« Ma thèse en 180 secondes » : les enjeux d’un dispositif de médiation scientifique #1

Série de billets issue de mon intervention lors du colloque "Identités du chercheur et narrations en SHS" (juin 2019, Nancy), organisé par le laboratoire CREM (Centre de Recherche sur les Médiations – EA 3476) - Publié en version courte et éditée début 2020 dans la collection "Série Actes" de la revue Questions de communication.

Version pré-print issue du colloque disponible sur HAL.

Que font les doctorant·es1 quand elles et ils parlent dans le dispositif « Ma thèse en 180 secondes » ? Parlent-iels de science, de recherche, d’eux-mêmes ? Que partagent-iels, et que construisent-iels dans les dispositifs de médiation qui leur sont proposés ? L’existence de ces lieux d’expression individuelle, situés et publics, fait-elle émerger des manières différentes de parler la science ? Parler « à la première personne » suffit-il à parler depuis sa propre perspective et avec sa propre voix ?

Concours international fondé en 2012 au Québec par l’Acfas (Association francophone pour le savoir) puis étendue internationalement à partir de 2012, Ma thèse en 180 secondes (MT180s) est décliné de Three minute thesis, et concerne 18 pays en 2018 (la Belgique, le Bénin, le Cameroun, la France, l’Indonésie, le Maroc, le Québec, le Sénégal, la Suisse, la Tunisie, etc.) : « Le concours Ma thèse en 180 secondes permet à des doctorants de présenter leur sujet de recherche en termes simples à un auditoire profane et diversifié. Chaque participant.e doit faire, en  trois minutes, un exposé clair, concis et surtout convaincant autour de son projet de recherche. » (Cahier du candidat MT180s, 2019).

Je considère MT180s comme une situation de médiation et des manières de prendre la parole, que je mets par ailleurs en perspective avec d’autres dispositifs (carnets de recherche, TedX, chaînes Youtube, conférences gesticulées, concours d’éloquence, etc.). Ce sont les effets de ces différentes situations de communication en termes de réflexivités et des voix portées qui m’intéressent. Dans MT180s, les doctorant.es parlent-iels en leur nom, incarnant un propos et développant une perspective propre, ou « au nom de la science », de leur laboratoire ou de leur université par exemple ? Peuvent-elles et ils habiter les situations de communication et comment ?

Dans les différentes situations étudiées, les doctorant·es choisissent souvent de partager les connaissances validées qu’iels ont acquises pendant leur parcours, et que parfois iels enseignent. C’est une manière d’ouvrir des savoirs, de vulgariser des contenus, tout en se positionnant personnellement dans un champ, dans une discipline. Il s’agit alors de se rendre visible et de se présenter (et non de se raconter) : soi vis-à-vis de ses pairs, soi comme « maîtrisant » un certain nombre de connaissances, de références, soi comme « appartenant » à une discipline, à un groupe professionnel.

En termes de parcours de recherche, la thèse est le moment où le doctorant choisit ou non de s’inscrire dans un métier, une discipline et un champ, dans un sujet de recherche, à partir de l’expérience vécue et située de la pratique (Faury, 2012). Quelles sont les voix que l’on entend quand les doctorant.es prennent la parole ? Est-ce que les doctorant.es parlent d’elles et eux ? Comment sont-elles et ils présent.es ? Quels rôles joue l’énonciation à la première personne ? De quelle(s) science(s) parle-t-iels ? Se situent-iels par rapport à leur expérience vécue ?

D’un point de vue méthodologique, j’étudie le dispositif MT180s à partir essentiellement des vidéos disponibles en ligne2 , transcrites, et étudiées grâce à de l’analyse de discours focalisée sur le rapport identitaire et culturel aux sciences, intégrant notamment la question des normes, des valeurs et de la réflexivité (voir méthode développée au cours de ma thèse ; Faury, 2012) et outillée par le logiciel d’analyse qualitative RQDA (R package for Qualitative Data Analysis) Cette analyse est mise en perspective avec l’expérience du dispositif en tant que membre du jury de présélection en 2018 à Strasbourg (mobilisation des critères d’évaluation) et par l’expérience de la formation des doctorant.es à divers dispositifs de médiation scientifique depuis 2010, à Lyon puis Strasbourg (Faury et Maillot, 2019).

