A travers champs – Sciences Sociales 2.0

A travers champs : à l’opposé de la recherche buissonnière, l’enrichissement de la démarche réflexive par l’altérité disciplinaire.

Jeudi 17 novembre, à Lyon, se déroulait la journée d’étude Sciences Sociales 2.0 (voir le programme) marquant les 10 ans de Liens Socio, qui a donné naissance au printemps 2011 à la revue Lectures.

Archivage  des tweets #socio2 de la journée (par @piotrr70) / Fichier pdf

Prise de note collaborative (version etherpad, version pdf) – Détournement du principe de l’etherpad : ici

Le billet de Pierre Mercklé sur la journée

Sur le principe de Conférence 2.0 voir le billet de J. Chibois et le commentaire de P. Mounier sur les questions de convivialité entre chercheurs

Vidéos de la journée Sciences Sociales 2.0 en ligne (à venir)

J’avais le plaisir d’être discutante d’Antonio A. Casilli (@bodyspacesoc), qui intervenait sur la question « Comment les usages numériques transforment-ils les sciences sociales ? » (présentation en ligne), en abordant la question selon trois principaux angles :

  • rapport aux objets et méthodes ;
  • rapport aux savoirs ;
  • rapport à la demande sociale ;

J’ai découvert son travail, très intéressant, à cette occasion, et notamment l’ouvrage Les liaisons numériques.

En lisant le résultat de ses recherches portant sur la société en réseaux, définie, suivant Will F. Jenkins, comme « un espace social, où des corps interagissent pour créer des liens de coexistence » (Casilli, 2010), j’avais en permanence en tête la question suivante : « Quelles seraient les conséquences des usages numériques sur ces trois aspects dans la pratique de recherche en science sociales ? »

Avant toute chose, et depuis mon approche à la croisée des études des sciences et technologies (ou STS, Science and Technological Studies) et des sciences de l’information et de la communication (SIC), considérer la question « comment les usages du numériques transforment les sciences sociales ? », comme Pierre Mercklé l’avait proposé à Antonio Casilli, m’a amené à me demander : « les sciences sociales en tant que quoi ? ». Il me semble qu’adopter alternativement différents regards possibles de la sociologie des sciences (Vinck, 2007) mais aussi des SIC nous permet de parcourir différents aspects possibles des transformations des sciences sociales par les usages numériques. Un exercice un peu systématique, sans doute un peu scolaire, qui m’ouvre beaucoup de réflexions quant aux effets du numérique sur les pratiques de recherche, en sciences sociales en particulier.

Je livre ici ces quelques réflexions, de manière un peu abrupte, et sous forme de questions, dont une bonne partie ont déjà trouvé des éléments de réponse lors de la journée Science Sociales 2.0.

Tous vos commentaires, retours critiques, pistes, références et compléments sont les bienvenus !

Photo : Y. Calbérac

Les sciences sociales comme institution sociale de production des connaissances rationnelles

Comme dans toute institution, du normatif au normal1 , des normes structurent les pratiques de recherche.

Comment les usages numériques changent-ils (ou non) les normes de l’institution, au sens d’espace social normé ?

Quelles sont les nouvelles règles qui s’instaurent (évaluation, publication, communication), selon les disciplines, les nouvelles habitudes qui s’établissent, et les valeurs qui naissent, s’installent ou s’effacent (efficacité, quantité, rapidité, etc.) ou à l’inverse les contre-valeurs et contre-normes qui émergent ?

Les valeurs (et les cultures) des différents collectifs composant la recherche (disciplines, institutions, générations, etcetera) ne sont vraisemblablement pas les mêmes vis à vis du numérique. Les usages numériques sont-ils en train de redéfinir une « hiérarchie des disciplines » selon qu’ils y sont centraux ou périphériques, selon qu’ils sont des outils, des méthodes ou des moyens de communication ou de construction de réseaux sociaux ?

Comment les usages numériques transforment-ils par exemple les principes d’accumulation de crédit et de reconnaissance par les pairs ? Comment jouent-ils plus particulièrement sur le positionnement des acteurs de la recherche en sciences sociales ?

