Entretien avec Éléonore – 7 avril 2009 // Retour aux entretiens de thèse

Le 7 avril 2009 – Éléonore est en 2ème année de thèse au moment de l’entretien.

Cet entretien fait partie de ceux menés pendant ma thèse.

J’ai fait mes études de biologie avec la plupart des doctorant.e.s rencontrés en entretien. Ce rapport d’hyperproximité est l’un des points majeurs de l’interrogation réflexive que je mène dans mon travail de thèse.

Le protocole d’entretien utilisé est une adaptation de celui construit par Joëlle Le Marec dans le cadre du projet AFSSET.

Référence : Le Marec, J., Babou, I. et Faury, M., Analyse du discours de la presse quotidienne à propos des résistances aux antibiotiques en contexte génétique et Pratiques de communications dans les pratiques de recherche, In : Schneider, D (Dir.), Rapport pour le programme Afsset « Gestion biologique et sociale de la dispersion des résistances aux antibiotiques », Grenoble : Université Joseph Fourier, 2010

Je demande à l’étudiant.e en thèse de noter, dans un agenda ou sur le support de son choix, pendant une semaine, l’ensemble des situations de communication dans lesquelles il est impliqué, quelque en soit le médium (discussion formelle, informelle, courriers électroniques, téléphone, etc.). Le choix des communications que le doctorant ou la doctorante choisit de noter est en lui-même significatif de ce que celui-ci considère comme étant représentatif de son travail de recherche. Lors de l’entretien, le ou la doctorant.e commente son relevé de communication.

La transcription est faite au plus proche du langage parlé de l’entretien. Les phrases n’ont pas été réécrite ce qui rend parfois la lecture et la compréhension plus ardue.

 

ÉLÉONORE – Donc première remarque, c’est frustrant une semaine…

MR – C’est frustrant ? On peut faire plus long si tu veux
– ouais, bah en fait le truc c’est que t’es tombée sur une semaine un peu creuse, donc du coup, ben voilà, sur trois semaines ça aurait été plus intéressant en fait…

En fait tu vois c’est aussi l’investissement qui est demandé, pendant une semaine…
– ouais enfin l’investissement …

Y’ a des gens à qui ça pèse donc… Non mais c’est bon je note…
– Non, effectivement ça pèse pas, et puis tu vois t’es tombée sur la semaine où, au niveau communication, c’était moins… enfin il y avait moins de choses, ouais c’est ça… donc voilà.

Écoute, je te propose qu’on reprenne en fait…
– Pas de souci, donc en fait comme j’ai relu ton mail plusieurs fois, j’ai trouvé que c’était pas hyper précis, alors du coup j’ai fait pas précis du tout. Alors en fait j’ai eu une semaine, je t’explique le contexte en fait, c’est que je mets en place une manip, donc du coup j’ai, je me suis beaucoup baladée entre ici et Tel Lieu, parce que c’est une manip que je fais à Tel Lieu en fait. Donc du coup, typiquement, j’étais à Te Lieu lundi une bonne partie de la journée, jeudi matin, vendredi matin, donc en fait voilà c’est…

Pourquoi tu vas à Tel Lieu pour la faire cette manip là ?
– Parce que c’est une manip que je fais au centre de microscopie électronique et que, les appareils sont là-bas. C’est une manip de froid, donc les fixations à l’azote liquide etc, et tu as besoin des appareils qui sont là-bas. Et la personne qui m’aide, qui est un peu plus, disons, qui est au courant de la manip en fait, qui l’a déjà faite, elle est là-bas.

Donc c’est une équipe qui dispose…
– Non. En fait c’est un centre commun. Donc c’est un plateau technique en fait, le plateau technique de microscopie électronique, ça s’appelle le Tel Centre. Et donc la personne, en fait elle est responsable du plateau technique donc elle, elle développe mais elle a pas de thématique propre. Donc du coup, ce qui l’intéresse du coup, c’est quand on arrive avec nos échantillons, une problématique et une thématique, et lui dire, ben voilà j’aimerais bien faire ça, bon j’ai pas forcément les compétences, mais ça m’intéresse etc. Et typiquement la « cryo », donc le froid c’est une thématique qu’ils veulent développer, mais il faut qu’il y ait des gens qui soient intéressés pour s’investir etc, etc. Du coup, moi je suis arrivé avec mes échantillons en disant « je veux faire ça ». Et donc là c’était la manip d’essai donc en plus on a découvert plein de trucs genre « tiens ça c’est un peu bizarre comme étape », ou enfin donc…

Vous avez réajusté le protocole ?
– En fait c’est un protocole que j’ai complètement découvert. Elle, elle l’avait fait mais sur du tissu. Donc je suis arrivé avec mes cultures de cellules en fait. Donc c’est pas vraiment la même manip. Parce que le tissu, c’est, tu vois, c’est un gros bout quoi, alors que moi c’est un tapis cellulaire à plat. Donc du coup on a redécouvert un peu tout, si c’était faisable, si c’était pas faisable, et c’est pour ça je te dis que c’est hyper frustrant parce que du coup la semaine d’avant j’étais allé discuter avec elle pour le protocole, et du coup, pendant toute ma semaine, j’ai appelé tous les services techniques, parce qu’il fallait que je trouve une certaine colle qui polymérise aux UV, donc j’ai appelé le service technique de la boîte qui vend cette colle, ensuite je me suis fait toutes les quincailleries de Lyon pour arriver à trouver la colle… Donc c’est vrai c’est pour ça que je te dis qu’une semaine, si tu tombes dans le creux, c’est frustrant quoi.

Non, mais c’est intéressant enfin, du coup tu vas être amenée à y aller souvent…
– Du coup là c’est une manip qui prend dix jours en fait. Donc du coup, là, le problème c’est qu’il y a pas mal d’incubation, donc j’y étais le lundi pour congeler, après il faut que tu laisses un certain temps, après il faut que tu fasses des substitutions avec la résine jeudi, donc le jeudi en gros t’as 5 ou 6 changements de bains toutes les deux heures, le vendredi c’est l’inclusion donc c’est une résine, après ça reste aux UV, et là j’y retourne mercredi. Mercredi pour tout arrêter. Et là donc tu te retrouves avec des gélules, et là ensuite il faut que j’y retourne pour recouper les gélules, ensuite il faut que j’y retourne pour les colorer, et ensuite il faut que j’y retourne pour les observer. Donc en gros c’est une manip qui prend trois semaines. Donc j’y vais trois semaines régulièrement. Sachant que là c’était la première manip, donc en gros c’est un coup pour voir ce que ça peut donner, donc en gros les cellules elles m’intéressent pas si tu veux, il n’y a rien dessus. Donc après il faudra refaire la manip avec des échantillons intéressants. Mais le gros avantage, c’est qu’avec une manip t’obtiens 20 gélules et avec 20 gélules t’obtiens, dans le pire des cas 300 à 400 coupes, et avec une coupe tu peux faire un anticorps, ou un truc, donc du coup avec une manip tu as tout ce que tu veux en fait. D’où l’investissement. C’est pour ça que je m’investis un peu.

Et c’est pas trop compliqué de gérer justement… ?
– … les allers-retours à Tel Lieu. Alors, c’est.. en fait on s’arrange. Donc le principe en fait C., typiquement la journée où il y des changements de bains toutes les deux heures, soit je m’arrangerais pour avoir des observations de microscopie à côté et du coup je fais la manip moi, mais en parallèle j’ai une autre manip au centre. Soit, bah en fait je demande à C. si elle peut pas, bah je fais le premier et puis après elle fait la fin de la journée en fait. Mais sinon, ça se gère parce que typiquement pour la congélation t’as besoin d’une matinée, donc tu y vas toute une matinée, ou alors pareil l’inclusion il y a besoin de quelques heures donc j’y vais à 9h et je finis ma journée ici. Mais bon ça fait quand même faire des allers-retours à Tel Lieu, on est d’accord.

Bon, mais tu arrives quand même à organiser…
– Mais ouais on s’organise, parce que du coup j’y suis le matin en début de matinée et après je reviens ici et je m’organise pour mes manips, mais c’est un peu chaud, c’est quand même un peu chaud. Parce que du coup ça me fait venir parfois à des horaires, parce que typiquement vendredi dernier, vendredi dernier j’avais des manips à faire, donc il a fallu que je case mes manips avant le topo du labo qui est le vendredi matin à 9h30, donc du coup, il fallait que je sois là à 8h tapante. Et ensuite j’avais encore des manips et l’après-midi il fallait que je sois à Tel Lieu en TP, donc du coup j’ai mangé en cinq minutes quoi. Des fois c’est un peu la course à gérer. Mais bon, ça se gère.

Donc du coup ça a rythmé un peu ta semaine ça.
– Ah ouais complètement. Donc du coup…

C’était quelle semaine en fait ?
– Alors ça c’est la semaine dernière, lundi 30, ouais ça doit être ça. Quelque chose comme ça. Donc la semaine dernière du coup je suis venu le matin au labo avant d’aller à Tel Lieu parce qu’il fallait je prenne mes cellules. Donc là du coup j’ai eu le droit à une petite discussion avec la responsable de la salle de culture, parce qu’on une salle de culture commune en fait.

Commune à tout Tel Institut ?
– Non, il on en a plusieurs, donc commune à on va dire trois équipes. Et la responsable de la salle de culture faisait le ménage le lundi matin, et quand je suis rentrée, j’ai failli me faire éjecter… oui elle est un peu, elle est un peu spéciale cette dame. Donc j’ai eu le droit à un palabre de 10 min à propos de la salle de culture etc. Bon c’est pas si ça rentre dans ce que tu veux et ce que tu attends mais… Voilà parce que je devais juste prendre mes cellules et qu’elle a cru que je venais faire une manip et comme elle était en train de faire le ménage, elle m’a expliqué qu’elle faisait le ménage. Et donc après on a discuté sur les règles de la salle de culture, gnagnagna. Voilà. Donc ça c’est en arrivant le matin, super. Bon N., elle est à l’accueil donc on discute régulièrement, c’est la personne qui est à l’accueil de Tel Institut, donc… on passe, on se voit, et comme elle m’a vu passer 4 ou 5 fois parce que je suis entrée, je suis ressortie, et comme j’avais oublié un truc, je suis re-rentrée et puis je suis re-sortie, donc du coup on a discuté un peu. G. c’est le directeur du laboratoire. C’est un chef d’équipe. Et on a discuté parce que je m’occupe des réunions d’équipe du labo, et donc le vendredi d’avant, donc le vendredi 26, 27, on a eu un topo, bon alors ça c’est les trucs de labo. On a eu un topo où c’était ma chef d’équipe, l’équipe est en plein réorganisation, parce que, donc il y a G. qui est chef d’équipe et jusqu’à présent il y avait 5 permanents, et en fait il y a une des permanentes qui est passé DR (Directrice de Recherche) cette année et qui va devenir co-directrice d’équipe parce que, parce qu’elle a les publis et qu’il est temps pour elle, parce qu’elle a une thématique bien à part, de, d’avoir son équipe. Le problème c’est qu’il n’y a pas assez de place dans Tel Institut pour qu’elle ait son équipe à elle, donc du coup il la mette co-directrice d’équipe, pour qu’elle puisse grimper un peu. Et en fait le problème c’est qu’il y a ma chef et elle qui sont en gros au même niveau de carrière, elles ont le même âge, sauf que ma chef elle est encore que CR (Chargée de Recherche) et elle a pas tout à fait la même, enfin le même CV en termes de publications. Et donc il y a un peu des tensions sous-jacentes. Et en fait le vendredi d’avant, c’est un topo auquel toute l’équipe est sensé venir, sauf que, il y a la sous-équipe de cette fameuse permanente qui va devenir co-directrice, qui a ostensiblement zappé le topo.

