La vie réelle d’une doctorante 2.0 – Extrait

Billet publié en intégralité, le 1er juin 2012, sur le carnet de recherche « Ressources pour la thèse et au-delà »

Extrait

Je suis tombée dans le numérique au cours de ma thèse. J’y suis entrée par curiosité, par envie de comprendre l’étendue des ressources, des potentialités et leur articulation avec mes actualités et problématiques de doctorante. J’y ai découvert des outils non pas déconnectés ou sur-ajoutés à mes pratiques, mais bien qui jouent un rôle et remplissent de réels besoins dans ma pratique de recherche : être informée des nouvelles publications, de l’actualité de la recherche et des politiques de recherche, de l’ouverture de postes (ATER, post-doc, etc) ; être en lien avec des chercheurs, avec des doctorants, avec d’autres disciplines, avec d’autres façons de penser ; participer à la mise en circulation et à l’accessibilité des savoirs.

Je reviens donc ici sur mes pratiques numériques développées tout au long de ma thèse. Elles ont trouvé une place progressivement, mais non définitivement. Je suis amenée régulièrement à les repenser, ne serait-ce que parce que l’ordinateur ou le numérique « en mobilité » (smartphone) n’ont pas toujours la même place selon que l’on lit, que l’on écrit, que l’on est sur le terrain, en conférence, etc., et donc selon les années de thèse.

Je partage volontiers ce retour d’expérience avec vous car c’est justement l’un des principaux intérêts que je vois dans les pratiques de recherche numériques : la possibilité d’échanger sur nos expériences respectives, nos veilles, nos questions, de manière intemporelles et agéographiques, c’est-à-dire en dehors de nos espaces « physiques » de rencontres universitaires.

Lire la suite ->

Contenu du billet

La veille

Les carnets de recherche

Pratiques d’écriture

Pratiques de lecture

Twitter

Écriture collaborative


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...