Bloguer à nouveau : est-ce possible ? Parler et se taire

Ma pratique du blogging est intrinsèquement liée, depuis ses tous débuts, à ma pratique professionnelle. Et plus précisément, au départ, à ma pratique scientifique, celle de la recherche doctorale d’abord, de toutes les réflexions brassées, au milieu de toutes les autres réflexions qui m’entouraient, et nourrie par elles : celles des collègues, autres doctorant.e.s, autres chercheur.se.s et étudiant.e.s.

Dès lors que la pratique professionnelle change, que reste-t-il de la pratique du blogging ? Elle reste bien difficile à maintenir, à distance d’une pratique de recherche qui n’a pas réussi à s’instaurer en sortant de la thèse. Est-il possible de réinventer ma pratique du blogging scientifique alors même que je n’ai plus d’activité de recherche quotidienne, même si je reste immergée dans le monde de la recherche, dans le côté institutionnel, « projet », humain, gestion, finances et politique de la recherche, et au contact de ceux qui la font et la partagent (doctorants, chercheurs, techniciens, enseignants-chercheurs, ingénieurs, administratifs,…) ?

C’est une question avec laquelle je me bats depuis presque 3 ans maintenant. Pourquoi bloguer encore ? Comment bloguer à présent et surtout pour quoi dire ?

Car la réflexion ne manque jamais sur l’action que l’on mène au quotidien, soit-elle de la recherche ou autre, le quotidien professionnel donne toujours à penser, si ce n’est à analyser et chercher.

Ce qui manque ce sont les espaces pour la partager. Pour s’autoriser à dire les enjeux de la pratique professionnelle, et à construire des relations professionnelles sur la base de ces explicitations.

La démarche réflexive donc, celle que je pense être catalysée par l’espace du blog, pourrait donc toujours se déployer en appui, en soutien, en refuge, de toute activité professionnelle. Comme l’on tient un carnet de note, de réflexion, sur ce qui se joue au travail.

Sauf que soudain l’espace public du blog devient autrement problématique : on ne peut pas tout dire. On n’a de toute façon jamais pu.

Sauf que le carnet de recherche doctorale et d’enseignement que je partageais par bribes ici depuis 2010 devient difficile à ouvrir vers l’extérieur quand il s’agit d’enjeux de gouvernances, de rapport humain impossibles à anonymiser, de contextes qui resteront nécessairement situés par ma propre situation.

Sauf que l’objet même de mes réflexions d’aujourd’hui sont en plein dans l’indicible de ce qui se joue au quotidien.

A distance, je pourrais en parler, peut-être. Mais actrice moi-même du terrain où tout se joue, les choses deviennent complexes, car ce qui serait dit pourrait avoir des conséquences immédiates sur les personnes et ce qui se joue. Où est l’éthique de la parole dans ces situations ? Comment développer une inter-subjectivité ?

La question de la posture du chercheur sur son terrain revient de plein fouet. Y-a-t-il des terrains dont on ne peut rien dire, selon la manière dont on y est engagé ?

Quoi exprimer ? Qu’est-ce qui nous fait taire, et garder pour soit des réflexions qui on le sait viendraient rendre visible ce qui tient à rester caché, par l’institution, par les acteurs. Ce qui reste tacite car ce qui fonde un fonctionnement : l’acceptation de règles, de normes, implicite. Comme si les expliciter revenait déjà à les critiquer. Et critiquer revenant à refuser les règles partagées et déjà à s’extraire.

On perçoit encore et toujours le danger que représente celle ou celui qui se mettrait à parler : pour les autres, pour lui, pour le système dans lequel elle/il est pris/e.

Quand je parlais « de science », « des sciences » c’était moins « grave ». Mais si je contextualise, si je situe mon discours depuis la situation depuis laquelle je parle, et non plus depuis un poste d’observation de chercheuse à distance, alors tout se complique notablement. Analyser revient presqu’immédiatement à dénoncer. Et la « prise de distance » n’est plus qu’un seul exercice intellectuel.

ByH6cALCYAImnxt


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...