem/4200.

Axe 3 – Les sciences participatives et les enjeux de la co-construction des savoirs

ALLISS. (2017). « Prendre la société de la connaissance au sérieux », Livre blanc. Consulté le 24 septembre 2019. https://inra-dam-front-resources-cdn.brainsonic.com/ressources/afile/397900-528c0-resource-livre-blanc-alliss-prendre-au-serieux-la-societe-de-la-connaissance.pdf

Carrel, Marion, Godrie, Baptiste et Juan, Maïté (dir.). 2021. Dossier « Epistémologies radicales et recherches participatives », Participations, Revue de sciences sociales sur la démocratie et la citoyenneté, 2021/3, à paraître

Équipe Épistémè (2018). Guide d’autoévaluation des démarches participatives à la lumière des inégalités épistémiques, Version 2 du 4 octobre 2018, Centre de recherche de Montréal sur les inégalités sociales et les discriminations (CREMIS), Montréal, 7 p.

Fricker, Miranda. 2010 [2007]. Epistemic injustice – Power & the Ethics of Knowing, Oxford, Oxford ùniversity Press.

Godrie, Baptiste. (2019). « Sur quelques objections courantes à l’encontre des RAP », Recherche-action, mis en ligne le 15 mai, Consulté le 8 janvier 2022. En ligne : https://recherche-HYPERLINK “https://recherche-action.ch/debats/PublishingImages/Pages/Scientificit%C3%A9%20en%20questions/Article%20Godrie.pdf”action.ch/debats/PublishingImages/Pages/Scientificit%C3%A9%20en%20questions/Article%20Godrie.pdf

Godrie, Baptiste, Boucher, Maxime, Bissonnette, Sylvia, Chaput, Pierre, Flores, Javier, Dupéré, Sophie, Gélineau, Lucie, Piron, Florence, and Bandini, Aude. 2020. « Injustices épistémiques et recherche participative: un agenda de recherche à la croisée de l’université et des communautés. », International Journal of Community Research and Engagement, 13:1. Consulté le 8 janvier 2022. En ligne : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02957211

Houllier François., Merilhou-Goudard Jean-Baptiste. (2016). « Les sciences participatives en France », Rapport pour le ministère en charge de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Consulté le 8 janvier 2022. En ligne : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02801940/

Juan, Maïté. 2021. « Les recherches participatives à l’épreuve du politique », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 63 – n° 1 | Janvier-Mars 2021, Consulté le 8 janvier 2022. En ligne : http://journals.openedition.org/sdt/37968

Piron, Florence, Regulus, Samuel et Djiboune Madiba, Marie Sophie (dirs). 2016. Justice cognitive, libre accès et savoirs locaux. Pour une science ouverte juste, au service du développement local durable, Québec, Éditions Science et bien commun. Consulté le 8 janvier 2022.

En ligne : https://scienceetbiencommun.pressbooks.pub/justicecognitive1/

Axe 4 – Les relations sciences-société dans le contexte de la science ouverte

Blanchard, Antoine. (2011). « Science blogs in research and popularization of science : why, how and for whom ? » dans Cockell M., Billotte J., Darbellay F., Waldvogel F. (sous la dir. de), Common Knowledge : The Challenge of Transdisciplinarity, EPFL Press, 219 p. Consulté le 8 janvier 2022. En ligne : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01249315

Broudoux, Evelyne. (2018). « Dispositifs infocommunicationnels numériques : éditorialisation et autorité »,Habilitation à diriger des recherches soutenue le 20 novembre 2018, CNAM, Paris.

Broudoux, Evelyne. (2017). « Analyser l’autorité dans les articles scientifiques », aidainformazioni rivista di scienze dell’informazione, Vol. 35, n° 1-2. Consulté le 8 janvier 2022. En ligne : http://www.aidainformazioni.it/?page_id=321&lang=en.

Dacos Marin, Mounier Pierre. (2010). « Les carnets de recherche en ligne, espace d’une conversation scientifique décentrée » dans : Jacob Christian (sous la dir. de), Lieux de savoir, Gestes et supports du travail savant, Albin Michel. Consulté le 8 janier 2022. En ligne : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00439849/document.

Deseilligny, Oriane. (2013). « Matérialités de l’écriture : le chercheur et ses outils, du papier à l’écran », Sciences de la société, n° 89, pp. 38-53.

