Nos pérennes incertitudes

J’ouvre mon ordinateur ce soir, pour dire quelque chose de l’infra-ordinaire. Je ne l’allume pas, je l’ouvre. Il reste toujours en veille

Je veux dire : il y a des échanges qui dé-fatiguent.

Alors que tout commence à s’épuiser, que l’on commence dès le mois de septembre à être débordé par un rythme qui dépasse rapidement celui que l’on peut tenir sereinement. Son « propre » rythme.

Mon ordinateur en est une illustration, ou une métaphore de mon corps qu’il faudra rapidement « récupérer » pendant les vacances au cours desquelles on essayera de reconstituer un stock d’énergie (je sens bien que la métaphore énergétique ne tient pas très bien debout elle-même).

« Capture d’écran » – Écran capturé

Il y a des échanges qui dé-fatiguent donc, qui allègent, au milieu de la densité, de la pesanteur. Celle qui nous donne de l’élan, de la respiration, de la légèreté, de l’enthousiasme. Y compris lorsque l’on parle de la gravité des choses.

Vendredi j’ai déjeuné avec Nicole. Nous avons parlé de l’importance de l’accueil des étudiant.e.s, de la confiance. De la manière d’être là avec les étudiant.e.s. Comment être vraiment là. Et comment leur permettre, à elleux, d’être là avec nous, de prendre l’espace, d’occuper leur place.

Avec Baudouin, lundi, l’importance de l’écoute et de la parole, toujours elle. Toujours merveilleusement elle. Et soudain l’irruption de la voix. Du ton, du bon ton, qui change ou plombe l’atmosphère.

Avec Marie-Lyne ce midi, des loyautés, des petites et grandes violences ordinaires, des élans soudain revivifiants.

Et ce soir avec Marc, du vivant, de la mort, du sommeil, de la disparition, des coins et re-coins, des refuges et des espaces de vie, des rythmes, de toucher et être touché.e, de se déprotéger, de la remembrance, de nos corps de mémoire.

De la parole morte et des paroles vivantes. De la vie.

Et ce soir, après, le mail qui récapitule l’absurdité parfois de nos quotidiens universitaires contre laquelle on lutte, on s’use, mais surtout on ne s’endort pas. Malgré les flottements et les morcellements, malgré le corps qui crie parfois que l’on n’en peut plus.

« vraiment désolée pour cette situation de pérenne incertitude même sur les choses les plus banales »

Et ce soir donc, alors que je m’apprête à préparer, en flux tendu, comme toujours, les nouveaux cours de cette nouvelle année qui n’en finit pas de commencer, et je me sens à nouveau enthousiaste et un peu plus légère. Car demain, je rencontre à nouveau les étudiant.e.s. Et comme chaque jour, au-delà du contenu, il faudra donner vie à nos présences respectives et ensemble dans des salles de cours dans lesquelles on peut a priori autant s’avachir et bailler, que s’écouter, parler, être en mouvement, corps & esprits. L’enseignement, la vie académique comme pérennes incertitudes.


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.