Ethique de l’Internet et pratique de recherche #2 : mauvaises conduites et « bonnes pratiques »

Ce billet est le deuxième d’une série sur “Internet, la recherche et l’éthique”. Billet précédent : « Éthique de l’Internet et pratique de recherche #1 : valeurs du web 2.0 et notion de bien commun » / En lien avec la présentation  : « Interroger le travail scientifique en ligne : ou le développement d’une approche éthique et réflexive de la place du chercheur dans la société ? »

Les valeurs de la science

Les modifications induites par le numérique dans les pratiques de recherche amènent à expliciter certaines valeurs du travail de recherche, du fait des nouvelles alternatives que ces modifications offrent et des choix induits par l’existence de ces alternatives. Le travail de Merton serait à recontextualiser et réactualiser, avec toute la dimension critique qui lui a été associée depuis, mais reste intéressant en ce qu’il dépeint un exemple situé d’idéal scientifique appuyé sur certaines valeurs.

L’idéal scientifique – La science de Merton (1942) – Normes mertoniennes guidant les pratiques scientifiques et permettant l’autonomie de la communauté scientifique

  • Communalisme : connaissances scientifiques comme biens publics
  • Universalisme : connaissance indépendantes de leurs producteurs
  • Désintéressement : seule compte la quête de vérité
  • Scepticisme organisé : pratique organisée autour de la mise en doute et la critique des résultats

Issu de : Vinck D. (2001), Sciences et sociétés. Sociologie du travail scientifique, Paris, Ed. Armand Colin. (p.9)

D’une certaine manière, les choix induits par les pratiques numériques peuvent l’occasion d’expliciter les valeurs d’une pratique de recherche faisant sens (individuellement et/ou collectivement). Ainsi, le web est une occasion de réflexivité pour la recherche, et d’ouverture des potentialités.

Les transformations sociales & cognitives de la publication scientifique : la transition actuelle, et une réouverture des possibles – Par Yves Gingras

J’aborde ainsi l’éthique par l’entrée des (co-)responsabilités individuelles et collectives, en recherche, et ce questionnement permet l’explicitation de valeurs de la pratique collective de recherche, indépendamment du contexte du web, mais convergente à mon sens avec l’idée de bien commun et de web 2.0, dont les valeurs sont explicites.

La (co-)responsabilité serait ancrée dans une multitude de choix, ceux que nous faisons (et qui font la recherche), au quotidien de la pratique.

« Être responsable, c’est choisir librement, à partir de la meilleure information possible, mais sans jamais pouvoir être sûr de l’avenir, et en acceptant la possibilité d’avoir, plus tard, à réviser ce choix. » (Jean-Claude Ameisen, 2005 ; p72)

Ainsi, par exemple, cela reviendrait à se demander :

« Où sont les choix réels que l’on fait en publiant, en étant évalué, en enseignant, en choisissant de mettre à disposition ses données ou non, en communication à l’oral telle information plutôt qu’une autre, etc. »

« Quels sont les comportements intègres ou non ? »

« Quels sont les choix éthiques, ou non, responsables ou non ? »

« Pourquoi ai-je choisi d’être financé par tel organisme plutôt que tel autre ? Avais-je le choix ? »

« Où sont mes choix ? »

L’éthique comme moral de la responsabilité

Face à ces choix, Max Weber, dans Le Savant et le Politique, identifiait deux morales : la morale de la responsabilité et celle de la conviction.

« Max Weber ne veut pas dire que le moraliste de la responsabilité n’a pas de conviction ni le moraliste de la conviction pas de sens de la responsabilité. Il suggère que, dans des situations extrêmes, les deux attitudes peuvent se contredire et qu’en dernière analyse l’un préfère l’affirmation intransigeante de ses convictions au succès et l’autre sacrifie ses convictions aux nécessités de la réussite, l’un et l’autre étant moraux à l’intérieur d’une conception de la moralité. » (préface de Raymond Aron, Le Savant et le Politique, 1959 ; p.53) «

Ou bien j’obéis à mes convictions – pacifistes ou révolutionnaires, peu importe – sans me soucier des conséquences de mes actes [morale de la responsabilité], ou bien je me tiens pour comptable de ce que je fais, même sans l’avoir directement voulu, et alors les bonnes intentions et les cœurs purs ne suffisent pas à justifier les acteurs [morale de la conviction]. » (préface de Raymond Aron, Le Savant et le Politique, 1959 ; p.31)

La responsabilité comme valeur donc, dans des choix.

Mais quels sont ces choix ? Il s’agirait d’abord de se poser la question et de les identifier. Mais questionner les évidences ne va pas de soi. Encore faut-il identifier où se situent ces choix et se rendre compte, dans la pratique, que l’on fait un choix, par exemple :

– en choisissant de publier dans une revue plutôt qu’une autre (voir boycott récent),

– en brevetant un résultat, ou en favorisant l’open science,

– en acceptant un financement au détriment d’un autre,

– en participant ou non à la diffusion mise en circulation des savoirs,

– en contribuant ou non à des recherches inter-disciplinaires,

– etc…

Et ces choix engagent des valeurs.

L’intégrité en science – Une recontextualisation en ligne

Éthique de la recherche et éthique du web : Les mauvaises conduites et les « bonnes pratiques »

Citer ses sources, faire de la veille, situer son discours, sont trois exemple de « bonnes pratiques » scientifiques que l’on retrouve dans les échanges de chercheurs en ligne (réseaux sociaux, blogs etc.). Réciproquement, indépendamment de la pratique numérique, des valeurs et des règles éthiques sont définies dans les communautés de recherche, que l’on peut ré-actualiser, recontextualiser pour les pratiques en ligne. Il n’y a pas d’incompatibilité.

Source : Patricia Volland-Nail https://fr.slideshare.net/pvolland/ethique-publicationsscientifiquesauthorship2010pvn

Et ce que l’on pourrait qualifier de « mauvaises pratiques » au regard des normes et des valeurs sur lesquelles s’accordent collectivement les chercheurs sont parfois amplifiées par le numérique mais en aucun cas induites par lui. On confond à mon sens l’expression d’un problème de fond et ses causes.  Les causes de « misconducts » sont bien plus à chercher du côté d’un fonctionnement systémique et actuel de la recherche (critères d’évaluation, de financement, etc.) qui met sous pression les individus et les collectifs. Le numérique souligne voire rend visible ces pressions en-dehors des collectifs de recherche :

– Pressions de publication (publish or perish, voire publish and perish) ;

– Nombre très élevé du nombre de publications ;

– Importance d’obtenir des résultats « positifs » ;

– Tension quant aux besoins de financement ;

– Peu d’intérêt (évaluation, publication) pour la reproductibilité;

– etc.

Mauvaises pratiques en science – Source : https://fr.slideshare.net/NicolasSORHAITZ/prsentation-ritme-maisonneuve-24- octobre-v3 & https://fr.slideshare.net/pvolland/ethique-publicationsscientifiquesauthorship2010pvn

Extraits de présentations SlideShare :
– Ethique des publications scientifiques, par Patricia Volland-Nail https://fr.slideshare.net/pvolland/ethique-publicationsscientifiquesauthorship2010pvn
– L’éthique des publication, par Nicolas Sorhaitz https://fr.slideshare.net/NicolasSORHAITZ/prsentation-ritme-maisonneuve-24-octobre-v3

Pour citer ce billet :
Faury, Mélodie (21 février 2015) “Éthique de l’Internet et pratique de recherche : mauvaises conduites et « bonnes pratiques »”. Infuse ! [carnet de recherche]. Consulté le …. http://infusoir.hypotheses.org/

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...