Collection « Réflexivités et expérimentations épistémologiques »

1. Une nouvelle collection !

co-dirigée par Florence Piron et Mélodie Faury aux Editions science et bien commun

« Faire des cabanes en tous genres – inventer, jardiner les possibles ; sans craindre d’appeler « cabanes » des huttes de phrases, de papier, de pensée, d’amitié, de nouvelles façons de se représenter l’espace, le temps, l’action, les liens, des modalités de la pratique. Faire des cabanes pour occuper autrement le terrain ; c’est-à-dire toujours, aujourd’hui, pour se mettre à plusieurs.

Pas pour prendre place, se refaire une place là où ça ne gênerait pas trop, mais pour accuser ce monde de places – de places faites, de places refusées, de places prises ou à prendre. », Marielle Macé, 2018

« « Être de ce monde, c’est aussi songer individuellement à ce à quoi l’on contribue, se poser la question de quel monde édifie-t-on par son action. Mon geste, reproduit-il les conditions de l’iniquité, de la domination, et de la dévastation, ou rend-il ce monde plus fécond, plus ouvert, et plus vivifiant ? ».  Felwine Sarr, 2017.

« l’habitant est [plutôt] quelqu’un qui, de l’intérieur, participe au monde en train de se faire et qui, en traçant un chemin de vie, contribue à son tissage et à son maillage », Tim Ingold, 2007

Proposer un livre dans la collection « Réflexivités et expérimentations épistémologiques », c’est s’inscrire dans l’un des élans épistémologiques suivants :

  • Boucles réflexives et pas de côté : situer sa propre perspective (standpoint epistemology) dans le geste de construction de la connaissance ;
  • Donner accès aux matériaux, aux témoignages pour permettre le croisement des perspectives, la réflexivité collective et la discussion scientifique pour la construction d’une inter-subjectivité ;
  • Explorer les formes de l’écriture numérique augmenté au bénéfice de savoirs ouverts et dialogiques ;
  • Explorer les formes et les styles d’écritures liées à la recherche – interroger et déconstruire les « normes classiques » pour retrouver le sens des pratiques normées et/ou développer une créativité dans les formes de partage et de construction de la connaissance – et la place du « je » du sujet connaissant dans l’écriture ;
  • Explorer des co-écritures pour la co-construction de connaissances, aux croisements de divers savoirs ;
  • Mise en dialogue de différents types de savoirs avec les savoirs académiques : savoirs d’expériences, savoirs de vie, savoirs d’action des professionnels,…
  • Donner à entendre la voix de sujets connaissants peu audibles (sans voix, invisibles, indicible, infra-ordinaire) via les possibilités de l’écriture, et notamment de l’écriture numérique ;
  • Transformer le rapport au terrain ou à « l’objet » de connaissance : tact, contact, émotions, place du corps, des émotions ;
  • Partager – dans un mouvement réflexif – un parcours de recherche, une expérience vécue de la recherche ou d’un contact avec la recherche ;
  • Partager des écritures intermédiaires donnant à voir le chemin d’une pensée ;
  • Partager un « journal de bord » de la recherche au quotidien ;
  • Développer de nouvelles formes de critiques des sciences.

Annie Ernaux, L’Écriture comme un couteau, Paris, Gallimard 2011 (2003).

Sandra Harding, « Rethinking Standpoint Epistemology : What is Strong Objectivity ? », dans Linda Alcoff et Elizabeth Potter (dir.), Feminist Epistemologies, New York & London, Routledge, 1993. pp. 49-82.

Donna Haraway, « Situated knowledges : the science question in feminism and the privilege of partial perspective », Feminist Studies, 14 (3), 1988. pp. 575-599.

Tim Ingold, Une brève histoire des lignes, éd. Zones sensibles, Routledge, 2007, p.108

Ivan Jablonka, L’Histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales, Paris, Seuil, « Librairie du xxie siècle », 2014.