Qui était de ta chef…
– De ma chef. Très intéressant d’ailleurs. Rien à dire sur le topo. Donc qui était là, et qui a soi-disant pris l’excuse d’une manip qui en fait n’a pas avancé du tout pendant la journée, pour dire on vient pas au topo. Donc ma chef qui a un peu un caractère très…comment dire, elle… elle part au quart de tour en fait, a commencé, enfin bref il y a eu des histoires, et donc ça plus ou moins explosé dans le labo et donc du coup j’ai discuté en fait avec le chef d’équipe par rapport à ce topo, et par rapport à la réaction de ma chef d’équipe, qui m’a en gros fait un petit… qui a été très énervée le vendredi après-midi, qui m’a dit que de toute façon elle ne voulait plus aller aux réunions d’équipe, gnagnagna. Donc il fallait que je discute avec le chef d’équipe par rapport à ça, en disant bon écoute il faudrait qu’on discute, qu’on en discute pour savoir ce que je fais, si on continue, si on arrête…

Est-ce que tu continues quoi ?
– D’organiser tout ça, parce que y a un moment je veux pas me retrouver au milieu en me disant, on prend les réunions d’équipe en otage et je viens pas quand c’est l’autre qui vient, ou je viens, quand c’est uniquement ceux-là qui font.. c’est pas le but d’une réunion d’équipe. Donc… donc voilà. Donc ça c’est la deuxième discussion du lundi matin, qui m’a bien mise en retard d’ailleurs.

Et comment ça s’est fait que tu te retrouves à organiser…
– Alors, comment ça s’est fait… En fait, il n’y en avait pas l’année, première année de thèse. Et, du coup, on se retrouve en fait, l’intérêt de notre équipe c’est qu’il y a, donc comme je t’ai dit, il y avait cinq permanents, et que chaque permanent a ses compétences. C’est-à-dire, typiquement L. fait de la RMN (Résonance Magnétique Nucléaire), G., il est RMN, purification de protéines, donc plutôt biochimie, K. il est biologie moléculaire, et F. c’est microscopie et biochimie, mais plutôt lipides que protéines en fait. Donc, c’est très intéressant parce que du coup personne ne se marche sur les pieds et personne ne fait la même choses, par contre, c’est un peu frustrant parce que typiquement en première année, je n’avais aucune idée des thématiques des autres, c’est-à-dire sur quoi ils bossent au jour le jour. On savait pas parce qu’en fait il n’y avait personne qui disait, qui disait aux autres ben… chacun faisait son petit truc dans son coin en fait. Donc moi je savais ce que faisait la fille qui est en thèse avec F. en même temps que moi, nos stagiaires, par contre K. et ses stagiaires, je n’avais aucune idée. Et la RMN, ben je sais que c’est de la RMN si tu veux, mais je n’avais aucune idée sur quoi ils travaillaient exactement. Donc j’ai trouvé ça très frustrant et donc, pendant une discussion dans les couloirs avec G., j’ai eu un mot de trop. J’ai dit « oui, mais pourquoi on fait pas des réunions », enfin un truc comme ça, et il m’a dit, « bah t’as qu’à t’en occuper ». Bon, ben voilà. Et en fait, ça s’est plutôt bien passé, jusqu’à ce mois-ci où là, mais pour des considérations autres que les réunions d’équipes, c’est des problèmes entre permanents, nous on n’est pas du tout concernés. Mais donc du coup, on avait une réunion par mois à peu près, et moi, je trouve les gens, je trouve les dates et je réserve la salle et… je m’occupe de ça quoi.

Tu détermines le planning de qui passe ?
– C’est ça. Disons, je prends l’avis de François pour savoir ce qu’il pense de telle ou telle personne. En gros je prends l’avis des chefs, et on fait tourner, donc il y a, tout le monde passe en fait : les thésards, les chefs, même les techniciens, ils passent aussi, il y a pas de raison. Et c’est très très, c’est très informel, hein, donc… Donc il y a eu, donc soit des résultats, on fait pas de présentations de publis, donc pas de Journal Club, par contre il y a typiquement ceux qui font de la RMN, moi je ne suis pas du tout RMNiste, donc je ne savais pas du tout, enfin quand on présente des résultats de RMN, je vois pas ce que c’est. Donc du coup, typiquement D., qui est une permanente RMN, nous a fait un cours de RMN pour les biologistes avant de nous présenter un peu ce qu’ils faisaient, etc. Donc, c’est un peu plus pour mettre les gens au courant, donc voilà. Et c’est comme ça que je me suis retrouvée à organiser ce genre de choses.

Donc il y a la réunion du vendredi, et tu parlais d’une réunion du lundi matin ?
– Euh, non.

Je me suis trompée… donc celle-là elle est toutes les semaines ?
– Non, une fois par mois. On a pas de réunion toutes les semaines, c’est impossible en fait. Dans le labo, c’est totalement impossible. Il faudrait, alors pendant un temps, nous on a fait des réunions de sous-groupe, en fait, avec ma chef et tous les stagiaires, thésards qui sont sous ma chef, mais ça, c’était toutes les deux semaines. Mais ça on le fait plus, parce que on n’est plus que deux thésardes en ce moment donc ça vaut pas le coup… on avance tranquille et quand on a besoin d’elle, on l’appelle quoi.

Et c’était un moment où il y avait beaucoup plus de thésards ?
– Alors de thésards non, parce que pour le moment elle n’en a eu que deux et c’étaient nous. Par contre il y a eu jusqu’à trois stagiaires. Donc… et qui étaient plus ou moins en-dessous de nous, donc elle n’était pas forcément au courant de ce que l’on faisait faire aux stagiaires et des résultats, et du coup ça permettait de la mettre au courant en fait.

Et c’était vous qui leur donniez un peu le travail à faire…
– Ben, un peu contrainte et forcée, parce que ça tombait à un moment où elle était quasiment pas là, elle avait pris des stagiaires et on allait pas les laisser faire de la biblio tout le temps, donc du coup on s’est reparti ce travail avec H. en fait, pour, enfin pour les occuper… voilà. Ça, c’est la gestion des stagiaires, c’est une autre question ça…

Pourquoi ?
– Parce que c’est pas toujours… Enfin, nous en tant que thésard on a pas vraiment de statut, donc c’est les chefs qui prennent les stagiaires, sauf qu’après ils n’ont pas forcément le temps de s’en occuper, donc après tu te trouves avec un stagiaire qui n’est pas forcément… que tu n’as pas forcément voulu, et c’est parfois compliqué de s’en occuper, parce que quand il faut gérer le monitorat, les manips personnelles, plus le stagiaire… mon mois de janvier de l’année dernière a été absolument horrible, parce que j’avais tous mes stages CIES (Centre d’Initiation à l’Enseignement Supérieur), du monitorat, plus un stagiaire à gérer, plus des manips, donc en gros il fallait que je passe au labo le matin à 8h pour faire le protocole de la journée, plus le soir, après tout ce que j’avais à faire, pour regarder les résultats et faire le protocole… enfin, c’était pas forcément très évident.

Parce qu’elle ne consulte pas avant de prendre les stagiaires ?
– Ah non, non. On a un peu râlé, donc peut-être que là, enfin cette année normalement on ne devrait pas en avoir… on a un peu beaucoup râler…

Et l’autre thésarde…
– H. oui…

Elle est aussi en deuxième année,
– Deuxième année aussi…

… donc vous êtes arrivée en même temps au labo…
– Complètement en même temps, à un mois près, parce que elle, elle est arrivé en janvier du master 2, et moi en février…

Et vous travaillez sur des sujets proches ?
– Disons qu’on est dans la même thématique, puisse qu’on est dans Telle Thématique. Par contre, non pas du tout. Elle est beaucoup plus biochimie, moi je suis beaucoup plus biologie cellulaire et microscopie. Disons qu’on s’apporte des compléments, puisse que moi je suis plus compétente en « bio cell » et elle plus en « bioch », mais sinon, on n’est pas sur le même sujet. Mais typiquement, parfois, il y a des manips qu’on fait ensemble. Par exemple la manip à Tel Lieu, c’est ma manip puisque que c’est moi qui l’ai organisée, mais ça peut l’intéresser, donc on a tout fait ensemble. Ce qui est aussi très agréable finalement. Donc tu la retrouveras régulièrement dans le planning, typiquement quasiment tous les jours en fait. Parce qu’on parle énormément de nos manips, on est dans le même bureau en fait, donc du coup chaque fois qu’on a un souci, on s’en parle, parce que c’est plus facile comme ça de le gérer… donc en fait, tous les jours, on a vraiment une interaction très forte toutes les deux. Donc voilà, sinon, il y a, alors il y a l’autre thésarde du labo, qui est avec G., donc Z., elle c’est pareil, on discute pas mal de manips, alors elle, elle est pas du tout sur le même genre de sujet, elle est sur de la purification de protéines, donc… donc elle purifie des protéines et c’est pour faire de l’analyse structurale et fonctionnelle dessus. Et du coup, c’est pas du tout le même genre de sujet, mais c’est quand même super intéressant, parce que ça permet de suivre un peu ce que fait Z., et parce que, parce qu’elle est très sympa donc du coup… Donc tu vois le lundi matin, pareil, j’ai eu toute une discussion avec elle à propos des manips de la journée, par ce qu’en fait elle faisait une manip sur Tel Appareil, c’est un appareil qui est à Tel Institut, j’ai fait la formation dessus, du coup ça m’intéressait de savoir ce qu’elle allait faire, ce qu’elle allait trouver dessus, etc. Donc voilà, ça c’est pour Z.. Et ensuite j’ai été à Tel Centre, donc c’est le voyage à Tel Lieu. Donc C., en fait c’est la personne de Tel Centre qui est compétente pour les manips, qui est responsable en fait du plateau technique, et qui, que tu retrouveras tous les jours où j’ai été à Tel Centre puisque c’est elle, c’est elle avec qui on a mis en place la manip, donc en gros voilà… H. c’est pareil on s’est rejoint à Tel Centre. Alors A. et C., c’est deux personnes de Tel Centre, alors elles, elles font de la présentation de service en fait, parce qu’à Tel Centre, tu as tout ce qui est mise en commun pour les utilisateurs, plus la prestation de service, qui est plus pour les industriels qui viennent avec leurs échantillons qui viennent en disant « voilà, je veux regarder ça » et qui doivent payer aussi. Et donc en fait elles cherchent à développer la manip de froid justement qu’on est en train de faire, pour de la prestation de service. Le problème c’est qu’il faut qu’elles soient au point avant qu’elles la proposent à des prestataires, puisque eux peuvent pas vraiment se permettre de jeter ou d’avoir un problème sur la manip. Donc du coup, elles ont beaucoup tourné, on a pas mal discuté sur ce qu’on était en train de faire etc, pendant la manip, parce que ça les intéressait, et c’était très drôle d’ailleurs, parce qu’elles ont des années et des années d’expérience de microcopie électronique et elles étaient penchées sur nous, qui faisions la manip pour la première fois. Du coup on avait les mains qui tremblaient et tout, mais c’était marrant. Du coup, on a pas mal discuté avec elles aussi, pour toute cette manip en fait. Voilà.

