Et vous, dans quelles “logiques” vous reconnaissez-vous ?

Chères carnetières, chers carnetiers,

Suite à la publication d’un article de le dossier thématique “Information scientifique et diffusion des savoirs : entre fragmentations et intermédiaires” de la Revue SFSIC tout juste mis en ligne, je reviens au carnet de recherche pour essayer d’engager une conversation avec les concerné.e.s, les carnetier.es, notamment pour l’attention particulière que je porte à la réflexivité ordinaire quant aux situations de communication :

  • vous reconnaissez-vous dans les logiques que nous proposons ? Certaines vous paraissent-elles manquantes ?

Logique de valorisation ; Logique de publication ; Logique d’édition ; Logique d’éditorialisation de soi ; Logique pédagogique et de vulgarisation ; Logique d’information ; Logique de mise en lien ; Logique de partage des idées ; Logique d’élaboration

  • avez-vous des réactions quant à ce que nous proposons, en tant que carnetier.es ?

Je serais ravie que le carnet puisse, après la publication, être le lieu d’une conversation scientifique qui se déroule dans plusieurs lieux (chez Ingrid Mayeur, Karim Hammou, Caroline Muller, Laurent Beauguitte, Nicolas Simon, ou encore dans le cadre des 10 ans d’Hypothèses, de la journée Agorantic et du séminaire HYCAR).

Pour lire l’article

Elsa Poupardin et Mélodie Faury, « Hypotheses.org org : l’inscription d’une pratique de communication dans l’activité de recherche », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 15 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 30 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/4877


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Karim Hammou dit :

    Merci beaucoup pour ce passionnant article. En tant que carnetier, je me reconnais dans plusieurs des logiques évoquées, bien entendu. Il y en a cependant une autre, qui me paraît encore irréductible à celles que vous évoquez, et qui compte pour moi : une logique de coopération.
    C’est moins des idées que je lance en partage que des propositions d’action : appels à témoigner, à (se) rencontrer, à agir… Beaucoup d’aspects évoqués autour de la «logique de partage des idées » pourraient se retrouver ici, mais avec une focalisation moindre sur la connaissance scientifique.
    Et c’est un peu l’idée qu’il y avait derrière mes métaphores maritimes : pêche à la ligne, bouteille à la mer… Ce sont des billets comme « Avis de recherche : represent, represent, represent ! », « Ettika, Scott la Rock, Lionel D… Considérations in Actuel », « Danser à Paris dans les années 1980 », « Le Genius n’a pas de sexe »…
    Peut-être qu’on peut considérer cette logique comme relevant plutôt de la vulgarisation – et donc comme une “communication sur la recherche, ou à distance de la recherche”, qui ne “participe [pas] à la pratique professionnelle de la recherche”. Au contraire, je la vois plutôt comme une communication au cœur même du sens que la recherche peut avoir pour moi : contribuer à faire advenir (ensemble – un “ensemble” aux contours encore à venir) quelque chose qui ne relève pas nécessairement de la science, mais auquel la science (sociale) apporte une contribution, qui peut être modeste (par l’amorce d’une démarche, une proposition de regard, un document exhumé…).
    A la limite, cela pourrait relever d’une « logique de partage » dont la « logique de partage des idées » ne serait qu’une possibilité, et le « désir épistémologique » une modalité, parmi d’autres désirs.

    • Un grand merci Karim de poursuivre ainsi la conversation. Je vais prendre le temps de te répondre, ici ou ailleurs, un peu en différé, mais d’ores et déjà c’est pour moi c’est important d’entendre que tu as besoin d’autres façon de dire ce dont tu as l’expérience avec le carnet. Je sors tout juste d’un groupe de travail sur les relations entre les acteurs de la “société civile” et de la recherche, sur les articulations entre les différents types de savoirs, sur le rapport entre savoirs et actions. Cela me fait penser à la difficulté qu’il y à travailler (en tant que chercheuse) sur la recherche et la connaissance scientifique sans penser ses relations “avec le monde” et ses modes de coopération et de lien à l’action. Notre propos se centre “sur la pratique de recherche” selon un référentiel qui reste centré sur la production scientifique “légitime” et donc selon une version de la recherche encore très séparée de ses effets en dehors des formes académiques et des critères de valeurs et d’évaluation propres à la “profession”. Bref notre manière même de regarder les logiques entretient des dualités / séparations discutables. Merci, cela va faire son chemin.