Gunthert, André. (2010). « Why Blog ? », dans : Dacos M (sous la dir. de), ReadWrite Book Livre Inscriptible, Marseille : OpenEdition Press, pp. 167-171. Consulté le 8 janvier 2022. Disponible sur : http://books.openedition.org/oep/174 .

Ong, Walter J. (2014). Oralité et écriture, Paris, Les Belles Lettres, 2014 ; B. Jurdant, « Écriture, réflexivité, scientificité », art. cit.

Mayeur, Ingrid. (2017).« La communication scientifique directe vers un public élargi. L’actualité sociale traitée par des chercheurs dans les carnets de recherche Hypothèses », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 2017, n° 11, disponible sur : http://journals.openedition.org/rfsic/3224.

Merzeau, Louise. (2010). « La présence plutôt que l’identité ». Documentaliste-Sciences de l’Information, 47, 1, p. 32-33.

Sarr, Felwine. (2017). Habiter le monde. Essai de politique relationnelle, Montréal, Mémoire d’encrier, Cadastres.

Axe 5 – Communication scientifique et réflexivité

Bourdieu, Pierre. (2001). Science de la science et réflexivité, Paris, Raisons D’agir Eds.

Despret, Vinciane (2012). « En finir avec l’innocence – Dialogue avec Isabelle Stengers et Donna Haraway » – In Dorlin, Elsa et Rodriguez, Eva (dirs). Penser avec Donna Haraway, Paris, Presses Universitaires de France, pp. 23-45.

Haraway, Donna J. (2016). Staying with the trouble: Making kin in the Chthulucene, 2016. Durham, Duke University Press.

Jurdant, Baudouin. (2006). « Ecriture, réflexivité, scientificité (entretien avec Joëlle le Marec) ». Science de la société (n°67), pp. 131-143.

Latour, Bruno. (2004). “Why Has Critique Run Out of Steam ? From Matters of Fact to Matters of Concern” In Critical Inquiry – Special issue on the Future of Critique. Vol 30 n° 2 pp.25-248, Winter 2004. [Republished in Harper’s Magazine April 2004. pp.15-20. Chicago : The University of Chicago Press, pp.151-174

Le Marec, Joëlle. (2010). Les études de sciences : pour une réflexivité institutionnelle, Paris, Editions des archives contemporaines (ed. collective).

Maillot, Lionel. (2018), La vulgarisation scientifique et les doctorants : Mesure de l’engagement – exploration d’effets sur le chercheur. Thèse en Sciences de l’information et de la communication, Université de Bourgogne – Franche Comté, 429 p.

Puig de la BellacasaMaria. (2017). Matters of Care. Speculative Ethics in More Than Human Worlds, Londres, University of Minnesota Press, 265 p.

Thoreau, François et Despret, Vinciane. (2014). « La réflexivité. De la vertu épistémologique aux versions mises en rapports, en passant par les incidents diplomatiques », Revue d’anthropologie des connaissances, Vol. 8, n°2, pp.391-424. Consulté le 20 juin 2020. En ligne : https://www.cairn.info/revue-anthropologie-des-connaissances-2014-2-page-391.htm

Zitouni, Benedikte. (2017). Revisiter les savoirs situés : l’objectivité et le monde coyote .Arts situés, séminaire en prévision de l’ouverture prochaine du Musée du même nom à Liège, organisé par l’ULg. (13/11/2017). En ligne : http://hdl.handle.net/2078

[1] institutmichelserres.ens-lyon.fr

[2] www.centrepompidou.fr/fr/programme/agenda/evenement/8OykxRx

[3] Le Marec, J., Babou, I. et Faury, M., Analyse du discours de la presse quotidienne à propos des résistances aux antibiotiques en contexte génétique et Pratiques de communications dans les pratiques de recherche, In : Schneider, D. (Dir.), Rapport pour le programme Afsset « Gestion biologique et sociale de la dispersion des résistances aux antibiotiques », Grenoble : Université Joseph Fourier, 2010.

[4] Faury, M. (2022, janvier), « La course à la publication » dans le cadre du Séminaire Biologie et Société ENS Ulm.

[5] Faury, M. (2021, juillet). « Les « sans-voix » comme sujets connaissants : comment parler à partir d’eux en tant que chercheuse ? » – GT21 dans le cadre du Congrès international de l’AISLF (Association internationale des sociologues de langue française) « Diversité des savoirs – la production de l’ignorance », Tunis (à distance).