Baudouin Jurdant, « Parler la science ? », Alliage, 59, 2006. pp. 57-63. En ligne : http://www.tribunes.com/tribune/alliage/59/page6/page6.html

Marielle Macé, « Nos cabanes », AOC media, 2018. https://aoc.media/fiction/2018/04/01/nos-cabanes/

Marielle Macé, Styles. Une critique de nos formes de vie, Paris, Gallimard, 2016.

Joëlle Le Marec, « Le public, le tact et les savoirs de contact », Communication & langages, 2013 (1), n°175, pp. 3-25. En ligne : https://www.cairn.info/revue-communication-et-langages1-2013-1-page-3.htm

Florence Piron, « Méditation haïtienne. Répondre à la violence séparatrice de l’épistémologie positiviste par l’épistémologie du lien », Sociologie et sociétés, Vol. XLIX, no 1, printemps 2017, p. 33-60.

Marie-Anne Paveau, « Le désir épistémologique », Semen – Revue de sémio-linguistique des textes et discours, 29, 2010, pp. 7-13.

George Perec, L’infra-ordinaire, Paris, Seuil, 1989.

Maria Puig de la Bellacasa, « Technologies touchantes, visions touchantes. La récupération de l’expérience sensorielle et la politique de la pensée spéculative. » in Penser avec Donna Haraway, Paris, Presses Universitaires de France, 2012.

Felwine Sarr, Habiter le monde. Essai de politique relationnelle, Montréal, Mémoire d’encrier, 2017.

Virginia Woolf, Quel soulagement : se dire « j’ai terminé », Paris, Les belles lettres, 2018.

Benedikte Zitouni, « With whose blood were my eyes crafted ? (D. Haraway) Les savoirs situés comme la proposition d’une autre objectivité» in Elsa Dorlin et Eva Rodriguez (dirs.), Penser avec Donna Haraway, Paris, Presses Universitaires de France, 2012, pp.46-63.

ATD Quart Monde – Le croisement des savoirs et des pratiques : une démarche. https://www.atd-quartmonde.fr/sengager/dans-votre-milieu-professionnel/croisementdessavoirs/le-croisement-des-savoirs-et-des-pratiques/

Livre blanc ALLISS (mars 2017) – Prendre au sérieux la société de la connaissance. https://inra-dam-front-resources-cdn.brainsonic.com/ressources/afile/397900-528c0-resource-livre-blanc-alliss-prendre-au-serieux-la-societe-de-la-connaissance.pdfnull1

2. Proposer un projet aux Editions science et bien commun

3. Valeurs et projet éditorial des Editions science et bien commun

4. Consignes de présentation d’un manuscrit

5. Guide d’écriture inclusive

6. Équipe éditoriale et comité scientifique

7. Éthique du peer-review

Le projet éditorial des éditions science et bien commun

Proposer un livre aux Éditions science et bien commun, c’est accepter de partager les valeurs portées par leur projet éditorial :

  • la publication numérique en libre accès, en plus des autres formats
  • la pluridisciplinarité, dans la mesure du possible
  • le plurilinguisme qui encourage à publier en plusieurs langues, notamment dans des langues nationales africaines ou en créole, en plus du français
  • l’internationalisation, qui conduit à vouloir rassembler des auteurs et auteures de différents pays ou à écrire en ayant à l’esprit un public issu de différents pays, de différentes cultures
  • mais surtout la justice cognitive :
    • chaque livre collectif, même s’il s’agit des actes d’un colloque, devrait aspirer à la parité entre femmes et hommes, entre juniors et seniors, entre auteurs et auteures issues du Nord et issues du Sud (des Suds); en tout cas, tous les livres devront éviter un déséquilibre flagrant entre ces points de vue;
    • chaque livre, même rédigé par une seule personne, devrait s’efforcer d’inclure des références à la fois aux pays du Nord et aux pays des Suds, dans ses thèmes ou dans sa bibliographie;
    • chaque livre devrait viser l’accessibilité et la « lisibilité », réduisant au maximum le jargon, même s’il est à vocation scientifique et évalué par les pairs.

