Avez-vous des twitt-heures ?

Question du 5 janvier 2012 posée sur twitter


 

Cette question m’est semble-t-il arrivée par plusieurs chemins.

Le premier, deux lectures, celle du tweet de @klermor (12:34 AM – 5 Janv 12) et de @boris_urbas (12:08 PM – 4 Janv 12)

Puis une seconde, au détour d’un billet sur Les carnets du SID, intitulé Twitter, twimpact factor et citation d’où provient la citation suivante : « […] un article sur les réseaux sociaux aura plus de probabilité d’être tweeté qu’un article de biologie moléculaire ».

Depuis le temps que la twitt-réflexivité me chatouille, voici une première occasion que je saisis de l’expérimenter un peu.

Ces deux inscriptions font échos à des réflexions latentes ces derniers jours d’utilisation intensive de twitter1 : elles proviennent notamment des rendez-vous qui s’installent lorsque je passe des journées avec twitter en fond d’ordinateur ou sous forme de consultations régulières sur mon smartphone : je crois savoir, par exemple, qu’en ce moment @mapav8 pointe souvent le bout de son nez en fin de matinée et jusqu’à la fin de ma pause déjeuner, puis de nouveau en fin d’après-midi, tandis que @ndelavergne est plutôt du soir quand il relaye sa veille, même s’il fait quelques petites incursions en journée.

Pour d’autres utilisateurs de twitter présents sur ma TL (Time-Line), c’est plus difficile à dire, entre les flux tendus et les apparitions ponctuelles, cela pose quelques questions :

Quels usages faisons-nous de twitter ?

Et si nos twitt-heures avaient beaucoup à dire de la façon dont nous nous approprions twitter en tant qu’outil (personnel, professionnel, les deux mêlés, veille, mise en relation, discussion voire chat, etcetera) ?

Elles parlent en tout cas de nos inscriptions sur Twitter, beaucoup moins de nos modes de lectures.

Entre présence, lectures et écritures, avez-vous plutôt des tweet-heures, de tweet-jours, des tweet-envies ou des tweets-inspirations ?

Vos commentaires sont bien sûr comme toujours les bienvenus !

Quelques premières réponses reçues sur Twitter le 5 janvier 2012, face à mes interrogations (merci à tous !) :

 

 

 

 

  1. A l’inverse de @boris_urbas j’ai fait cette fois le choix de garder une activité sur twitter pendant la rédaction de ma thèse, ce qui n’avait pas été le cas de ma première période d’écriture intensive où j’avais à l’inverse ressenti le besoin de « couper » avec le numérique pour un temps, du fait de temporalités qui me semblaient incompatibles. []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...