Le « carnet » de recherche

Ce billet est le premier d’une série de quatre billets sur les carnets Hypotheses dans la pratique de recherche.

J’emprunte l’idée de la série thématique à Marie-Anne Paveau qui les expérimente au fil des saisons.

Cette série est initiée par deux évènements au cours desquels il s’agissait de discuter des pratiques d’écriture sur un médium de type blog, qu’il soit hébergé sur Hypotheses.org ou ailleurs : l’émission radiophonique Recherche en cours, « To blog or not to blog ? » (25 novembre 2011) et la rencontre « Comment bloguent-ils ? » (1er décembre 2011) organisée par l’URFIST de Lyon, la Maison de l’Orient et l’Institut des Sciences de l’Homme, en partenariat avec le Cléo.

C’était inévitable… Dans un espace d’écriture et de discussion où l’on se donne pour objet de recherche, et où l’on essaye d’interroger, les espaces de réflexivité dans les pratiques de recherche (par exemple ici), il devait nous arriver de réfléchir au carnet de recherche lui-même, l’un des moments-lieux où cet effort réflexif s’effectue, à ce qu’il rend possible, à ce qu’il induit, à ce qu’il contraint et à quelques-uns de ses enjeux.

Vendredi 25 novembre, Pierre Mounier était invité dans l’émission de radio « Recherche en cours », et j’avais le plaisir de l’accompagner. Son thème « To blog or not to blog ? », est l’occasion de ces quelques éléments de réflexion, qui se veulent comme toujours amorces à la discussion, au sujet de la pratique de blogging scientifique, telle qu’Hypotheses.org la permet en particulier. Et telle que je l’envisage depuis mes propres pratiques d’écriture et de lecture.

L’émission Recherche en cours dans son intégralité :

En ligne

Le terme de « carnet de recherche »

Ce terme n’a vraisemblablement pas été choisi au hasard par M. Dacos et P. Mounier : il évoque le carnet que l’on garde dans son sac ou dans sa poche, à portée de main et d’idées, qui surgissent au fil de la journée, des évènements scientifiques auxquels on assiste, des réunions avec nos collègues, des trajets en train ou en métro. Plutôt que de noircir des pages, l’on investit nos écrans… pour soi-même mais également pour les potentiels lecteurs, ce qui conditionne bien sûr l’écriture. A vrai dire, on ne fait pas nécessairement l’un ou l’autre, on peut tout à fait faire les deux. Car comme toute pratique numérique, pour peu que l’on considère les usages liés à des outils spécifiques non pas comme des translations d’usages préexistant sur de nouveaux supports, mais comme leur réinvention permanente, le blog scientifique, ou le « carnet de recherche » remplit des fonctions, différentes selon les façons dont on se l’approprie, mais qui ne se retrouvent pas toujours dans les pratiques d’écriture qui lui préexistent.1

Le « carnet » traduit des intentions de départ : le modèle qu’avaient en tête Marin Dacos et Pierre Mounier était celui du blog scientifique de chercheur qui leur paraissait être le modèle « idéal » du genre, qui répondait à des besoins de recherche et s’intégrait à des pratiques existantes.

« C’est bien un mode de communication qui s’apparente au blog, mais dans un contexte professionnel de recherche et qui est complétement intégré aux pratiques de communication liées à la recherche. Et donc on a essayé de trouver un terme qui essayait de rendre compte de cette double affiliation. Et du coup le mot « carnet de recherche » est apparu parce qu’il s’apparentait assez fortement aux cahiers de terrain par exemple que les sociologues ou les anthropologues peuvent avoir, ou à ces carnets de notes que les chercheurs, dans les différentes disciplines des SHS utilisent pour prendre des notes en cours de recherche. Et on s’est dit, c’est un peu cela, mais que l’on rend public d’une certaine manière ». Pierre Mounier, émission REC, 25 novembre 2011.

« Dans un premier temps, on s’est rendu compte en 2008 de deux choses, qu’il y avait un certain nombre d’équipes de recherche […] qui se rassemblaient autour de projets de recherche particuliers, et qui avaient des besoins de diffusion sur le web d’informations sur l’actualité de leurs recherches. », Pierre Mounier, émission REC, 25 novembre 2011.

 « Et puis la deuxième chose est que l’on voyait […], c’est qu’il y avait de plus en plus de chercheurs en SHS qui commençaient à ouvrir des blogs personnels sur des plateformes grand public […]. Et ce que l’on a voulu faire c’est essayer de leur dire : plutôt que d’ouvrir votre blog de chercheur sur ces plateforme où l’information est complètement noyée par tous les blogs personnels, justement, et où il n’y a pas de garanties en terme de pérennisation de l’information que vous diffusez, essayer plutôt de rejoindre un plateforme, professionnelle, c’est-à-dire une plateforme qui est dédiée aux chercheurs en SHS, c’est-à-dire où vous avez un certain nombre de garanties et où votre travail est plus mis en visibilité, et peut bénéficier d’une meilleure reconnaissance. », Pierre Mounier, émission REC, 25 novembre 2011.

