Axelle : produire des résultats ne suffit pas

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Le choix d’Axelle pour la recherche s’esquisse dans sa formation secondaire : « Je pense que c’est depuis le lycée. Je sais pas… si d’ailleurs, je me souviens que quand on était au collège, on avait ‘Une journée pour un métier’, et je devais déjà penser à la recherche à ce moment-là parce que j’avais demandé à visiter l’Institut Pasteur. »

Il est confirmé lorsqu’elle discerne dans ce métier l’existence d’une forme de liberté et d’autonomie : « je sais que ce qui m’a donné envie de faire de la recherche, ce qui me plaît toujours dans la recherche, c’est voilà, cette liberté qu’on a, liberté hormis le fait qu’on ait un thème qui nous cloisonne un petit peu, et qu’on ait plus ou moins des chefs qui nous guident, liberté de… réfléchir sur ce que tu vas faire faire à tes bestioles, sur le protocole, sur la question posée, sur la façon de l’aborder, la liberté extrême en fait qui fait qu’on a toutes les infos à portée dans la biblio, que c’est juste à nous d’aller les chercher, pour éventuellement être meilleur dans ce qu’on va faire. C’est quelque chose qui me plaît beaucoup. »

A l’aise dans les pratiques qui composent son quotidien de doctorante, Axelle compose malgré cela avec certaines frustrations : celle de ne pas être plus impliquée par ses co-directrices de thèse dans la conception et l’interprétation des expériences, celle de ne pas être plus reconnue : « […] j’en fais trop mais je le dis pas, enfin pour avoir ces résultats j’ai bossé, j’ai bossé les week-ends, enfin c’est juste parce que c’est quelque chose qui m’intéresse énormément, je pouvais pas penser à autre chose, donc j’ai ramené des publis chez moi, j’ai bossé très tard chez moi, j’ai bossé les week-ends, je suis restée au labo jusqu’à dix heures parfois certains soirs, bon, pour répondre aux questions que je me posais, mais ça elles le savent pas, parce qu’elles partent à 18 heures, et bon je leur dis pas « je suis restée au labo jusqu’à dix heures », mais… voilà, j’essaye de faire mon travail, mon travail de paillasse et les manips qu’elles savent que je fais, plus à côté, répondre aux questions qui m’intéressent. Mais je cache pas spécialement, si on me demande, je suis toute disposée à leur parler de ce que je fais, mais ce qu’il y a c’est qu’elles me demandent pas donc… donc voilà. »

Photo : cc Florence Ivy sur Flickr

Elle déplore la répartition des tâches à l’œuvre dans son équipe pour la production de résultats et notamment le rôle attribué aux stagiaires et aux doctorants : « Bah, c’est-à-dire que je suis un peu tout le temps aux manips, là au stade où j’en suis, j’ai des manips, si je veux juste faire de la manip bête et méchante pour avoir des résultats, avec toutes les données qu’on va stocker […] j’en ai pour au moins quatre mois. J’ai plusieurs manips en parallèle, donc c’est sûr que, si je veux, mais j’essaye de l’éviter au possible, je peux faire juste ma, ma chair à paillasse pendant quatre-cinq mois, et voilà. Donc c’est sûr que… comme elles, elles ont tout intérêt à ce que j’avance dans mon boulot, et qu’en parallèle il faut que, il y a un article qui doit être écrit, c’est rentable [hésite à prononcer le mot] cette façon de faire, de : elles écrivent de leur côté et moi je continue de mon côté. Voilà. [sourire puis rires]. »

           Axelle aime son travail, mais souhaiterait sortir du rôle qui lui est attribué :

«Axelle : – En fait je veux être chef. [rires].

Enquêteur : – Mais chef apparemment c’est moins de paillasse.

Axelle : – Oui, mais c’est plus de traitement de résultats.

Enquêteur : – Et c’est ça qui te plaît le plus ?

Axelle : – Bah ouais, ça pourrait me plaire un peu plus ouais.

Enquêteur : – Parce que tu traites y compris les résultats des autres en fait ?

Axelle : – Ouais, mais t’en traites plus en général, c’est pas la question de mes résultats ou des résultats des autres, c’est juste que t’as juste plus de questions à laquelle tu peux tenter de répondre. »

Elle se projette dans la suite de son parcours et aspire à faire un post-doctorat. Elle investit cette expérience à venir d’un enjeu déterminant : celui de tester sa volonté de faire de la recherche et de contrebalancer les insatisfactions de sa thèse : « J’envisage, oui, donc non seulement de faire un post-doctorat, mais.. en plus j’aimerais bien… être chercheuse dans la recherche publique après, j’aimerais bien. C’est mon projet. Si je suis pas dégoutée d’ici là et s’il y a pas autre chose qui est entré en ligne de compte, mais a priori c’est mon projet. C’est-à-dire que là, par exemple, bon bah, d’un côté mon boulot me plaît, mais il y a des choses qui ne me satisfont pas dans mon interaction avec les gens […] c’est peut-être une idée que je me fais, mais j’ai l’impression que pour l’instant mon rôle c’est de, produire des résultats, pas forcément de me poser des questions sur des problématiques, des thématiques adjacentes ou… Donc… donc voilà, j’ai l’impression que… je m’épanouirais peut-être plus dans le post-doctorat. Mais, peut-être que ça me, enfin ça me fatiguera avant, cette façon, enfin cette insatisfaction que j’ai, peut-être que ça me fatiguera et qu’à la fin de la thèse j’aurai pas envie de, de continuer, enfin je sais pas. Je sais pas trop. »


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...