Et peut-être avant tout : quels types d’usages sont faits des outils numériques dans la recherche ? Quelle proportion de chercheurs utilise les outils numériques dans leur dimension relationnelle ? L’usage principal (prédominant) n’est-il pas avant tout celui de la production de données ?

Comment les usages numériques transforment-ils les modes de production des connaissances et les objectifs des institutions de recherche quant à la production de connaissances  (qualitativement et quantitativement) ?

Quelles sont les nouvelles temporalités qu’ils proposent / imposent ? Quelles sont les normes d’évaluation qu’ils favorisent ?

Comment les questions de gestion des données se posent-elles ? 

A quoi les chercheurs renoncent-ils éventuellement en termes de connaissances productibles, sur un plan épistémologique ?

Les sciences sociales comme reflet de cultures et de sociétés locales

Si l’on considère maintenant que « les intérêts des scientifiques et des groupes sociaux auxquels ils appartiennent orientent l’activité scientifique » (Vinck, 2007), on peut s’intéresser à la manière dont les usages numériques transforment les sujets de la recherche, reflet de l’intérêt plus large d’une société pour ces problématiques.

Dans quelle mesure ce qui se passe dans la recherche en sciences sociales reflète-t-il ce qui se passe plus largement dans notre société ?

Les usages numériques définissent-ils une nouvelle culturelle matérielle et cognitive locale dans notre société, dont la recherche en sciences sociales serait le reflet ou voit-on se développer une culture numérique spécifique aux sciences sociales ?

Les sciences sociales comme ensemble de pratiques de communication et comme système d’échanges

Comment les usages numériques transforment-ils les modes de communication entre chercheurs et avec la société ? Comment les usages numériques mettent-ils en réseau les chercheurs en sciences sociales, entre eux et avec la société ?

Maintenant que l’informatique est devenue « relationnelle et communicante », comme le dit Antonio Casilli, quels statuts / quelle part les usages numériques occupent-ils dans les pratiques de communication quotidiennes des pratiques de recherche en sciences sociales, et quels rôles jouent-ils ?

Comment ces formes de communications organisent-elles physiquement le laboratoire ? Comment les usages numériques structurent-ils les espaces sociaux de la recherche et la façon dont les corps interagissent, ou encore transforment-ils la manière dont les liens de coexistence inter-individuels, inter-professionnels ou encore interdisciplinaires s’établissent (Casilli, 2010) ?

Comment les professionnels de la recherche et de la circulation des savoirs, les différents métiers qui les rendent possibles, se réorganisent-ils, se redéfinissent-ils potentiellement, autour des usages numériques ?

Voir à ce sujet les questions abordées dans le cadre de l’Université d’été du Cléo (septembre 2011).

Comment les usages numériques posent-ils la question de l’échange d’information et de la circulation des savoirs ?

Comment les usages numériques transforment-ils notamment le rapport à l’information (lecture, flux, gestion) et à la propriété intellectuelle dans les sciences sociales ? Comment s’articulent-ils ou non avec les modes actuels de validation scientifique de l’information ?

Si l’on considère les sciences sociales en tant que construction de réseaux sociotechniques et de collectifs de recherche, on peut se demander comment les usages numériques transforment les réseaux d’acteurs, leur densité, leur extension, la nature de leurs liens, ainsi que comment ils s’articulent et s’ils ont des effets sur les réseaux non virtuels.

Comment s’articule, ou non, par exemple le sentiment d’appartenance à une communauté de chercheur en ligne (exemple : les carnetiers d’Hypotheses.org) avec celui de l’appartenance avec une communauté hors ligne, celle de ses collègues, d’un même laboratoire, d’une même discipline ?