[6] Faury, M. (2021, juin). « Au sujet des pratiques quotidiennes des doctorant.e.s en biologie moléculaire », dans le cadre des séminaires des Archives Poincaré (UMR 7117).

[7] Faury, M. (2021, juin). « La recherche comme métiers : sens et attachements, de l’individuel au collectif », dans le cadre du séminaire « Le Laboratoire de Biométrie et Biologie Evolutive dans l’anthropocène, une réflexion collective sur l’avenir de notre recherche », Université de Lyon 1

[8] Enseignements en tant que PRAG (384h équivalent TD par an) depuis 2018, doctorante moniteur auparavant : Anthropologie de laboratoire dans le cadre du master sciences-société ; Les STS à l’intersection des sciences de l’information et de la communication ; Apprentissage de l’utilisation des outils de communication pour la recherche dans le cadre de l’URFIST (…)

[9] ehvi.ens-lyon.fr

[10] Barthélemy Durrive, Mélodie Faury, Julie Henry. Réflexivité et dialogue interdisciplinaire : un retour sur soi selon l’autre. Béziat, Jacques. Analyse de pratiques et réflexivité: Regards sur la formation, la recherche et l’intervention socio-éducative, L’Harmattan, pp.153-166, 2013.

[11] Novembre 2012 –  avril 2018 (5 ans 1/2) : Directrice de la Maison pour la science en Alsace, au service des professeurs – Université de Strasbourg – Actions à l’interfaces entre Recherche & Éducation Coordination en tant que Directrice de la Maison pour la science en Alsace, au service des professeurs, de 185 actions différentes de formations aux sciences pour les enseignants du 1er et du 2nd degré, au contact de la recherche actuelle, soit 390 actions de formation (de 0,5 à 5 jours), 495 interventions de scientifiques et 7550 participations d’enseignants bénéficiaires sur 5 ans.

[12] Faury, M. (2021, juin). « La recherche comme métiers : sens et attachements, de l’individuel au collectif », dans le cadre du séminaire « Le Laboratoire de Biométrie et Biologie Evolutive dans l’anthropocène, une réflexion collective sur l’avenir de notre recherche », Université de Lyon 1.

[13] Faury, M (2018, janvier) « « L’inter comme l’occasion de penser ses pratiques et l’occasion d’une réflexivité par l’autre. Les effets (relationnels, institutionnels, méthodologiques, politiques, épistémologiques…) de l’interdisciplinarité ». Communication présentée lors de la journée d’étude « Interdisciplinarité et relations entre sciences, environnement et savoirs », Paris Diderot.

[14] Faury, M (2019, novembre). « Une expérience de l’interdisciplinarité en études de sciences à Strasbourg : le GERSULP (période 1976-1996) », Communication présentée dans le cadre du Colloque annuel de la MISHA « L’université de Strasbourg et le dialogue des disciplines des années 1920 aux pratiques contemporaines », MISHA, Université de Strasbourg ; Faury, M. Présentation de mes travaux de recherche sur le Gersulp dans le cadre des 40 ans IRIST.

[15] Mélodie Faury et Léna Dormeau, « Faire le deuil de ce que l’on ne désire pas », Multitudes, n° 85, mineure « Le dehors de la recherche », coordination Léna Dormeau & Jacopo Rasmi, Paris, 2021.

[16] Le concept d’injustice épistémique (epistemic injustice) a été introduit par la philosophe Miranda Fricker (2007) pour désigner un type d’inégalité qui se manifeste dans l’accès, la reconnaissance, et la production des savoirs. Appliqué et développé dans de nombreux domaines de l’épistémologie sociale, par exemple dans le domaine de la santé, le concept peut contribuer à la réflexion sur la décision partagée entre sciences et société. Dans la relation médecin-patient, ce concept a permis de montrer le préjudice qu’un patient subit dans certaines situations et qui l’empêche de participer pleinement en tant qu’acteur dans une consultation (voir par exemple les travaux de Brenda Bogaert, de Baptiste Godrie et Marie Dos Santos).

