« Cet homme, me semble-t-il, a autorité quand il parle. »

NB : Les contextes d’où partent ces premières explorations sont ceux de l’enseignement des sciences, de la médiation scientifique, de la pratique de recherche, du rapport au(x) savoir(s), à la vérité, et des rapports de pouvoir dans les collectifs. Ces premières réflexions retourneront dans un deuxième temps vers les contextes qui leur ont donné lieu d’être.

Cet homme, me semble-t-il, a autorité quand il parle.

Il y a de la matière non neutre derrière le mot « autorité » : des expériences, souvent mauvaises, c’est-à-dire celles où l’on a eu à nommer, à désigner l’autorité de manière à comprendre ou à dire d’où venait l’abus, l’argument qui tranche, le sentiment de frustration, de domination. Peu d’expériences positives sont spontanément rapportées au sujet de l’autorité, comme celle qui émancipe par le cadre clair, par la légitimité accordée, par l’accord des parties. Alors que ces expériences existent bien, sûrement, mais souvent désignées autrement : le mot « autorité » induit d’emblée des images, des idées, des représentations connotées, par les expériences individuelles et les références récurrentes.

Extraits de réponses sur Twitter à la question « Quelles sont vos associations d’idées… »

La figure d’autorité

Les autorités que l’on se représente spontanément, sont des incarnations institutionnelles ou personnelles, auxquelles des pouvoirs sont officiellement et parfois juridiquement conférés : le policier, le scientifique, le juge, le prof, l’homme, les parents, le chef.

Ainsi, par exemple l’ »autorité » de l’enseignant est assimilé à la vieille école et aux règles fracassantes1, celle du scientifique à la blouse blanche, aux figures masculines, à des formes de paternalisme en somme, mais l' »autorité » parentale, concept juridique, du père, est aussi associée à la matrone, autoritaire, et « mère » avant d’être « femme ». Le rapport savoir-vérité-pouvoir est sous-jacent à ces représentations de l’autorité, et fait partie des fils que je cherchai plus tard à démêler.

« Voici, d’un côté de la chaire, quelqu’un qui sait. Voici, de l’autre, des enfants qui ne savent pas. Voici un maître et voici des élèves. Le premier jouit d’un pouvoir que les seconds n’ont pas. On dit qu’il a autorité. » L’autorité du maître, Denis Vasse

L’autorité au masculin et ses caractéristiques selon Robert Damien

Robert Damien : les trois qualités de l’autorité par Mediapart

« Le grand chef est à la fois instruit de la situation, lucide et judicieux dans l’action, continue et conséquent dans l’adversité pour aller jusqu”à la fin. » R. Damien

« Autorité » entendue comme « autoritaire », « autoritarisme »

L’autorité (ou l’absence d’autorité) du père ou de la mère, du maître, de l’école, de la justice, des institutions, de l’église et de la religion, est celle que l’on remet aussi en question, dont on discute les fondements, la légitimité. C’est qu’on entend une nouvelle fois le sens négatif de l’autorité : celle qui coupe le débat, ne laisse pas la parole circuler, donne un poids différent à la parole de chacun et qui se perçoit comme anti-démocratique ou « traditionnelle » voire « réactionnaire » ou « dictatoriale »2.

Source :http://p0.storage.canalblog.com/08/15/950619/73274107.jpg

Source :http://p0.storage.canalblog.com/08/15/950619/73274107.jpg

«E» par Francine Desbienset par Bretislav Pojar, Office national du film du Canada

« Le retour à l’autorité » devient dès lors un discours politique et idéologique, et envisage l’autorité dans sa dimension traditionnelle, et dans ses figures traditionnelles.

