Identités du chercheur et narrations en SHS

Colloque interdisciplinaire – 5-6 Juin 2019 – Nancy

Lien vers l’appel à contribution

Programme

Intentions

L’objectif du colloque est d’explorer les modes et niveaux d’articulation entre postures de recherche et expression biographique pour en comprendre les enjeux cognitifs et symboliques. Il a pour ambition d’appréhender le sens et la portée du phénomène biographique dans les pratiques de communication des chercheur·e·s contemporains, ses spécificités et ses enjeux dans le contexte socioéconomique, politique et académique actuel.

L’hypothèse première est que ce travail de construction narrative de l’identité du chercheur s’élabore à la croisée de plusieurs mondes, académique, personnel, professionnel, dans lesquels les chercheur·e·s puisent des ressources d’action, cognitives et communicationnelles, diversement mobilisées selon les trajectoires, les temporalités ou encore les cultures techniques, narratives et visuelles qui leur sont propres. Pour comprendre les dynamiques à l’œuvre et tenter d’en restituer les modalités et spécificités, nous nous attacherons à étudier les figures de l’action (les prises de parole, productions de recherche de l’individu-chercheur) dans les situations et dispositifs qui leur donnent forme et sens (espace-temps consacré ou non consacréà la recherche). Les récits des chercheur·e·s prennent appui sur un usage spécifique des technologies de communication, une interprétation diverse des cadres sociaux d’interaction et de leur propre subjectivité. À travers ces investissements de forme (Thévenot, 2006), il s’agira de montrer comment l’expression biographique donne à voir et à explorer la fabrique de l’identité du chercheur contemporain. En effet, les pratiques narratives des chercheur·e·s se déploient aujourd’hui sur une diversité d’espaces et de formes : on observe un recours croissant(plus ou moins obligé) à l’écriture narrative et réflexive dans les prises de parole académiques(e.g. bilans et projets scientifiques, habilitations à diriger des recherches…) ; en parallèle, à la croisée d’autres domaines, ce sont les formats des récits qui se diversifient (e.g. Ma thèse en 180 secondes, Ma thèse en BD, conférences gesticulées…). Plus largement encore, les chercheur·e·s s’approprient les dispositifs de médiations socionumériques (e.g. chaînes Youtube, blogs, carnets de recherche…), investissent des espaces culturels (scènes de théâtre, galeries) pour faire récit de leurs recherches. En cela, ils partagent avec d’autres acteurs du monde social des objectifs de vulgarisation (e.g. Café des sciences, Science & You, The Conversation…). Et ces pratiques peuvent être fortement valorisées, a minima récompensées (e.g. Festival du film de chercheurdevenu Festival Sciences en lumière). Comment ces « nouveaux » espaces narratifs permettent-ils aux identités d’apparaître, de se constituer ou encore se singulariser ?

Interdisciplinaire, le colloque entend faire dialoguer recherches exploratoires ou émergentes, travaux empiriques ou réflexions théoriques et méthodologies propres aux différentes disciplines des SHS. Les propositions de communication pourront s’inscrire dans l’un des quatre axes suivants :

Axe 1. Les formes et types de récit contemporains de chercheur

Axe 2. Les enjeux professionnels et académiques des productions narratives

Axe 3. Récit, posture et engagement dans l’espace public

Axe 4. Vulgarisation et médiation des savoirs


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.