Donc en fait tu discutes beaucoup de toutes tes manips avec les thésards, donc aussi avec le plateau technique quand tu y vas, est-ce que tu as l’occasion aussi de discuter, avec par exemple, je sais pas, ta directrice de thèse, G. aussi..
– Alors G., j’y vais régulièrement quand j’ai un problème.

G., il est chef de l’équipe d’à côté, ou ?
– Non, il est chef de notre équipe.

D’accord.
– C’est ça. C’est le chef de ma chef en fait. Donc… alors en fait G. ça fait un moment que j’y suis pas allée, mais j’y vais quand même assez régulièrement, quand j’ai des… typiquement pendant mon master j’ai eu une manip de biochimie, donc pour tout ce qui est cellules, microscopie, il est pas compétent, mais… j’y vais volontiers, pour lui expliquer ce que j’ai fait, il est de très bon conseils pour les contrôles qui peuvent manquer, enfin pour t’aider à prendre du recul en fait, sur ta manip. Et pour tout ce qui est biochimie aussi, il est très pointu, très compétent, et surtout, il a un truc qui manque à ma chef, il a, j’appellerais ça le bon sens matériel, en fait il sens tout de suite si une manip ne vaut pas le coup parce que tu vas y passer beaucoup trop de temps par rapport à ce que ça peut apporter à la fin, et si t’as un souci technique, en gros, il suffit d’aller le voir et il te.. il te le résolve pas forcément, mais il va te donner pleins d’idées pour arriver à le résoudre en fait. Donc, dès que j’en ressens le besoin, il est très très présent, c’est-à-dire que tu peux aller frapper n’importe quand à son bureau, s’il a pas le temps il te le dit, mais il dit « passe, repasse à tel moment ». Le problème, le problème d’aller voir G., c’est quand je vais le voir, je passe voir G., je mets 2, 3 voire 4 heures, donc j’y vais pas si souvent que ça…

Parce que vous remettez tout à plat en fait ?
– Oui, et surtout, parce qu’en plus…. Alors c’est très intéressant, mais donc souvent on a… donc mettons, j’y vais un après-midi, on peut avoir deux heures de discussions sur les manips, et au bout d’un moment en fait ça bifurque et c’est de la discussion beaucoup plus général, et donc on peut se retrouver à discuter de la recherche globale, le statut des chercheurs, enfin, donc du coup ça s’éternise, et même l’ambiance du labo, les relations, etc. ça m’est arrivé plusieurs fois où, quand je savais pas trop comment gérer les choses avec ma chef, d’aller voir G., lui dire voilà je comprends pas, je sais pas comment faire et qu’il m’ait dit, ben tu peux essayer comment ça tu verras ce que ça donneras et… donc voilà. Et dès qu’il y a un truc qui se passe et qui est pas forcément…comment dire, qui est difficile à gérer et des choses que ma chef à tendance à m’imposer des fois, je vais lui en parler, parce que j’estime qu’il faut qu’il soit au courant en fait. Et ça se passe très bien comme ça. Et, mais je ne le fais pas dans le dos de ma chef, hein, ma chef est au courant que je vais parler de ce genre de choses à G. quoi.

Il fait un peu médiateur entre vous ?
– Non, parce qu’après c’est moi qui gère totalement, hein, mais par contre il est chef d’équipe, et donc à mon avis, il a le droit d’être au courant de… et je sais que F., donc ma chef, lui parle énormément de tout. Donc G., je vais le voir, mais je dirais une fois tous les quelques mois quoi. Pour un peu plus que, juste un problème à résoudre pour les topos ou les choses comme ça. L’année dernière j’ai été le voir en, je sais plus, juin-juillet, j’ai fait en fait un bilan global de toute ma première année de manips, etc, et du coup, j’ai été le voir en posant tout à plat et en disant « voilà ce que j’ai fait pendant ma première année, qu’est-ce que tu en penses ? Et comment tu penses que ça peut évoluer ? » Enfin non, c’était plutôt, « je voudrais le faire évoluer comme ça, qu’est-ce que tu en penses ? », en fait. Et là, j’y suis allée, je lui ai demandé un rendez-vous en fait…

Parce que là c’était un vrai bilan…
– C’est ça. Et puis je voulais le voir avant ma chef, pour intégrer ce qu’il m’aurait fait comme remarques, pour le bilan avec ma chef directe. Voilà, sinon, F., elle est dans le même bureau aussi, du coup, c’est pareil, je te l’ai mis sur le planning, ça nous arrive de discuter très régulièrement, comme ça, sans forcément avoir un rendez-vous si tu veux… typiquement en fait elle était à Tel Centre en même temps que nous, mais pour faire des observations au microscope. Donc, elle nous a montré les photos, on a discuté des manips, comme ça, enfin, dans le bureau quoi. Donc F., c’est ma chef.

Et vous avez mangé ensemble entre-temps ?
– Non, on ne mange pas ensemble. Elle mange en général avec O., puisque O. est son compagnon, donc… Non en général, je mange avec H., ou K., et mardi j’ai été mangé avec E., … ça m’arrive d’aller manger au RU(Restaurant Universitaire) avec des amis…

Jennifer, c’est ?
– Alors K., c’est la technicienne du labo, alors qui était là avant nous, elle a fait son stage de BTS avec ma chef. Et puis elle a fait des contrats avec ma chef, et puis après, depuis à peu près un an, elle est sous contrat avec G.. Donc elle a changé de sujet, mais on s’entend très bien. En fait on a toute le même âge, H., K., Z. et moi, et du coup ça fait un super groupe, on s’entend super bien. Donc… donc K., on discute très régulièrement, bon il se trouve que cette semaine, on n’a pas discuté d’autres choses que de trucs persos, potins etc, donc je te l’ai pas mis dans le planning, mais… sinon, ça nous arrive souvent de discuter de ses manips à elle, bon elle travaille plus avec Z., mais c’est, pour moi c’est super intéressant donc… comme elle, elle fait plus de la bactério en fait, de la production de protéines, j’en ai beaucoup fait pendant mes autres stages, du coup, même si j’en fais plus du tout, ou quasiment plus, juste une fois de temps en temps, ça continue de m’intéresser de savoir ce qu’elle trouve comme solution quand elle a un souci, ou ce genre de choses. Donc elle est pas sur truc (désigne l’agenda, ses notes), mais bon, elle aurait pu très bien y être. C’est juste que comme j’étais pas souvent là, on a pas trop discuté de manips la semaine dernière, ou de trucs un peu plus…

Tu l’a rempli comment (désigne l’agenda, les notes) ?
– Mais j’étais quand même là le mardi typiquement… J’ai rempli au jour le jour en fait.

Le soir ?
– Voilà. Et là par exemple le mardi je suis rentré en début d’après-midi, donc je l’ai rempli en début d’après-midi.. Non, non, je l’ai fait au jour le jour. Voilà. Donc l’après-midi du lundi, on a discuté avec F., et H. qui était dans le bureau aussi. Alors là je t’ai mis aussi tout ce qui était enseignement, parce que ça fait partie intégrante du truc, donc là j’ai eu une discussion par mail avec E., par rapport à des leçons au mois de mai. Voilà.

Donc là pour les mails sinon, j’imagine que tu as du en recevoir…
– Alors j’ai reçu un mail de E. qui me demandait si… Alors la semaine d’avant j’avais reçu un mail pour une leçon de contre-option [préparation aux concours du CAPES et de l’Agrégation], et ensuite elle m’a renvoyé un mail pour une leçon d’option sur une date que je ne pouvais pas parce que j’avais un stage CIES, un truc comme ça, et donc du coup, on a eu un échange par mail, pour… donc parce que je lui ai proposé, non, elle m’a proposé une autre date, à laquelle je pouvais, pour échanger avec quelqu’un d’autre en fait, sauf que la personne ne pouvait pas, donc finalement elle m’a renvoyer un mail au final pour me dire que j’allais enchainer la leçon, d’option et de contre-option, le même jour. Donc il y a eu au moins trois ou quatre mails là. Voilà.

Et donc tu l’as marqué parce que ça a un lien avec ton enseignement…
-Voilà, parce que j’ai considéré que y avait pas de raison, ça faisait partie, ça faisait partie, pas de ma recherche, mais… enfin moi j’estime que la part enseignement-recherche, c’est quasiment moite-moite en fait. Donc du coup je te l’ai marqué, voilà, après t’en fais ce que tu veux hein.

J’imagine que tu reçois d’autres mails, ou que tu en envoie d’autres…
– Alors, mails perso, oui beaucoup, enfin, après ça c’est mail perso donc, enfin beaucoup non, souvent c’est ma maman… Non, là cette semaine là j’ai pas reçu des tonnes de mails, alors si je reçois, pour le labo, mais ça fait partie des listes de diffusion, je reçois des trucs, tu sais, de publications, et « PubCrowler » par exemple, en fait je reçois le sommaire de Telle Revue tous les, toutes les deux semaines je crois, en gros c’est le journal de Telle Thématique quoi, et ils peuvent t’envoyer le sommaire de publications et ils envoient aussi les publications qui ont été acceptées. Donc pas encore publiées mais acceptées. Du coup, ça permet d’être un peu au courant des derniers journaux, enfin des derniers articles. Et je reçois aussi un truc qui s’appelle « PubCrowler », c’est-à-dire que tu peux aller sur Pubmed, faire une demande, typiquement, je veux… je veux recevoir tous les articles qui ont dans leur résumé Tel Mot Clé, etc., etc. Et il t’envoie une liste, alors ça je sais plus tous les combien ils te l’envoient, mais ils t’envoient une liste des articles qui ont été soumis, qui ont été rentrés dans Pubmed avec ces trucs-là. Donc ça c’est des listes de diffusion, voilà. Sinon, j’ai envoyé pas mal de mails, par rapport au topo. Mais cette semaine là il n’y a pas eu des tonnes de trucs non plus. Et puis on reçoit effectivement, tous les mails de labo « qui a de la carboglace ? », « qui avait ça ? », ce genre de choses…

Tu les lis « ça » toi par exemple ?
– Oui parce que la carboglace, ça peut toujours servir quand il y en a de disponible, donc ça non je les lis quand j’ai besoin de carbo ou quand on en a et qu’il faut envoyer un mail. Par contre, je reçois aussi les mails Telle Liste de Diffusion, où il y a pas mal de monde qui demande des choses, si on peut dépanner de 1 microlitre de truc, et ça en général, je regarde rapidement si on peut pas dépanner, enfin j’estime que si on peut, ça coûte rien quoi. Donc ça arrive pas souvent je t’avoue, parce que souvent c’est des gens qui demandent des choses un peu particulières, donc… Donc oui, en général, je lis les mails… sinon, il y a aussi toutes les annonces de séminaires, qu’on reçoit régulièrement, de Tel Structure et du labo, puisqu’en fait j’ai les deux adresses, donc je travaille en parallèle sur les deux, soit Telle Structure, soit le labo. Voilà.

Et là pareil, tu les ouvres [les mails] ?
– Ouais ouais, je les ouvre. Oui, oui les séminaires je regarde toujours ce qu’il se passe.

Ça t’arrive d’y aller aussi ?
– Là ça fait un bon moment. Il y a un moment j’allais un peu aux séminaires du département de bio, y en avaient qui m’intéressaient. Là ça fait un bon moment qui j’y ai pas été, parce qu’il n’y avait pas des tonnes de séminaires qui m’intéressaient. Donc… là ça fait un moment que je n’ai été qu’à ceux que tu organises en fait, et à ceux du labo quand il y en a. Voilà voilà.

