Lecture pour mettre la réflexivité au travail – Le « travail vivant » de Christophe Dejours

J’ai fait il y a quelques temps un storify de l’une des interventions de C. Dejours qui est disponible en ligne : Lectures & écoutes – « Souffrance au travail », Christophe Dejours.

Je vous conseille également la lecture de l’article « Activisme professionnel : masochisme, compulsivité ou aliénation ? »

Sur un sujet que j’associe, je vous invite à la lecture du livre de G. Herreros : « Plaidoyer pour des organisations réflexives ».

photo-2Extrait de l’ouvrage « Travail vivant – 2: travail et émancipation »

« Qu’est-ce que le travail ?

Définition

Les controverses entre les disciplines – sociologie, économie, ergonomie, psychologie, sciences de l’ingénieur – tiennent à des conceptions très différentes du travail. Pour les uns il s’agit avant tout d’un rapport social (typiquement : un rapport salarial), pour les autres il s’agit surtout de l’emploi, pour d’autres encore il s’agit d’une activité de production sociale,etc.

Pour nous, à partir du regard clinique, le travail est ce qu’implique, du point de vue humain, le fait de travailler : des gestes, des savoir-faire, un engagement du corps, la mobilisation de l’intelligence, la capacité de réfléchir, d’interpréter et de réagir à des situations, c’est le pouvoir de sentir, de penser et d’inventer, etc. En d’autres termes, pour le clinicien, le travail, ce n’est pas en première instance le rapport salarial ou l’emploi, c’est le « travailler », c’est-à-dire un certain mode d’engagement de la personnalité pour faire face à une tâche encadrée par des contraintes (matérielles et sociales). Ce qui, pour le clinicien encore, apparaît comme la caractéristique majeure du « travailler », c’est que, même si le travail est bien conçu, même si l’organisation du travail est rigoureuse, même si les consignes et les procédures sont claires, il est impossible d’atteindre la qualité si on respecte scrupuleusement les prescriptions. En effet, les situations de travail ordinaires sont grevées d’évènements inattendus, de pannes, d’incidents, d’anomalies de fonctionnement, d’incohérences organisationnelles, d’imprévus, provenant aussi bien de la matière, des outils et des machines, que des autres travailleurs, des collègues, des chefs, des subordonnés, de l’équipe, de la hiérarchie, des clients… il faut le reconnaître, il n’existe pas de travail d’exécution.

De fait, il existe toujours un décalage entre le prescrit et la réalité concrète de la situation. Ce décalage entre le prescrit et l’effectif se retrouve à la tous les niveaux de l’analyse entre tâche et activité ou encore entre organisation formelle et organisation informelle du travail. Travailler, c’est combler l’écart entre le prescrit et l’effectif. Or ce qu’il faut mettre en œuvre pour combler cet écart ne peut être prévu à l’avance. Le chemin à parcourir entre le prescrit et l’effectif doit être à chaque fois inventé ou découvert par le sujet qui travaille. Ainsi pour le clinicien, le travail se définit-il comme ce que le sujet doit ajouter aux prescriptions pour pouvoir atteindre les objectifs qui lui sont assignés ; ou encore ce qu’il doit ajouter de soi-même pour faire face à ce qui ne fonctionne pas lorsqu’il s’en tient scrupuleusement à l’exécution des prescriptions.

Le réel du travail

Comment donc se fait connaître au sujet qui travaille cet écart irréductible entre la réalité d’un côté, les prévisions, les prescriptions et les procédures de l’autre ? Toujours sous la forme de l’échec : le réel se fait connaître au sujet par sa résistance aux procédures, aux savoir-faire, à la technique, à la connaissance, c’est-à-dire par la mise en échec de la maîtrise. Le monde réel résiste. Il confronte le sujet à l’échec d’où surgit un sentiment d’impuissance, voire d’irritation, de colère ou encore de déception ou de découragement. Le réel se fait connaître au sujet par un effet de surprise désagréable, c’est-à-dire sur un mode affectif. (…) Mais dans le temps même où le sujet éprouve affectivement la résistance du monde, c’est l’affectivité qui se manifeste en soi. Ainsi est-ce dans un rapport primordial de souffrance dans le travail que le corps fait simultanément l’expérience du monde et de soi-même.

(…)

La souffrance n’est pas qu’une conséquence ultime du rapport au réel, elle est en même temps protention de la subjectivité vers le monde, à la recherche de moyens d’agir sur le monde, pour transformer cette souffrance en trouvant la voie pour surmonter la résistance du réel. »

pp.20-21.

Lectures qui m’amènent toujours plus à cultiver mon intérêt pour les processus, les dynamique, la construction, le « chemin à parcourir », plutôt que pour un résultat à un instant donné.

Merci à Marie-Anne pour ces saines lectures.