Le carnet de recherche comme pratique de chercheur.se.s – Un billet prévu prenant une direction imprévue.

Ce billet est le troisième d’une série de quatre billets sur les carnets Hypotheses dans la pratique de recherche. Il fait suite au billet intitulé Le carnet de thèse.

J’emprunte l’idée de la série thématique à Marie-Anne Paveau qui les expérimente au fil des saisons.

Cette série est initiée par deux évènements au cours desquels il s’agissait de discuter des pratiques d’écriture sur un médium de type blog, qu’il soit hébergé sur Hypotheses.org ou ailleurs : l’émission radiophonique Recherche en cours, “To blog or not to blog ?” (25 novembre 2011) et la rencontre “Comment bloguent-ils ?” (1er décembre 2011) organisée par l’URFIST de Lyon, la Maison de l’Orient et l’Institut des Sciences de l’Homme, en partenariat avec le Cléo.

– Prologue –

Il est de saines colères. De celles qui vous disent que quelque chose, décidément, ne vous convient pas. Qui ne s’emparent pas de vous de manière incontrôlable, qui ne vous mettent pas hors de vous, qui ne sont pas non plus rentrées, explosant à l’intérieur, qui n’ont rien à voir avec une colère de frustration face une situation que l’on aurait souhaité autre et qui nous échappe. C’est d’une autre colère que je vous parle, calme, qui (re)met en mouvement, qui n’aveugle pas mais qui au contraire ouvre les yeux.

De ces colères qui réaffirment, fermement, ce à quoi l’on tient et qui reposent les limites qui viennent d’être franchies.

*

J’avais prévu d’écrire ce billet depuis que les deux précédents ont été publiés

Le “carnet” de recherche

Le carnet de thèse, co-écrit avec Frédérique Giraud

Le temps s’est écoulé et le projet est resté. Voici que l’écriture revient et que les intentions changent un peu au risque de se mêler. Il ne s’agira pas finalement de faire un tour d’horizon des pratiques existantes pour essayer de comprendre ce que nous disent les pratiques des manières d’investir l’espace du carnet ou du blog.

Peut-être plus tard, peut-être ailleurs.

J’ai choisis pour l’instant de partager, à partir de mon expérience depuis février 2010, une certaine conception de la pratique de « carnetière »1, qui me donne l’occasion de réaffirmer ce à quoi je tiens dans cette pratique, et que je crois partager avec un certain nombre de bloggueurs et de lecteurs.

Un carnet de recherche, un blog : un lieu habité

Une visite de la plateforme Hypothèses et des carnets qu’elle héberge, et plus largement une promenade dans la « blogosphère » permet vite de s’en rendre compte : il y a autant de carnet de recherche ou de blogs scientifiques différents que de projets de recherche et de chercheur.e.s qui les investissent. Cette variété se décline selon la conception du rôle que cet espace peut jouer dans leurs pratiques de recherche, selon le temps qu’ils auront à y accorder, selon leur représentation même de ce qu’est une pratique de recherche, selon leur envie plus ou moins grande d’entrer en discussion, selon leurs enjeux : d’information, de vulgarisation, de valorisation, de mise en circulation des savoirs, de construction d’une écriture, de mise en lien, etc. J’en oublie sans aucun doute.

Ce qui importe à mon sens dans ces carnets et blogs, c’est l’habitant.e du carnet. La manière dont elle ou il investie l’espace numérique du blog ou du carnet, dont il ou elle l’organise, l’agence. La manière dont il ou elle y vient, en repart, choisit les contenus, les construit, les agence. La manière dont elle ou il se parle, se tait, cite, s’exprime, conseille, renvoie vers d’autres lieux, habités eux aussi.

« Ainsi les ordinateurs changent notre façon d’habiter les lieux de notre quotidien. Et, d’un certain point de vue, ils sont aussi des lieux d’expression de nos personnalités, goûts, intérêts. Nous habitons ces lieux quand nous les personnalisons, quand nous nous y investissons. […] Si les ordinateurs sont synonymes de domesticité, ils le sont tout autant d’hospitalité, d’ouverture aux autres. Ces notions sont d’ailleurs liées. l’hospitalité est le mécanisme social qui nous permet d’intégrer des personnes étrangères au foyer. Des cérémonials d’accueil sont en place partout, dans le monde de l’informatique comme dans le monde réel.  […] A travers ces règles, nous trions les amis, démasquons les malveillants. Pour comprendre mieux comment et pourquoi cela est possible, il faut d’abord établir que l’hospitalité ne se déroule pas dans le vide. elle présuppose, au contraire, un abri, un emplacement clos qui puisse s’opposer à l’ouvert. Finalement, c’est l’intérieur de son ordinateur que chaque utilisateur considère comme son lieu de réception. par exemple, le fait de créer une page Web personnelle ressemble un peu à l’aménagement d’un appartement. […] De simple métaphore, l’hospitalité se fait pratique tangible. »