Au-delà d’un nom qui lui conférerait une certaine légitimité chez le public qu’il vise, le terme de « carnet » induit une utilisation, des intentions dans l’écriture, qui me paraissent différentes d’un blog « classique » : il ne s’agit pas de parler de soi, mais bien de ce qui accompagne sa recherche, ce qui en fait partie, sans avoir nécessairement de place visible dans d’autres cadres, ni même de légitimité a priori. Ainsi, selon les carnets, des cours, des échanges entre pairs, des échanges interdisciplinaires, des hypothèses en construction, des idées saisies au vol trouvent toute leur place.

« L’usage de mon blog sert d’abord mes propres fins de recherche.« , commentaire d’André Gunthert, 3 décembre 2011, sur le carnet de recherche d’Eric Verdeil (Rumor).

 » […] des chercheurs et d’autres personnels de recherche qui prennent du plaisir à écrire d’une manière différente leur recherche et à communiquer de manière différente sur leurs recherches […] », Pierre Mounier, émission REC, 25 novembre 2011

La plate-forme Hypotheses.org définit aussi un ton. Pour ceux qui écrivent, elle est identifiée comme un lieu académique, le seul critère d’ouverture d’un carnet de recherche étant l’affiliation universitaire. Pour ceux qui commentent, la parole ne semble pas aussi libre que sur d’autres formats blog, et demande parfois à être « autorisée » par l’auteur du billet.2

Pour Frédérique Giraud (Socio-Voce ; intervention le 1er décembre 2011), c’est ce qui ferait à la fois l’avantage et la limite d’une plateforme comme Hypotheses.org. Présente auparavant sur une plateforme plus généraliste, elle ne retrouve plus les mêmes commentaires à ses billets sur son carnet de recherche, ce qui lui semble être le signe d’une moindre fréquentation de son site par le public qu’elle visait initialement : le grand public auprès duquel il s’agissait de partager les questionnements de la sociologie. Difficile de savoir, si ceux qui lisent s’auto-censurent dans la mesure où, justement, ils ne laissent que des traces statistiques qui ne disent pas grand chose d’eux-mêmes (voir la notion de conversation silencieuse, proposée par Marin Dacos).

L’argument d’Hypotheses.org : être lu par des pairs plutôt que par le grand public ? Question de David Dumoulin dans l’émission REC – 25 nov. 2011

Réponse de Pierre Mounier : plutôt l’importance de l’archivage des billets et de fonctionnalités spécifiques à l’écriture en sciences humaines et sociales

Le statut de la publication électronique d’un billet

Récemment, la BNF (Bibliothèque Nationale de France) a donné une forme de légitimité aux carnets de recherche en leur attribuant un ISSN lorsqu’ils remplissaient les critères d’attribution (voir ci-dessous).
Ils ne sont pas « reviewés », et donc non comparables en cela avec des publications dans des revues à comité de lecture par exemple (mais ce n’est pas non plus leur objet), ils ne peuvent pas être rigoureusement cités (à ma connaissance), selon des normes partagées, mais les billets sont maintenant accessibles en tant que ressources de la recherche en sciences humaines et sociales, dans des moteurs de recherche comme Isidore et OpenEdition.

Extrait du billet publié sur le carnet d’OpenEdition, par Frédérique Muscinesi, le 22 juin 2011 :

« Le Cléo a obtenu l’attribution d’ISSN aux carnets de recherche d’Hypotheses.org.

Les ISSN caractérisent des publications en série qui, dans le cas d’un support numérique, doivent répondre à cinq conditions nécessaires que l’ensemble des carnets qui se trouvent sur Hypotheses.org remplissent largement.

Ces conditions sont les suivantes1 :

  • avoir un contenu éditorial, c’est-à-dire des textes dont le traitement éditorial ou journalistique est évident ;
  • un responsable éditorial ;
  • un titre définitif et aisément accessible qui ne soit pas modifié au cours des mises à jour du site ;
  • une url valide qui conduit au contenu ;
  • un contenu cohérent s’adressant à un public défini. »

Le statut de l’écriture d’un billet dans la pratique de recherche

Que va-t-on publier sur un carnet de recherche ? Avec quel degré d’aboutissement ?

Parle-t-on de ses recherches et si non, si on ne les aborde pas « directement » s’autorise-t-on à parler de tout ce que l’on souhaite ?

Ma réponse serait que nous pouvons par exemple y parler de tout ce qui constitue, à mon sens, la pratique de recherche dans sa globalité, sans en constituer la partie la plus immédiatement visible :  les enseignements, les évènements scientifiques auxquels on assiste, les rencontres avec des chercheurs et leurs objets de recherche, leurs cadres de référence,  etc. On se rend dès lors compte à quel point le statut donné à l’écriture de billets de carnet de recherche peut exprimer un certain rapport à la recherche, à ce que l’on considère comme montrable ou non, légitime ou non, selon que l’on décide de prendre le temps « pour ça », au milieu de tant d’autres priorités, tellement contraints que nous sommes par les critères d’évaluation, eux-mêmes l’expression d’une certaine conception de la recherche.

Mais ce qui constitue notre pratique de recherche n’est pas toujours identifié comme tel, et nous mettons parfois un moment avant de réaliser quel rôle joue une lecture à un moment donné de notre travail de recherche, la rencontre avec un nouveau cadre de référence, l’intervention d’un chercheur, de notre domaine ou non, sur l’orientation de nos propres questions de recherche, sur la façon de considérer nos hypothèses de départ, nos éventuels postulats, etc.

Les carnets de recherche sont une occasion potentielle de partager la manière dont nous « rencontrons d’autres objets au cours de nos recherches » comme le dit Franscesca Musiani, et comment ils entrent en résonance, ils s’articulent avec les nôtres. Ainsi, dans L’Infusoir, je n’aborde que très rarement de front mon propre sujet de thèse : tout ce qui y est mis en discussion, en visibilité, constitue pourtant ma recherche, au sens où mon objet de recherche évolue et se nourrit de tout ce que je peux lire, rencontrer et écrire au contact d’autres problématiques de recherche, mais aussi de ce que je suis amener à construire dans mes enseignements, et lors d’interventions dans des évènements scientifiques ou interprofessionnels. Ces formes d’écriture prennent une autre place dans la pratique de recherche que celle de l’écriture d’articles ou d’un ouvrage : celle de la construction, petit à petit, d’objets et de questionnements de recherche.

Il est important de préciser, en guise de fin provisoire, qu’il existe presque autant de type de carnet que de carnets ouverts, même si de grandes tendances se dessinent, relatives notamment aux catégories proposées par Hypotheses.org lors de l’ouverture d’un carnet : catégories de carnet, de lecteurs attendus, de contenus. Il semble que l’on puisse qualifier les carnets de recherche d’espaces et de pratiques de recherche, que les chercheurs, les documentalistes, les doctorants, les équipes, etcetera s’approprient.

Quelques exemples concrets de la diversité des carnets :

« Ce carnet de recherche espère rendre compte d’une activité de recherche conduite autour de l’objet historique « dessin ». »

« Ce carnet de recherche est un espace de réflexion sur la théorie du discours envisagée sous des angles épistémologiques renouvelés. « 

« Le carnet « Les aspects concrets de la thèse » est un espace collaboratif ouvert à toutes les bonnes volontés. »

« Le Blog de la documentation du Laboratoire Cresson propose des actualités (annonces de colloques, d’appels à contribution, de nouvelles publications) sur les thèmes de recherche du laboratoire : les ambiances architecturales et urbaines ainsi que les approches sensibles de l’espace. Les informations rassemblées ici sont publiques et issues d’un travail de veille à partir de sites, de flux rss ou de newsletters. »

« L’Observatoire Urbain d’Istanbul est un des quatre observatoires de l’IFEA. Il s’intéresse prioritairement à l’étude des phénomènes qui accompagnent la métropolisation d’Istanbul (développement urbain, environnement, immobilier, vie politique et économique, politiques culturelles) »

Prochains billets de la série :

2. Le carnet de recherche comme pratique de chercheu.se.s

3. Le carnet de recherche comme pratique de recherche

4. Le carnet de thèse

Références

André Gunthert, « Why Blog ? », in Marin Dacos (dir.), Read/Write Book, Marseille, Cléo (« Coll. Edition électronique »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 25 mars 2010, Consulté le 01 décembre 2011. URL : http://cleo.revues.org/174

Antoine Blanchard, « Ce que le blog apporte à la recherche », in Marin Dacos (dir.), Read/Write Book, Marseille, Cléo (« Coll. Edition électronique »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 25 mars 2010, Consulté le 01 décembre 2011. URL : http://cleo.revues.org/172

Pierre Mounier, « L’édition électronique : un nouvel eldorado pour les sciences humaines ? », in Marin Dacos (dir.), Read/Write Book, Marseille, Cléo (« Coll. Edition électronique »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 25 mars 2010, Consulté le 01 décembre 2011. URL : http://cleo.revues.org/169

Billets de blogs ou carnets de recherche

La conversation silencieuse, Marin Dacos, 23 juillet 2009 sur blog.homo-numericus.net

Ouvrir un carnet sur Hypothèses ? Pourquoi pas vous ? , 2 décembre 2011, sur Le Cresson veille

Comment je blogue , Eric Verdeil, 4 décembre 2011 sur Rumor

  1. Paragraphe écrit avoir d’en avoir parlé avec P. Mounier, qui explique les intentions initiales dans l’émission REC []
  2. Paragraphe écrit après en avoir discuté avec P. Mounier, et après avoir assisté à la rencontre « Comment bloguent-ils ? », à laquelle participaient Eric Verdeil, Françoise Acquier, Frédérique Giraud, Pierre Mercklé et Pierre Mounier []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

16 réponses

  1. Eric Verdeil dit :

    Je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas citer un billet de blog. Il arrive, dans un article, qu’on renvoie à une communication orale, en séminaire mais non publié. Idem ici. Mais cela ne comptera pas pour le h-index!

