« Il n’y aura pas d’intelligence publique des sciences si les scientifiques eux-mêmes ne prennent pas ce goût. » par Isabelle Stengers

Je sème et partage ici une réflexion d’Isabelle Stengers sur l’enseignement science-société (mon appellation) aux étudiants en « sciences dures », entre « faits », « valeur », « curiosité » et « réflexivité ». Cette citation assez longue me donne à penser pour la suite, donc j’y reviendrai sans doute, notamment dans le cadre de mon analyse des traces et des discours d’étudiants récoltés pendant les cours science-société (terme générique, car il s’agit dans mon cas d’une approche croisée en STS – Science and Technological Studies – et Sciences de l’information et de la communication), que j’ai donné depuis 10 ans (depuis 2008).

« C’est ici l’ethos même des scientifiques qui est en question, et notamment leur méfiance envers tout risque de « mélange » entre ce qu’ils jugent « faits » et « valeurs ». Et cette méfiance profondément inculquée est bien différente d’une simple ignorance, à laquelle pourraient remédier des cours d’épistémologie ou d’histoire des sciences. Ces cours, mon expérience d’enseignante m’a fait comprendre que la plupart des étudiants inscrits en sciences dites « dures » sont bien décidés, les examens passés, à les oublier. Quoi d’étonnant à cela puisque, inscrits en « sciences dures », ils ont fait un choix qui n’est pas d’abord motivé par la « curiosité », le « désir de découvrir les mystères de l’univers » (la plupart des étudiants qui viennent pour cela comprennent vite le malentendu), mais l’est peut-être par l’image des sciences véhiculées par la culture scolaire. Les sciences, ont-ils appris, permettent de « bien poser » les problèmes, et donc de leur donner de « bonnes solutions ». Une bonne solution ne se discute pas, elle se vérifie, faisant taire les bavards qui mélangent tout. Une telle image, bien sûr, est hautement sélective. Ceux qui font le choix des études scientifiques seront portés à tolérer les cours qu’ils jugent « bavards » mais non à les considérer comme une part cruciale de leur formation, ce que beaucoup de leur « vrais » enseignants ne manqueront pas de confirmer à travers des moues, de petits sourires, de sages conseils portant sur l’importance de ne pas « se disperser ». Certes, tout scientifique digne de ce nom sera prêt à faire acte d’allégeance aux principes épistémologiques portant sur les limites des savoirs et sur les conditions de leur validité, mais de manière formelle seulement car ces principes seront oubliés dès que se présentera une situation où leur savoir apparaîtra comme capable d’offrir une solution « propre », enfin « rationnelle », à une question qui fait parler les bavards. Il est inutile de souligner que cet ethos des scientifiques implique le rejet d’une mise en culture des savoirs, car les amateurs sont identifiables à des bavards qui s’emparent de telles solutions propres pour les replonger dans un monde de discussions oiseuses.

S’il est vain d’espérer que ces cours puissent transformer cette situation, une expérience menée pendant trois ans à l’université de Bruxelles m’a fait entrevoir une autre possibilité. Un dispositif a été mise au point qui permettait de confronter des étudiants en science à des situations de controverses socio-technico-scientifiques en leur laissant la responsabilité de les explorer grâce aux ressources d’Internet, et de découvrir par là, à leur manière et sans méthode prédéterminée, les arguments conflictuels, les vérités partielles et partiales, ainsi que la vaste gamme de faits mobilités. Contrairement à d’autres dispositifs d' »exploration des controverses » (proposés notamment par Bruno Latour), il ne s’agissait pas de participer à la construction d’une expertise de type nouveau. Le dispositif s’adressait à tout étudiant et n’avait d’autre ambition que celle de compliquer leurs « habitudes de pensée ».

Il semble que les étudiants aient été intéressés de découvrir « sur le terrain » que constitue la Toile des situations marquées par l’incertitude et par l’enchevêtrement de ce qu’ils pensaient séparable sur le mode qui oppose « faits » et « valeurs ». Ils avaient pris l’habitude de renvoyer à l' »éthique » (on ne parle plus de politique aujourd’hui) tout ce qui ne semble pas se soumettre à l’autorité des « faits ». Ils découvraient qu’il existe beaucoup de types de « faits » en conflit, et que chacun de ces fait est lié, à ce qui , pour ceux qui les présentaient, importait dans la situation.. Et ils n’ont ps tiré de cette découverte des conclusions sceptiques ou relativistes, parce qu’ils se rendaient compte que c’était la situation elle-même (en tant que « matter of concern ») qui imposait cet enchevêtrement conflictuel, qui empêchait qu’un ordre d’importance (celui de la preuve par exemple) domine tous les autres. Ce qui a pu les étonner, en revanche, est la manière désinvolte avec laquelle des scientifiques se permettent de balayer d’un revers de main, comme « non scientifique » ou « idéologique » ce qui importe aux yeux des autres.

Je ne dirais pas que ces étudiants ont été vaccinés une fois pour toutes contre l’opposition rationalité scientifique / opinion, mais j’ai été impressionnée par le fait que, loin d’être plongés dans le désarroi, la confusion et le doute, certains semblaient vivre un sentiment de libération. Comme s’ils découvraient avec soulagement qu’ils n’avaient pas à choisir entre faits et valeurs, entre leur loyauté scientifique et leur (reste de) conscience citoyenne, parce que c’était la situation elle-même qui leur demandait de situer la pertinence d’un savoir, de comprendre son caractère sélectif, ce qu’il fait importer , ce qu’il ignore. Comme si, pour la première foi, cette curiosité associée à la science était convoquée et nourrie.

Des expériences comme celle de Bruxelles, que je viens de décrire, sont bien sûr non suffisantes, mais peut-être nécessaires pour affaiblir l’emprise des mots d’ordre (…). Il semble que la curiosité, bien plus que la réflexivité critique chère aux épistémologues, soit ce qu’il s’agit de nourrir, de libérer des jugements quant à ce qui compte et ce qui ne compte pas. Et que cette curiosité soit susceptible de rassembler des étudiants appartenant à différents champs, de leur permettre de travailler ensemble, d’être confrontés ensemble à des situations qui les forcent à prendre de la distance par rapport à leurs abstractions favorites respectives, et surtout de vaincre une double peur – celle des scientifiques d’être confrontés à des questions « qui les dépassent » et celles des « littéraires » ou « sciences humaines » face à l’autorité des sciences dites dures. Bref de développer un goût pour ce que j’appelle « intelligence ». Il n’y aura pas d’intelligence publique des sciences si les scientifiques eux-mêmes ne prennent pas ce goût. »

Isabelle Stenger, Une autre science est possible ! Manifeste pour un ralentissement des sciences. Editions La découverte – Les empêcheurs de penser en rond : 2013, pp.16-19

 


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *