Que signifie être chercheuse ?

Février 2018

Des chercheur.e.s réflexif.ve.s ? De la pratique de recherche à un discours sur la science : quel rapport identitaire et culturel aux sciences ?

NB. Ce billet fait partie des élans de réécriture de ma thèse qui nourriront un livre numérique et un livre papier.

***

En septembre 2012, je soutiens ma thèse.

En 2016, paraît un appel à contribution dans Nouvelles perspectives en sociologie, intitulé : « La recherche objet de recherche : réflexivité et distanciation », dont je suis informée grâce à la veille collective de Twitter.

Cet appel s’appuie sur le champ STS – SIC (Science and Technological Studies / Etudes de sciences – Sciences de l’information et de la communication) auquel j’appartiens et valorise, parmi d’autres, mon travail de recherche en interdisciplinarité. C’est une belle surprise, d’abord parce que je découvre que ma thèse, partagée en archives ouvertes, a été lue et qu’elle contribue à la construction d’un savoir collectif. Ce qui est à mon avis le sens même d’un travail de recherche. Cet appel me donne explicitement une place dans la conversation scientifique. D’une certaine manière, il m’interpelle1 et me (re)donne une place en recherche – d’abord au sens de la construction de la connaissance avant celui de la pratique professionnelle et des postes disponibles.

Entre ces deux moments, je dirige, depuis novembre 2012, la Maison pour la science en Alsace, au service des professeurs qui m’immerge dans les enjeux de la gestion de projet en termes administratifs, financiers, humains et politiques et qui m’éloigne, a priori, dans les missions statutaires qui me sont confiées, de la réflexion de recherche science-société menée depuis 2008. Mais, qui j’y reviendrai, me permet de m’engager, très concrètement, dans des actions dont le sens et la manière de les mettre en œuvre viennent justement, et au contraire d’une dissociation, renforcer les idées développées pendant mon doctorat et dans le cadre de ma relativement courte implication, mais décisive pour ma réflexion, dans le Laboratoire junior Enquête sur l’homme vivant. Pour le dire à l’envers, l’approche réflexive avec laquelle je me suis engagée dans mon action en tant que Directrice lui a donné tout son sens dès lors que ce sens a pu être partagé et ré-approprié, de diverses manières, avec un collectif, avec une équipe, avec des collègues.

Entre ces deux moments, deux petits garçons sont entrés dans ma vie, je suis devenue maman. Le grand bouleversement.

Se laisser bouleverser, transformer, c’est être vivante, en mouvement.

« Donner la prise »2 à la vie.

Entre la soutenance et aujourd’hui, il y a eu aussi la rencontre avec Bernard, France et tous leurs précieux amis hébergés chez eux – et l’interpellation de Bernard : « j’ai lu votre thèse, il ne faut pas vous arrêter maintenant » ; les échanges avec Lionel pour l’écriture de sa thèse, à lui, et sa lecture de la mienne, la remise en mouvement des questions ; la rencontre In Real Life, avec Florence, à Strasbourg et sa proposition déclenchante de réanimer la Villa réflexive, qui m’a été si nécessaire depuis sa co-création, puis, plus tard, la merveilleuse proposition d’une collection Réflexivités avec elle, dans ses éditions numériques ouvertes, la puissance de son espoir et des liens qu’elle tisse tout autour, partout dans le monde, la justice cognitive qu’elle porte et partage, qu’elle restitue ; il y a eu une journée émouvante de paroles vraies et de courage des mots avec Caroline, à Reims, journée légère et forte, qui m’empêche depuis d’être lâche et qui m’interdit de ne plus voir, en rentrant à Strasbourg, qui m’encourage depuis à la fois à lâcher-prise et à repousser les regards stérilisants ; il y a la pensée en mouvement de Joëlle que j’ai eu la joie de ré-entendre, d’entendre autrement, le plaisir de me laisser embarquer à nouveau par ce beau et généreux mouvement – et sa confiance libératrice, toujours ; il a une soirée inoubliable avec Marie, à rire, à boire, à vivre, à parler de la mort et de la vie avec la même vitalité et le même appétit pétillant pour l’échange ; et les mots de Baudouin, l’air de rien, plus tard, sur le chemin et autour de la table. En cinq ans il y a eu les transformations et les cheminements, parfois bouleversants et régénérant de Clémentine ; la disparition, les mots, les traits, la douceur et la douleur de Nicolas ; l’explosion de la parole avec Maxime, l’abattement des murs, l’escalade vers de nouvelle cimes et les horizons qui s’ouvrent ; les mots revitalisants de Marie-Anne, les nombreux élans, la parole vitale et émancipatrice ; il y a les rencontres douces, en bulles suspendues, avec Amélie et Michka, un peu partout au gré de nos routes qui se recroisent ; le regard reconfortant et les partages doux, rares mais solides avec Alexia ; les pokes affectueux une ou deux fois l’an avec Benoît, et tant d’autres élans.