A. Casilli, Les liaisons numériques, 2010, p.32-33

La diversité de ces manières d’habiter un lieu s’exprime par exemple de manière claire dans la succession des (co-)locataires des Espaces réflexifs (appelés aussi « Villa réflexive », et ce n’est pas anodin), qui changent chaque mois.

Ce que j’appelle ici un carnet de recherche de chercheur.e.s2, ou un blog de chercheur.e.s est donc un espace habité par une ou plusieurs personnes, alternativement ou simultanément, qui développent leurs problématiques, leurs questionnements, qui y construisent leurs analyses (voir les distinctions entre les différents types de carnet proposés par Hypotheses.org). C’est une pensée en construction que l’habitant du site livre.

Les raisons qui amènent un.e chercheur.e à partager cette construction avec des lecteurs, plutôt que de l’élaborer sur son ordinateur, dans un fichier texte « fermé », lui appartiennent et sont parfois explicitées sur l’espace qu’il ouvre.

Pour l’Infusoir voir ici et ici en particulier. Mais aussi ici, ici, et ici

Les premiers billets, ou les pages « A propos » sont souvent des pistes précieuses pour celui ou celle qui s’intéresse au projet individuel ou collectif dans lequel s’insère le carnet ou le blog où il ou elle entre en tant que lecteur.

En tant que lectrice régulière de plusieurs carnets et blogs, je ne juge pas, je m’intéresse. Je ne dresse pas de hiérarchie entre des façons d’investir l’outil blog qui « vaudraient » plus qu’une autre. Bien sûr, je me reconnais plus, en termes de proximité de projet, de conception de la recherche et du rôle de l’écriture, dans certaines manières d’habiter, que dans d’autres – ce qui m’amènera à fréquenter plutôt certains lieux que d’autres – mais je n’estime pas, qu’il y ait une seule bonne manière. Bien au contraire. La richesse des carnets Hypothèses3, de la blogosphère, mais aussi de la recherche, et plus généralement des manières de penser, réside justement dans cette diversité.

Recevoir et rencontrer des lecteurs

Dans un carnet de recherche ou un blog, un.e chercheur.e reçoit des lecteurs, qui reviennent, s’ils s’y retrouvent.

Que viennent chercher les lecteurs sur les carnets de recherche ou les blogs ?

Quelques réponses glanées sur Twitter, parmi des enseignants du secondaire, des chercheurs, des bibliothécaires, des lecteurs du numérique

Un chercheur.e s’installe dans son espace numérique de la manière qu’il juge la plus appropriée à son projet, qui peut évoluer, se transformer. Les projets peuvent même cohabiter, se diversifier à mesure que le carnet, le blog vit.

Et certains types d’écritures induisent des commentaires, quand ceux-ci ont été autorisés sur les billets, par défaut ou par choix, par conviction de l’intérêt de l’échange, par envie d’interaction, par ouverture.

En tant que lectrice, je n’entre pas dans un espace numérique habité pour y tenir mon propre discours : je viens lire, rencontrer quelqu’un, une pensée en cours d’élaboration, dans ses aboutissements, ses inflexions, ses errances parfois aussi. Lorsque je suis amenée à commenter longuement, c’est que ce que dit l’autre fait émerger chez moi des questions, ou réactive d’anciennes réflexions. Mais le risque est toujours de réduire l’écrit de l’autre aux questions qui nous occupent au moment on on le lit. C’est un risque car la rencontre est ratée alors, et celui qui propose son écrit voit un discours parallèle se développer, dont il ne sait plus trop quoi faire, auquel il est bien en mal de répondre. Et ce discours posé dans l’espace en construction peut soudain prendre de la place : car si l’on ouvre la discussion, c’est bien qu’on croit à ses bienfaits, y compris dans le désaccord et malgré ses ratés. L’échec n’est jamais anodin.