    • Mélodie Faury dit :

      Je suis tout à fait d’accord (et je pense en avoir besoin pour ma thèse), mais de quelle façon cite-t-on un billet ? Des normes collectives ont-elles déjà été définies, par Hypotheses par exemple ? S’approche-t-on de ce que l’on fait déjà pour un article en ligne par exemple ? (« Pierre Mounier, « L’édition électronique : un nouvel eldorado pour les sciences humaines ? », in Marin Dacos (dir.), Read/Write Book, Marseille, Cléo (« Coll. Edition électronique »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 25 mars 2010, Consulté le 01 décembre 2011. URL : http://cleo.revues.org/169« )

      • Marie-Anne Paveau dit :

        belle étude du carnet de recherches comme « genre de discours », qui sera très certainement prolongée dans d’autres disciplines (il y a une thèse qui débute cette année en analyse du discours sur le blogging scientifique à partir d’hypothèses…)

        je suis d’accord avec éric verdeil et je pense qu’on peut tout simplement, et sans discussion qui justement affaiblirait la « légitimité » scientifique du billet, adopter la norme bien installée maintenant de la citation de l’article en ligne (normes APA et MLA : http://bit.ly/tRDAJB)

        on attend impatiemment la suite de la série !

      • Eric Verdeil dit :

        il me semble à te lire qu’il y a deux questions, qui se ramène à la même solution:
        1°) utiliser un corpus de billets de blog comme matériau de ta recherche. La question de leur citation ne pose effectivement par de pbs techniques. La solution indiquée par AM Paveau étant parfaitement adaptée.
        2°) utiliser certains billets de blog comme « autorités » ou « références » scientifiques. Ici, le pb n’est pas la manière de citer mais plutôt de savoir et de faire savoir / d’affirmer au lecteur qu’il s’agit bien d’une référence légitime. A ce titre, le fait que les blogs d’hypotheses soient dotés d’un ISSN, et p ê, à terme, d’un DOI, ne permettrait il pas de les considérer comme de telles références – en forçant donc un peu les codes établis, et en sachant bien qu’ils n’ont pas été validés par les pairs. Mais en fait, dans nos sciences, il y a bcp de références notamment des livres qui n’ont pas non plus obtenus cette validation.

  2. Mélodie Faury dit :

    Une thèse en préparation, très intéressant !
    Et donc, si l’on exemplifie, cela donnerait :

    Style APA

    Verdeil, Eric (4 décembre 2011). « Comment je blogue ». Rumor [carnet de recherche]. Consulté le 6 décembre 2011. http://rumor.hypotheses.org/2249

    Style MLA

    Paveau, Marie-Anne « Nom d’un prénom ! 2. Petit guide du savoir-prénommer ». La pensée du discours (souligné) 16 novembre 2011. [carnet de recherche]. Consulté le 6 décembre 2011. http://penseedudiscours.hypotheses.org/7253

    Merci pour vos commentaires.

  3. Tu commences le billet en sous-entendant que tu a été amenée à réfléchir sur le carnet de recherches de façon détournée. Un peu malgré toi en somme, tu nous dit que c’est inévitable, un peu comme si tu avais – peut-être pas consciemment – évité le sujet jusqu’ici ?

    Est-ce une manière légèrement romancée d’introduire ta série de billet, ou réellement tu ne t’étais pas avant saisi de cette question ? J’avoue avoir du mal à envisager cette seconde option, à te prendre au mot au début de ce billet.

    La raison en est simplement que au vu de ma propre expérience, le temps que j’ai consacré à savoir si oui on non j’allais ouvrir un carnet (et dans quelles modalités, pour quel public, et dans quel intérêt pour mes recherches) dépasse de loin le temps que j’ai actuellement passé à rédiger des billets. Le web-carnet est pour moi un réel miroir de mes pratiques quotidiennes de recherche, tellement qu’il a été conçu pour ça.

