Formes et enjeux de la vulgarisation dans les carnets de doctorant.e.s – Soi, l’autre et la situation de communication

Résumé de mon intervention du 15 juin 2018 pour la journée d’étude Légipop « Les nouvelles formes de la vulgarisation et de l’écriture des savoirs » – voir programme.

Ancrée dans les études de sciences et les sciences de l’information et de la communication, je m’intéresse aux pratiques de communication des doctorant.e.s (Faury, 2012 – thèse).

Ces pratiques et ces discours rendent intelligibles leurs pratiques vécues de la recherche et me permettent de parcourir un espace mental de la recherche et un rapport identitaire et culturel aux sciences (Faury, 2012). Les blogs de doctorant.e.s peuvent être considérés en tant qu’environnements numériques (Merzeau 2015 ; Paveau 2017), en tant que communication accompagnant la recherche en-train-de-se-faire, en tant que lieu habité (Deseilligny 2013), en tant que lieu de conversation (Dacos et Mounier, 2010), et plus généralement en tant que nouvelles situations de communication scientifique (Le Marec, 2002). Ils brouillent les frontières entre la conversation entre pairs et la communication « grand public » (Mayeur, 2017), recontextualisant dans un environnement numérique (Beaudry, 2011 ; Mayeur, 2017), les questions de l’adressage du propos, de son accessibilité, et de sa justesse (Labasse, 2010). Les blogs font émerger de nouvelles formes de vulgarisation par la tension que l’environnement numérique, l’écriture numérique native (Paveau, 2017) et la forme hyperreliée exercent : entre logique de partage et logique de publication (Merzeau, 2015) ; entre écritures ordinaires (Lefebvre, 2013) et finalisées-normées, entre subjectivité, objectivité et scientificité ; entre oralité et scripturalité (Jurdant, 2006) ; entre éditorialisation de soi, présence numérique (Merzeau, 2015) et diffusion ou ouverture des savoirs. Je m’appuie sur des exemples concrets issus du terrain que j’explore actuellement : les carnets de thèse de la plateforme Hypotheses.org. Et je m’intéresse aux effets d’une telle vulgarisation, en particulier en termes de réflexivité, pour les doctorant.e.s (Jurdant, 2010).


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.