Quels sont les enjeux des communautés numériques pour la recherche et les chercheurs (capital symbolique, reconnaissance, etcetera), dans la mesure où celle-ci fonctionnent, de la même manière que les communautés non virtuelles, sur les principes suivants (Casilli, 2010) :

1. « plus un individu est reconnu par la collectivité, plus il se sent appartenir à celle-ci » ;

2. « le sentiment d’épanouissement éprouvé par chaque membre du collectif tient davantage à l’échange avec les autres qu’à son activité solitaire » ;

3. un membre d’un collectif ressent sensation de manque associé à la privation de l’échange, de l’interaction avec les autres.

Les communautés virtuelles adjoignent à ces caractéristiques la spécificité de conférer un « sentiment d’efficacité« , et des satisfactions presque instantanées, dans la mesure où « le don de temps et d’énergie pour la collectivité [y] serait récompensé de manière claire, immédiate et proportionnelle à l’effort  » (Casilli, 2010).

A. Casilli ajoute que les communautés virtuelles sont autant « ressenties » que celles établies dans des espaces physiques, et que « les pratiques communautaires en ligne s’ajoutent à celles qui préexistent et ne se substituent pas à elles ». Les usages numériques relationnels sont-ils dès lors amenés à se répandre, dans la mesure où ils semblent contenter certains besoins associés au travail en collectif, exprimés notamment par les doctorants (en sciences humaines ou en sciences expérimentales) ?

Comment les chercheurs s’approprient-ils des pratiques numériques de manière à ce que cela fasse sens pour eux : par des pratiques, des discours, des valeurs qui croisent ce qu’ils projettent sur leur pratique de recherche ?

Comment les trois principaux facteurs de participation aux communautés virtuelles, citées par A. Casilli (2010), d’après Peter Kollock, peuvent-ils recroiser la manière dont certains chercheurs investissent leur pratique IRL (In Real Life), et combler éventuellement un manque ressenti dans la pratique quotidienne de la recherche2 ?

1. Motivation par le principe du don-contre-don : en fonction de son investissement, on reçoit des informations, de l’aide, du support assuré par les autres ;

2. Désir de reconnaissance publique : ce qu’A. Casilli appelle le « cercle vertueux de reconnaissance et d’engagement »;

3. Sentiment que le comportement individuel peut changer la donne ou « compter pour quelque chose » ;

En bref, comment les usages numériques reconfigurent-ils la sociabilité des chercheurs entre eux, mais aussi avec la société ?

Les usages numériques participent à « créer des communautés électives » (Casilli, 2010), c’est-à-dire composées d’individus partageant nos valeurs et désirs. N’est-ce pas déjà ce que l’on fait dans les pratiques de recherche ? Pour A. Casilli, dans le cadre de la communication entre les chercheurs, fondées pour une grande part sur la convivialité3 et l’informel, les médias sociaux gommeraient la dimension conflictuelle de la recherche (controverse, luttes entre écoles…), qui l’enrichit. Ce manque ferait courir le risque potentiel d’un appauvrissement de l’échange intellectuel : comment pourrait-on réinjecter ces aspects dans les réseaux sociaux ?

@bodyspacesoc RT @yann_c: Je like! RT @piotrr70 @bodyspacesoc réclame un bouton « dislike » dans les réseaux sociaux et le possiblité de se faire des ennemis ! #socio2  / Thu, 17 Nov 2011 11:08:12 +0000 – tweet id 137124873557381120 – #529

Enfin, les communautés virtuelles ne s’établissent-elles qu’entre chercheurs ou reconfigurent-elles les relations chercheurs-non chercheurs ?

 ——

Cette journée me met finalement à la croisée des chemins : celui de l’étude des pratiques de communication dans les pratiques de recherche, de la sociologie des usages numériques et de la sociologie des sciences.

  • Quelques pistes numériques déjà engagées

Marin Dacos, Pierre Mou­nier, L’édition élec­tro­nique, Paris, La Décou­verte, 2010, 128p.

Antonio Casilli, Les liaisons numériques, Paris, Seuil, 2010, 336p.