1. Les enjeux d’un dispositif de médiation scientifique

Situer le dispositif MT180s

MT180s se présente sur son site officiel avec l’accroche suivante : « Qui a dit que parler de sa thèse était ennuyeux ? ». Autrement dit, il s’agit de rendre la science « fun », accessible, dynamique et convaincante, en rajeunissant son image, avec une attention à la diversité des doctorant.es qui l’incarnent. Dans ce contexte, il ne s’agit plus de « soutenir sa thèse », mais de la « défendre »3 . Au premier ordre, les doctorant.es sont coachés pour apprendre à convaincre que ce qu’iels font est intéressant, au regard des valeurs du concours. Mais de quelles valeurs s’agit-il ? Je parle de « coaching » dans la mesure où les doctorant.es sont formés à gagner pour passer le cap des sélections puis des finales régionales, nationales et arriver potentiellement à la finale internationale.

La forme évoque celle de la télé-réalité, depuis les sélections dans lesquelles une seule chance sera donnée à chaque candidat⁠2, jusqu’au déroulement des finales, au terme de « buzz⁠3 » associé à l’évènement, et à la starification⁠4 (toute relative et évoquant notamment La Nouvelle Star) des gagnant.es.

Les doctorant.es s’exposent et captent l’attention d’un public sur des recherches contemporaines. En quoi le dispositif définit-il ce que les doctorant.es peuvent dire ou nous pas dire? Que disent-iels quand iels parlent ? Peuvent-iels porter leur voix propre (Gilligan, 1982) ? A quelles sciences MT180s prépare-t-il les doctorant.es ?

« Le jury portera une attention particulière au talent d’orateur du candidat et à sa capacité de vulgariser son projet de recherche et comment il est mené. Le rôle du jury, quel que soit le niveau de compétition, est de faire ressortir le/la candidat(e) qui l’aura le plus convaincu et qui représentera les valeurs du concours Ma thèse en 180 secondes et plus largement la diversité des acteurs de la recherche5 » (Cahier du candidat MT180s, 2019).

La forme du concours pose d’emblée la différence entre écouter une histoire et évaluer une prestation. Dans MT180s, l’idée d’évaluer est centrale et constitutive : on n’évalue pas sur autre chose que sur l’effet convaincant de la prestation sur le public. Dans les critères d’évaluation, il y a la forme et le fond, mais c’est la forme de la prestation qui sera surtout utilisée par les doctorant.es pour « convaincre ». Le sujet de thèse, en tant que connaissances scientifiques et que méthodes) est mis au service de cette forme. Celle-ci s’autonomise de la pratique de recherche vécue par les doctorant.es, elle devient un « produit aux normes de MT180s » à défendre. Je dirais que la prestation consiste plutôt à promouvoir ou « vendre sa thèse » dans la mesure où aucune critique n’est émise face au propose (contrairement à une soutenance de thèse ritualisée autour de la présentation des travaux et de la conversation scientifique de ces travaux) puisqu’il n’y a pas de place dans le dispositif pour l’échange ou la relation bilatérale avec le public. Ni pendant le « spectacle », ni ensuite.

Figure 1. Critère d’évaluation des prestations.

MT180s, ce sont trois minutes pour dérouler un discours qui a été très préparé en amont. Il ne s’agit pas d’un oral qui émerge dans la situation (comme ce peut être parfois le cas en conférence, lorsque l’intervention n’est pas strictement lue) : nous voici dans le cas d’un oral-écrit, d’une restitution, d’une récitation de texte, quelque fois d’une interprétation d’un texte appris. On est face à un « oral » très calibré : comme les doctorant.es l’apprennent en formation, trois minutes correspond à un nombre assez précis de mots écrits.

« – On va dire qu’il y a deux phases. Il y une phase d’écriture, qui demande une véritable synthèse de tout ce que l’on a envie de dire parce que en 3 minutes, on a doit avoir à peu près 470 mots. Le plus compliqué reste (…) de sortir du jargon scientifique qui peut être parfois un outil de défense pour nous. (…). Et une phase de répétition qui trouve sa finalité quand ça coule en 2min 58, 59, 55. En se disant, tiens, je garde un peu de marge comme ça si je bafouille ou si je n’arrive pas à déglutir à ce moment-là je…

– Tu peux prendre le temps de respirer, éventuellement (rires) » (Nicolas Houel, 2019)4 .