Voilà en quelque sorte, pour l’écriture du livre issu de la thèse, mes remerciements de thèse recherche renouvelés en 2018. Ajoutés à ceux qui tiennent toujours depuis 5 ans.

Je suis aujourd’hui au point de bascule et de retour vers la recherche. A condition que l’activité professionnelle de la recherche, telle qu’elle se déploie et se cadre aujourd’hui, permette réellement le déploiement de la pensée. Et je commence par me pencher à nouveau sur les motivations qui m’ont impliquées, à l’époque dans ma thèse, pour la re-susciter, comme l’exprime magnifiquement Isabelle Stengers et Vinciane Despret dans Les Faiseuses d’histoire – Que font les femmes à la pensée ? (2011)

Publier sa thèse et la publier en numérique

Je reviens donc à mon expérience et mon travail de thèse, 5 ans plus tard. Je reviens en quelque sorte à la recherche après deux refus de financement ANR, pour deux projets différents de post-doctorat qui m’avait été proposés, et après la recherche d’un emploi dans la foulée, m’amenant à la direction de la Maison pour la science en Alsace, au service des professeurs.

Revenir 5 ans après, c’est revenir après avoir eu deux enfants ; après avoir vécu une rupture assez brutale avec les questions de recherche et les enseignements développées pendant 4 années ; c’est revenir à des archives qui avaient été laissées en plan à l’époque du passage, quasiment du jour au lendemain, de Lyon à Strasbourg ; c’est revenir avec de nouvelles questions et un nouveau regard sur ce qui avait été écrit il y a 5 ans ; et surtout c’est essayer d’expliciter une dynamique, avec la distance des années, à un élan que je ne pouvais peut-être pas aussi bien décrire en septembre 2012 (date de la soutenance), alors que j’étais trop « collée » au geste que j’étais en train de faire pour pouvoir bien l’expliciter.

Le fait de faire un travail réflexif sur la thèse elle-même par la réécriture et par sa re-signification, en la re-suscitant, c’est important, non pas pour la ressasser mais pour l’emmener ailleurs, pour ouvrir plus explicitement, pour soi et pour les liens à construire dans cet élan, les perspectives qu’elle contient.

C’est important à plusieurs titres pour moi. D’abord, cela me permet de réfléchir à ce que signifie « publier sa thèse en ligne ? »

Je suis en fait sans cesse en train de me demander « que signifie ? », « quel est le sens de ? » : ma thèse elle-même est une ramification de cette question permanente et féconde – « que signifie être scientifique ? », c’est précisément ainsi que je présentais mon projet de thèse en 2008 et que je le résumais, que je le « vulgarisais » par la suite.

Publier sa thèse : je me place délicatement dans les traces de la pensée de Louise Merzeau.