    Je trouverais très intéressant que tu persistes et signes, en me donnant tort… 🙂

  4. Mélodie Faury dit :

    Merci Jonathan pour ton commentaire :-).
    Je l’avoue volontiers, il y a un côté romancé dans mon entrée en matière. Mais ce n’est pas seulement ça.
    Pour commencer, je n’ai pas ouvert un carnet après de grandes réflexions, parce que cela correspondait à un besoin d’écrire, d’une part, que j’avais, sans me sentir encore légitime ou autorisée à l’écriture d’articles, et pour accompagner des premières activités de recherche principalement orales; et d’autre part à un besoin de partager et d’avoir des retours sur des réflexions en cours (sans trop savoir si le carnet remplirait bien cette fonction ou non). Il y avait donc un côté expérimental à ma démarche.
    Concernant la confrontation inévitable au lieu d’écriture, j’aurais pu effectivement l’anticiper et c’est vrai que chaque billet apporte, lorsque nous les préparons, ses propres questionnements (de contenu, de lecteurs visés,
    de mise en forme, etc.) mais je n’avais jamais eu l’occasion de véritablement formaliser une réflexion à ce sujet, et plus largement au sujet du « carnet de recherche » en tant que pratique (de recherche, de lecture, d’écriture, d’échange, etc.).
    Cela ne t’arrive-t-il pas d’avoir en tête des réflexions qui ne viennent à « exister » qu’à partir du moment où tu les exprimes à l’oral (lors d’une communication, d’un cours mais y compris en parlant tout seul :-)) ou à l’écrit (notes, e-mail à un collègue, billet, articles, ou par ces commentaires eux-mêmes) ?
    Je ferais ainsi une différente entre réfléchir à une question, à un objet, parfois de manière ponctuelle, voire éphémère, et poser cette réflexion, la laisser se développer et prendre une consistance, une forme (orale, écrite ; rôle que les billets de carnet de recherche remplissent très bien par exemple). Poser une réflexion revient finalement à la rendre partageable : je me saisis de cette double occasion pour le faire (émission REC et rencontre « Comment bloguent-ils ?), mais il est vrai que ça aurait pu en être à d’autres occasions. Et c’est d’une certaine manière inévitable que cela arrive dans la mesure où l’effort réflexif porte avant tout sur ses propres pratiques (entre autres objets :-)).

  5. TUFFERY dit :

    « De quoi le carnet de recherche est-il le nom ? ». Sous cette question dont on reconnaît aisément l’emprunt de la formule, on peut se demander si le carnet de recherche, sous quelque forme qu’il soit, n’existe pas qu’à partir du moment où il trouve une « matérialité », c’est-à-dire dès lors qu’il naît sous les yeux du chercheur qui le fait naître et le dénomme comme tel.
    Cette matérialité exprime un instant de la pensée et la traduit en des hypothèses, des notes, des mots-clés, des schémas, etc. qui sont à l’image de la pensée, une sorte de palimpseste, sans ordre ni cohérence immédiatement accessible. Tout l’intérêt de ce « matériau brut » est de pouvoir être revisité et mis en relation avec d’autres étapes dans le processus de production de ce matériau, lorsque la pensée aura avancé et exprimé des hypothèses plus précisément formulées, capables de rendre compte, de trier et d’ordonnancer tout ou partie des idées, informes ou inordonnancées qui l’auront précédée. Un travail de recherche produit à la fois ses matériaux, son plan de montage de ceux-ci mais sans savoir s’il n’existe qu’une seule façon de procéder au montage. Le chercheur doit admettre et pouvoir vivre avec l’idée qu’il ne peut pas savoir, par principe, quelle forme prendra l’objet final, ce à quoi il parviendra à donner forme, et peut-être vie, lorsqu’il aura réussi, tant bien que mal, à « dompter le monstre » (Guitton à propos des Pensées de Pascal) que constitue l’ensemble informe et vivant de ses réflexions préalables, à la gestation douloureuse et incontrôlable.
    L’intérêt d’un carnet de recherche réside, à mon sens, dans ce qu’il peut conserver comme traces de cette « aventure » de l’esprit qu’est un travail de recherche. Un carnet de recherche peut être assimilé à une sorte de carnet de voyage, où les traces des pensées s’inscrivent les unes après les autres, voir les unes au milieu des autres. Ces pensées sont mises en mot (ou en images) par le chercheur, qui les « traduit » comme il le peut. Ce travail de traduction qu’il en donne à un moment n’est pas forcément la même qu’il peut en donner à un autre moment ou après s’être confronté aux idées des autres. Toute traduction de la pensée peut ainsi être vécue par son auteur comme une « trahison », une « infidélité » aux pensées intérieures, une vision incomplète et partielle de la totalité de ses pensées, une fenêtre entre-ouverte sur sa cour intérieure mais manquant d’une forme de « loyauté » à ce matériau vivant en gestation. Choisir ce qu’on retient et qu’on formalise de ses pensées fait inévitablement l’objet d’un choix dans ce qu’on donne à lire ou à voir de celles-ci, et ce choix de ce qui est donné se fait forcément au détriment de ce qui ne l’est pas.
    Le carnet de recherche permet alors d’enregistrer la généalogie des idées, leurs filiations et leurs parcours génétiques, souvent très complexes.
    Au-delà, le carnet de recherche, parce qu’il est l’un des supports de référence à une œuvre de l’esprit en mouvement et qu’il permet d’en conserver l’histoire, ouvre la possibilité, quand le moment en est venu, de pouvoir faire une sorte d’archéologie (au sens de M. Foucault) du travail du chercheur.
    « De quoi le carnet de recherche est-il le nom ? » : à cette question on pourrait en rajouter une autre « De quoi le carnet de recherche est-il le père ? ». Ce travail multiple de dénomination, de définition de l’identité, de généalogie et d’archéologie d’un carnet de recherche me paraissent tout aussi intéressant que le résultat final auquel ce carnet permet à son auteur de parvenir. Mais comme pour tout travail de dénomination, d’identification, de généalogie et d’archéologie, il faut une « bonne distance » entre l’objet et le sujet. C’est bien là que résident, à mon sens, tous les problèmes de posture du chercheur s’interrogeant sur son propre travail. De même que certains psychanalystes ont comme principe d’être « supervisés » dans leur pratique par des confrères, de même le chercheur (celui qui le souhaite) n’aurait-il pas ainsi intérêt à (se) livrer aux autres et exposer tout ou partie du produit de son travail de recherche avant qu’il ne soit trop formulé, et peut-être trop trahi parce que trop traduit. De ce point de vue, le carnet de recherche pourrait constituer l’un des supports à ce travail de vision partagée sur « l’enfantement du monstre ».

    • Le principal intérêt du carnet de recherche n’est à mes yeux pas de conserver les traces de l’aventure de la recherche, en vue d’une future archéologie. Je dirais même que se donner ce principal objectif c’est s’exposer à une grande déception, et donc à beaucoup d’énergie inutile dépensée. Si notre soi-futur est capable d’effectuer cet exercice, vraiment tant mieux pour lui, car le projet d’auto-analyse que vous décrivez est très alléchant (mais pourquoi d’ailleurs, le carnet manuscrit ne suffirait-il pas ?). Mais nous ne savons pas de quoi sera fait demain, dans les mondes numériques fortements mouvants encore plus qu’ailleurs. Pour que soit pertinente et même possible cette généalogie de l’objet d’étude, mais aussi du chercheur (car les deux vont de pair n’est-ce pas ?), il faudrait comme condition première que le remplissage du carnet se fasse de bout en bout du travail de recherche, c’est-à-dire sur une durée de plusieurs années. Pour de multiples raisons, rien ne nous dit que cette condition sera remplie : la première d’entre elles étant la motivation personnelle qui à tendance à s’effoufler, ou autrement dit l’équilibre instable du rapport coût/gain pour celui qui écrit.

      Également, pour que cette exercice d’archéologie/généalogie soit possible, il faudrait que le carnet de recherche en ligne et celui dans notre poche aient le même statut. Je note dans ma poche tout ce qui fait mon quotidien de recherches : réflexions, découvertes, pensées ; alors qu’en ligne mes billets sont choisis parmi la multitude des thèmes que j’aimerai aborder, sur la base de critères tels que : le temps présentement disponible (parce que écrire un billet c’est long), et l’intérêt à coucher par écrit cette réflexion, c’est-à-dire à m’obliger à l’approfondir et à l’étayer, (parce qu’on ne peut pas écrire publiquement n’importe quoi). Effectivement oui, ce carnet de de recherche offre « une vision incomplète et partielle de la totalité de ses pensées, une fenêtre entre-ouverte sur sa cour intérieure » qui ne clairement pas justice à ce qu’il se passe dans la gestation.

      À ce titre, l’intérêt du carnet est à mon sens bien plus à chercher dans l’immédiateté du travail d’écriture. Ce que j’y recherche personnellement ne relève pas tant de la « traduction », que de l’externalisation et de la formalisation de ma pensée. On retrouve ici notamment ce que vous évoquiez au sujet de la distance. Écrire publiquement, c’est se confronter à soi-même, se donner un objectif intellectuel immédiat et concret. L’échange possible que permet le carnet 2.0, n’est à ce titre que le bonus (et quel bonus !).

      Je permets alors d’ajouter la question « De quoi le carnet est-il le miroir ? »

  6. TUFFERY dit :

    Merci pour vos commentaires. Je partage beaucoup de vos remarques et reformulation ou continuation de mes propos. J’ai bien conscience qu’un carnet de recherche comme celui proposé par celle qui veut bien y accueillir nos commentaires (pour l’instant et en espérant qu’elle y trouve elle-même quelque intérêt), n’a pas grand chose à voir avec un carnet de recherche manuscrit. Je pense que ces deux exercices ne se remplacent pas mais peuvent se compléter utilement. Ils n’ont donc pas le même statut comme vous l’écrivez justement. Mais pour se compléter, ces deux carnets ne doivent pas avoir la même écriture ni le même objectif. Ils ne relèvent pas de la même expérience du chercheur à lui-même et aux autres et ils n’expriment pas la même expérience de leur écrivain à leurs contenus respectifs : l’un est intime et doit rester inviolable donc inaccessible à autrui, l’autre est une sorte de vitrine et contient des « vestiges » plus ou moins informes mais exposables d’une pensée de recherche « en travaux ».
    Quant au problème du temps nécessaire et de la difficulté éprouvée au fur et à mesure de la rédaction des billets d’un carnet de recherche en ligne, ils ne peuvent être qu’en miroir l’un et l’autre (si leur écriture est difficile et nécessite de réfléchir et choisir ce qu’on écrit alors il est normal que le temps qu’ils nécessitent soit long). Mais un carnet de recherche ne comporte pas que des billets. En revanche, il paraît difficile de déposer sur un carnet de recherche en ligne ce qu’on peut trouver fréquemment sur un carnet de recherche manuscrit : des mots isolés, perdus dans une marge ou renvoyés en bas de page par un astérisque dans une autre encre que le corps du texte car rajouté postérieurement à celui-ci, des listes de courses, des choses à ne pas oublier, des graffitis, des cœurs et des fleurs, des courbes et des lignes droites, des schémas esquissés, des références bibliographiques à consulter, des numéros de téléphone d’amis ou de collègues rencontrés,… bref « tout ce qui ne risque rien » lorsqu’on est le seul à disposer et à pouvoir ouvrir un carnet manuscrit et qui en fait son « intimité » mais qu’il est (presque) impossible à imaginer sur un carnet de recherche en ligne… sauf à prendre la toile pour un lieu d’exposition totale, ce à quoi certains se sont déjà essayés pour des « expériences extrêmes ».
    « De quoi le carnet est-il le miroir ? » je trouve la formule aussi belle qu’intéressante à mettre au débat et pas seulement pour le carnet de recherche qui nous offre son hospitalité (et veut bien ne pas nous censurer pour l’instant ce dont je la remercie vivement) mais pour d’autres carnets de recherche.
    « Carnet de recherche, ô mon beau carnet de recherche. Dis-moi quel est le meilleur chercheur » ;-)…

  7. piotrr dit :

    Bonjour,

    merci à Mélodie pour ce beau billet qui rassemble très utilement des éléments de conversations épars. J’aime aussi beaucoup la discussion qui suit et qui me fait formuler l’hypothèse que le carnet de recherche est bien un outil de réflexivité, mais plutôt a posteriori. Je pense que le cas de Jonathan qui pèse et soupèse avant de se lancer est plutôt minoritaire. Dans la plupart des cas, mais cela reste à montrer, on a des carnets qui se lancent dans un mouvement, ou bien sans objectif véritablement affirmé, ou, plus souvent, avec un but affirmé qui est progressivement débordé par d’autres enjeux. Cela recoupe un peu ce que j’avais constaté sur les blogs en général avec le « pacte autoblographique » qui n’est jamais énoncé au premier billet, mais souvent un peu ou bien après.

    Autrement dit, le carnet, le blog, et peut-être pourrait-on en dire autant d’autres dispositifs encore plus attractifs comme le micro-blogging, peuvent être des pièges à réflexivité où l’intention initiale de communication, mise en oeuvre très simplement au début, devient chaque jour plus difficile à assumer à cause d’une continuité temporelle des écrits qui se constitue, d’une « audience » qui se construit, d’attentes qui émergent progressivement. Alors, on commence à se pose des questions sur un ton, un style, une ligne éditoriale et du coup, évidemment, sur l’objet même du carnet et son propre rapport à son carnet. Dans le cas des carnets de recherche, on pourrait alors dire que la mise en oeuvre de la réflexivité propre à la démarche scientifique passe ici par des interrogations d’ordre plutôt littéraire, sur une écriture. Enfin, je ne sais pas si c’est vrai, mais c’est une idée qui me plairait beaucoup ! 😉

    Ce ne sont que des hypothèses, mais je trouverais intéressant qu’elles soient validées ou infirmées par des études longitudinales des carnets de recherche. Sur Hypothèses en particulier, nous conservons les formulaires d’inscription ; cela peut donc être intéressant de scruter les dérives ou pas, l’émergence d’une réflexivité explicite ou implicite, ou pas, etc.

  8. Mélodie Faury dit :

    Merci beaucoup à tous les trois pour ces commentaires passionnants.

    Le carnet comment « pièges à réflexivité » ou, d’une manière plus positive :-), comme catalyseur à réflexivité, ou plus simplement comme espace réflexif, voilà une idée faite pour me plaire !

    Il nous permet ici en effet de réfléchir et de discuter de nos pratiques de recherche de manière détournée ou plus frontalement
    (@Tuffery et c’est une raison amplement suffisante pour que j’accueille avec plaisir vos commentaires, que j’ai plaisir à lire et qui alimenteront je n’en doute pas ma réflexion et mes prochains billets sur les carnets Hypotheses) ;
    il nous permet de nous rencontrer (au sens fort), non pas sur nos objets disciplinaires mais sur une réflexion autour de nos démarches, nos conceptions de ce que signifie « faire de la recherche ». Rien que pour cela, l’expérience « carnet » mérite d’être tentée.

    Mais le carnet comme espace de réflexivité peut être expérimenté d’autres manières (dont la plupart restent encore à inventer). C’est ce qui me semble se passer par exemple lorsque des doctorants ou d’anciens doctorants saisissent l’occasion donnée ici pour parler de leur expérience de thèse (voir ici et un autre billet à venir bientôt).
    Le témoignage tout juste publié était associé du remerciement suivant (je ne pourrais espérer mieux) :
    « Heureusement qu’il existe des lieux de pensées et d’échanges comme le vôtre pour sortir un peu du quotidien et des lieux et tendances lourdes d’un certain conformisme des pensées y compris dans le secteur de la recherche, où la distanciation n’y est pas toujours l’exercice le plus pratiquée… »
    La prochaine contribution est quant à elle accompagnée du remarquable message suivant :
    « il m’a paru intéressant, pour moi-même, de répondre à votre questionnaire, me disant qu’il pourrait être utile de s’astreindre à le reprendre chaque année, pour voir comment je vais évoluer dans le monde de la recherche. »

    Peut-on espérer de plus beaux retours réflexifs que ces deux réactions ? C’est effectivement l’appropriation réflexive du carnet qui me paraît, à titre personnel, mais apparemment partagé, permettre d’en investir le plus de ses dimensions.