1.2. Incarner « sa » thèse

Ainsi, le point d’entrée est toujours le même : parler de sa thèse pour convaincre. D’une certaine manière, ce n’est pas « soi » que les doctorant.es mettent en scène, mais bien leur thèse. Iels se mettent au service de leur thèse, iels deviennent en quelque sorte leur thèse pendant trois minutes, iels l’incarnent : leur titre de thèse est affiché et iels sont présentés par les organisateurs des finales via l’intitulé de leur travail de doctorat.

« Le but de ma thèse » (Paul Lafaye, 2017) ; « Eh bien c’est là-dessus que je travaille. (…) Comment on fait ça ? »( Valentin Pestel, 2017) ; « C’est ce que j’ai cherché à faire en creusant cette question », « Et c’est là que j’entre en scène. » (Alexandre Bourles, 2017) ; « L’objectif de ma thèse », « Et c’est ici que j’interviens » (Davina Desplan, 2017) ; « De mon côté, j’ai démontré » (Olivier Chabrol, 2017) ; « Je m’intéresse à » (Marie-Claudine Haumont-Sautereau, 2017) ; « Nous avons voulu savoir », « J’ai multiplié » « j’ai remarqué qu’après deux heures de contact » (Marius Colin, 2017) ; « Moi j’utilise une technique avec des bulles », (Lauréanne Parizot, 2017) ; « Eh bien le but de ma thèse est de récupérer ces plantes, dont on ne sait pas toujours quoi faire et d’en extraire des métaux. » (Marie Hechelski, 2017).

Et MT180s n’est pas seulement une question de victoire personnelle, ou d’un « sujet » de thèse sur les autres. Sur scène, les doctorant.es représentent une équipe de recherche5 mais également – et peut-être avant tout – une université, dont iels sont pour un temps les poulains, la figure de proue ou les champions. En France, le concours est financé par le CNRS mais aussi par la CPU (Conférence des Présidents d’Université). Par leur exposition publique, les doctorant.es représentent parfois tout un champ de recherche et les chercheur.es qui y travaillent, en les mettant en visibilité. C’est une manière d’ouvrir des connaissances, tout en se positionnant personnellement dans un champ, dans une discipline. Ainsi, iels se rendent visibles et se présentent : soi vis-à-vis de ses pairs, soi comme « maîtrisant » un certain nombre de connaissances acquises dans leur parcours, soi comme « appartenant » à une discipline, à un groupe professionnel. C’est aussi une manière de chercher une forme de reconnaissance et l’augmentation d’un capital symbolique (Bourdieu, 1976 ; Poupardin et Faury, 2018). Dans le cas de MT180s la conversation scientifique n’ayant pas de place, il s’agit avant tout d’être visible et non pas de partager du contenu scientifique ni dans le but d’engager une conversation scientifique, ni de partager la connaissance puisqu’en trois minutes on en reste au stade de « l’accroche ».

Dans MT180s, les doctorant.es présentent la science et ses concepts avant de parler de recherche, et quand iels parlent d’elles et eux dans leur recherche, c’est pour préciser leur contribution, leur mission dans un contexte scientifique plus large. Iels ne parlent que très rarement de leur expérience vécue de la recherche. Leur identité se construit en tant que « présentateur » de la science et en tant que chercheur.e et vulgarisateur.rice (Maillot, 2018), ou en tout cas en tant que ce qu’iels – et via les formations – se représentent être l’image attendue du « bon chercheur » ou du « bon vulgarisateur MT180s ». Ainsi se croisent dans ce dispositif des enjeux de légitimation, de valorisation et d’autorité au cœur desquels la figure du « bon » vulgarisateur, conférencier ou encore communicant entre parfois en collision avec la figure du « bon » chercheur.

