Le travail vivant – J’ai besoin de prendre soin de toi

J’ai besoin de prendre soin de toi.

Toi qui travailles tous les jours dans le bureau d’à-côté.

Toi qui vis chez toi parfois des choses bien difficiles.

Qui arrive le matin le dos courbé mais qui sourit par « professionnalisme ».

Toi qui arrive rayonnante et qui me fait du bien par ton dynamisme, ton optimiste, ta volonté.

Ton humour, ton manque de sérieux

Parce qu’au fond on s’en fiche de ce dont on a l’air et que bien d’autres choses comptent, au fond.

Toi sur qui je peux me reposer quand moi-même je n’en peux plus.
Quand les heures filent à tout allure et que la surcharge mentale me fait imploser le cerveau.

Parce qu’il faudrait « gérer » le financier, l’administratif, comme l’humain.

Tu parles.

Prendre soin d’un projet comme des autres, on en parle ?

Ton humeur du jour m’affecte. Ton stress aussi. Tes souffles, tes soupirs, tes agacements viennent se poser sur mes épaules aussi. Ta joie et ton insouciance me soulagent parfois.

Nous formons un tout. Un tissage, un écosystème.

J’ai besoin de prendre soin de toi.

Toi qui vide mes poubelles avec précautions, tellement de précautions, pour ne pas déranger

Toi qui assures la sécurité du bâtiment et qui me fait la bise pour la nouvelle année

Toi que je croise sans savoir ton nom dans les couloirs repeints

Toi qui me sert mon repas le midi, à la chaîne

Toi qui amène des croissants, du chocolat le matin pour rendre les échéances à tenir moins importante

Toi qui demande à la cantonade qui voudrait un café

Toi qui ouvre l’air de rien une tablette de chocolat bien en évidence, pour qu’on se serve en passant

Toi qui as lavé ma tasse alors que j’allais le faire juste après

Toi qui lance la cafetière le matin en arrivant pour tous

Toi qui ouvre la fenêtre et fait entrer l’air.

J’ai besoin de prendre soin de toi.

Toi qui ne peut pas réfréner une insulte à la volée, un énervement, un juron, mais qui t’excuse aussitôt pour ce qui t’as échappé

Toi qui ne parle pas fort dans l’open space pour l’espace des autres

Toi qui frappe avant d’entrer

Toi qui explose de rire

Toi qui fait attention malgré la charge, malgré le rythme, malgré la fatigue, malgré la saturation.
Qui t’excuse par avance du temps où tu n’arriveras même plus à faire attention.

Qui sait que ça arrivera.

Qui sait aussi que ce sera un temps hors de soi, hors des autres.

J’ai besoin de prendre soin de toi parce que de toi dépend tout le reste

De ton bien-être dépend la raison même du travail à nous tous

A quoi bon supporter tout le reste si toi, tu ne vas pas.

Toi, moi, nous c’est du pareil au même.

Quand toi tu flanches moi je te soutiens.

Et quand je n’en peux plus, tu me relèves avec ton sourire et ton « comment vas-tu ? ».

Photo : Mélodie Faury Licence CC-BY


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Piera dit :

    Très beau et très vrai !

  1. 29 avril 2018

    […] autres, à ce qu’ils peuvent apporter de différent. C’est un certain rapport au collectif, un certain rapport aux autres. De la vitalité dans le travail. Et au-delà d’une vision réductrice opposant […]