J’affirme et affiche ma thèse d’abord en étant dans une logique de partage avant d’être dans une logique de publication. J’aurais très bien pu publier ma thèse, pour la publier, c’est-à-dire prendre la publication comme une fin en soi, ou une fin pour l’évaluation, ou encore une fin pour mon capital symbolique. Or elle est déjà en ligne sur les archives ouvertes, et donc elle est déjà accessible dans son contenu. Donc si l’unité de valeur que je considère est le contenu, si c’est bien ce que contient le document, il est déjà accessible depuis 2012 en accès ouvert, depuis la soutenance.

J’avais déjà écrit ma thèse à l’époque de telle sorte qu’elle puisse être lue et non pas dans une logique d’érudition inaccessible ou d’entre-soi fermé jargonnant. J’avais intégré dans l’écriture toute mon expérience pratique et d’enseignement en communication scientifique, en pensant notamment à l’approche de Bertrand Labasse, sur « l’expertise rédactionnelle – des idées au texte ».

Au moment où j’avais écrit ma thèse, j’avais déjà pensé au problème de l’accessibilité, de l’accès, de l’accès ouvert – open access. De la connaissance comme bien commun.

Mais, et ce n’est pas très visible dans le manuscrit final, je m’étais surtout posé la question des liens entre les différentes parties, entre les ressources que je mobilise, entre d’autres paroles que la mienne et la mienne sur le web. Et cela m’avais paru insuffisant d’inscrire dans mon manuscrit des liens seulement écrit, linéaire du type :

PONTILLE D. (2004). La signature scientifique. Une sociologie pragmatique de l’attribution, Paris, CNRS.

J’aurais préféré qu’ils soient cliquables et que je puisse renvoyer « techniquement » le lecteur à cette navigation entre les sources, entre les perspectives que j’avais moi-même mobilisées. C’est en effet de cette manière que j’ai composé ma biographie au moment des lectures et de l’écriture pendant la thèse, et c’est par la circulation entre les sources qu’a émergé la cohérence de ma biographie ; de liens en liens, de recommandation en recommandation (qui sont en elles-mêmes aussi des liens entre des recherches, des travaux, des pensées, des disciplines, des femmes et des hommes).

De cette manière-là, la linéarité du manuscrit de thèse m’avait posé des difficultés, car il ne rendait pas compte de la manière dont ma pensée s’était construite. Je ne pouvais pas partager le processus, seulement un résultat intermédiaire, seulement un instantané à un instant t.

Par conséquent, au moment de l’écriture du manuscrit, je me suis posée la question suivante : dans quelle mesure faire une version numérique de ma thèse ? J’avais même un temps pensé en faire une version numérique sur mon carnet de recherche, pour que la lecture ne soit pas linéaire mais pour qu’elle puisse être plus sérendipitaire, plus souple, bouclante, que l’on puisse y glisser de point en point, de dimension en dimension3, comme dans une structure en trois dimensions dont on perçoit la cohérence en s’y déplaçant, quel que soit l’ordre des points du parcours : tous renvoient à tous en quelque sorte. Je pensais l’écriture de la thèse comme un réseau à multipoints d’entrée, comme un hub, plus que comme un fil déroulé linéairement. J’avais en tête déjà une série de modules articulés, chacun étant relié aux autres par des logiques multiples, des métadonnées, des liens de toute sorte.

Comment donner forme à une telle écriture ?

Comment écrire de cette manière, numérique et expérimentale, tout en entrant dans les normes du manuscrit de thèse, pour qu’il soit identifié et évalué comme tel, au regard des critères d’un jury qui doit re-connaître un travail comme celui d’une future puis nouvelle chercheure, docteure, par la bascule du moment du rite de la soutenance (Bourdieu, 1982).

Ce n’est donc pas sans frustration que j’ai « redressé » ma thèse à l’époque, que je lui ai re-donné une forme droite. J’ai considéré cependant les trois principaux chapitres qui la composent, non pas comme une succession, mais comme des itinéraires, des chemins d’entrée, trois fois de manière différente, dans la même matière, dans le même terrain. Trois regards, trois pas de côté différents. Mais c’est toujours la même chercheuse qui parle et toujours les mêmes doctorant.e.s rencontré.e.s en entretien, et d’ailleurs même finalement, par choix, toujours les mêmes 10 principaux entretiens.