[17] Faury, M. (2021, novembre). Table-ronde « Science et Société », « Sciences ouvertes et sciences participatives : enjeux épistémologiques, méthodologiques et politiques » dans le cadre du Colloque annuel de la MISHA, « Politiques publiques et Recherche en sciences humaines et sociales », Université de Strasbourg ; Faury, M. (2021, novembre). ‘”Sciences ouvertes et sciences participatives », dans le cadre de l’Open access week 2021, Université de Strasbourg.

[18] Mélodie Faury, « Vers une réalité élargie – Se situer entre savoirs et expériences : trouver sa voix propre et l’inter-relier », In Baptiste Godrie et Marie Dos Santos (dir.). Lucidités subversives – Dialogue entre savoirs et disciplines sur les injustices épistémiques, Éditions science et bien commun, Québec, Canada.

[19] Faury, M. (mai 2018) « En Alsace, une Maison habitée pour transformer l’enseignement des sciences », The Conversation.

[20] J’enseigne les enjeux des sciences participatives en lien avec la science ouverte dans le cadre du Master science-société, de la licence sciences et technologies, de la licence science et société et dans le cadre des formations que je donne pour l’URFIST de Strasbourg (Unité Régionale de Formation à l’Information Scientifique et Technique).

[21]https://boutiquedessciences.universite-lyon.fr/notre-gouvernance-75158.kjsp?RH=VF-46863395672&RF=1547630381441

[22] Cet intérêt se traduit d’ores et déjà par une multitude de formation réflexive et adossées à la recherche des étudiants (de la licence au doctorat) sur ces questions : formations aux carnets de recherche Hypotheses.org, dans le cadre d’OpenEdition, à Paris, Lisbonne et Londres, à destination de tous les personnels de la recherche ; formations Science ouverte dans le cadre de l’URFIST Strasbourg (Unité Régionale de Formation à l’Information Scientifique et Technique) – Doctorants, chercheurs et personnels de l’université ; Master « Sciences & Société – Histoire, philosophie, sociologie, médiation des sciences » ; Enseignements sciences-Société en L2 de la Licence Science et Technologie ; Enseignements sciences-Société en L1 de la Licence Science & Société ; Enseignements Sciences ouvertes en L3 de la Licence Science et Technologie

[23] 2021 – Membre du Comité de pilotage du projet « Open University of Strasbourg » sur 8 ans, développement des sciences participatives à l’Université de Strasbourg dans un contexte de science ouverte ; Depuis 2021 – Membre du Comité de pilotage de la science ouverte à l’Université de Strasbourg ; De 2018 à 2020 – Membre du comité d’organisation de l’Open Access Week ; 2018-2020 – Contribution à l’élaboration d’une stratégie Science ouverte pour l’université de Strasbourg en tant que chargée de mission auprès de la vice-présidence Sciences et société et de la vice-présidence déléguée à la science ouverte. De 2011 à 2020 – Membre du Conseil scientifique HYPERLINK “https://fr.hypotheses.org/”Hypotheses.org.

[24] Mélodie Faury, « Carnets de thèse et écriture de soi dans la recherche », Revue de la BNF, 2019/1 (n° 58), p. 73-81. URL : https://www.cairn-int.info/revue-de-la-bibliotheque-nationale-de-france-2019-1-page-73.htm  ; Mélodie Faury, « Partager son sujet et son expérience de recherche dans un carnet de thèse : des doctorant.es entre recherche de légitimité et recherche de sens », Belphégor [En ligne], 17, 1 | 2019  http://journals.openedition.org/belphegor/1779

[25] Faury, M (2019, mars). « Partager son sujet et son expérience de recherche dans un carnet de thèse des doctorant.es entre recherche de légitimité et recherche de sens », Séminaire du projet HYCAR, GIS du réseau des URFIST, Paris. ; Faury, M. (2018, novembre). « Carnets de recherche & Réflexivités ». Communication présentée à la journée d’étude « Métamorphoses numériques des objets culturels – Le carnet de recherche numérique », Avignon, Université d’Avignon, projet Agorantic. ; Faury, M (2018, juin). « « Soi, l’autre et la situation de communication. De nouveaux lieux et de nouvelles tensions comme sources de nouvelles formes et enjeux pour la vulgarisation scientifique ». Journée étude – « Les nouvelles formes de la vulgarisation et de l’écriture des savoirs », Université Sorbonne, Paris. ; Faury, M (2018, novembre) « L’écriture collective dans un carnet de recherche : retours d’expériences et enjeux éditoriaux ». Communication présentée lors du séminaire « Revues en SHS : quelles pratiques éditoriales ? », PUS, Université de Strasbourg. ;  « Ethique de l’Internet et pratique de recherche #1 : valeurs du web 2.0 et notion de bien commun » dans le cadre du Certificat de compétences numériques du CFDIP à Paris. (Programme2015-CCN-CFDIP), 10 février 2015, Paris, Université Paris Diderot ;  « Le libre accès aux publications scientifiques – Publier et lire en open access : démarches et enjeux » – Intervention dans le cadre de la semaine de l’Open Access, à l’Université de Strasbourg, le 27 octobre 2017 ;  Collectif, « Comment écrire pour un carnet de recherche ? », in THATCamp Paris 2012 (« La Non-Collection »).

