Quelles voix pour les sciences ? Présences, traverses et effacements en communication scientifique

enregistrement du texte de l’intervention :

Texte disponible sur HAL (avec diapositives utilisées) : https://shs.hal.science/halshs-04222298

Résumé – novembre 2021 – Science & You

En quoi le dispositif de médiation définit-il ce qui peut être dit ou non ? Que disent les actrices et acteurs de la communication scientifique quand elles et ils parlent ? Peuvent-ils porter leur voix propre (Gilligan, 1982), et si non de quelles voix sont-ils les incarnations ? Peuvent-ils par exemple se positionner à partir d’un vécu de la recherche ou du contact à la recherche ? Ou au contraire s’effacent-ils pour parler « au nom de la Science ? De quelles sciences parle la médiation et quels sont les aspects qu’elle gomme ? A quelles conditions la communication scientifique peut-elle être source de réflexivité ? Les médiations science-société contribuent notamment à la mise en circulation des savoirs, à la construction d’une certaine image de la science et à l’ouverture d’espaces de prise de parole et d’échanges entre les acteurs de la recherche et la société civile. Ces formes de communications orales ou écrites permettent d’établir une diversité de relations avec des publics auxquels elles s’adressent, et peuvent ouvrir l’espace d’un moment réflexif, permettant potentiellement aux actrices et acteurs de la communication scientifique de se rendre présents dans la situation de médiation, d’activer explicitement leur rapport aux sciences et de faire importer leurs attachements à des pratiques, dans la relation avec des publics. Si les acteurs de la médiation scientifique sont habitués et formés à la prise en compte des publics, en situation de communication, ils s’oublient le plus souvent eux-mêmes comme partie prenante de la situation, non neutre, ayant un effet direct sur la situation par leur intervention, par leur manière d’être. Ainsi les intérêts, enjeux, idéologies et alliances du locuteur ou de la locutrice sont rarement interrogés, alors qu’ils fondent le discours et plus encore la relation du médiateur à ses publics. Georgio Agamben (2014) donne une définition du dispositif (voir aussi les travaux de Foucault, 1971 ; 1975) qui nous permet de regarder plus précisément ce qui se joue dans la médiation scientifique : « tout ce qui a, d’une manière ou une autre, la capacité de capturer, d’orienter, de déterminer, d’intercepter, de modeler, de contrôler et d’assurer les gestes, les conduites, les opinions et les discours des êtres vivants ». Ainsi, un dispositif de médiation ne permet pas de se comporter librement, ni de dire tout ce qui pourrait être dit au sujet des sciences, et conforme souvent les médiateurs à ce que l’on attend de leurs gestes, de leurs conduites, de leur discours, au bénéfice de la Science et des institutions (laboratoires, universités, etc.) qu’ils représentent. Le dispositif ne permet pas à leur voix propre de se déployer : il n’est tout simplement pas construit pour cela. Il s’insère dans un tissu de normes et de valeurs implicites, tant dans la manière de concevoir la médiation des sciences que la science telle qu’elle devrait être et telle qu’elle devrait être représentée. Les médiateurs et les chercheurs construisent leur narration et leur identité discursive par adhésion à ces normes et valeurs, ou au contraire en contrepoint quand le dispositif de médiation est construit pour accueillir un discours critique. Le dispositif conditionne ainsi la manière dont les acteurs qui y participent vont considérer ce qui compte et dont ils vont y prendre la parole. Comprendre les dispositifs de médiation dans lesquels nous sommes pris nous permettrait-il d’activer d’autres formes de communication, d’autres relations et d’autres récits à partir et avec les sciences ? A ce stade, je peux reformuler mes interrogations : comment peut-on prendre la parole dans ce dispositif ? Au nom de quoi les doctorant.es parlent-iels ? Quelles voix sont portées ? De quels sujets connaissants s’agit-il ? De quoi fait-iels la narration ? De quelles sciences parlent-iels ? Quelles sciences donnent-on à se représenter via un tel dispositif ? Qui parle ? Quelle relation ? Baudouin Jurdant choisit d’interroger la vulgarisation comme une manière de parler la science. Non par de parler « au nom de la science », mais de réintégrer un regard propre, une perspective particulière, pour réparer un escamotage de l’énonciation et un déficit de réflexivité propre à l’écriture scientifique et à la prétention objective. S’agit-il de cette oralité primaire, d’une parole sans père ou au contraire d’un lieu possible d’émergence ou de renaissance du sujet parlant, qui amorce le sujet réflexif, critique et politique ?



Citer ce billet
Mélodie Faury (2023, 29 septembre). Quelles voix pour les sciences ? Présences, traverses et effacements en communication scientifique. L'Infusoir. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qcmo

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search