Quand j’ai rencontré Florence Piron, et grâce au cadeau qu’elle me fait en me proposant de diriger avec elle la nouvelle collection « Réflexivités et expérimentations épistémologiques » de ses Editions science et bien commun, se présente l’occasion de repenser l’écriture de la thèse, de sa ré-écriture, non pas seulement pour en faire un ouvrage publié papier, ou pour la nettoyer (la « dégraisser » entend-on parfois, ce qui pose la question de ce qui constitue le « gras de la recherche ») mais bien pour lui redonner cette dimension numérique dans laquelle elle s’est de toute façon construite.

Mais comment faire ? Et quels seront les effets de cette re-prise, dès lors que l’environnement numérique change, qu’il ne s’agit pas de l’environnement natif (Paveau, 2017) mais d’un nouvel environnement avec une nouvelle interface (pressBook) ?

J’essayerai de suivre réflexivement les effets de cette « re-numériquation ». D’être réflexive dans le processus de publication numérique, de ré-écriture numérique, du manuscrit de thèse, parfois appelé « tapuscrit » mais qui pourrait encore trouver un autre nom s’il est hyper-relié.

Cela me permet de dissocier, dans le processus de re-prise et de publication, deux grands aspects qui sont assez difficiles à articuler d’un coup.

En brouillant les frontières de la forme pour revenir au processus de construction du contenu et du sens, tous deux visent à questionner en retour nos pratiques d’écriture, numériques ou non, en ligne ou non ; nos pratiques de partage des savoirs et des écrits en cours, numériques ou non, en ligne ou non ; nos pratiques de publication, numériques ou non, en ligne ou non, en tant que chercheur.e.s. Partir du sens au lieu de partir, par l’absurde, des normes d’évaluation (« publier » – publish or perish) pour guider nos pratiques : il faut publier. Oui mais pourquoi ? Pourquoi au regard du sens de la pratique de construction du savoir plutôt qu’au sens de la carrière et des critères d’évaluation ? Cette démarche paraît peut-être subversive, au regard du mode de fonctionnement dominant actuel de la recherche, mais je suis convaincue, avec quelques autres, que c’est bien plutôt ce système dominant nos manières de faire de la science qui parfois pervertit le sens même de la construction du savoir, de son partage et les manières cohérentes de le faire.

Élan 1 – Des écrits numérique au livre papier

D’une part la manière dont s’est construit le contenu de la thèse, le manuscrit, l’objet manuscrit4, qui est avant tout un objet papier, déposé en bibliothèque, et remis au jury, encore, pour le moment en tout cas, sous cette forme papier – cette première approche s’inscrit dans l’écriture d’un livre papier et intègre les écrits numériques qui ont accompagné l’écriture du manuscrit papier – j’y vois des enjeux de recherche STS de considération des pratiques de communication des chercheur.e.s et plus particulièrement des pratiques numériques de communication des doctorant.e.s, associés à des enjeux de légitimation épistémologiques et professionnels de la place des écrits numériques en ligne dans les pratiques de construction collective du savoir (conversation et élaboration des écrits soumis à l’intersubjectivité) et dans les pratiques d’évaluation de l’engagement des chercheur.e.s dans le partage des leurs travaux (enjeux de diffusion des connaissances – cf la boucle de transmission de Louise Merzeau) comme un processus tourné vers la société mais intégré au sens même de l’activité et de la mission du chercheur.

Ainsi, la production du manuscrit est un processus qui s’inscrit dans un ensemble de pratiques de communication et de pratiques de recherche, qui m’ont permis de faire émerger une production attendue, à savoir le manuscrit de thèse. Par contre ce n’est qu’une des productions attendues et il y a eu bien d’autres écrits, bien d’autres mouvements, bien d’autres élans et réflexions, échanges et liens, autour même de cette finalité-là de la production d’un manuscrit, la soutenance, et l’entrée dans la communauté de recherche en tant que docteure.