Figure 2. Trois postures du chercheur en situation de vulgarisation (Maillot, 2018)

Ainsi peut-on se demander, dans le dispositif MT180s :  qui parle, et au nom de quoi ? Les doctorant.es se mettent en scène, s’exposent mais ne parlent pas avec leur voix propre : iels ne parlent pas en tant que doctorant.e détenteur d’un savoir d’expérience particulier de la pratique quotidienne de recherche (Fricker, 2009 ; Faury, 2012 ; Faury, 2019c), mais « au nom d’ » autre chose qu’elles-mêmes et eux-mêmes (leur thèse, leur laboratoire, leur université). D’une certaine manière, iels sont là – en représentation – mais sans être là dans leur singularité, c’est-à-dire en tant que détenteur d’une expérience propre et qui importerait pour elle-même. Dans le dispositif, iels se présentent en tant que détenteur d’un savoir conceptuel, et de potentiels résultats : iels défendent en quoi ces résultats importent, en quoi leur thèse est utile, en quoi elle va contribuer au monde (voire même « révolutionner » ou « sauver le monde »). Ainsi, comme l’écrit Philippe Hert (2014) : « la vulgarisation scientifique remplace les savoirs qui partent du corps éprouvant par un discours extérieur, celui des sciences », oblitérant le « savoir ordinaire qui passe par le vécu du corps ».

 J’entends par l’incarnation de la science le fait d’en retrouver la dimension orale (Jurdant, 2006a) et la dimension corporelle (Hert, 2014). D’une certaine manière, le dispositif MT180s vient mettre en tension la division classique « corps/esprit » aux fondements même de la science occidentale et cartésienne dont il s’agit de parler pour en rendre compte. Les doctorant.es ne sont pas seulement des courroies de transmissions ou des relais neutres d’un discours qui préexisterait sans elles et eux. Nous retrouvons ainsi l’un des paradoxes principaux de la vulgarisation ou de la médiation scientifique qui fait intervenir le sujet et son expression subjective pour porter et rendre présent dans l’espace publique un discours qui fonde pourtant sa valeur sur la mise à distance, sur l’effacement du locuteur (« une parole sans père ») (Jurdant, 2006a).

Billet suivant (à venir) >> Billet #2 “Adhérer au dispositif – Ce qu’il importe de dire et comment le dire”

>> Revenir au sommaire

  1. J’utilise dans cet article l’écriture inclusive en lien étroit avec la problématique de l’article : je fais l’hypothèse que les façons de prendre la parole dans le dispositif sont reliées à « qui » parle, une femme ou un homme. Étant donné les normes et les valeurs mobilisées dans MT180s, la question du genre est articulée à l’adhésion ou à l’incarnation de ces valeurs (voir I. Stengers 2003 « l’étoffe du chercheur » ; et l’ouvrage collectif « les Faiseuses d’histoire », I. Stengers et V.Despret, 2011). Cette hypothèse n’est pas traitée directement dans le présent article mais construit certaines parties de l’analyse (concernant les figures et notamment celle du « héros »). C’est notamment pour cette raison et pour la prise en compte du facteur « genre » (au moins comme hypothèse forte) que j’utilise l’écriture inclusive. Du point de vue de l’expérience vécue de la pratique de recherche – autre question transversale dans la construction du rapport aux sciences-, il est différent de vivre cette pratique professionnelle en tant que doctorante ou que doctorant. L’écriture inclusive peut rendre attentif et vigilant à l’existence de cette différence, qui reste sinon hors cadre. Enfin, d’un point de vue épistémologique et en l’occurrence pour être en cohérence avec l’épistémologie des savoirs situés, il importe de situer le plus précisément possible celle ou celui qui parle, notamment du point de vue du genre. Je finirai cette explication de l’usage d’une écriture, qui est aussi un engagement, en citant Eliane Viennot, professeuse de littérature française : « ce n’est pas d’écriture que nous devrions parler, mais de langage inclusif : celui qui inclut. D’abord les femmes, massivement exclues du langage ordinaire, mais aussi les minorités, généralement malmenées linguistiquement.»  (https://blogterrain.hypotheses.org/11453) []
  2. Voir le sommaire listant les vidéos plus spécifiquement analysées dans le cadre de ces billets. []
  3. « Défendre  sa thèse » est une expression utilisée en page d’accueil sur le site officiel pour le lien qui amène à la page d’inscription des doctorant.es. []
  4. Accès : https://labodessavoirs.fr/emissions-du-labo/these-180-secondes-recherche-defi-de-vulgarisation/. Consulté le 24 septembre 2019. Nicolas Houel, doctorant au Laboratoire « Ambiance Architectures Urbanités », École Centrale, Nantes. Émission « Ma thèse en 180 secondes : la recherche au défi de la vulgarisation, le 27 mars 2019. []
  5. L’équipe de recherche ou la communauté de recherche sont peu évoquées dans les discours, le cas échéant par l’occurrence du « nous ». []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.