Résidence estivale

Cet été, une drôle d’idée nous a traversées avec D. : et si nous vivions à un autre rythme notre métier de chercheuses ? Et si nous nous retrouvions hors sol, dans un espace à nous, pour écrire, échanger, souffler, sans programme défini, juste celui du temps ouvert et de la conversation, avant le début des échéances et des accélérations ?

L’idée est inspirée de l’expérience de la Villa réflexive, qui a nourri régulièrement nos enthousiasmes et nos élans collectifs depuis 2012, qui a représenté – souvent – un espace de respiration et d’inspiration, “entre”, tant pour celles et ceux qui y écrivent que pour celleux qui viennent y lire.

Et si la Villa prenait ses quartiers IRL1 ? Parfois ici, parfois là ? Pas pour mimer des colloques ou des séminaires. Pour vivre au rythme que chacun.e souhaite, extrait.e exceptionnellement de la course académique et suivre un à un tous nos fils ou au contraire pour prendre le temps de les tisser, en co-habitant. Car la co-habitation concentre, densifie, entretient l’élan. Car le changement de cadre et le déplacement fait penser ailleurs et autrement. Nous n’inventons rien et c’est une expérience largement partagée.

L’été – et les autres congés – est une saison propice pour penser, écrire, à défaut parfois du reste de l’année consacré à suivre le flux des tâches. C’est absurde quand on y pense. Je ne parle pas de vacances, mais de ce temps de cuisine ouverte nécessaire à nos élaborations. C’est finalement ce que l’on retrouve chez de nombreuses chercheuses et chercheurs qui écrivent l’été ce qu’illes n’ont pas eu le temps de tracer tout au long de l’année.

Et comme nous étions aussi ensemble pour penser avec Marie Ménoret, je partage cette citation de son carnet Damocles For Ever :

« Normalement, le surgissement d’une idée se prépare uniquement sur la base d’un travail acharné. Certes il n’en est pas toujours ainsi. L’idée qui survient à un dilettante peut avoir, au plan scientifique, une portée parfaitement identique à celle du spécialiste, et même parfois plus grande. Nous devons d’ailleurs beaucoup de nos meilleures problématiques et connaissances à des dilettantes. Le dilettante ne se distingue du spécialiste – suivant le jugement de Helmholtz sur Robert Mayer – que par l’absence de sûreté dans la méthode de travail et très souvent, en conséquence, par l’incapacité de vérifier et d’apprécier la portée de l’idée qui lui est venue ou encore de mener celle-ci à bonne fin. Si le surgissement de l’idée ne remplace pas le travail, celui-ci de son côté ne peut remplacer ni forcer le surgissement de l’idée, pas plus d’ailleurs que ne le peut la passion. Mais le travail et la passion l’appellent, et surtout les deux à la fois. Néanmoins elle ne jaillit pas quand nous le voulons, mais seulement quand elle le veut. Il est exact que nos meilleures idées nous viennent, suivant la description de Ihering, assis sur un canapé avec un bon cigare, ou bien, selon ce que Helmholtz a dit de lui-même avec une précision toute scientifique, en train de nous promener sur une route qui monte légèrement, ou en de tout autres circonstances analogues encore. En tout cas, elles nous viennent au moment où nous ne nous y attendons pas et nullement pendant le temps où, assis à notre table de travail, nous nous creusons la tête et cherchons. À vrai dire, elles ne nous seraient pas venues si l’on n’avait pas eu derrière soi cette réflexion obsédante et cette recherche passionnée. Quoi qu’il en soit, le travailleur scientifique est obligé de compter avec le hasard qui fait partie de tout travail scientifique: l’inspiration viendra-t-elle ou non? On peut être un travailleur remarquable et n’avoir pourtant jamais eu personnellement une idée importante. » Max Weber, « Le savant et le politique » (1919).

L’expérience est si convaincante qu’elle m’incite à reproduire l’essai, à essayer de construire ces soupapes au fil de l’année, un ou deux fois par an. De résidence en résidence, trouver un autre rythme pour la recherche.

  1. In Real Life []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...