    Cette réflexivité constituera même le fond et la forme d’un carnet collectif récemment ouvert, issu justement de cette rencontre de nos approches réflexives de carnetiers, et qui naîtra en janvier (je n’en dis pas plus pour le moment 🙂 ). Le nom de ce carnet : « Espaces réflexifs », tiens tiens…

    Enfin, je serais ravie aussi de suivre (ou de participer, mais bon comme j’ai pour l’instant une thèse à finir) à l’étude de la réflexivité et de ses pratiques dans les carnets de recherche Hypotheses.

  9. TUFFERY dit :

    Merci à l’auteur de ce carnet pour son commentaire aux commentaires des commentaires des commentaires… ;-).
    Ce qui est le plus intéressant, de mon point de vue dans ce carnet et les échanges auxquels il invite, c’est de lire ces contributions d’une chercheuse, et ceux écrits en écho d’autres chercheurs(ses), qui veulent bien ensemble se livrer un peu « au fil de l’eau » de leur quotidien.
    Car il est rare d’accéder au quotidien des chercheurs dans une sorte d’immédiateté de la pensée, une pensée « à chaud », en train de se faire.
    L’accès aux réflexions « à froid » des chercheurs, à leurs états d’âme après réflexion, à leurs postures de distanciation vis-à-vis de leurs domaines de recherche et/ou de leurs collègues, est maintenant un exercice largement pratiqué depuis plus d’un siècle. Il est donc un terrain accessible, même s’il restera toujours des zones à explorer pour des générations de chercheurs.
    En revanche, découvrir au fur et à mesure une pensée qui se construit (mais qui doit accepter aussi parfois de se déconstruire), me semble un exercice moins courant. C’est une terra incognita, d’abord pour le chercheur lui-même, avant de l’être pour les autres.
    Je pense que comme pour la découverte de toutes les terres nouvelles, un mélange de peur, de fascination, d’attraction et de tentation de retour en arrière se mélangent dans l’esprit des chercheurs s’adonnant à ce genre d’exploration.
    Cet « espace réflexif » est non seulement à dé-couvrir mais il est aussi, et en même temps, à dé-limiter. Ne pourrait-on pas en conclure que cet « espace réflexif » est d’abord une construction mentale personnelle, forcément mouvante, incomplète, subjective, avant d’en extraire tout ou partie de ses pensées dans un espace commun de sociabilité, en l’occurrence un carnet de recherche comme celui-ci. L' »espace réflexif » n’est pas un espace préexistant à connaître et à cartographier; il est une construction sociale de la pensée avec une double dimension personnelle et partagée, dont chacune se nourrit de l’autre. Cela n’est certainement pas propre à cet espace de la pensée humaine. En revanche on peut utilement s’interroger pour savoir si cet « espace réflexif » possède des particularités et, si c’est le cas, lesquelles.
    A ce genre de questionnements, ce carnet de recherche contribue déjà à apporter certains éléments de réponse tout comme d’autres carnets de recherche que je parcours sur Hypotheses.org (http://sfhsh.hypotheses.org/) (http://devhist.hypotheses.org/), ou encore d’autres blogs (http://propossurlemonde.blogspot.com/).
    Certes la « distance du temps » et « le temps de la distance » ne sont pas les mêmes que dans des réflexions a posteriori comme celles que de nombreux chercheurs, philosophes ou sociologues des sciences ont pu exprimer pour décrire le chemin d’une pensée d’un chercheur ou d’un groupe de chercheurs. Mais l’instantanéité des échanges d’un carnet de recherches comme celui-ci n’est pas non plus une « instantanéité totale » : il y a toujours une traduction minimale de la pensée en mots et phrases, qui prennent un peu (voire beaucoup) de temps lorsque leur rédaction est difficile ou porte sur des « couches profondes » de la pensée.
    Il en est de même pour toute « archéologie du savoir », exercice foucaldien typique, qui nécessite méthode et maîtrise minimale de quelques concepts avant de pouvoir être « remontée à la surface » de l' »espace réflexif » et de pouvoir se présenter sous une « forme construite » aux lecteurs.

  1. 1 février 2012

    […] un espace comme celui-ci, le carnet de recherche, il me paraît intéressant de provoquer la rencontre entre des visions de la réflexivité dans […]

  2. 2 avril 2012

    […] ce qui n’empêche pas que l’on trouve des analyses plutôt réussies (ici ou là), des témoignages (ici ou ici) ou plaidoyers (ici), qui ont le mérite de poser quelques jalons. […]