Blogo numericus par Marin Dacos et Pierre Mounier

Blog de Pierre Mercklé

BodySpaceSociety, Blog d’Antonio Casilli

  • Des pistes à suivre

Milad Doueihi, La Grande Conversion numérique, paris, Seuil, 2008, 271p / Billet de P. Mounier sur cet ouvrage

Milad Doueihi, Pour un humanisme numérique, Paris, Seuil, 2011, 192 p. Compte-rendu sur Nonfiction

Pierre Mercklé, Sociologie des réseaux, Paris, La Découverte, 2011, 128 p.

Pierre Mounier, Les Maîtres du réseau – Les enjeux politiques d’internet, Paris, Cahiers libres, 2002, 216 p.

Communications, n° 88. « Cultures du numérique », Communications, 88, 2011 (introduction en ligne)

  • Autres références

Bourdieu, P., Homo Academicus, Paris, Les éditions de minuit, 1984, 320 p.

Le Marec, J., Babou, I. et Faury, M., Analyse du discours de la presse quotidienne à propos des résistances aux antibiotiques en contexte génétique et Pratiques de communications dans les pratiques de recherche, In : Schneider, D (Dir.), Rapport pour le programme Afsset « Gestion biologique et sociale de la dispersion des résistances aux antibiotiques », Grenoble : Université Joseph Fourier, 2010.

Le Marec, J. « Situations de communication dans la pratique de recherche : du terrain aux composites  », Études de communication , 25 | 2002 , [En ligne], mis en ligne le 18 novembre 2011. URL : http://edc.revues.org/index831.html. Consulté le 19 novembre 2011.

Vinck, D. Sciences et sociétés. Sociologie du travail scientifique, Paris, Ed. Armand Colin, 2007.

  1. Lors d’une séance du Labo Junior EHVI, Julie Henry avait exploré les frontières entre « normal », « normalisé », « normatif », « anomal » et « anormal ». []
  2. Ces réflexions sont en lien avec les entretiens que j’ai menés auprès de doctorants, non pas en sciences sociales, mais en biologie expérimentale : voir la Galerie de rencontres []
  3. Voir à ce sujet le commentaire de P. Mounier au billet de J. Chibois []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

11 réponses

  1. TUFFERY dit :

    Bonjour,
    J’ai assisté à la matinée de la journée Socio 2.0 mais je n’ai malheureusement pas pu assister à l’après-midi.
    Merci pour vos notes, les éléments de votre intervention que j’ai appréciée, et les références et sources utilisées et suggérées. J’espère pouvoir suivre régulièrement vos productions et celles des autres intervenants.
    Même si j’ai trouvé toutes les interventions du matin intéressantes, je m’étonne néanmoins de l’impression que j’ai eue (mais peut-être n’est-ce qu’une fausse impression) que relativement peu de références ont été faites aux travaux de chercheurs appartenant non pas aux sciences humaines mais aux sciences dites « dures » ou encore au monde de l’ingénierie. Je pense notamment ici aux travaux du CSI de l’Ecole des Mines (M. CALLON, B. LATOUR pour ne parler que des plus connus), bien que B. LATOUR ait été cité le matin par Pierre Mounier. Je crois que les chercheurs en sciences sociales s’interrogent depuis moins de temps que ceux des autres sciences évoquées ci-dessus sur les technologies numériques et leur impact sur leurs pratiques mais aussi sur leurs concepts et les formalismes qu’ils mobilisent. Mais cela ne signifie pas que tout ce que les chercheurs en sociologie des sciences qui se sont penchés sur les sciences « dures » ont produit comme travaux sur ce sujet, est de haute valeur. N’y aurait-il pas là comme la prolongation dans ces interrogations scindées, de barrières disciplinaires majeures ? Mais peut-être est-ce là tout l’intérêt de vos propres travaux à l’interface entre sociologie des sciences et sociologie des usages numériques.
    Par ailleurs, je n’ai entendu et je ne lis dans vos notes que peu de choses quant aux risques de « césure » entre diverses catégories d’utilisateurs des technologies numériques et que l’usage grandissant de ces dernières est déjà en train d’introduire. Je le constate dans mon domaine d’activité, l’archéologie préventive. Et ce processus va probablement aller en s’accélérant. Peut-être faut-il alors reconvoquer certaines typologies anciennes et souvent contestées comme celle de R. Merton sur les déviances, en l’occurrence par rapport à ces technologies. Certains chercheurs (et personnels associés) considérant les technologies numériques comme une contrainte croissante, sont déjà dans des postures et pratiques de résistance, de contournement, revendiqués ou pas, mais néanmoins très « efficaces » quant à leurs traductions en termes de « distinction » socio-technique de pratiques de recherche et par là-même d’évaluation et de considération par leurs pairs. Pour autant, leurs pratiques doivent-elles être déconsidérées parce qu’elles ne cèdent pas à l’utilisation des technologies numériques. A priori, on aurait envie de répondre par la négative à cette interrogation. Mais les normes sociales environnantes en cours de mise en place « à marche forcée » autour de l’utilisation de ces technologies sont tellement prégnantes qu’on a du mal à imaginer qu’elle n’aient pas d’impact sur la perception par le corps social de ces « chercheurs non-numériques ». On peut ici parler d' »interactions » au moins partielles, croissantes, et fortement valorisées par les instances de tutelle, face auxquelles les postures de non-adoption et déviance risquent d’être de plus en plus difficiles à tenir pour les chercheurs, comme dans de nombreux autres domaines d’activité et de pratiques professionnelles.
    Enfin sur les risques évoqués par A. Casilli d’appauvrissement des échanges conflictuels au sein des communautés de chercheurs du fait de l’usage de médias sociaux, je n’y crois pas. Beaucoup de chercheurs tirent de leur capacité à s’inscrire dans des relations d’opposition et de conflits, une bonne part de leur légitimité, de leur crédibilité, si ce n’est de leur essentialisme… Je pense même que les médias sociaux peuvent permettre à des chercheurs de gagner considérablement dans leur « cycle de crédibilité scientifique » (B. Latour), au point d’être tentés de confondre ce dernier avec un véritable « cycle de visibilité numérique », notamment de visibilité par le « buzz » qui s’alimente beaucoup de thèses et d’avis colportés avec une temporalité qui n’a plus grand chose à voir avec la ou les temporalités actuelles de la recherche.
    Ce ne sont là que quelques idées et réflexions mal formulées mais qui répondent à votre invitation à prolonger les échanges, toujours trop courts, engagés lors de cette journée.
    Au plaisir de vous lire.

    • infusoir dit :

      Bonjour,

      Merci beaucoup pour votre commentaire et d’avoir saisi cette invitation à prolonger les échanges.

      Il existe en effet, à ma connaissance, elle-même orientée par mes questions de recherche, plus de travaux portant sur les pratiques de recherches de chercheurs en sciences dites « dures » ou encore sur le travail des ingénieurs. Ils ont récemment été développés sur la région Rhône-Alpes dans le cadre du Cluster 14 intitulé « Enjeux et Représentations de la Science, de la Technologie et de leurs Usages », et c’est le cas des travaux que vous mentionnés (Callon et Latour).
      Ce que vous appelez « barrière disciplinaire », j’aurais tendance à l’appeler « tropisme », mais c’est sûrement du fait de ma formation de biologiste : il me semble que les travaux de recherche sur la recherche en sciences « dures » sont particulièrement développés dans la mesure où une grande partie de ceux qui les mènent sont issus des sciences exactes et expérimentales, et s’intéressent ainsi à elles, non plus en les pratiquant, mais en les étudiant. Vous trouverez ainsi par exemple beaucoup d’ex-physiciens parmi les historiens de la physique. De la même manière que les sociologues s’intéressant aux usages numériques, les pratiquent eux-mêmes pour une grande majorité d’entre eux. La différence étant qu’il est difficile de faire les deux simultanément dans le premier cas, alors que c’est possible dans le second.
      Il existe cependant également quelques travaux de recherche en sciences humaines et sociales sur les sciences humaines et sociales, mais je ne suis pas sûre qu’ils soient très nombreux (et à vrai dire je les connais mal). Un exemple est celui de la thèse récemment soutenue par Yann Calbérac, en épistémologie de la géographie.