Il est également possible de proposer des livres « vivants », évolutifs, régulièrement mis à jour ou augmentés.

Finalement, mentionnons que ce projet à but non lucratif compte sur la participation active des auteurs et auteures à la fabrication de leur livre et à sa promotion.

Proposer un livre pour la collection « Réflexivités et expérimentations épistémologiques »

S’il s’agit d’un livre déjà rédigé :

Les auteures et auteurs vérifient tout d’abord si le projet éditorial indiqué ci-dessus leur convient. Si c’est le cas, ils ou elles peuvent envoyer le fichier électronique de leur manuscrit, accompagné d’un résumé de 400 à 500 mots, à faury@unistra.fr et propositions@editionscienceetbiencommun.org. Ce manuscrit sera soumis au comité éditorial pour appréciation et recommandation.

S’il s’agit d’un projet de livre :

Les auteurs et auteures préparent une proposition de livre de 400 à 500 mots environ en format Word ou Libre office. Cette proposition est ensuite soumise anonymement au comité éditorial. Au moins trois membres de ce comité doivent l’approuver, avec ou sans demande de modification, pour que le livre proposé soit accepté pour publication. Selon les cas, une deuxième évaluation du manuscrit complet est possible.

Toute proposition de livre doit comporter :

  1. Une description du contenu du livre proposé, incluant la thématique générale
  2. Une description du public visé;
  3. Une réflexion sur la pertinence sociale du livre (son importance pour la société, pour le bien commun);
  4. L’échéancier souhaité;
  5. Une explication de votre motivation à publier en libre accès;
  6. Un résumé de 50 mots accompagné de quelques mots-clés qui pourront être publiés.

Le projet éditorial

Proposer un livre aux Éditions science et bien commun, c’est accepter de partager les valeurs portées par leur projet éditorial :

  • la publication numérique en libre accès, en plus des autres formats
  • la pluridisciplinarité, dans la mesure du possible
  • le plurilinguisme qui encourage à publier en plusieurs langues, notamment dans des langues nationales africaines ou en créole, en plus du français
  • l’internationalisation, qui conduit à vouloir rassembler des auteurs et auteures de différents pays ou à écrire en ayant à l’esprit un public issu de différents pays, de différentes cultures
  • mais surtout la justice cognitive :
    • chaque livre collectif, même s’il s’agit des actes d’un colloque, devrait aspirer à la parité entre femmes et hommes, entre juniors et seniors, entre auteurs et auteures issues du Nord et issues du Sud (des Suds); en tout cas, tous les livres devront éviter un déséquilibre flagrant entre ces points de vue;
    • chaque livre, même rédigé par une seule personne, devrait s’efforcer d’inclure des références à la fois aux pays du Nord et aux pays des Suds, dans ses thèmes ou dans sa bibliographie;
    • chaque livre devrait viser l’accessibilité et la « lisibilité », réduisant au maximum le jargon, même s’il est à vocation scientifique et évalué par les pairs.

Il est également possible de proposer des livres « vivants », évolutifs, régulièrement mis à jour ou augmentés.

Finalement, mentionnons que ce projet à but non lucratif compte sur la participation active des auteurs et auteures à la fabrication de leur livre et à sa promotion.

Le fichier d’un manuscrit ou de la proposition d’un livre doit être envoyé à propositions@editionscienceetbiencommun.org.

Pour plus de détails sur le processus, voir la politique éditoriale.

Conditions financières

Les ÉSBC n’imposent a priori aucun frais de publication pour les auteurs et auteures des pays des Suds. Aux auteurs des pays du Nord, une subvention sera demandée selon les ressources disponibles, le nombre d’exemplaires à imprimer, etc.

Consignes de présentation d’un manuscrit

Guide d’écriture inclusive (visibilité égale des femmes et des hommes)

Les Éditions sciences et bien commun (ESBC) préconisent l’écriture épicène, c’est-à-dire une écriture qui rend visibles hommes et femmes également.

Photo by Kristina Paukshtite from Pexels


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.