Au bonheur de Marie – Récit d’une de celles qui restent

Ma chère Marie, quelle tristesse immense.

Et quelle joie d’avoir eu le bonheur de partager cette seule et unique soirée dans la (vraie) vie au cœur de ces échanges réflexifs si vivants et amicaux dans la Villa réflexive et sur Twitter. Comment expliquer ce qui s’y tisse parfois ? Doit-on seulement le faire.

*

Le 7 décembre 2017
il a une soirée inoubliable avec Marie Ménoret, à rire, à boire, à vivre, à parler de la mort et de la vie avec la même vitalité et le même appétit pétillant pour l’échange.

Marie rayonne.

Elle sourit pleinement. Elle n’a pas de temps à perdre, ou plus rien à perdre, ou aime pleinement la vie, au jour le jour, comme si elle n’était pas bien sûre de son existence du lendemain. Marie a touché la mort de près, l’a frôlée plusieurs fois. Mais aujourd’hui elle rayonne, elle irradie, elle me réchauffe.

Elle dit qu’elle est ravie de cette rencontre, que c’est drôle, je lui rappelle Christine à l’âge où elle l’avait rencontré, cette très bonne amie. Que je suis à l’âge qu’avait alors son amie, alors que Christine a atteint son âge à elle.

Nous parlons de nos vécus, de nos urgences, nos connivences, et de l’absence de concessions aux morts-vivants.

Nous parlons du miroir à traverser, du mur à abattre, des anesthésiés d’un côté et des vivants qui regardent la mort en face de l’autre.

Marie me parle avec enthousiasme de Vinciane Despret, des transformations silencieuses de François Jullien.

Nous parlons d’une familiarité de proximité avec les survivants. Nous parlons de Barbara, de Lacan. Du biais dans nos recherches, de l’objectivité comme illusion.

Marie me touche le bras, prend contact.

Nous parlons de nos corps, de la parole qui se libère quand on dit au revoir à nos futurs morts.

Nous parlons de rire, de la joie à l’enterrement, du sourire de ceux qui restent.

De dédramatiser

de légèreté

de Barbara, encore, et des paroles par cœur.

Du souffle, de la colonne vertébrale, de la valve au cœur opérée.

Du temps qui reste.
De Semprun, du temps qui éloigne de la mort ou qui en rapproche.

De gravure, d’encre, d’ancrage.

Des survivantes.


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.