Se situer – questionnements chroniques d’enseignante #1

Petit exercice de réflexivité à portée personnelle et peut-être collective.

Merci aux étudiant.e.s de se prêter avec confiance aux jeux réflexifs que je leur propose. Même lorsque moi-même je ne sais pas tout à fait où nous allons collectivement, ni où vous vous élancerez individuellement – cela vous appartient : au moins, je connais la situation initiale de projection que je souhaite partager avec vous.

En Master 1 Sciences-société, je travaille avec un groupe d’étudiant.e.s d’une vingtaine de personnes, toutes issues de parcours universitaires variés et avec des projets personnels et professionnels divers et pas toujours très clairs encore (comment pourraient-ils l’être ?).

Je les rencontre toutes les semaines depuis mi-septembre pour différentes unités d’enseignements, au cours desquelles

  • je dois introduire le champ des STS (science and technological studies) – ce que je choisis de faire avec ma propre perspective ;
  • je leur parle ponctuellement des questions de méthodologie de la recherche ;
  • et je leur propose – avec mon collègue Sébastien Soubiran – de partager différentes réflexions sur les enjeux de la médiation scientifique, à partir de différents points de vue disciplinaires et des différentes expériences professionnelles de nos invité.e.s.
Avant de commencer

A chaque séance de cours, nous déplaçons les tables pour ne pas être uniquement dans le frontal, pour qu’elles et ils puissent se voir, s’entendre, et, je l’espère, s’écouter. Pour que la parole circule même si la plupart du temps c’est moi qui la monopolise, postée à côté du vidéoprojecteur et dépliant ce que j’ai préparé, étape par étape, slide par slide.

J’ai donc dressé un panorama des STS pendant trois premières séances, à grand renfort de références bibliographiques et de contenus épistémologiques, en leur disant que bientôt ce serait à elleux de jouer, de se positionner dans le champ interdisciplinaire que je suis en train de leur dessiner, à elleux de cartographier les ressources intéressantes en regard de leurs questions, de leur envie, de leurs désirs scientifiques – comment les connaître, comment les ressentir, comment les développer et trouver les espaces pour cela ?

Et puis soudain, en fin de troisième séance, la posture corporelle des étudiant.e.s me sautent aux yeux. Il y a déjà la fatigue des premières semaines de cours bien chargées, que je ressens aussi en tant qu’enseignante, mais il y a autre chose. Leur présence, à certain.e.s, s’amenuise. C’est la posture du corps sur la chaise, ce sont les bâillements qu’on ne prend pas la peine de dissimuler. C’est un lâcher-prise.

J’interromps ma phrase, mon fil, le « déroulé » de mon powerpoint-plein-de-contenus : « au fait, que faisons-nous ici ? Pourquoi êtes-vous là ? Pourquoi suis-là ? Que faisons-nous collectivement ? » La parole « méta » pour redonner, ou essayer de redonner sens à la situation. Pour s’arrimer ensemble.

De nouveaux cours, de nouvelles élaborations : moi aussi je me perds régulièrement dans le contenu (phénomène nécessaire pour être « efficace » ?), je perds ma perspective de vue quand je garde le nez dans le guidon. Le rythme est dense, on enchaîne les cours et les semaines.

Et si nous décidions de lever la tête ?

à suivre…


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14 octobre 2018

    […] Précédent billet – Se situer – questionnements chroniques d’enseignante #1 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.