Élan 2 – Du manuscrit papier au livre numérique

A partir du moment où il s’agit de se poser la question de la publication de la thèse, je reviens à l’idée qu’elle a été créée dans un environnement numérique et qu’elle pourrait reprendre forme, reprendre sens plus particulièrement dans ce type d’environnement.

Je m’inspire beaucoup dans ma démarche de toute la pensée de Marie-Anne Paveau (Technodiscours, 2017), notamment sur les technomots, les hyperliens, toutes les écritures liées qui naissent sur le web et plus généralement la méthode, la relationalité (Paveau, 2016), l’élan, la démarche et le processus dans lequel je me suis insérée pour produire le manuscrit de thèse lui-même.

Donc le fait même d’écrire, de ré-écrire la thèse va comporter un certain nombre de dimension :

  • L’attention à l’accessibilité technique du contenu et des sources, consultées et citées, qui ont permis que je construise ce contenu, donc un retour à la bibliographie, pour voir si depuis 5 ans les ressources sont disponibles en ligne et si ce n’est pas le cas sous quelle forme elles peuvent être présentées au lecteur.rice de la thèse lorsqu’il cherche à consulter la source ;
  • Une démarche d’open data toujours dans l’idée d’ouverture des données de la recherche et du savoir, qui revient à rendre accessible les sources même de mon terrain, les entretiens notamment avec les doctorant.e.s (peut-être avec des terrains complémentaires que je n’avais pas rendu présent au moment de l’écriture du manuscrit ?) ;
  • Associer, raccrocher, tisser encore d’autres liens. Peut-être sous forme numérique, voir si je peux les intégrer, comme des échanges sur Twitter, des écrits qui ont alimenter le propos ;
  • Essayer de documenter aussi avec tout un travail d’archive et d’auto-archive que je fais en versions à la fois numérique et papier, en numérisant parfois pour passer au numérique, en replongeant dans les fichiers de l’ordinateur, que j’ai laissé « au chaud » pendant quasiment 5 ans, et en rangeant également tous les documents papier que j’ai accumulés pendant toute la durée du doctorat.

Se rendre présent dans l’écriture

Plus généralement, et plus profondément, la ré-écriture de la thèse m’invite à me rendre présente, en tant que sujet parlant, dans le texte.

Lors de notre dernière rencontre en date, en janvier 2018, l’un des jurys de ma thèse, Baudouin Jurdant m’a en effet dit « j’ai particulièrement aimé ta thèse, parce que l’on sentait que parfois tu étais là ». Connaissant bien son travail sur le sujet parlant, l’oralité, la place du sujet dans l’écriture scientifique, sur la relation entre objectivité et subjectivité, et la réflexivité, cette remarque a une portée forte pour moi. Elle a une portée épistémologique essentielle.

Et en effet, c’est un point fondamental. Je me suis rendue compte, en me relisant peu avant la soutenance, et grâce au regard de Marie-Anne Paveau, membre également de mon jury, que j’avais systématiquement utilisé le masculin dans mon texte, et que je retombais régulièrement – à chaque fois que je relâchais mon attention et ma présence – dans le « on », le « nous » dans la construction d’une pseudo-objectivité d’apparence ou d’apparat, c’est-à-dire dans la construction d’un discours qui se veut être un discours scientifique, mais qui s’en donne d’abord la forme. Réflexe difficile à défaire de ma formation initiale en biologie moléculaire et cellulaire ?

Mon travail sur la réflexivité, au cours de la thèse, a aussi porté sur l’importance de réintégrer le sujet parlant dans le discours et sur l’importance de réintégrer celui qui parle – celle qui parle en l’occurrence-, à sa juste place, pour que la portée réflexive puisse vraiment se projeter. Donc il est important pour moi de revenir à l’écriture dans ce sens-là : la distance au texte me permettra à la fois d’y entrer à nouveau et créera sans doute des difficultés. Comment revêtir un propos quand on a soi-même été transformée, nécessairement, depuis. Moi-même comme une autre.