« Le thème du « retour à l’autorité » s’enracine donc sociétalement dans la peur de l’incertitude, la perte de repères, le besoin de sécurité (Mendel, dans sa socianalyse de l’Histoire de l’autorité, origine le recours à celle-ci dans un appel à la protection d’un être fort, face à l’angoisse d’abandon du nouveau-né, réactivée dès que l’individu vit des situations incertaines). Il devient donc un discours politique et idéologique, populaire (…) » http://www.philotozzi.com/articles/article264.htm

« Max Weber distingue trois formes d’autorité : 
 l’autorité traditionnelle, fruit des mœurs et des coutumes du passé, qui est subordonnée au pouvoir politique,
 l’autorité rationnelle d’une fonction officielle, qui a été confiée à un individu en vertu d’une compétence attestée et selon le critère légal de règles fixes connues de tous
 l’autorité charismatique d’un individu à qui l’on prête des qualités exceptionnelles. » cité en ligne, site de « management » 

Quant à elle, la critique systématique de l’autorité, sa dénonciation, s’apparente politiquement aux « relents de mai 68 »3, et au niveau de l’individu, à la posture de l’adolescent en quête d’affirmation.

« Et sur cette question précise de l’autorité, reconnaître que la première tâche aujourd’hui serait d’en renouveler la question : autant qu’on peut et avec les armes qu’on a, piquées à moitié dans la rue et à moitié dans l’Université, à moitié dans notre travail et à moitié à notre paresse (…) » Pierre Zaoui

L’autorité positive, celle qui rassure et celle qui est acceptée, choisie

On accorde cependant de l’autorité à la personne compétente, celle qui a de l’expérience sur laquelle s’appuyer, mais seulement si elle ne l’impose pas, si la légitimité de cette autorité vient de celle ou celui qui en bénéficie. Mais on parle alors plutôt de personne de confiance, de charisme.

L’autorité a donc fort à faire avec la question de la légitimité et de l’illégitimité. « L’argument d’autorité » est peu crédible, peu audible et vient même décrédibiliser celui qui l’emploie pour peu que son autorité ne soit pas acquise. Ce qui résonne dès lors à la question de l’expert dont les arguments sont reçus positivement lorsque l’on reconnaît son expertise mais négativement dans le cas contraire : le rejet de l’autorité des arguments peut aboutir dans un même mouvement au rejet de l’autorité conférée au porteur de discours.

« L’argument d’autorité consiste à invoquer une autorité lors d’une argumentation, en accordant de la valeur à un propos en fonction de son origine plutôt que de son contenu. » Wikipédia

« Avoir de l’autorité » résonne avec l’idée d’« être écouté.e », celle ou celui qui fait figure d’autorité détient avoir une parole légitime et entendue. Les paroles faisant autorité prennent un poids et une place particulière dans l’espace où elles sont reconnues comme telles.

photo 1

 « L’autorité est généralement considérée par les sociologues comme un pouvoir légitime : un pouvoir qui n’a donc besoin que d’un minimum de coercition pour se faire respecter et obéir. « On parle de l’autorité d’une personne, d’une institution, d’un message », écrivent Boudon et Bourricaud, « pour signifier qu’on leur fait confiance, qu’on accueille leur avis, leur suggestion ou leur injonction, avec respect, faveur, ou du moins sans hostilité ni résistance, et qu’on est disposé à y déférer » (1982, p. 24). L’autorité ne peut donc être considérée purement et simplement comme un attribut du pouvoir car il s’agit d’un concept relationnel. Il ne peut être question d’autorité que dans le cadre d’une relation entre les détenteurs d’un pouvoir et ceux qui lui sont soumis. Il y a autorité quand un pouvoir bénéficie d’un capital de confiance et quand les individus sur qui le pouvoir s’exerce lui conservent leur confiance. Ce pouvoir est alors perçu comme légitime et il acquiert l’autorité de ce qui échappe à la contestation. C’est d’ailleurs bien dans cette optique que se place Alain Renaut puisqu’il se réfère aux fondements weberiens de la légitimité en y voyant des formes de « relations d’autorité » (pp. 20-22). Il est dès lors sociologiquement absurde d’évoquer un pouvoir ayant « recours à l’autorité » quand « il a besoin d’un surpouvoir » afin « d’obtenir l’obéissance » (p. 44). Le « surpouvoir », si surpouvoir il y a, est le résultat de l’exercice du pouvoir dans un climat de confiance et non la conséquence de la recherche délibérée d’un « surcroît de justification ». Qu’une telle recherche en vienne à se manifester est au contraire l’indice que l’autorité s’est érodée au point de ne plus laisser subsister qu’un pouvoir mal assuré. » Jacques Coenen-Huther