      L’idée de « césure » que vous évoquez, je me la formulais effectivement plutôt en termes d’établissement d’une hiérarchie de valeurs et de systèmes de reconnaissance/ crédit entre acteurs de la recherche, mais peut-être également faudrait-il se poser la question, comme vous le faites, des ruptures communicationnelles que ces usages pourraient introduire. J’avoue n’avoir pas assez de recul sur ces aspects pour vous répondre, et peut-être que certains chercheurs ou autres témoignages sur ces aspects le feraient mieux que moi.

      Enfin, je trouve très intéressante votre réflexion sur la confusion possible entre “cycle de crédibilité scientifique” et “cycle de visibilité numérique” et j’espère qu’elle suscitera d’autres échanges.

  2. TUFFERY dit :

    Bonjour,
    Merci pour vos propres commentaires en écho aux miens et pour vos références à consulter (j’avais laissé passer trop vite la thèse de Yann Calbérac que je vais prendre le temps de lire posément).
    Pour faire suite à notre premier échange et à la lecture des autres billets qui sont revenus et ont prolongé la journée Sciences Sociales 2.0 je souhaite en quelques mots faire part de mon propre retour d’expérience de l’usage pendant la journée (la demi-journée pour ce qui me concerne) des outils d’échanges (Twitter et Prise de note collaborative à l’aide d’Etherpad) et dont je ne prétends à aucune représentativité.
    Certes je me situe a priori dans une sorte de posture d' »observation participante » devant l’usage de tels outils : je les pratique pour découvrir ce que j’arrive à en faire pour mes propres usages et pour observer les usages qu’en font certains autres avec lesquels j’ai une « communauté de pratiques » (pour ne pas dire une « affinité de pratiques ») ponctuelle ou durable. La journée m’ adonné l’occasion de tenter à la fois d’écouter ce qui se disait, de regarder parfois les intervenants à la tribune, de parcourir les supports visuels affichés derrière eux mais aussi de lire les tweets, d’en comprendre les codes, de trier les « doublons », de lire les notes sur etherpad, de corriger certaines fautes d’orthographe, de rajouter mes propres commentaires, notes et liens vers des ressources web complémentaires, etc. Bref, je dois avouer que pour ma part, cela m’a demandé une gymnastique intense et nouvelle, une sorte de fonctionnement en mode multi-tâches, devant lequel j’ai assez vite senti mes limites de capacité à poursuivre l’exercice dans la durée et à pouvoir ne pas en ressentir une fatigue mentale rapide, due à un « stress » de lecture, écoute et réaction quasi-instantanée qui a confié rapidement à une sorte d’état-limite, au bord de la rupture et du « laissé tomber » pour revenir à un mode d’écoute et d’attention traditionnel aux seuls propos des intervenants. Mais je me suis prêté à l’exercice et peux en témoigner dans ces quelques lignes.
    Je m’interroge sur la capacité et l’intérêt de ce genre de pratiques. Les outils ne nous imposent-ils pas leur mode d’apprentissage et surtout de mise en pratiques, auquel cas on ne peut que s’interroger sur ce que ces outils nous limitent dans ce que nous parvenons à en faire et donc sur leurs impacts sur notre pratique d’écoute et de concentration.
    Si ces outils laissent à l’utilisateur une marge d’apprentissage et de modes d’usages moins contraignante qu’il n’y paraît, alors mes interrogations n’ont plus lieu d’être, et les fonctions d’apprentissage et d’automatismes doivent permettre de contrebalancer ces contraintes au profit d’une véritable valeur ajoutée de la pratique de ces outils et de leurs impacts sur les capacités réflexives individuelles mais aussi d’alimentation des échanges et de participation à « une réflexion collaborative » (même si je reste prudent sur cette dernière notion).
    Je ne sais pas si d’autres utilisateurs de ces outils, ce jour là, ou en d’autres circonstances, se posent ou se sont posés ces questions. Mais il est fort à parier que la mise en place et l’usage croissant de tels outils ne se fera pas aussi facilement pour toutes les occasions et tous les utilisateurs potentiels. Devant l’écoute, la réflexion et l’échange, nous ne sommes pas tous égaux.