Penser (dans) l’action

Et plus généralement, par la réécriture, je souhaite remettre en perspectives et rendre lisible et plus ancrée la motivation de mon travail de thèse : l’objectif de départ était bien de questionner les rapports entre science et société, de questionner les conditions auxquelles un.e chercheur.e peut être réflexif.ve en passant notamment par l’oral (influencée en cela par le travail de Baudouin Jurdant), et je peux dire que cette démarche de recherche, cette approche, a largement influencée ensuite le cours que je donne depuis 2013 à l’Université de Strasbourg « Epistémologie de la médiation scientifique », mais plus généralement également, la manière dont je travaille à la Maison pour la science. Je réactualise en quelque sorte la démarche qui m’avait poussée à questionner ma discipline d’origine, la biologie moléculaire et cellulaire : cette dynamique qui exige d’être ancrée dans un lieu et de penser l’action qui se situe dans ce lieu, en contexte, en contraintes, etc. Cette dynamique, je l’ai reporté, re-contextualisé à la fois dans la Maison pour la science, à la fois dans mes enseignements, et à chaque fois on peut dire que finalement la pensée que j’ai développée pendant ma recherche, je l’ai semée ensuite dans l’action.

« Si j’ai dit « oui », après avoir pensé « non », ce fut par souci de cohérence, intime et publique. De la pratique d’un mouvement politique à la réflexion théorique, puis en retour, dans un mouvement inverse, de la réflexion à l’action, c’est une chance, et une fierté, d’avoir suivi ces deux chemins du savoir et du faire, une fois dans un sens, une fois dans l’autre. Depuis toujours, l’image de l’engagement, même si je l’ai utilisée, me paraît moins intéressante que celle de la dialectique concentrée entre théorie et pratique. » p.11 – Du Consentement, G. Fraisse

« Les manuels de philosophie séparent « la pensée » et « l’action » ; les intellectuels ont privilégié un temps le mot d’engagement, le gauchisme teinté de maoïsme réussit à inventer la « pratique théorique ». Après coup, je sais que les allers-retours entre théorie et pratique, sur l’unique point que je connais, l’égalité des sexes, ne sont pas vains ». p.12 – Du Consentement, G. Fraisse

« J’ai attendu avec impatience de prendre le chemin du retour vers la recherche, après avoir accompli mon « service politique ». Pourquoi ne pas voir ainsi, comme une responsabilité tournante (…) » p.12 – Du Consentement, G. Fraisse

La difficulté éprouvée est la suivante : cette dynamique n’a pas empêché la sensation, à l’instant de l’action, que j’étais en train de m’appuyer, de m’ancrer sur une réflexion d’avant et de ne pas être capable au moment même de l’action, de renouveler la pensée. Je garde en mémoire la mise en garde d’Andrée Bergeron me prévenant pendant mes études : on ne pas à la fois bien penser et bien agir. Je ne sais toujours pas.

Peut-être du fait du manque de sommeil et de lectures, liés à la vie avec deux enfants en bas âge, peut-être la disparition d’une Chambre à soi où penser, avec les déménagements successifs et la diminution du temps disponible, peut-être la disparition d’un Bureau à soi, où penser du fait d’avoir la responsabilité d’une équipe et d’avoir vécu des violences psychologiques et des abus de confiance, peut-être du fait de l’engloutissement dans les logiques de gestion de projet.

Cette réduction de la place de la pensée, je l’attribue aujourd’hui à des questions de réduction de temps, d’espace, de disponibilité, de distance.

L’expérience de ces cinq années entre la soutenance et ces livres, plus généralement ces écrits, c’est aussi donc l’expérience de la rupture avec une dynamique réflexive stimulante et de l’extinction d’une certaine pensée et d’une certaine parole, vitales et vitalisantes.

L’expérience de ces cinq années, c’est aussi l’expérience de la violence sexiste, de l’impunité et des conditions dans lesquelles elle se met en œuvre.

C’est aussi plus largement l’expérience d’une question fondamentale dans le rapport au savoir et au pouvoir, fondamentale en science et en communication scientifique ; la question de la légitimité et de l’autorité conférée au locuteur et non pas au propos lui-même. Notamment en lien avec le fait par exemple d’être une jeune femme en poste précaire, venant d’une autre région, face à des hommes « dans la fleur de l’âge », du cru, installés dans le système institutionnel depuis de nombreuses années.

A quelques semaines-mois de passer le relais de la direction de la Maison pour la science, je suis dans une lassitude (passagère) profonde liée à l’expérience d’être une femme, relativement jeune, dans un monde de pouvoir et de relations tournées sur les personnes plus que sur le sens des projets. La légitimité de celui qui parle, son autorité, sa position dominante est bien toujours conférée par celui qui parle plus par ce qui est dit et fait en réalité.

J’écrirais plus tard et ailleurs sur ce sujet, sûrement.

Ce que j’ai vécu pendant ces cinq années entre la soutenance et ce livre, les questions que posent le numérique, et mon engagement pour les sciences ouvertes vont venir modeler le contenu autant que la forme. A l’heure de l’écriture inclusive officielle, et ayant vécu les effets tacites et explicites du fait d’être une femme, jeune, et une maman, docteure, agrégée, mais pas chercheuse « en poste » – que nos critères de légitimité sont de façade !-, dans un monde construit par des hiérarchies implicites et des relations de pouvoir et de domination aux effets très concrets, je ne pourrais plus pour commencer écrire autrement qu’au féminin et considérer pour la suite de mon travail de recherche la parole des femmes comme une question centrale du rapport identitaire et culturel aux sciences.

Dans les autres problématiques qui ont émergé dans mon expérience vécue de ces dernières années, où moi est devenue une autre, la question de la place, de prendre sa place, de la parole et de la prise de parole deviennent centrales : qu’est-ce qui justifie qu’on se mette à prendre la parole ? Pourquoi prend-t-on à un moment donné les risques associés à la prise de parole ? Prendre la parole : quand est-ce lié à la question du dire-vrai ? Quand est-ce lié à des enjeux de pouvoir, de domination, de silenciation, implicite, inconscient ou conscient ?

Les bouleversements vécus ces 5 dernières années associés à la nécessité de reprendre le souffle sont liés à l’expérience des conditions de l’existence et de la privation de la pensée, mais aussi et c’est lié, du dire-vrai. A partir du moment où l’on se rend compte que les mots sont vidés de leur sens dans certains contextes, avec des effets sur les femmes et les hommes, que l’on a même plus de pensée dans les discours, il y a un effet d’étouffement et d’extinction qui s’est produit chez moi, avec la nécessité de vivre dans des lieux, des temps et des espaces où la parole vraie peut exister.

La recherche peut-elle permettre à ces temps et ces espaces d’exister ? Que signifie être chercheuse de ce point de vue-là ?

photo : Mélodie Faury licence CC-BY

Pour citer ce billet :

Faury, Mélodie (16 février 2018) “Que signifie être chercheuse ?”. L’Infusoir [carnet de recherche]. Consulté le ….  https://infusoir.hypotheses.org/5026

 

 

 

  1. au sens d’Althusser []
  2. je reprends cette expression à Vinciane Despret, Au bonheur des morts – Récits de ceux qui restent, 2015 []
  3. je pense ici, en termes de représentations, à Slider – Les mondes parallèles []
  4. selon une approche SIC, intéressée par les pratiques de communication dans les pratiques de recherche – Le Marec, Babou, Faury, Molinatti, Hert – à l’interface avec l’ethno-méthodologique ou l’anthropologie des sciences []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Alice M. dit :

    Pourquoi prend-on la parole ? Quelle relation entre les mots et ses locuteurs ? Comment être entendu pour ce qu’on dit, sans que son statut, âge ou sexe ne prennent toute la place ? Et, finalement : qu’est-ce que l’identité ? Toutes ces questions passionnantes se mettent à vivre en te lisant : je te retrouve avec plaisir !

  2. Florence Piron dit :

    Merci Mélodie! Ton beau texte me fait réfléchir… J’ai retrouvé il y a quelques jours ma thèse écrite il y a presque 20 ans, au masculin aussi! Je me souviens d’une remarque d’une membre de mon jury, féministe, qui l’avait regretté, d’autant plus que je revendiquais de lutter contre l’indifférence au sein de l’écriture scientifique. Si je devais, comme toi, reprendre ma thèse, il est certain que je ferais ce changement fondamental! Par contre, je suis contente aujourd’hui de découvrir que je me définissais déjà comme « auteure » (avec un e) et surtout de lire dans les remerciements officiels un paragraphe consacré aux dames de la garderie de mes filles (nées pendant la période d’écriture de ma thèse), car, étant immigrante et « sans famille » dans ma ville, je n’aurais pas pu faire ma thèse sans leur aide, sans leur solidarité, au-delà du service (payant) qu’elles me rendaient. Cette solidarité entre femmes est si précieuse et parfois négligée quand ce n’est pas de l' »amitié officielle », revendiquée. Elle a fait et fait toujours partie de ma vie de chercheuse.
    Je te souhaite beaucoup de bonheur dans ton retour à la recherche et à l’écriture, à la recherche dans l’écriture, à l’écriture de la recherche. Mon père vient de partager avec moi cette phrase de Raymond Queneau : « Entre deux mots, il y a un nombre infini de mots, n’est-ce pas la définition de la littérature? » (La littérature d’après Hilbert). À nous de revendiquer cette liberté dans notre création de savoirs!

  3. metangmo tatou léonie dit :

    Ah ! Ces frais élans du dire vrai qui me parlent si fort! Car tu abordes là, finement, des problématiques épistémologiques et relationnelles extrêmement riches et potentiellement/effectivement fécondes. Il y a la réflexivité et la place du sujet parlant dans l’écriture scientifique. Il y a ce moi d’aujourd’hui travaillé par l’écriture, et qui de ce fait, n’assume pas en tous points le moi d’hier et peut transformer toute activité de relecture en travail de ré-écriture (j’ai souvent éprouvé l’angoisse de la page écrite, non blanche, lorsqu’il faut relire un texte. Comment ne pas le ré-écrire ? Et les délais ?? Et si c’était nécessaire, afin de ré-écrire au féminin un article, une thèse…Fondamental! Je suis d’accord avec Florence et toi. Il y a l’intrusion fascinante du numérique face à laquelle, j’avoue je (enseignante-chercheure- africaine- en sciences humaines -plus tout à fait jeune femme) suis personnellement encore un peu béotienne… Mais je ne baisserai point les bras! Il y a la priorité accordée à une logique de partage de la connaissance et non à l’acharnement à publier à tout prix, cela ayant comme effet extrêmement positif d’assainir les pratiques de recherche, de réduire la tentation de la facilité, de redimensionner nos egos, etc… Et cette précarité d’une jeune femme venant d’une autre région, face à des hommes, et à des femmes, ‘dans la fleur de l’âge’ et en tous les cas « du cru », et installés dans le système institutionnel. Précarité que j’ai vécue mais que je n’ai peut-être pas regardée en face assez tôt à cause d’un idéalisme forcené ? Il y a l’expérience richissime de la maternité (certaines comme moi ont connu des passages non pas dysphoriques – mais de profonde remise en question de la gestion de cette maternité !) Et bien d’autres problématiques et défis que ton texte me permet de questionner ou de re-questionner. Merci infiniment, Mélodie !

    • Merci à toi Léonie pour ce chaleureux message qui me touche beaucoup ! J’écris actuellement sur l’expérience d’écriture numérique collective des Espaces réflexifs et je reviens à la question du sujet parlant, je crois qu’elle fera l’objet de mon HDR, elle m’intéresse profondément. Au grand plaisir d’échanger avec toi, peut-être un jour de vive voix, sur toutes ces passionnantes questions