A quelles conditions un commentaire est-il une conversation ?

(lien vers l’article)

Les commentaires posent les mêmes questions que les relations interpersonnelles et nous mettent face à la nécessité de réconcilier, d’une part un idéal d’ouverture et d’une communication avec tous sans condition, présidant souvent à la mise en place d’un carnet ou d’un blog, et d’autre part les échecs cuisants éprouvés lorsque la parole est revendiqué par des visiteurs comme un droit non négociable, quelque soit le lieu où elle opère, quelque soit le projet. C’est à dire selon un argument d’autorité. Un tel préalable ne rend pas la communication possible.

*

L’expérience du carnet de recherche ou le blog me met face à ce à quoi je tiens : des espaces précieux, rares, qui valent d’être préservés, où la pensée peut se développer sans avoir à rendre des comptes ici et maintenant, ce que nous faisons déjà suffisamment dans d’autres lieux de nos pratiques de recherche. Dans ces espaces numériques, je crois que nous pouvons prendre le temps de construire, d’infuser, au rythme et de la manière qui fera sens pour l’habitant.e du carnet ou du blog. Et je sais que cette façon de faire crée des rencontres précieuses avec d’autres regards, d’autres expériences d’autres pensées. Je l’expérimente depuis plus de deux ans et j’y tiens.

Et vous, lecteurs discrets, voire silencieux de l’Infusoir, à quoi tenez-vous dans ces espaces numériques que sont les carnets de recherche ou les blogs de chercheur.e.s ?

Les commentaires vous sont ouverts avec plaisir, car je sais que la majorité d’entre vous entre ici pour boire le thé et non pour renverser la théière.

Je vous souhaite un bon été.

Photographie : Pauline Krähenbühl, tous droits réservés

–         En guise d’épilogue  –

Ce ne sont pas nécessairement les intentions de ceux qui m’ont amenée à écrire ce billet qui sont en cause, mais l’effet, et c’est bien le problème s’il n’est pas envisagé, d’une parole sur l’autre, en tant qu’individu.

Pour qu’il y ait communication, il faut qu’il y ait reconnaissance par les parties prenantes à la discussion, de l’individualité de l’autre, de son altérité, en tant qu’intéressante en elle-même et non en tant que contraignante ou comme instaurant un rapport de force ou encore comme réactivant des enjeux qui ne sont pas partagés par les deux interlocuteurs. Ce type de non-communication, je l’expérimente déjà dans suffisamment d’endroits. Déjà suffisamment d’énergie vainement dépensée.

J’ai décidé que l’Infusoir n’en serait pas le lieu. Cet espace n’a pas été conçu pour cela.

Quelques liens et références en lien (en plus des liens hypertextes)

Casilli, Antonio, 2010, Les liaisons numériques, Paris, Seuil.

Casilli, Antonio (26 juin 2012) Les trolls, ou le mythe de l’espace public OWNI [blog]. Consulté le 3 juillet 2012 http://owni.fr/2012/06/26/les-trolls-ou-le-mythe-de-espace-public/

Faury, Mélodie (18 février 2012) “Interdisciplinarité : la réflexivité par soi et par l’autre – (Durrive, Faury et Henry)”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 3 juillet 2012  http://reflexivites.hypotheses.org/956

Muscinesi, Frédérique (3 juillet 2012) La place dans les Humanités Digitales – Commentaire We think history [carnet de recherche] Consulté le 3 juillet 2012 http://wethink.hypotheses.org/448

Paveau, Marie-Anne (15 mars 2012), Sainte colère et rigoureux désaccord Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 3 juillet 2012.  http://reflexivites.hypotheses.org/?p=1433

Billets sur les carnets de recherche

1. Le “carnet” de recherche

2. Le carnet de thèse, co-écrit avec Frédérique Giraud

3. Le carnet de recherche comme pratique de chercheu.se.s

4. Le carnet de recherche comme pratiques de recherche, à partir d’un atelier proposé par Pierre Mounier lors du THATCamp2012

  1. C’est à dire de l’écriture régulière sur un carnet de recherche []
  2. que je différencie des carnets à visée de communication pris en charge par l’institution []
  3. J’aime l’idée développée par P. Mercklé de considérer les liens établis par les habitants des carnets, comme des « relations nouées entre des objets intellectuels par leurs auteurs, et des chemins empruntables par leurs lecteurs ». []