Ça c’était le lundi…
– Ça c’était le lundi. Le mardi. Alors le mardi, il se trouve en fait que je suis restée au labo, et que j’avais des, de l’analyse de données à faire sur mon ordinateur, donc ça n’a pas été passionnant. Donc j’ai vu F. l’après-midi, parce qu’en fait on est en train, j’avais des manips à finir, il y a pas longtemps, pour un papier, et donc on a discuté, par rapport au papier, enfin, au contrôle des manips, etc., à tout ça, donc elle était au labo aussi l’après-midi, donc du coup on a, en gros on a discuté régulièrement tout l’après-midi par rapport à ça.

Et en gros ces manips tu les a faites, et maintenant, ça en est où le papier ?
– Il est soumis.

Donc vous attendez le retour des…
– … des reviewers, ouais. Alors, en fait, donc ça a été un peu complexe ouais, donc c’est pas moi qui suis en premier auteur sur ce papier, c’est pas mon papier, et le papier se tenait sans les manips que j’avais à faire, mais, disons que ça faisait un petit plus dans le papier, le problème c’est que normalement aurait du être soumis le 15 parce qu’il y avait une demande de bourse en parallèle qui nécessitait que le papier soit soumis. Sauf que moi j’avais vraiment pas le temps de les faire pour le 15 mars, parce que j’ai eu des soucis sur cette manip, donc du coup j’ai demandé un délai, qui m’a été accordé, mais, donc, ça devait absolument être fini pour fin mars, donc je les ai bouclées, pas la semaine dernière mais la semaine d’avant. Et, j’ai donné les résultats la semaine dernière à F. en fait, qui a soumis le papier dans la foulée. Et en fait on a eu un léger souci conceptuel sur la manip, parce que, parce qu’il y a une manip où finalement, il n’y a pas de contrôle parfait. Tous les contrôles qu’on pouvait faire, il y en a aucun qui était vraiment le contrôle de la manip, donc du coup on a pas mal discuté là-dessus, bah soit pour, pour trouver une solution en fait. Pour décider que, qu’il n’y avait pas besoin de, enfin, qu’on pouvait mettre la manip sans mettre de contrôle en expliquant bien qu’on n’avait pas de contrôle parfait quoi. Donc voilà, et puis, et puis du coup on en est venu à parler plus généralement de cette manip là. Voilà.

D’anticiper un peu ce que les reviewers…
– C’est ça. En disant, que ben, il y aurait peut-être ça à faire, ça à faire, ça à faire. En fait, moi il faudrait que je refasse une fois la manip pour être sûre, et puis il faudrait que je mette en place d’autres choses qui pourraient nous être demandées par les reviewers. Voilà, et puis du coup, on a discuté aussi, parce que ce papier a été fait en collaboration avec des gens qui travaillent dans Telle Ville, et il y a une stagiaire là-bas, qui dépend un peu de nous, c’est-à-dire que, en fait c’est un labo de microscopie pure, de cryomicroscopie même, et donc ils font des choses que nous on n’est pas capables de faire et qui sont un plus pour nous. Et donc, il y a une fille là-bas qui est en stage avec F., plus ou moins, mais là-bas. Et donc, du coup, il faut qu’on gère aussi un peu de, qu’est-ce qu’on lui donne à faire, qui n’empiète pas sur ce que nous on fait, mais qui pourrait être intéressant, et donc on a pas mal discuté de ça, parce que c’est pas si évident que ça à gérer en fait. Et qu’elle devait avoir au téléphone le collaborateur le lendemain matin, et en fait c’est moi qui envoie les échantillons, et donc du coup, il fallait que moi, je puisse prévoir pour cette semaine, ce qu’il fallait que je fasse pour le renvoyer, et pour savoir aussi, enfin pour pas qu’elle, en fait elle sait pas exactement ce que moi j’ai envie de faire, donc du coup, pour être sûr qu’elle donne pas à faire à cette stagiaire, quelque chose que moi j’avais prévu de faire dans les semaines qui viennent quoi.

C’est une master…
-Alors c’est une master, et c’était pour elle la demande de bourse en fait, donc, peut-être qu’elle restera en thèse, peut-être…

Et là pour la collaboration justement, c’est une collaboration qui est faite pour le papier ?
– Non, c’est une collaboration qui existe depuis un peu plus d’un an, et qui est en fait sur un contrat ANR (Agence Nationale de Recherche), donc c’est avec une demande de sous. Et le papier est là pour valider la collaboration en fait. Donc c’est un peu bizarre comme collaboration parce que, en fait, moi je fournis la matière première et eux font les manips intéressantes, donc… c’est super intéressant pour moi, enfin si c’est intéressant parce que, parce que j’ai mon nom en deuxième auteur sur le papier forcément, sans ce que je leur donne, ils n’auraient rien fait, mais en même temps, moi je me tape le boulot de technicien quoi.

ça prend un peu de temps ?
– Ben, pour faire l’échantillon, j’ai besoin d’une semaine. Pas en continu, mais une semaine.

Et c’est quelque chose qui s’est fait comme ça, que ce soit toi..
– Ben c’est nous qui avons la thématique, et le matériel, donc il n’y avait pas vraiment de solution.

Ta chef elle manipe pas du tout ?
– Si, mais elle fait ses manips et en l’occurrence la manip pour faire l’échantillon, ça elle maitrise pas donc…Et le problème, c’est que pour cet échantillon j’ai besoin d’une semaine de manips pour en produire 600 µl. Et avec 600 µl, tu fais une manip, mais… donc ça veut dire que moi je fais, j’envoie tout en fait. Donc moi, il faut que je refasse une semaine de manip derrière pour me refaire mon échantillon en fait. Mais bon, en même temps, c’est toujours intéressant de finir par avoir un papier, où finalement mon boulot s’est limité à produire quelque chose. Donc ça demande du boulot, mais c’est finalement tout bénef’ pour moi, je pense.

Tu veux dire qu’au final tu passes moins de temps que si tu avais du…
– Que pour un papier… ouais. Donc ça c’était la discussion oui, parce que voilà. Donc là j’ai eu un échange de mails avec des étudiants de BTS, qui sont venu en première année, donc au mois de juin de l’année dernière, et qui sont revenu en janvier ou février cette année, pour leur stage de deuxième année, qui vont soutenir, enfin qui vont passer leur BTS là, à la fin de l’année, et donc ils devraient venir faire leur soutenance orale devant le labo pour venir s’exercer avant leur soutenance. Et donc, normalement, ils devaient passer pendant le topo d’équipe, fin mai. Donc du coup, j’ai eu un échange par mail, pour savoir quelles dates pourraient leur aller, quand est-ce qu’ils finissaient les cours, et dans quels créneaux il pouvaient venir au labo un matin pour faire le topo. Donc, parce qu’en fait, il y avait un étudiant de BTS qui était avec ma chef, et un étudiant de BTS qui était avec K. Donc du coup j’ai discuté avec K. pour savoir quand est-ce qu’il pouvait, lui, et puis j’ai envoyé un mail. J’ai eu un échange de mails. Oui je t’ai marqué que j’avais eu un échange de mails. K. lui c’est le même labo, donc c’est oral. Donc ça c’était avant qu’il y ait tout le truc, oui parce que, je t’explique après, donc ça je m’en suis occupé mardi, mercredi c’était pareil, c’était vraiment, c’était vraiment de l’analyse de données, donc ça pour le coup j’ai pas mal discuté avec H. qui avait des problèmes avec l’analyse de ses données, donc qui avait un problème de, qui savait pas comment mesurer l’aire sous la courbe, etc., donc du coup on a résolu le problème ensemble. Et là j’ai eu aussi, j’ai téléphoné, enfin j’ai eu un téléphone de O., par rapport à des TP, des TD pardon, qu’on fait ensemble à la fac, en fait il y a 7 TD, avec les mêmes groupes, et moi j’en fais trois, elle en fait quatre. Et donc, elle avait un problème pour une des dates et donc on s’est arrangées en échangeant des TD en mai. Voilà.

Donc, tout ce qu’il n’y as pas de marqué, ça va être des interactions un peu moins…
– Voilà, c’est ça. C’est toute la journée tout le temps, alors avec Z. et K., qui était à Tel Instrument, que je suis descendu voir si ça se passait bien, et puis après, ben t’as évidemment tous les bonjours, bonjours avec tous les gens du labo quoi : la gestionnaire, la secrétaire qui est à l’étage, les gens qui sont dans le labo en face de chez nous, ça oui, je l’ai pas considéré comme une interaction, je peux faire une sacrée liste. Non, tous les bonjours…

[inaudible]
– Oui parce que dès que tu passes dans le couloir tu croises du monde, après il y a aussi les personnes qui passent déposer le courrier, parce qu’en fait le courrier est pris en bas, donc c’est JP ou R., qui travaillent dans le labo, qui viennent le déposer, donc c’est bonjour bonjour, enfin, c’est voilà, après ça compte pas comme une vraie interaction de travail, c’est plus comme ça.

[inaudible]
– R. et JP, pas vraiment, non. R. non. JP, jamais, à propos des manips, c’est ses manips, c’est son truc. On ne discute pas plus que ça en fait, non. Non finalement, j’ai beaucoup de petites interactions bonjour bonjour, mais, à part les personnes qui sont vraiment proches, il n’y a pas vraiment de discussion. Parce que je vais pas au café typiquement, parce que je préfère avoir une journée un peu blindée, et finir pas trop tard le soir, plutôt que prendre deux heures de café, une heure le matin, une heure le soir, et avoir une journée qui s’étend, qui s’étend, qui s’étend. Donc c’est vrai, que moi je vais pas vraiment au café et que donc, peut-être que je vois un peu moins les gens qui y vont régulièrement.

Parce qu’il y a un peu des pauses café instituées ?
– Pas instituées, non, mais je sais que ma chef elle prend régulièrement une pause café avec d’autres chercheurs, le matin vers 10h, ou l’après-midi, vers trois-quatre heures, il vont à la cafèt et ils discutent. Moi souvent j’ai une manip en cours, etc., donc je préfère la tisane devant l’ordinateur pour ne pas perdre de temps. Enfin, sur le principe c’est pas une perte de temps, puisque tu discutes en général de choses intéressantes, mais… je suis pas très fan de la pause café en fait. Donc voilà le mercredi. Alors le jeudi, je suis retourné donc à Tel Centre, donc du coup tu as de nouveau C. et H.. De nouveau F., parce qu’en fait le mercredi après-midi elle a fait une manip sur mes échantillons, donc du coup, le jeudi elle m’en a parlé, on a discuté des résultats, elle m’a montré les photos, on a rediscuté de la collaboration puisqu’elle avait téléphoné au collaborateur le mercredi matin, donc du coup je lui ai demandé ce qu’ils avaient décidé, et comment ça allait, enfin voilà. Et puis aussi, donc voilà, c’est donc là que j’ai appris que ça avait plus ou moins explosé dans le labo par rapport aux permanents, et qu’il y avait un gros gros bin’s. Dans l’histoire, il y a eu une erreur de fait, donc un mail qui a été renvoyé à toute une mailing liste, mais qui n’était pas destiné à la mailing liste mais à une personne. Et que d’autres personnes ont très mal pris en fait. Et du coup là, il y a un permanent qui va probablement s’en aller. Oui ça a des conséquences… Donc du coup K. m’a dit qu’il ne voulait plus que son étudiant de BTS travaille, enfin travaille, présente son travail fin mai. Donc il a fallu que je rediscute de savoir ce que l’on faisait par rapport à l’autre étudiant, parce qu’il me semble que c’est pas normal de priver l’un et de laisser l’autre voilà. Donc on a essayer de trouver une solution par rapport à l’autre étudiant BTS, donc venir, enfin, venir pour qu’il fasse un topo, mais en dehors des topo d’équipe. Donc en théorie ça devrait se faire comme ça. Et sinon, j’ai eu aussi, des contacts avec D., parce que je fais des TP à Telle Université avec lui le vendredi en ce moment, et donc, je voulais savoir parce que, il fallait que je prenne en charge un morceau du TP, donc quel morceau il voulait que je regarde, etc, etc., et comment on s’arrangeait pour les transports accessoirement. Donc ça c’était pour le jeudi. Et le vendredi.

Tu as quand même manipé là, entre-temps tu étais à la paillasse ?
– Oh oui oui. Oui, j’étais à la paillasse. Je ne sais plus ce que j’ai fait, il faudrait que je reprenne mon cahier de manips. De toute façon, il y a toujours au moins les cellules le lundi et le vendredi, non, je m’en suis occupé mardi cette semaine, donc mardi et vendredi, donc début de semaine, il y a au moins les cellules, et donc là il y a eu toutes les manips à Tel Centre, donc c’est de la manipulation hyper, hyper précise. Et entre-temps j’ai fait d’autres choses, des petites manips à la paillasse. J’ai préparé pour cette semaine aussi. Voilà. Mais comme j’avais une semaine hyper fragmentée, avec toutes les journées, enfin demi-journées, etc., ça a été super dur de faire toutes les manips au labo, parce que j’ai besoin de pas mal de temps pour mes manips au labo, donc du coup, j’ai eu un peu de mal à m’organiser aussi. Cette semaine, ça va mieux.

Tu fais moins d’allers-retours cette semaine ?
– J’en fais juste un mercredi. Enfin non, parce qu’en fait j’en ai un mercredi, j’en ai un jeudi, parce que je fais un TD jeudi matin, à Tel Centre, et j’en fait un vendredi après-midi, parce que je suis en TP. Mais par contre, j’ai quand même réussi à m’organiser, parce que mon lundi et mon mardi sont ici, donc du coup, là je vais faire la production justement pour envoyer au fameux collaborateur, du coup j’ai commencé hier, j’ai une bonne partie de l’après-midi cet aprèm, et j’ai tout l’après-midi jeudi, et toute la matinée vendredi qui sont pris par ça en fait.

Ça revient régulièrement ça, ta préparation de tes 600 µL ?
– Ben en théorie c’est à peu près toutes les semaines en fait.

Si tu fais ça t’as pas le temps de faire autre chose ?
– Ben si, il faut que j’arrive à m’arranger pour faire autre chose. Si, si, parce que, donc la semaine prochaine c’est un peu particulier parce qu’ils veulent nettoyer un truc dans la salle de culture, donc il faudrait que l’on évite de trop maniper, donc je vais en profiter pour jeter mes cellules et re-décongeler. Donc j’aurai pas de production la semaine prochaine, mais pour des raisons, j’aurai pas les cellules donc… mais la semaine prochaine par contre, je re-reproduis et après je reproduirai quasiment toutes les semaines, sauf celles où je peux pas parce que j’ai un stage CIES. Donc, ça revient à peu près toutes les semaines, parce qu’en fait avec une production, je fais une manip, donc. Voilà. Mais, en fait, moi j’ai des manips, comme toutes les manips de cellules souvent, ça t’engage sur longtemps, par contre par jour t’as pas tant de temps que ça de manips. Il y a beaucoup de temps d’incubation, de temps de… Donc finalement j’ai des journées qui sont pas si, mes manips durent peu. Voilà.

Et donc, quand ça incube, qu’est-ce que tu fais par exemple ?
– Alors, bah je règle tous les petits problèmes, j’analyse les données qui restent à analyser, je règle tous les petits problèmes de topo par exemple, qui m’ont pris beaucoup de temps ces derniers temps, je fais de la biblio, quand il faut que j’en fasse…

Ça veut dire quoi ?
– …typiquement, ben là je vais avoir une revue à écrire avec ma chef pour le premier juillet donc ça va faire de la biblio, il y a pas très longtemps j’ai retrié toute ma biblio parce que ça commençait à m’inquiéter un peu l’accumulation d’articles intéressants mais voilà, du coup j’ai passé pas mal de temps à faire, en fait j’ai tout re-rangé par dossiers, en renommant tous les fichiers de la même façon, pour me faire une nomenclature, et en faisant à côté un fichier word avec toutes les publis que j’ai et trois mots sur de quoi ça parle. Et j’ai re-rangé dans le fichier word, comme j’ai rangé dans les dossiers, pour pouvoir retrouver les publis facilement. Donc ça m’a pris pas mal de temps…

Qu’est-ce que je fais d’autre… le cahier de manip. Le cahier de manips qui est quand même pas mal, enfin il faut s’en occuper régulièrement parce que sinon tu te fais vite dépasser, parce qu’à côté des manips très longues, j’ai aussi des manips, où, par exemple du fluo, où en une demi-journée de manips, tu as une tonne de données, donc si tu les tries par rapidement, si tu les analyses pas rapidement, tu te noies complètement sous la masse. En plus, ça se fait en plaque, donc si t’as mal noté, c’est fini quoi, donc du coup, en général, j’essaye de les analyser très rapidement, donc dans tous les temps, tous les temps d’incubation, ce genre de chose, j’analyse les manips.

Donc… analyse, biblio.. j’envoie les mails quand j’ai des mails à envoyer, je règle des problèmes, typiquement là j’ai, on a reçu un mail hier pour une formation à Tel Lieu, pour un logiciel biblio Zotero, qui est un logiciel libre, qui est le logiciel qu’on utilise, et du coup, je me suis occupée de nous inscrire, parce que ça intéressait H. aussi, donc j’ai passé un moment au téléphone parce que la madame pour les inscriptions elle était pas très très réactive. Donc, voilà, c’est le genre de choses dont je m’occupe…

Les commandes aussi, ça prend pas mal de temps, ah oui, c’est vrai les commandes, ouh les commandes. En fait c’est nous qui faisons nos commandes de produits, n’importe qui, chacun le fait, bah disons que quand on a une commande à faire on demande à la cantonade si ça intéresse des gens de se mettre sur la commande, mais c’est nous qui gérons nos commandes. Donc le problème des commandes, c’est que donc ça prend du temps parce que il faut vérifier, donc retrouver toutes les références du produit qui t’intéresse, vérifier les références, vérifier que le prix est bon, en plus on a des réductions sur Tel Institut donc une fois que t’as trouvé le prix sur le site ou que tu as appelé les gens si tu trouves pas le prix sur le site, il faut aller regarder dans les fichiers de réduction si on a une réduction sur ce produit. Comme des fois les références sont pas forcément très bien notées dans les fichiers ou pas forcément de la même façon, on perd un temps fou à regarder dans les fichiers. Une fois que tu as ta fiche de produit, il y a un super truc sur un ordinateur commun qui s’appelle Xlab, donc il faut que tu fasses tout sur un truc sur Xlab et que tu rentres tous tes produits avec les réductions, la TVA, les machins, les trucs, les frais, enfin bon, que tu retrouves les coordonnées dans la base de données, de ton fournisseur, que tu ensuite fasses valider par ta gestionnaire ta commande et ensuite tu vas la faxer. Donc en fait, ça m’arrive des fois de passer deux heures sur une commande. Voilà. Et c’est une perte de temps monstrueuse. Mais on est obligé de faire ça, donc voilà, donc de temps en temps je fais des grosses commandes. Ça m’arrive plus régulièrement, là en ce moment j’en ai quand même deux ou trois en attente qu’il faut que je fasse quoi. Parce qu’on est obligé de faire des bons de commande.

Et là je me suis inscrite à un congrès, ou je fais ça aussi des fois, on nous demande de nous inscrire à des congrès, ma chef me demande des fois, donc du coup on s’inscrit au congrès, on est obligé de faire un bon de commande, pour s’inscrire, pour être payés en fait, donc tu refais Xlab, sauf que le fournisseur, qui là est en fait l’organisateur de la , du congrès, n’est pas forcément dans Xlab, donc dans ces cas-là il faut que tu ailles chercher la gestionnaire pour créer le fournisseur dans Xlab. Donc voilà, on y passe un temps fou. Et quand tout va bien on reçoit la commande dans les temps, dans les deux jours, donc là il faut cocher pour vérifier que tout est bien là dans la commande, photocopier le bon de livraison, le donner à la gestionnaire, et voilà. Quand ça ne va pas, ce qui était le cas la semaine d’avant où ça faisait trois semaines que je n’avais pas reçue ma commande, il faut appeler les personnes qui te disent, « oh mais tiens, mais vous avez commandé ça, mais vous n’avez pas reçu le papier qu’il faut nous renvoyer avant qu’on vous envoie la commande ? », « quel papier ? », donc là tu perds un temps fou au téléphone, et donc ils t’envoient un papier où il faut leur dire que tu t’engages à n’utiliser ces produits que dans le cadre du laboratoire et que tu ne vas pas faire manger Tel Produit à ton chien. Donc, donc ils t’envoient un mail, pour te dire qu’il faut que tu remplisses le papier, que tu faxes le papier, et ensuite ils t’envoient la commande et ensuite il faut que tu traites la commande. Oui ça prend pas mal de temps en fait. Quand on y pense…

Et justement les congrès, tu parlais de congrès, tu en fais souvent ?
– Alors, j’en fais en général au mois deux ou trois par an. Pas forcément où je parle. L’année dernière j’ai parlé à un congrès, qui n’était pas vraiment un congrès, qui était plus un groupe de travail, un truc, et j’étais à un congrès de microscopie à Telle Ville pendant une semaine, et ça j’ai pas recherché, mais j’en ai fait, j’en ai fait au moins trois l’année, dernière. Il y avait une journée aussi, une journée de Tel Institut où on a été, il y avait le cluster où j’ai fait un poster, ouais mais plus 4 ou 5 en fait. Et donc l’année, l’année dernière j’ai fait un poster et une présentation orale, et cette année pour le moment, donc depuis janvier, j’ai pas été à des congrès encore. Donc j’ai une semaine fin juin, qui est de la microscopie électronique, on aura un congrès en octobre, ça c’est sûr, c’est le congrès sur Tel Thématique où on va pas couper à un topo oral, donc là qui sera quand même assez, devant toute la communauté donc, voilà. Et bon en théorie, il y en a un vers mi-mai, enfin non début mai, mais je suis pas sûre que je vais y aller à celui-là. Donc au moins, deux, voire trois cette année, tu vois.

Quand tu parles, que tu fais un topo, c’est sur ton sujet ou c’est plus largement…
– Non, sur le sujet en général, sur les manips. En général ce qu’on attend des thésards ou en tout cas de moi, autre que les topos de labo évidemment, c’est les manips. Et puis après oui l’année dernière oui il y a aussi les topos d’équipe, l’année dernière j’en ai fait deux. Deux parce qu’il y en avait un devant ma chef, et un devant ma codirectrice de thèse.