Chez l’enseignant, l’écoute est construite par la structuration de la classe, mais l’autorité, construite dans sa légitimité, n’est pas pour autant acquise du côté des élèves, et le type d’autorité exercé variable selon les dispositifs pédagogiques mis en œuvre et peut par conséquent être considéré comme un choix, implicite ou non, effectué par l’enseignant.e.

« Décomposer la motivation humaine en trois systèmes permet de distinguer trois modes de relation pédagogique qui activent différemment ces systèmes : la manipulation, l’influence et l’accompagnement. Dans cette distinction apparaissent les composantes relationnelles de l’autorité et une typologie peut être proposée. 

(…) je propose de différencier trois types d’autorité mis en jeu dans les dispositifs pédagogiques.

Ce repérage de trois types d’autorité pourrait non seulement permettre d’utiliser notre capacité empathique envers les autres, mais aussi de la mettre au service d’une meilleure écoute de ce qui se passe en nous afin d’éviter de nous éloigner de nos propres projets.

Le premier type d’autorité, proche de ce que l’on appelle généralement l’autoritarisme, serait identifiable parce qu’il correspondrait à une manipulation de celui auquel l’autorité s’adresse.

Le deuxième type serait associé à une relation d’influence qui, bien que nécessaire au développement psychologique, maintiendrait le sujet (apprenant) dans une relation de dépendance par rapport à l’autorité.

Le troisième type d’autorité, en renvoyant chacun à la responsabilité de ses pensées, de ses sentiments et de ses actes, permettrait alors de désamorcer les risques de violence liés à toute tentative de manipulation, et serait associé à un accompagnement responsabilisant. » Christian Reynaud

Autorité, manipulation, domination et influence

Au-delà de la question de la légitimité, et structurée par elle, il y a la confusion ressentie, par les expériences, de la limite floue entre autorité et domination, du lien entre abus d’autorité et manipulation et la question du positionnement de celui ou celle qui détient structurellement l’autorité, la question de savoir comment cette personne en use, en s’appuyant ou non sur l’adhésion explicite ou tacite de celles et ceux qui en sont les sujets (et non les objets).

« Puisque l’autorité requiert toujours l’obéissance, on la prend souvent pour une forme de pouvoir ou de violence. Pourtant l’autorité exclut l’usage de moyens extérieurs de coercition; là où la force est employée, l’autorité proprement dite a échoué. L’autorité, d’autre part, est incompatible avec la persuasion qui présuppose l’égalité et opère par un processus d’argumentation. Là où on a recours à des arguments, l’autorité est laissée de côté. Face à l’ordre égalitaire de la persuasion, se tient l’ordre autoritaire, qui est toujours hiérarchique. » Hannah Arendt

Quelques références

Jacques Coenen-Huther, « Pouvoir, autorité, légitimité », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], XLIII-131 | 2005, mis en ligne le 04 novembre 2009, consulté le 11 novembre 2014. URL : http://ress.revues.org/471 ; DOI : 10.4000/ress.471

Christian Reynaud, « Trois types d’autorité pour trois modes de relation pédagogique », Tréma [En ligne], 27 |  2007, mis en ligne le 25 novembre 2009, Consulté le 22 avril 2015. URL : http://trema.revues.org/516

Weber Max, « Economie et société » Paris, Ed Plon, 1992.

  1. je pense à des conceptions vieillies similaires à celles de la « morale » []
  2. un collègue parle de la « dictature la parole » détenu par le maître en classe à l’école primaire, expression qui n’a pas finie de m’interpeler []
  3. expression, elle aussi frappante, d’une collègue []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...