[26] Elsa Poupardin et Mélodie Faury, « Hypothèses : l’inscription d’une pratique de communication dans l’activité de recherche », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 15 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 31 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/4877

[27] J’ai formé à Sciences Po de futurs décideurs politiques aux démarches de recherche, afin de contribuer au dialogue entre politique et société, dans le cadre du cours fondé par Bruno latour à Sciences Po Paris (Licence 1) « Humanités scientifiques » (co-responsable du cours avec Livio Riboli-sasco en 2012-2013)

[28] Nicolas Ngo, chef du département des relations entre sciences et société au ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, « Le dialogue entre sciences, recherche et société : un enjeu central pour notre démocratie », Factuel, hors-série, novembre 2021, Université de Lorraine.

[29] L’un des critères du label SAPS porte sur l’accompagnement à une démarche de communication scientifique des personnels de la recherche, la formation des journalistes et étudiants en journalisme à la littératie scientifique, et la valorisation de l’actualité et de l’expertise scientifique dans les médias.

[30] Mélodie Faury, « Ma thèse en 180 secondes » : de nouvelles voix en science ?, Questions de communication, série actes 43, 2021.

[31] Mélodie Faury et Lionel Maillot, « Repenser les formations doctorales. De la communication efficace à la communication incarnée », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 181 | 2019. En ligne : http://journals.openedition.org/ocim/2138

[32] Depuis 2014 – Formations transversales pour les doctorants, à la communication scientifique, à la médiation et au dialogue interdisciplinaire ; Enseignement de l’épistémologie de la médiation scientifique dans le cadre du Master Science & Société (depuis 2013) et de la Licence sciences et technologie (depuis 2020).

[33] Mélodie Faury et Joëlle Le Marec (dirs.). Le métier à penser – Tisser des textes avec Baudouin Jurdant, Editions des archives contemporaines, 2020.

[34] Mélodie Faury et Marie-Anne Paveau (dirs.). Réflexivité(s), Éditions science et bien commun, Québec, Canada, 2019. ISBN 978-2-924661-69-7.

[35] Korc, B. et Faury, M. Médiation culturelle des sciences et SHS : des rapports de proximités, des frontières ambiguës – Réflexions sur nos actions, Bulletin de l’AMCSTI n°35, novembre 2011

[36] Faury, M. (2021, novembre). Table-ronde plénière « La communication scientifique : quels bénéfices pour les chercheurs et les médiateurs ? », dans le cadre du Colloque international Science & You, Université de Lorraine.

[37] Faury, M. (2021, novembre). Atelier « Toucher les publics ou être touché.es par les publics ? Quelles relations recherchons-nous dans nos pratiques de médiation ? », dans le cadre du Colloque international Science & You, Université de Lorraine.

[38] « Chercheurs-publics : quelles réceptions de la rencontre ? » Rencontre nationale, le 21 mars 2017, Paris – organisé par l’OCIM

[39] « Médiation et estime de soi » Rencontre nationale, le13 décembre 2017, Paris – organisé par l’OCIM (Office de Coopération et d’Information Muséales)

[40] Faury, M. (2020, février). « Sentir-penser et habiter le trouble épistémologique », séminaire GRASS (Groupe de réflexion autour des savoirs situés », Montpellier, Université Paul Valéry.

[41] Joëlle Le Marec et Mélodie Faury. Communication et réflexivité dans l’enquête par des chercheurs sur des chercheurs. Béziat, Jacques. Analyse de pratiques et reflexivité: Regards sur la formation, la recherche et l’intervention socio-éducative, L’Harmattan, pp.153-166, 2013.


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search