T’as une codirectrice de thèse ?
– J’ai une codirectrice de thèse alors que je vois à peu près trois, enfin une fois tous les deux-trois mois en fait, quand j’ai des choses à lui montrer, donc elle, elle est plus spécialiste microscopie, et biologie cellulaire. Donc c’est moins la thématique directe, c’est plus tout ce qui est manip en fait. En fait, quand j’ai un souci sur l’orientation d’une manip, etc., c’est plus elle que je vais voir, ou sur un problème technique de microscopie. Et donc elle, je fais un topo dans son équipe par an, et je prend rendez-vous oui, une fois tous les deux trois mois, suivant comment j’ai des résultats.

Elle est où ?
– Elle est dans Tel Institut, elle est deux étages plus bas, je la croise régulièrement juste comme ça, hein, donc…donc… donc voilà. Voilà, voilà.

Et quelle relation tu entretiens justement avec ta directrice de thèse, F. ?
– C’est un peu bizarre. Euh, alors. Je dirais ce qui est bien, c’est que, qu’elle me considère, enfin pas comme son égale, mais elle est pas du tout, elle a pas un sens de la hiérarchie très, enfin quand on discute c’est d’égale à égale si tu veux, c’est vraiment une discussion, je suis compétente dans mon sujet, elle est compétente sur d’autres choses, du coup on échange très librement. Euh, bon après bon, je fais ce que je veux avec ce qu’elle m’a dit. Alors après, si tu veux, tu m’aurais posé la question…, j’aurais pas répondu la même chose en fait, mais depuis, il s’est passé pas mal de choses, du coup maintenant, je me méfie, donc, on discute très librement, mais je prends beaucoup de recul par rapport à tout ce qu’elle me dit. Parce qu’en fait, il y a plusieurs niveaux de discussion. On discute beaucoup au niveau des manips, mais je sais que typiquement quand je sais que je veux que les choses restent un peu en l’état et qu’elle en parle pas trop etc., c’est à moi de pas lui en parler, donc c’est à moi de faire un peu de la rétention de données, jusqu’à ce que j’ai vraiment envie de lui en parler et que j’ai un gros truc à lui montrer. Y a des choses, y a des fois j’ai pas envie de lui montrer au jour le jour parce que, parce qu’elle monte tout de suite, la dernière fois qu’elle m’a fait un truc comme ça j’ai halluciné quoi, elle est capable quand même de… J’étais sur cette fameuse manip pour la papier, et elle me demande, elle revient de vacances et elle me demande comment ça s’est passé, je lui dis « ben écoute j’ai pas fini d’analyser les données, je préfère pas me prononcer, pour le moment je ne peux rien en dire, je finis de tout analyser, je mets tout au propre, je superpose les courbes et on voit ce que ça donne ». L’après-midi, donc j’avais rien dit de plus hein, l’après-midi elle a le collaborateur au téléphone, avec qui on devait publier, et elle lui dit, « bon bah Eléonore a fini les manips, ça a très bien marché, on va pouvoir les mettre dans le papier ». Donc tu vois en fait, si je veux être sûre que ce qui est dit est juste, il vaut mieux pas que je dise, enfin, comment dire, il vaut mieux que je lui mettes tout sous la main, au moment où c’est fini, bouclé en fait. Et c’est pas la première fois qu’elle fait ce genre de choses. Du coup, c’est pour ça que maintenant il y a une méfiance un peu, méfiance c’est fort si tu veux, mais je prends vraiment du recul par rapport à tout ça. Ça c’est pour les manips, et après, il y a aussi, donc toutes les discussions par rapport au labo lui-même, enfin à l’ambiance, etc, etc, et ça, c’est pareil je prends énormément de recul parce qu’elle s’enflamme très vite et donc des fois elle dit des choses sur le coup de la colère, enfin, elle réfléchit pas avant de parler en fait. Donc euh, on discute énormément, on a des relations très amicales, c’est pas toujours facile à gérer parce qu’elle peut faire des sales coups sans le vouloir, elle se rend même pas compte qu’en fait toi tu le vis pas bien, parce qu’elle est fonceuse. En gros, elle a un objectif, et quand elle va en direction de son objectif, faut pas se mettre en travers du chemin. Et elle est incapable de se mettre à la place des gens. Donc elle d’énormes qualités, parce qu’en gros, quand tu veux quelque chose ou que tu as besoin de quelque chose, et ben tu l’obtiens très vite, que, elle est disponible en général, par contre pour ce qui est des défauts à côté, et ben elle a du mal à écouter et, et des fois elle…je sais pas… ouais elle, elle est capable de te faire mal, sans s’en rendre compte en fait, mais ça va avec le caractère de fonceur en fait, enfin moi je pense en tout cas. Donc, mais sinon, enfin, je veux dire personne n’est parfait donc on s’en accommode hein.

Et du coup quand vous prévoyez les manips, quand toi tu prévois les manips comment ça se passe, enfin tu, tu t’organises toi, ou bien tu fais les choses en amont ?
– Ah non, en général, c’est moi qui fais la manip, je lui dis « voilà ce que j’ai envie de faire », et si elle est pas d’accord, mais ça arrive jamais, elle me dit qu’elle est pas d’accord. Et après je m’organise comme je veux, c’est moi qui prend totalement en charge mes manips, là la dernière manip, c’est même l’exemple parfait, voilà comment on la mise en place, j’ai fait un stage de microscopie électronique pour apprendre à maniper le microscope fin janvier. En fait pendant ce stage, moi j’avais déjà en tête que je voulais faire une manip qui est un peu particulière, parce qu’en fait j’ai fait de la microscopie électronique sur des cellules et des virus et le problème c’est que il faudrait faire un immunomarquage pour être sûr de ce qu’on voit, sauf que c’est une manip un peu spéciale parce que tu dois être dans une résine particulière etc, et en fait, c’est pendant ce stage que j’ai discuté avec C. et qu’on a décidé, enfin qu’elle m’a proposé cette manip, en me disant ça serait peut-être l’occasion, parce qu’il y a des inconvénients à cette manip, mais il y a quand même pas mal d’avantages. Du coup après je suis allé voir ma codirectrice de thèse qui est plus spécialiste, et je lui ai dit « voilà, voilà ce que m’a proposé C., qu’est-que tu en penses ? », elle m’a dit «ben moi ça m’intéresse, si c’est toi qui le fais ». Donc du coup, donc du coup après j’en ai discuté avec ma directrice de thèse, qui m’a dit que elle ça l’intéressait puisqu’elle était dans toutes les thématiques cryo, donc en gros elles m’avaient donné le feu vert toutes les deux, du coup après c’est moi qui ait recontacté C. en lui disant « voilà ça m’intéresse, est-ce qu’on peut rediscuter de tout ce qu’on va faire? ». On s’est vu, je suis allé à Tel Centre une fois juste pour discuter avec elle en fait, pour voir un peu. Après j’ai fait des tests dans mon coin. On a décidé quelle semaine on allait faire ça, et voilà. Donc en gros, je gère complètement mon planning.

Et ton sujet aussi ?
– Oui. Oui.

Tu proposes et…
– Oui. Oui parce qu’en fait ce qui se passe, c’est qu’en fait ma directrice de thèse et ma codirectrice de thèse sont toutes les deux très compétentes, mais dans la moitié du sujet, parce que bon c’est Tel Sujet, c’est les cellules, ma codirectrice, elle travaille en biologie cellulaire, ma directrice en biologie, mais du coup moi je suis un peu à l’interface. Et en fait moi j’aime bien cette position parce que je suis très autonome et je vais voir l’une ou l’autre quand je vais avoir besoin d’une compétence dans l’un ou l’autre des domaines, mais après finalement, c’est moi qui ai choisi ce que j’avais envie de faire dans le sujet quoi.

Et d’ailleurs, comment t’es venue à ce sujet là ?
– Alors en fait c’est en Master, elle avait mis une affiche, pour un sujet qui était plus microscopie, mais pas sur les cellules, moi je suis arrivé dans le labo, donc en master 2. Elle m’a proposé ça, donc au départ, elle m’avait pas du tout proposé ce sujet là. Et d’ailleurs j’ai pas du tout fait ça pendant mon master 2. Il se trouve que, donc… en fait je suis arrivée, et il y avait les demandes de bourses, tu sais à l’époque c’était encore les bourses conjointes monitorat et bourse de thèse, et donc les dossiers étaient à déposer pour mi-mars, et donc c’est moi qui ai eu à rédiger mon projet de thèse, qu’elle a corrigé bien sûr, mais pour mi-mars, et comme je suis arrivé début février, j’ai fait pas mal de biblio, et je me suis rendu compte qu’il y avait vraiment rien du tout sur ça, et en fait, moi ça me tentait vraiment bien, parce que c’était de la microscopie, c’était des cellules, c’est à un niveau plus intégré que de la bioch ou de la biomol, et j’en avais complètement marre de la biomol après tous les autres stages. Donc, c’est comme ça que je suis arrivé à ça. Donc au départ, ça devait être plutôt optique, avec un peu d’électronique, et il s’est trouvé qu’on avait cette collaboration et qu’ils ont eu envie de faire des manips. Donc au départ la collaboration à Telle Ville, c’était eux pour faire du froid. Moi j’avais pas prévu de la faire aussi rapidement cette manip, parce que normalement je devais faire le stage de microscopie électronique en janvier de la première année, sauf qu’il y a eu des considérations politiques et financières qui ont fait que je l’ai pas fait, donc du coup moi j’avais dit que puisque c’était comme ça, et ben je la ferai qu’en deuxième année. Sauf qu’en fait, donc j’ai envoyé les échantillons au collaborateur, qui a fait la manip. Il se trouve que les résultats étaient moches, mais que c’était joli à la fois, enfin. Disons que ce que ça montrait c’était joli, par contre c’était impubliable en l’état parce qu’il y avait un problème dans la manip. Sauf que ça nous a donné envie d’aller un peu plus vite que ce que j’avais prévu dans mon planning. Donc du coup, moi j’ai fait, en même temps que j’envoyais des échantillons, j’ai fait la manip ici avec une AI (Assistante Ingénieure) de Tel Institut, qui travaille avec ma codirectrice de thèse et qui m’a aidée sur les aspects techniques que je maitrisais pas en fait. Et il se trouve qu’on a eu de supers jolis résultats, pendant que le collaborateur galérait parce qu’il n’arrivait plus rien à faire, alors que moi j’avais fait la même chose et que ça marchait très bien. Et qu’à la base lui ne devait pas faire ça en plus. Et c’était mon projet de thèse. Donc, bon il y a toute une, tout un truc, enfin plein d’histoires, mais comme il y a eu de jolis résultats de mon côté, et ben forcément ça a donné envie à ma directrice de thèse de continuer et de remettre l’accent là-dessus pour nous. Et donc, j’ai pu réorienter le sujet un peu comme j’en avais envie moi, sur ces manips là, et sur aller plus loin sur ces manips là. Voilà, c’est comme ça que j’en suis venue en fait.

(…)

Maintenant que tu as déjà fait 2 ans de thèse plus un an, tu en es où de, justement…
– De, de quoi ?

… de savoir ce que tu fais après ?
– Alors là tu poses la question qu’il faut pas poser ! Alors… il est clair pour moi, très clair maintenant dans ma tête, que je ne ferai pas de la recherche. Donc, pas moyen.