  3. Jonathan dit :

    Bonjour,

    Je me suis effectivement posé aussi ce type de question pendant et après cette expérience de conférence 2.0. Votre commentaire est stimulant, de nombreux points me donnent envie de réagir. Mais sachons autant que possible rester bref. Notamment, ayant déjà développé en quoi ces outils ont permis à un absent de plonger dans les débats, je laisserai ce point de coté.

    « Devant l’écoute, la réflexion et l’échange, nous ne sommes pas tous égaux ». Je suis entièrement d’accord avec vous sur ce point, c’est d’ailleurs pour cette raison précise que ces outils doivent garder leur grande diversité, et ne pas être imposés mais – bien sûr – suggérés à chacun. Je n’ai pour ma part pas une grande endurance de la prise de note manuscrite et de l’attention soutenue quand le sujet ne me concerne pas précisement. Un tel handicap trouve dans l’écriture collective – via twitter et le pad – une forme de stimulation nouvelle : écrire, noter, commenter pour les autres oui, quand pour moi je n’arrive à trouver dans l’instant ni la motivation ni l’intérêt. Je constate avec étonnement que plus le sujet d’une intervention tends à se rapprocher de mes centres d’intérêts, plus gérer ce mode multi-tâche devient difficile.

    Et la question centrale est à mon sens bien celle-ci, que vous posez d’ailleurs très bien : comment contenir pragmatiquement cette saturation intellectuelle que demande la gymnastique multi-tâche ? Je trouve que le meilleur moyen est de prolonger la métaphore pour en tirer la leçon informatique : hiérarchiser la priorité de ces tâches. Après plusieurs tests, j’aime donner la faveur à twitter, car oblige à une sélection drastique de l’information, ainsi qu’à une concision. Cette digestion instantanée des débats me permet – un peu à mon insu – de me forger une opinion sur un sujet dont je ne suis le plus souvent pas spécialiste. Le pad est lui souvent une forme de luxe, car produit un compte rendu surtout utile aux absents, passe donc au second plan. Je trouve bon de préciser que l’écoute et la compréhension de ce qui est dit doit rester la priorité : submergé, il arrive qu’on en oublie le sens et l’objet de ces retranscriptions. Enfin, outre la hiérarchisation il faut aussi prendre en compte l’organisation de la surface de travail : affichage permanent et juxtaposé des multiples applications, usages de raccourcis claviers…

    Donc, oui ces outils transforment nos pratiques via de nouveaux modes d’apprentissage, mais pas tant en nous les imposant qu’en nous les proposant. La seule raison – d’ailleurs éminemment problématique à mes yeux – qui pourrait pousser à franchir le pas malgré soi est l’émergence de lieux de débats parallèles qui seront peut-être un jour incontournables. Quant à la question des limites, elle ne se pose pas je crois si l’on prends garde à ne pas tomber dans le biais de la technophilie, c’est-à-dire tant qu’il ne s’agit que d’augmenter l’existant (et non le remplacer).

