L’atmosphère d’un projet #1 – Préambule

Dans ce texte, tout ne sera pas à garder ou peut-être rien ne sera à garder pour la version finale de l’ouvrage co-écrit à huit mains. Mais pour moi – aujourd’hui – il était important de pouvoir l’écrire sous cette forme.

Ecrit le 5 mars 2019

Préambule

La co-écriture de ce livre est un exercice intéressant et stimulant – tant émotionnellement qu’intellectuellement : il nous remet en mouvement, à distance d’une expérience vécue, sur ce que chacun.e de nous a trouvé dans le projet et sur nos manières respectives de le vivre, et à présent de le formuler. La co-écriture met immédiatment face à la difficulté de partager une représentation de ce qui a eu lieu car nous regardons tou.te.s le « projet » depuis notre propre perspective, depuis notre propre place, depuis notre propre vécu.

La mise en écriture, c’est-à-dire en discours, de ce qui s’est passé fait face à la difficulté de l’écrit qui linéarise et fait prédominer une représentation, celle qui s’inscrit, sur toutes les autres. Il y aurait mille façons de raconter ce projet, d’en donner une image, de lui donner corps. Et c’est avant tout à présent celles et ceux qui prennent la parole dans ce livre qui se retrouvent finalement en « pouvoir »  de donner une représentation inscrite et durable, parfois conceptualisée, d’une expérience vécue de multiples manières au sujet de laquelle elles et ils construisent un perspective à plusieurs voix.

La co-écriture des parties précédentes, cette « écriture avec », que nous avons mobilisée dans les premiers temps de notre travail, était passionnante pour ce qu’elle nous permettait en retour de réinterroger, de voir depuis le point de vue et le vécu d’un autre dans le projet. Cette co-construction à huit mains était fluide et nous a donné un instant l’illusion d’une représentation pleinement partagée à quatre, au moins, car issue du croisement vivant de nos perspectives.

J’ai été frappée ensuite, prise dans cette illusion d’une forme co-perçue du livre et de la co-écriture, par la – sûrement nécessaire et incontournable – survenue (ou retour) des perspective propres, tant dans les discours et les modes de co-construction des discours, que dans les modes relationnels. Revient le moment où il ne s’agit plus d’articuler mais de préserver chaque perspective dans sa particularité, dans ce qu’elle dit de précieux et de différent. La construction commune trouve ses limites dans la nécessité individuelle d’une voix propre qui veut se faire entendre et ne souhaite pas se fondre dans un discours uniquement collectif.

Car dans le projet « Embarquez en Antarctique ! » comme dans le projet qui l’a accueilli de la « Maison pour la science en Alsace, au service des professeurs » on co-construit avec mais on co-construit aussi pour : pour des raisons qui nous sont propres et pour ce qui nous importe de particulier en lien avec notre parcours professionnel mais aussi avec notre histoire personnelle.

Je quitte donc ici un instant le geste difficile de la construction d’un discours partagé – dans lequel chacun.e se reconnaît autant que possible – pour déployer ma voix propre sur le projet, celle qui provoquera peut-être des dissonances avec les co-autrices et le co-auteur de cet ouvrage, celle en tout cas qui parle depuis la place où je me trouvais au moment du projet (« directrice de la Maison pour la science en Alsace ») puis depuis celle où je me trouve aujourd’hui (« chercheuse en études de science »).

J’aborde donc ainsi l’environnement, selon moi, de l’émergence d’un tel projet, depuis le travail invisible de la direction dont j’avais la charge : celui qui consiste à créer les conditions de possibilité et « l’atmosphère propice ». Un potentiel n’est pas grand chose s’il reste à l’état de potentialité.

Qu’on ne se méprenne pas sur mes intentions. Je suis profondément convaincue que l’émergence du projet « Embarquez en Antarctique ! » doit tout à la conjonction d’une multitude de facteurs dont même ce livre n’arrivera pas à rendre compte. Il y a les facteurs que je perçois et ceux que je ne peux pas percevoir depuis là d’où je regarde. Chaque facteur est essentiel, plus ou moins visible, discret, plus ou moins vitale au projet. Je suis sensible et je tiens à l’interdépendance autant dans l’expérience de la « Maison pour la science en Alsace » quand dans le projet « Embarquez en Antarctique ». « Je » suis un facteur parmi une multitudes d’autres. Cette interdépendance entre en tension avec la question de l’engagement et de la reconnaissance de l’engagement des individus – mais aussi du temps investi – de tous les acteurs dans ce projet. L’exercice des remerciements est pour cette raison toujours un exercice particulièrement difficile car « l’oubli » est à la fois inévitable et une faute. On ne voit jamais tou.te.s celles et ceux, et « ce », qui se mobilisent. Depuis chaque perspective il y a des points aveugles. C’est une tension forte dans les projets collectifs dans lesquels de nombreuses personnes s’investissent, de manière visible ou non. Et ce qui finalement prédomine dans un projet, c’est la voix de celles et ceux qui y ont consacré le plus de temps et en l’occurrence sur un temps de travail plus ou moins bien reconnu, salarié mais auquel s’ajoutent parfois de nombreuses heures de travail invisible, « hors cadre » officiel, qu’il est d’emblée plus difficile de percevoir et de valoriser.

Je témoigne[1].

Pour rendre visible un invisible. D’un travail effectué dans le cadre officiel mais qui n’apparaît dans aucun indicateurs ou objectifs du projet.

Parce qu’il est ce que j’ai appris de plus fondamental dans cette expérience. Parce qu’il est ce que j’ai de plus important à partager.

L’atmosphère d’un projet.

Photo by Elia Clerici from Pexels


[1] Sarah Cordonnier (dir.). Trajectoire et témoignage : Pour une réflexion pluridisciplinaire. France. Editions des Archives Contemporaines, 2015. Je m’appuie sur cet ouvrage collectif pour appuyer l’importance que j’accorde aux témoignages. Par le témoignage qui suit, je ne cherche pas la reconnaissance d’un travail effectué, oublié ou pas assez souligné de la « direction ». Je ne cherche pas la prédominance d’une voix sur une autre, mais la démultiplication des voix différentes comme autant de témoignages. Je ne souhaite pas faire reconnaître ou prédominer mon propre travail. Je ne suis plus « directrice » aujourd’hui – ce qui facilite je crois le témoignage ou permet au moins d’en changer les enjeux – et mon lieu d’action est ailleurs à présent. Je ne souhaitais initialement pas inscrire ce témoignage dans cet ouvrage (et cette inscription reste pour moi une question quant à son sens et à ce qu’elle fait).


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.