Pour quelles raisons ?
– Alors tout un tas de raisons… Alors, déjà parce que je… refuse, enfin j’ai pas envie, j’ai pas été formée à être une gestionnaire en fait, et j’ai pas envie de passer 75% de mon temps à faire de la gestion. J’ai pas envie d’avoir à écrire des projets et terminer mes projets à minuit parce que la deadline est à minuit une, enfin. De faire tout le côté financier de la chose, enfin, moi je veux pas calculer combien coûte, enfin, j’ai pas envie de gérer ce genre de choses… Voilà, le côté politique, j’ai un peu du mal aussi tu vois, le côté un peu copinage, « machin il est dans la commission truc, alors si veux te faire bien voir, machin, machin, machin… », mouais, le lèche-botte, pas trop quoi… Donc il y a ça. Donc ça, c’est une des raisons. En fait, c’est pas tellement que je pourrais pas le faire, parce que je sais que je pourrais le faire, c’est plus la proportion que ça prend par rapport au travail du scientifique qui me… qui me donne pas envie. Ça serait 25% du travail, bon. Sauf que maintenant pour espérer d’avoir un projet d’accepter, il faut que tu en écrives 10. Donc du coup, ça devient un truc monstrueux, enfin, c’est vraiment monstrueux le temps que tu passes à, à écrire les projets, etc., etc.

Bon après, alors, mais ça, c’est moi aussi, j’ai un côté un peu trop perfectionniste en fait, et du coup il y a des choses que j’ai vraiment du mal à accepter. J’ai vraiment du mal à accepter quand il y a des collaborations où, où c’est pas transparent… où enfin, où t’as pas un échange, enfin je veux dire là, j’ai un peu du mal avec les collaborations, parce que j’envoie des échantillons, sauf que ça fait six mois que j’ai envoyés plein de trucs, et qu’on a pas de retours. Donc, moi je trouve ça super frustrant.

Bon ça c’est un point. Il y a un autre point que j’ai un peu du mal à accepter aussi, c’est la qualité de ce que tu mets dans tes papiers. Plus ça va, et plus je me demande quelle est la proportion de, dans, si tu prends toutes les manips, tous les papiers confondus, quelle est la proportion de données qui sont vraiment en béton, tu vois. Enfin en béton, disons, où la personne est convaincue que c’est vraiment ça qu’elle a démontré et que, elle a fait les contrôles qui allaient avec, etc., etc. Alors franchement, plus ça va, et plus je pose la question. Parce que typiquement, la manip que j’ai faite, j’ai un peu honte de l’avouer, mais moi je suis pas convaincue. Enfin, il y a des résultats, moi, je suis pas convaincue. Parce que à côté on a fait une manip, qui montre, pour regarder justement, on a été regardé ce qu’il y avait dans l’échantillon en microscopie électronique, bah c’est pas beau. Donc, oui il y a un résultat, non je suis pas convaincue. Et moi personnellement, je ne l’aurais pas publié.

Pour que tu sois convaincue, il t’aurait fallu quoi par exemple ?
-Du temps. Sauf que là j’avais pas le temps, donc il m’aurait fallu du temps. Parce qu’en fait, en parallèle j’avais un problème sur ma production, donc j’ai fait les manips, sachant très bien qu’il y avait un problème sur ma production. Et… je les ai fais parce que j’avais pas le choix.

C’est-à-dire…
– C’est-à-dire qu’on m’a dit, il faut ces résultats, et voilà. Et ça j’ai beaucoup, beaucoup de mal à l’accepter. Donc là, je me suis empressée de faire un black out là-dessus. Et je vais refaire moi la manip, de mon côté pour avoir l’esprit tranquille, sur une prep’ [préparation], où je suis sûre que c’est joli.

Tu le fais un peu pour toi presque ?
– Ouais. Pour moi et ma conscience quoi. Et ça, j’ai du mal. Après, bon après je veux dire quand toi t’es responsable de tes propres manips, rien ne t’empêche de ne publier que ce dont tu es convaincue, on est d’accord. Sauf, que j’ai peur que, de plus en plus il y ait des pressions, une pression des résultats, enfin bon, on le sent déjà, et franchement, j’ai pas envie d’être sous pression toute ma vie quoi. J’ai vraiment pas envie.

C’est des échéances qu’on te demande…
– Ouais, c’est ça. Je suis d’accord que c’est l’argent du contribuable, t’as des comptes à rendre, tu peux pas te contenter de te faire plaisir dans ton coin, et voilà. Très bien. Mais après, publier à tout prix parce que, si j’ai bien compris, bientôt, si t’as pas d’article dans Nature, Science ou Cell, tu peux faire adieu sur les crédits… ça devient un peu de la folie quoi. Tout le monde peut, il y a des gens qui publient très bien, qui font du très bon travail, et qui sont de très bons chercheurs reconnus dans leur communauté, mais qui n’ont jamais publié dans Nature ou Science, hein. Enfin, faut pas abuser. Parce qu’ils travaillent sur un truc qui n’est pas excitant pour les gens qui sont, le comité de reviewing de Nature ou Science.

Donc en fait les conditions pour toi elles sont pas réunies pour…
– Non. Non. Enfin, pour moi, il y a trop de… enfin… il y a un malaise. Quelque part il y a un malaise quoi. Mais bon, c’est mon côté trop perfectionniste je pense. Il faut que ce soit parfait et… non. Donc, donc voilà. Donc ça c’est les principales raisons qui font que voilà, et puis aussi parce que je me fais plaisir dans l’enseignement, et que donc chercheur, tu peux avoir un peu d’enseignement si tu fais des vacations, maître de conf’, il est hors de question, pour moi c’est un métier horrible maitre de conf’. Oh ouais, enfin en tout cas en l’état des choses. Bah disons que théoriquement, sur le principe, c’est le métier parfait. En pratique c’est horrible, enfin soit tu fais bien de la recherche, soit tu fais bien de l’enseignement, mais tu as aucun moyen de faire bien les deux à moins de ne pas avoir de vie. Donc, pas moyen.

Donc tu préfères faire l’un ou l’autre bien…
– Ouais.

Et du coup l’enseignement…
– mmm…

Et donc là, tu as pris ta décision, enfin je veux dire, ou tu te poses encore des questions malgré tout ?
– Bah disons, je pense que je me poserai des questions jusqu’au moment où je devrais signer quelque chose. Tu peux pas, enfin, je pense que tu peux pas faire une croix sur un pan de ta vie, enfin sur un pan, disons que là enfin, si je fais un choix comme ça, c’est pas définitif, parce qu’il y a toujours des passerelles, je m’engage quand même pour un certain temps, et je pense que je me poserai des questions jusqu’au dernier moment. Donc là, en gros ma décision actuellement, c’est d’essayer de faire le plus de choses possible, enfin de postuler sur un éventail le plus large possible de choses pour voir, enfin en gros pour pouvoir saisir une opportunité quoi. Donc si ça se trouve, je me déciderai, enfin la veille du jour où il faut que… que je prennes une décision quoi.

Et cette opportunité, elle pourrait être encore dans la recherche alors, ou ?
– Pas dans la recherche publique je pense. Pas forcément dans la recherche privée non plus, je sais pas, mais tu sais j’en suis à me dire que ça coûte rien de remettre son CV à jour et de l’envoyer à des gens, enfin, j’ai des copines de prépa, qui sont plutôt dans l’industrie, ce genre de choses, qui ont des contacts par des chasseurs de têtes, des choses comme ça, et je me dis que franchement, je perdrais rien du tout à refaire mon CV et à voir ce qu’ils en tirent hein.

Parce que tu penses que les conditions correspondraient plus à… ?
– Non. Non, mais… en même temps, je connais pas du tout le privé donc…tant que tu n’essayes pas… Non pas forcément. Mais tu vois, je me demandais, je ne sais pas à quel point ce serait intéressant, quitte à refaire des formations, d’utiliser les compétences que l’ont a déjà acquis dans tout ce qui est relations humaines, management, ou ce genre de choses, enfin, pourquoi pas. Je pense pas en tant que, de toute façon, il y a de moins en moins de postes dans la recherche privée de toute manière, c’est trop cher pour… donc, donc ça j’y pense pas, et de toute façon, j’ai pas très envie de faire du contrôle qualité, mais après… je me dis que, tant qu’on essaye pas.

Et là en fait toutes les expériences de labo que tu as eu, depuis le M1 et même la licence finalement, c’est, ça va tout dans le même sens ? Tes ressentis que tu m’as dit…
– Le L3 non, parce que c’était un labo tout neuf, tout, et puis bon, le L3 c’était aussi des manips, je me faisais plaisir sur les manips, et je me posais pas de question. Donc le L3 c’est un peu à part comme stage je pense. C’était juste le plaisir de la manip quoi, j’étais pas vraiment, je me suis pas vraiment posé de question sur la recherche, pas la recherche. Alors en M1… en M1 j’ai fait un stage où j’ai eu aucun résultat pendant 5 mois. Enfin, enfin aucun résultat… franchement, avec le recul, je me dis que c’était pas vraiment intéressant, enfin… c’était intéressant parce que j’en ai tiré plein de choses, mais l’encadrement n’était pas extraordinaire, le labo était dans un état de vétusté absolument, là pour le coup, extraordinaire, donc, du coup, ça s’est pas mal passé, mais bon ça incitait pas vraiment à avoir envie de faire de la recherche, quoi.

Tu étais un peu trop laissée à toi-même ?
– Ouais , c’est ça et puis en gros pendant quatre mois j’ai quasiment fait que les, enfin j’ai fait tout le temps la même manip, pour arriver à trouver ce qui allait pas, alors c’était super intéressant parce que là j’avais une manip qui marchait pas et il fallait que je trouve pourquoi elle marchait pas. Donc, c’était intéressant dans le sens où il fallait que je me creuse la tête, parce que, que je trouve des solutions etc., donc ça, ça m’a pas mal appris aussi. Mais bon, déjà au niveau relationnel, le labo, il y avait pas une super ambiance. En gros, j’ai quasiment mangé toute seule pendant trois mois, enfin c’était peut-être de ma faute hein, mais, mais bon, c’était pas génial. Donc le stage de M1, j’en ai pas un souvenir extraordinaire. Premier stage de M2, bah j’étais à l’étranger donc c’était un peu différent. Non, c’était vraiment sympa, mais c’est un peu, si tu veux, c’est un peu biaisé par le fait que j’ai passé un super séjour là-bas, donc du coup j’en garde un côté très positif, mais, si tu veux ça se mélange…

C’était où ?
– Bah c’était à Telle Ville en Australie. Donc du coup c’était tellement chouette, je me suis sentie tellement bien là-bas, aussi parce que je sortais de l’agreg, et du coup j’avais besoin, vraiment besoin de partir sur autre chose, de réapprendre à avoir confiance, et tu coup tu vois, si tu veux, ce que j’en garde c’est que j’ai été capable d’arriver dans un pays où je connaissais personne, (…) de faire mes preuves dans un labo où ils ont été content de ce que j’avais fait etc., et … et puis d’avoir passé quatre mois géniaux quoi. Donc finalement niveau recherche c’était biaisé, enfin. Je peux pas dire exactement ce que j’ai ressenti, le labo était très sympa, il y avait une super ambiance, enfin, le, j’aurais pas fait ma thèse sur le sujet que j’avais là-bas, clairement. Globalement, en gros je suis super contente d’avoir fait ma thèse sur le sujet, sur le troisième sujet en fait. J’aurais fait ma thèse sur aucun des deux autres sujets. Parce que c’était de la biomol, parce que pour moi, il n’y avait pas de quoi faire une thèse, et parce que, parce que je me serais très vite beaucoup ennuyée en fait. Mais sinon, j’ai beaucoup appris là-bas, enfin… notamment à ne faire confiance à personne. C’est ce qui m’en reste.

Pourquoi, tu as eu des mauvaises expériences ?
– Non, non, pas des mauvaises expériences, mais au niveau manips en fait je parlais, pas au niveau labo. Je suis arrivée, et en fait j’avais des PCR (Polymerase Chain Reaction) à faire, pour commencer ma série de manip. Pour insérer des Tags sur mes gènes cibles. Donc après je devais cloner, donc restriction, clonage, et en fait à chaque fois que j’ai fait mon clonage, je n’avais plus le Tag, je le trouvais plus. J’ai passé des heures et des heures à analyser mon truc en reprenant tout, et je me suis rendu compte que mon chef avait dessiné les amorces en mettant un site de restriction entre le tag et le début de ma séquence. Donc, évidemment le même site de restriction que celui que j’utilisais pour cloner, donc à chaque fois que je coupais, bah j’enlevais mon tag. Et ça je m’en suis rendu compte au bout de, ben, un mois et demi de manip, après avoir déjà fait dix clonages, bon. Déjà, j’ai été vachement fière de m’en rendre compte, et donc du coup c’est ça qui fait que après je me suis dit, jamais faire confiance à personne dans ce qu’il te donne, toujours tout vérifier. C’est pour ça que je te disais que ça m’avais appris aussi pas mal de choses. Mais, donc non globalement mes stages ça n’a pas été de mauvaises expériences, moi j’ai jamais eu de, ça s’est jamais mal mal passé. Mais bon, enfin, j’ai jamais été enthousiaste non plus quoi. Si, au niveau de la recherche, des manips, ça je me fait vraiment plaisir, mais plus ça va, plus je me rends compte que je me fais plaisir sur la mise au point. En fait une manip qui marche, elle m’intéresse plus. Moins. Ça m’intéresse pas de faire dix fois la même manip juste pour avoir des résultats. Moi, ce qui m’intéresse, c’est de mettre au point la manip. C’est le côté Mag Gyver en fait. Donc, c’est vrai que je me dis des fois, ok bah dans ce cas là ce qui serait plus intéressant pour toi ce serait un poste d’ingénieur dans une plate-forme de recherche, enfin une plate-forme technique tu vois, où tu fais plus, mais bon après je ne suis pas sûre d’en avoir autant envie que de faire de l’enseignement en fait.

Qu’est-ce qui te plaît justement dans l’enseignement ?
– … Alors… C’est plus difficile à définir. Alors moi je trouve que on est moins enfermés que dans la recherche. On se renouvelle plus au niveau contacts. Mais bon, ça c’est aussi l’enseignement version monitorat, donc je te dis version monitorat, après par rapport à la version secondaire ou autre, j’ai pas d’expérience en fait, donc je peux pas… Donc là en ce moment ce qui me plaît, c’est vraiment de pouvoir faire plein de trucs différents, donc voilà. Bon après, au niveau de l’enseignement à proprement parler, déjà j’aime bien parler devant un public. Donc, je me fais plaisir. En plus, j’adore expliquer. En fait, il y a… ça m’intéresse pas de faire un cours où tout le monde comprend du premier coup ! Non, ce qui m’intéresse vraiment c’est de pouvoir réexpliquer différemment, si les gens ne comprennent pas, enfin voilà. Ce qui m’intéresse aussi, c’est expérimenter. Faire un TD pour faire un TD je m’en fous en fait. Et, c’est pour ça que les TD à Tel Endroit c’est très bien, parce que personne vient voir ce que tu fais. Donc tu peux faire des trucs marrant.

(…)

Et du coup, tu retrouves pas ça quand tu encadres des stagiaires ?
– Si, mais ça suffit pas.

Qu’est-ce qui te manque ? Pourquoi ça suffit pas ?
– Alors, l’encadrement des stagiaires, ça me plaît, mais ça suffit pas par rapport au cadre de la recherche en fait. Il y a trop les autres à côtés.

C’est-à-dire ?
– Ben il y a trop les autres points dont je t’ai parlé à côté en fait, c’est-à-dire que l’encadrement d’un stagiaire, oui. Si, si c’est, moi j’avais adoré encadré, enfin si tu tombes sur quelqu’un avec qui tu t’entends bien. J’avais adoré de pouvoir réfléchir avec elle, lui faire ses protocoles, enfin là c’était BTS donc du coup c’était moins… enfin, c’était pas mal technique si tu veux, enfin… le but c’était qu’elle comprenne, mais en gros, elle me faisait mes manips quoi. Elle m’a énormément aidé hein. Donc, si j’avais trouvé ça très sympa, mais il se trouve que là, il y a une deuxième expérience qui s’est pas très bien passée, donc… mais bon, c’est, enfin c’est pas grave. (…) Et là je suis tombé sur un type, d’une arrogance ! Et il m’a donné des envies de, enfin tu vois… (…) Du coup, enfin là, c’est vraiment le mec, mais… bon d’accord brillant, il avait pas ses neurones dans sa poche. En même temps, un fonceur aussi qui ne prend pas le temps de s’attarder sur ses manips, qui veut tout faire directement, sans se poser des questions, et donc forcément des fois ça marche pas. Et du coup, des fois il m’a donné des envies, pas de meurtre, mais de rabattage de claquet… Du coup, je l’ai foutu devant une hotte de culture cellulaire. Chaque fois que je le raconte je me dis oh, c’était quand même bien ce truc. Donc je l’ai mis devant une hotte de culture cellulaire parce qu’il était tellement arrogant et qu’il savait tout faire. Et je lui ai donné un truc à filtrer, donc il avait 20mL dans un falcon 50, à filtrer avec une seringue de 10 mL, parce qu’on avait besoin de 10 mL, qui ne rentrait pas jusqu’au fond du falcon 50, et ben il s’est trouvé très très con. Très très con. Il est resté dix minutes devant, moi j’étais derrière, à regarder, à jubiler. « Et ben, tu fais comment maintenant ? ». Il me dit, « ben, je sais pas moi », « ben trouve une solution, t’as une seringue, un falcon, enfin… », bref. Mais donc, oui enfin, effectivement, le côté encadrement des stagiaires, c’est super intéressant, c’est hyper enrichissant, mais on peut pas faire que de l’encadrement de stagiaires en recherche. C’est ça.

(…)

On n’avait pas fait vendredi…
– Oui, alors le vendredi. Le vendredi en fait, le vendredi a été quand même un peu bousculé, parce que le matin j’étais, bah à Tel Centre. Donc je suis passée au labo, pour m’occuper de mes cellules, ensuite je suis passé à Tel Centre, donc j’ai revu H., C.. J’ai vu F. le vendredi matin, parce que en fait, toujours ces histoires de labo machin, donc du coup on a continué de discuter des labos, de topos, de faut arrêter les topos, il faut continuer les topos, enfin bon bref. Ensuite, bah ensuite moi je suis restée, parce qu’ensuite j’étais en TP l’après-midi, donc je suis restée à Tel Lieu après Tel Centre. Et du coup après, c’est avec D. que j’ai fait le TP. Et j’ai eu, enfin tous les, enfin tous les étudiants quoi. (…) Et donc là c’était la première fois que je prenais en charge une bonne partie du TP donc, donc voilà.

Et sinon ta journée, donc là c’était des journées un peu compliquées parce que tu faisais des allers-retours, mais habituellement…
– Tu veux dire horaires ? Habituellement, le matin, je suis là entre 8h et 8h30. Sauf quand j’ai du mal à me lever, mais bon, pas plus tard que 9h de toute façon, et en général entre 8h et 8h15. Ensuite on mange à 8h30. Donc, le matin, soit des manips, soit tout, enfin ça dépend vraiment, je peux pas dire, je n’ai pas de journée type si tu veux. Donc en général, mes manips sont suffisamment souples pour que l’on mange quasiment toujours à la même heure. Enfin, nos manips, parce que voilà. Donc on prend en général une heure de pause le midi, et je finis entre 18h et 18h30. Ce qui fais déjà une bonne journée, selon moi. J’essaye de pas travailler le week-end, sauf, chez moi si tu veux, si j’ai de la biblio, ou des cours à faire, je veux bien, par contre, je suis jamais venu au labo le week-end. Pour le moment.

C’est un principe que tu t’es…
– C’est pas un principe, mais si je peux éviter, j’évite. C’est-à-dire que si je peux m’organiser autrement, je le fais. Je vais pas venir au labo, juste pour le plaisir de venir au labo. Le jour où j’ai besoin de venir au labo, parce que j’ai pas le choix, j’ai une manip à faire, je le ferai, enfin, c’est pas… Mais le problème, c’est que tu peux pas venir seule au labo, t’imposes à quelqu’un de venir avec toi, pour des règles de sécurité, donc ça veut dire qu’il faut que je trouve quelqu’un qui veuille bien venir au labo, et après t’as toute une procédure pour rentrer, enfin bon voilà. Donc, bon, j’évite. Et en plus bon, j’estime que j’ai largement de quoi faire ma thèse pendant ma semaine, donc voilà. Et pareil le soir, enfin, quand t’es au labo jusqu’à 20h, 20h15, pour moi, ça sert à rien de rester jusqu’à 20h. Enfin bon, les journées à rallonge, de toute façon je sais qu’à partir de 18h30, 19h, je suis plus productive, donc si j’ai vraiment quelque chose d’urgent, je veux bien rester un peu, mais bon en général, 18h30, c’est fini quoi. Et puis après il faut avoir une vie aussi. Enfin moi ma thèse, je la vois pas comme trois ans entre parenthèses, parce qu’il faut absolument, et puis je la vois pas non plus dans l’optique « il me faut absolument un papier dans Nature parce que j’ai une carrière à faire derrière » quoi, hein. Donc.

Et là tu disais que c’était une semaine creuse ? Qu’est-ce qui manque pour que ce soit une semaine normale ?
– Une semaine normale, en général, j’ai des manips tous les jours. Là, il y en avait un peu moins, à cause de cette grosse manip justement, qui m’a un peu bousculé le planning. Et puis… Et ben pour une fois j’étais à jour dans mon cahier de manips et donc du coup j’avais pas trop de, j’avais pas trop de choses à faire… et puis souvent tu vois, c’était une semaine, où j’avais pas de commande à passer, une semaine où j’avais pas vraiment de trucs à m’occuper, en dehors des manips, enfin en dehors de juste analyser les trucs, voilà. C’est plus que des fois, les semaines sont beaucoup plus variées au niveau, enfin j’ai beaucoup plus de choses à faire. Et puis, il y a des semaines avec plus d’enseignement, du coup ça fait tout de suite beaucoup plus, beaucoup plus chargé. Et puis là comme j’avais des manips à finir, c’était des semaines où j’étais devant l’appareil quasiment tous les jours, donc du coup ça fait des très grosses journées oui. C’est comme ça. Souvent ça fait un peu ça en fait, avec des hauts et des bas. Y a des jours où tu te dis, maintenant je fais quoi ? De la biblio, bon super. Et puis il y a des jours où tu te dis même pas je peux faire de la biblio, j’ai pas le temps. Bah c’est sûr que moi ce qui change beaucoup, c’est par rapport à de la biomol où en fait les manips te prennent toute la journée, mais souvent en continu, moi j’ai pas des manips qui me prennent toute la journée en continu souvent, donc c’est reposant. Parce que tu peux faire autre chose que du travail, j’aime bien les manips, mais j’aime aussi faire autre chose que les manips. Donc voilà, comme il va falloir écrire une revue. Bientôt écrire un papier. Voilà voilà.


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...