Vous autres dans mes livres

Je choisis de revenir à l’une des fonctions possible du carnet de recherche : l’accompagnement d’une réflexion, non plus dans la poche, mais dans le bureau, chez soi, ailleurs, en mobilité, par l’intermédiaire de l’écran. Ce carnet des possibles qui vient compléter tous les autres supports où l’on peut consigner sa pensée en cours d’élaboration.

Lui redonner une place avant qu’il ne rouille, et que la connexion entre mes idées volantes et le clavier ne s’engourdisse.

Parfois les livres, on vous les recommande. Tout dépend de qui, de quand. Parfois, vous n’hésitez pas longtemps : si vous avez un livre à lire bientôt, ce sera celui-là. Un livre qui luit dès lors de la présence de l’autre, de celui qui vous a fait rencontrer un auteur, une pensée, une idée, un questionnement.

Claire Placial a eu une récemment une très belle phrase à ce sujet :

« Telles sont les voies de Serendip. L’amitié est un aussi sûr vecteur de découvertes intellectuelles que la bibliographie systématique. »

Ils sont devenus des habitants de mes étagères ces livres, et resteront indissociables de celles et ceux qui les ont fait vivre dans mes lectures, mon imaginaires, mes représentations qu’ils ont contribué à construire.

A la lecture, j’y cherche, parfois malgré moi le regard de celle ou celui qui m’y a engagée. Je suis accompagnée par ce qui lui a parlé, son vécu, ses questions qui ont trouvé résonance dans l’œuvre. Et je me demande si la rencontre aura lieu avec moi aussi, où si je vais toucher d’autres cordes, d’autres échos. En fait c’est l’inévitable possibilité du hiatus qui est intéressant. Au moment où l’on lit, avec le regard de l’autre, la spécificité de notre propre regard s’affine : oui, décidément, ce livre a quelque chose à me dire, que peut-être je partage avec celui ou celle qui m’y a emmenée. Conseiller un livre est un incroyable don de soi. Et une attente : ce qui nous a touché, touchera-t-il aussi la pensée, mais aussi les émotions de l’autre ? Puis-je partager cela avec lui ou elle ?

Et puis parfois, le livre reste muet, et finalement ce rendez-vous manqué reste silencieux. Et on réitère parfois l’expérience dans d’autres lignes confiées par un autre dont on accepte qu’il joue le rôle de guide de contrées de mots  à découvrir.

Et tant d’autres. Et tant d’autres à venir.


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. ALiCe__M dit :

    Les livres sont toujours de belles rencontres. Même si on n’a pas fini de lire les livres recommandés, même si on les a abandonnés à mi-parcours, ils hébergent toujours une rencontre, tu le formules si bien dans ce beau titre.