Si une société reconnaît dans ses institutions une conception du bien, elle risque d’imposer des croyances, des valeurs, à une population très diversifiée.

« Il faut, certes, avant tout séparer les conceptions que les individus se forment de la « bonne société » de la définition d’un système démocratique. Nous ne concevons plus une démocratie qui ne soit pas pluraliste et, au sens le plus large du terme, laïque. Si une société reconnaît dans ses institutions une conception du bien, elle risque d’imposer des croyances, des valeurs, à une population très diversifiée. […]

Contre cette perte de sens, il faut faire appel à une conception qui définisse l’action démocratique par la libération des individus et des groupes dominés par la logique d’un pouvoir, c’est-à-dire soumis au contrôle exercé par les maîtres et les gestionnaires de systèmes pour lesquels ils ne sont que des ressources.[…]

C’est d’abord au niveau de l’acteur social concret, individu ou groupe, que la reconstruction doit avoir lieu, que doivent être combinées la raison instrumentale, indispensable dans un monde de techniques et d’échanges, et la mémoire ou l’imagination créatrice, sans lesquelles il n’existe pas d’acteurs produisant l’histoire mais seulement des agents qui reproduisent un ordre fermé sur lui-même. […]

J’appelle sujet la construction de l’individu (ou du groupe) comme acteur, par l’association de sa liberté affirmée et de son expérience vécue assumée et réinterprétée. Le sujet est l’effort de transformation d’une situation vécue en action libre […].

Comment cette action de la liberté s’exerce-t-elle ? Est-elle pur dégagement, repli dans la conscience de soi, méditation de l’être ? […]

Comment donc répondre à deux exigences qui semblent opposées : d’un côté respecter le plus possible les libertés personnelles ; de l’autre, organiser une société qui soit considérée comme juste par la majorité ? […] Ce qui lie liberté négative et liberté positive, c’est la volonté démocratique de donner à ceux qui sont soumis et dépendants la capacité d’agir librement, de discuter à égalité de droits et de garanties avec ceux qui détiennent les ressources économiques, politiques et culturelles. […]

La grande affaire pour la démocratie devient de défendre et de produire la diversité dans une culture de masse. »

Alain Touraine, Qu’est-ce que la démocratie ?, Fayard, 1994


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *