Discours de départ de la Direction de la Maison pour la science en Alsace, au service des professeurs – 12 avril 2018

Discours prononcé lors du Comité de pilotage du 12 avril 2018 – Passation de direction à François Bernier

Formée par la recherche et pour l’enseignement à la biologie puis aux sciences humaines et sociales dans le domaine des études de sciences, je me suis consacrée à ce projet, avec enthousiasme et conviction dès mon arrivée le 12 novembre 2012. C’est un projet visionnaire, ambitieux et parfois difficile, dans le sillage de Georges Charpark, Pierre Léna et Yves Quéré, qui a été porté dès le début par trois tutelles fondamentales : les Universités et leurs partenaires ; le Rectorat de l’Académie de Strasbourg et l’Académie des sciences avec la Fondation La main à la pâte. Ces grandes institutions se rejoignent à cette occasion de manière inédite pour se tourner vers les futurs citoyens et leur donner non seulement accès aux savoirs les plus récents, les plus vivants, mais aussi à l’esprit critique et à l’esprit de la recherche, telle qu’elle se pratique aujourd’hui dans les laboratoires et le monde professionnel. Ceci afin de transformer, grâce à l’implication des enseignants eux-mêmes, les pratiques d’enseignement des sciences de la maternelle jusqu’au collège.

En 6 ans, ce sera l’équivalent de 43% des enseignants de l’académie de Strasbourg (toutes disciplines et tous degrés confondus) qui auront participé à nos actions. Le taux de satisfaction s’est maintenu à hauteur de 90 % durant toutes ces années. Nous observons l’émergence de nouveaux projets au contact de la recherche dans les établissements, et plus de réflexivité chez les enseignants. Comme le montre une évaluation indépendante, certains dispositifs comme les parcours 1er degré contribuent à l’augmentation du nombre d’heures de science en classe et à l’amélioration des connaissances des élèves.

Nous avons développé collectivement des formes d’apprentissage réciproque et de nouveaux liens entre Education et Recherche, entre degré et entre professions, qui se traduisent par l’invention permanente de nouvelles actions et par une imagination (ou « innovation ») pédagogique et scientifique intarissable chez mes collègues enseignants et chercheurs. La Maison est une ruche, un lieu d’ébullition, un véritable laboratoire dans lequel les liens et les idées se tissent sans cesse. C’est une Maison habitée, où l’on se sent bien.En grande partie grâce à une magnifique équipe qui font de cette aventure une expérience scientifique mais avant tout humaine.

Je remercie chaleureusement les porteurs du projet, représentées aujourd’hui dans ce comité de pilotage dont la Maison tire ses directions. Je vous remercie pour votre engagement, votre investissement et votre confiance nécessaire. Vous permettez à la Maison pour la science en Alsace, tout d’abord d’exister – ce qui est tout sauf évident puisque nous sommes nés « entre les murs » / dans le « hors cadre » de chacune de vos institutions – mais également d’être ce qu’elle est aujourd’hui, une équipe enthousiaste et compétente, une structure, un tiers-lieu de co-construction, et une multitude de lieux de développement professionnel reconnus, qui se pérennise, au service des professeurs et de la démocratisation des savoirs sur l’ensemble du territoire alsacien, impliquant de nombreux chercheurs, rencontrant la satisfaction et l’engouement des professeurs, faisant naître des projets scolaires au contact de la recherche. Un projet porté par la dynamique d’un réseau national qui lui apporte l’essentielle « intelligence collective ».

Je remercie également tous les partenaires pour leur créativité, leur envie et une nouvelle fois leur confiance – sans elle rien ne peut se construire : aucun risque ne peut être pris, aucune nouveauté ne peut émerger – ils nous ont permis d’imaginer ensemble des projets décloisonnant les frontières entre monde de l’école, du laboratoire, du terrain scientifique – y compris en milieu extrême – et bien sûr du monde de l’entreprise.

C’est avec beaucoup de plaisir et de sérénité que je passe la main officiellement à François Bernier aujourd’hui, impliqué depuis les prémisses du projet de la Maison, et je l’accompagnerai, autant que nécessaire, dans cette transition jusqu’à la fin de l’été.

Je finirai avec cette citation de Geneviève Fraisse :

« De la pratique (…) politique à la réflexion théorique, puis en retour, dans un mouvement inverse, de la réflexion à l’action, c’est une chance, et une fierté, d’avoir suivi ces deux chemins du savoir et du faire, une fois dans un sens, une fois dans l’autre. Depuis toujours, l’image de l’engagement, même si je l’ai utilisée, me paraît moins intéressante que celle de la dialectique concentrée entre théorie et pratique. » Geneviève Fraisse (2007), Du Consentement,  p.11


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...