« je crois avoir trouvé le ton de voix qui convenait »

« Je me sens encore à des miles d’eux mais ce matin, je crois avoir trouvé le ton de voix qui convenait. Je note cela comme un avertissement. Maintenant, ce qui compte est d’aller très lentement ; de s’arrêter au milieu du flot : de ne jamais forcer l’allure, s’allonger sur le dos et attendre que le monde secret du subconscient soit peu à peu habité ; ne pas chercher à avancer la bave aux lèvres. Rien ne presse. »

Virginia Woolf, Quel soulagement : se dire « j’ai terminé », p.141

« je rêve d’écrire quatre lignes en même temps, et que chacune décrive le même sentiment, comme le fait un musicien : parce qu’il me semble que c’est ainsi que cela se passe dans la vie, simultanément, à des niveaux différents. »

Virginia Woolf, Quel soulagement : se dire « j’ai terminé », p.142


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.