A la recherche éperdue du temps

Depuis trois ans et demi, depuis finalement la fin de ma thèse, la soutenance et la suite professionnelle qui m’a éloignée de la recherche comme activité professionnelle principale, je suis à la recherche du temps.

Depuis 2012, ma principale activité expérimentale et empirique consiste finalement à apprivoiser le temps, ses modalités, ses interruptions, ma disponibilité. A essayer de le dompter, ce temps si rare et volatil, pour réussir à y conserver, ou y (ré)insérer, du temps pour penser, pour réfléchir, pour la prise de distance et la réflexivité (encore et toujours elle !).

Mais, ce n’est pas une tâche facile. Garder la distance nécessaire pour rompre avec le sens commun et prolonger la dynamique que la recherche en SHS m’a apprise, c’est loin d’être gagné une fois pour toute et toujours à reconquérir. La masse de travail qui assomme, le quotidien à 200 km/h, la disponibilité nécessaire pour les proches, la nourriture médiatique facile qui donne l’indigestion sont autant de plus ou moins bonnes raisons pour ne pas avoir le temps de lire et de réfléchir. Comment rester critique, avec pertinence et non dans une simple posture, dans un quotidien surchargé qui aplanit nos pensées et arriverait presque à nous rendre gentiment dociles par manque de temps pour l’indignation ?

Car tout d’abord, l’activité professionnelle prend tout le temps de la journée. Et je ne suis pas une chercheuse de nuit, car j’ai toujours ce besoin trivial, et finalement bien gênant quand il s’agit de trouver le temps où il se trouve, de dormir. J’ai essayé les interruptions ritualisées, fait de mon travail lui-même l’objet de mes réflexions réflexives, mais la frustration perdure. Comment rester vigilante face aux évènements de l’actualité, aux mutations de notre monde si secoué sans le temps de digestion, sans s’aider des pensées des autres, de ceux qui ont le temps professionnels de dépasser l’analyse à l’emporte-pièce : les chercheuses et les chercheurs ?

J’ai essayé jusqu’à aujourd’hui bien des stratagèmes. Mais la qualité du temps compte pour bien penser et prendre de la distance. Tous les temps à ma disposition ne sont finalement que des temps interrompus, ou imprévus, des flashs rapides : pas de planification possible à l’avance pour approfondir une question, difficile de garder le fil d’une réflexion quand les interruptions font que l’on se repenche sur la question un jour, une semaine, un mois plus tard seulement.

Tout cela me donne finalement bien à penser (!) quant à la possibilité d’un partage de la dynamique de réflexion de la recherche (et pas seulement de ses résultats décontextualisés) : comment demander à celles et ceux qui ne sont pas plongés dans une question de prendre le temps d’en comprendre les tenants et les aboutissants ? Quel est ce temps minimum nécessaire pour ne pas penser à l’emporte-pièce ? Et comment pour celles et ceux qui souhaiteraient prendre le temps de se poser de multiples questions, trouver ce temps-là ? Pour ne pas avoir à souper du prêt-à-penser déversé par ces médias immédiats, à disposition, si disposés à nous entretenir dans nos idées reçues et dans les idéologies dominantes, alors que les SHS font tant d’effort pour les déconstruire.

Résister à la pensée facile, c’est donc, par exemple, continuer de trouver le temps de lire en même temps que tout ce qui submerge. Et puis tant pis s’il faut lire en marchant, en faisant la cuisine, s’il faut écouter des podcasts en étendant le linge ou sur le chemin du boulot, s’il faut limiter parfois le temps de la pause du repas de midi pour digérer avec de la lecture distancée.

Bref, pour lire, et pour écrire, il faut du temps et la routine dense et pleine à craquer m’en empêche plus d’une fois. Elle entretient la frustration de ne pas pouvoir regarder certains sujets sans se dire que l’on reste en surface, que l’on n’aura, là encore, pas le temps (pour le moment !) de déconstruire toutes ces pré-conceptions qui font que l’on ne sait pas voir et entendre tout ce qu’il y aurait à voir et entendre…

Alors je tiens en me disant que certaines périodes professionnelles et personnelles sont plus ou moins propices, que la résistance est par définition un effort et une difficulté. Et pour me consoler un peu, je me dis que la réflexion non tracée reste une réflexion même si elle souffre de ne pas être partagée pour être mise à l’épreuve : elle reste un moteur des gestes quotidiens et des interactions avec autrui, elle doit bien construire, de manière invisible, et sur la durée.

Shiva Nataraja. Art Chola, Tamil Nadu (Inde) photographed by the LACMA.

Shiva Nataraja. Art Chola, Tamil Nadu (Inde) photographed by the LACMA.


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Hakima dit :

    Bonsoir,
    C’est un plaisir de vous lire.
    Je pense aussi qu’il faut se donner les moyens d’entretenir sa réflexivité. L’analyse scientifique je la voit un peu comme le sport : il faut du « temps », de la « technique » et de « l’entrainement » pour rester au niveau.
    Ce qui nous laisse malgré tout deux autres leviers d’actions possibles lorsque le facteur temps vient à manquer. Essayer de conserver « une rigueur » dans notre dynamique d’observation des faits sociaux ou encore confronter nos opinions par la lecture de revues ( qui ont la particularité d’être parfois très techniques , synthétiques et académiques).
    Bon courage à vous!

  1. 11 mars 2016

    […] A la recherche éperdue du temps […]