  4. TUFFERY dit :

    Merci pour votre commentaire qui prolonge le mien et me donne aussi l’envie de prolonger le vôtre. Je viens de relire votre billet que j’avais déjà parcouru lorsque vous l’aviez publié. Je le trouve très intéressant puisqu’il complète mon expérience qui fut celle d’être sur place, par la vôtre qui fut de ne pas y être, tout en ayant pour vous l’impression d’y être quand même un peu (cette illusion de l' »ubiquité » dont vous parlez). Quant à la « réalité augmentée » que ces outils permettraient, là aussi il s’agit d’une autre « illusion » que l’impression première pourrait faire accroire. Une réflexion minimale permet de se défaire de ces deux illusions, comme on se défait d’un bout de scotch qui colle successivement à plusieurs doigts de la main… après plusieurs tentatives.
    Je ne conteste pas l’intérêt de ces outils pour des événements collectifs où des contributeurs géographiquement distants peuvent apporter et lire les contributions des uns et des autres, qu’ils soient sur place ou dans leur salon, qu’ils en prennent connaissance en direct ou de façon décalée dans le temps.
    En revanche je m’interroge sur ce que de tels outils, s’ils venaient à s’imposer ou à être imposés par des pratiques croissantes, pourraient avoir comme « dégâts collatéraux ». Je m’interroge en particulier sur les « risques » de faire naître une sorte de « double-contrainte » (si chère à l’école de Palo Alto) qui pourrait résulter de modes contradictoires de participation, que mon précédent billet voulait un peu suggérer : devoir se concentrer pour écouter et même temps devoir se concentrer pour rédiger, devoir être en situation de réflexion sur ce qui se dit et en même temps devoir être en situation de surveillance sur ce qui est écrit, se préparer à poser la question suivante et en même temps ne pas manquer de noter la réponse apportée à la question précédente, etc.
    Mettre en œuvre ces outils multiples en situation collective devrait donc veiller, à mon sens, au respect d’une « liberté de pratique individuelle » plutôt que de s’imposer par un « conformisme de pratiques collaboratives ».
    Les pratiques technophiles du moment et leurs effets de mode (confinant parfois à une surenchère hystérique) sont d’une telle prégnance qu’il convient d’en conserver un usage « raisonné » : en disposer et ne pas se les imposer, comme vous l’écrivez justement, pour apporter vraiment une valeur ajoutée à l’existant, bien que ce « surplus » ne soit pas toujours immédiatement identifiable.

    • Nativité dit :

      Les « pratiques technophiles » comme vous les nommez avec élégance, doivent au-delà de l’effet de mode, être surtout perçues comme des solutions techniques supplémentaires et non comme des substituts à la réflexion. J’aime à rappeler qu’un outil même 2 ou 3.0 reste un outil! Dans nos discipline, le numérique a certes révolutionné nos approches et souvent simplifié la tache des chercheurs (constitution de bases de données complexes, numérisation de documents…) en fluidifiant l’accès aux sources et au savoir. Sur ce point la valeur ajoutée est indéniable. En guise d’illustration, j’ai dès 2001 inventé un nouveau processus de « dépouillement d’archives » à grande échelle en m’appuyant sur deux choses: l’utilisation des premiers appareils photos numériques et le vide juridique de l’époque de la loi sur les archives (1979) concernant la numérisation…Au final, un corpus inégalé, supérieur en volume à celui des antiques thèse d’Etat!

  5. TUFFERY dit :

    Loin de moi l’idée de contester l’intérêt pratique de l’usage des technologies de traitement de données numériques (notamment en matière d’archives). Mais que je ne conçois l’usage de ces outils qu’au service d’une réflexion, d’un travail de recherche et non comme une fin en soin. Cela peut paraître évident mais il est parfois utile de rappeler des évidences, surtout lorsque une utilisation croissante, multiformes et multidirectionnelles peut parfois confondre objectif et moyen.
    « Notre époque se caractérise par la profusion des moyens et la confusion des intentions », Albert EINSTEIN
    Pour autant je ne rejette pas, bien au contraire, l’intérêt de s’interroger sur la façon dont l’usage de tels outils peut se traduire tant dans les contenus que dans les formes d’écriture, notamment en situation d’une écriture « en direct », « interactive », « collaborative ».

  6. Mélodie Faury dit :

    Les vidéos sont en ligne : http://www.liens-socio.org/socio2#sec7248

  1. 20 novembre 2011

    […] A travers champs – Sciences Sociales 2.0 | L'infusoir A travers champs : à l'opposé de la recherche buissonnière, l'enrichissement de la démarche réflexive par l&#0… Source: infusoir.hypotheses.org […]

  2. 24 novembre 2011

    […] La seconde, écrite par Mélodie Faury et publiée sur son blog L’infusoir, est intitulée « A travers champs – Sciences sociales 2.0 » : elle y restitue de son côté le point de vue de la participante, puisqu’elle a même […]