« Ma thèse en 180 secondes » : Ce qu’il importe de dire et comment le dire #2

Billet précédent >> “Billet #1 – Les enjeux d’un dispositif de médiation scientifique”

Série de billets issue de mon intervention lors du colloque "Identités du chercheur et narrations en SHS" (juin 2019, Nancy), organisé par le laboratoire CREM (Centre de Recherche sur les Médiations – EA 3476) - Publié en version courte et éditée début 2020 dans la collection "Série Actes" de la revue Questions de communication.
Version pré-print issue du colloque disponible sur HAL.

2. Adhérer au dispositif et à la représentation d’une certaine science

Georgio Agamben (2014) donne une définition du dispositif (voir aussi les travaux de Foucault, 1971 ; 1975) qui permet de regarder plus précisément ce qui se joue dans Ma thèse en 180 secondes, pris en tant que dispositif de médiation scientifique : « tout ce qui a, d’une manière ou une autre, la capacité de capturer, d’orienter, de déterminer, d’intercepter, de modeler, de contrôler et d’assurer les gestes, les conduites, les opinions et les discours des êtres vivants ». Ainsi, MT180s ne permet pas aux doctorant.es de se comporter librement, ni de dire tout ce qui pourrait être dit sur « leur thèse » et les conforme à ce que l’on attend de leurs gestes, de leurs conduites, de leur discours, au bénéfice de la Science et des institutions (laboratoires, université) qu’iels représentent. Le dispositif ne permet pas à leur voix propre de se déployer. Le dispositif n’est simplement pas construit pour cela et s’insère dans une certaine manière (empreinte de normes et de valeurs implicites) de concevoir la médiation des sciences, la science telle qu’elle devrait être et ses représentations culturelles, et leur style (Macé, 2016). Les doctorant.es construisent leur narration et leur identité discursive (Charaudeau, 2009) par adhésion à ces normes et valeurs.

Le dispositif conditionne donc la manière dont les acteurs qui y participent vont considérer ce qui compte et conditionne la manière dont ils vont y prendre la parole. A ce stade, je peux reformuler mes interrogations : comment peut-on prendre la parole dans ce dispositif ? Au nom de quoi les doctorant.es parlent-iels ? Quelles voix sont portées ? De quels sujets connaissants s’agit-il ? De quoi fait-iels la narration ? De quelles sciences parlent-iels ? Quelles sciences donnent-on à se représenter via un tel dispositif ?

La « représentation » de la science dans MT180s est ainsi tout à la fois le fait de mettre en scène / sur la scène la science comme le fait de contribuer à la construction d’une représentation sociale de la science1 (Schiele et Boucher, 2003), et de participer à la mise en circulation de la science dans l’espace public en tant qu’être culturel ((Être culturel : « l’ensemble d’idées et de valeurs qui incarne un objet de la culture dans une société tout en se transformant constamment à partir de la circulation des textes, des objets et des signes » (Jeanneret, 2008).)) (Jeanneret, 2008).

Public de la finale nationale 2017, en France

2.1. Ce qu’il importe de dire et comment le dire : les leviers de la vulgarisation scientifique

La formation à MT180s peut être comparée à du « coaching », comme un accompagnement à la réussite, dans la mesure où il y a des « recettes » ou techniques précises, établies sur une analyse des pratiques de vulgarisation qui « fonctionnent », donc sur un principe d’efficacité des communications et non dans celui d’interprétation ou de communication « incarnée » (Faury et Maillot, 2019) : « Ma thèse en 180 secondes est un exercice de concision et de médiation qui nécessite une excellente préparation, tant au niveau du discours et de la prestance, qu’au niveau de la présentation du visuel sur PowerPoint.  Pour aider les étudiants à bien se préparer, les universités peuvent mettre en place une formation spécifique » Cahier du candidat MT180s, 2019).

Des recettes de communication

Les formations et les ouvrages se multiplient pour définir des techniques de communication assurant de « bien vulgariser » en vue d’une communication dite « efficace », qui vise à faire passer un message clair et/ou à convaincre, et/ou dans une visée pédagogique de transmission de concepts scientifiques plus ou moins complexe6. Dans MT180s on retrouve une série de leviers classiquement utilisés dans la médiation scientifique écrite (Labasse, 2001) ou orale, selon un principe d’efficacité des communications et non dans celui d’interprétation ou de communication « incarnée » (Faury et Maillot, 2019) : fil conducteur ou « bonne idée », analogies et métaphores, humour, accroches, permettre à l’auditeur de se représenter ce dont on parle, anecdotes, adaptation du propos au public visé – attention à la charge lexicale (éviter le jargon et les mots spécialisés), accessibilité, justesse du propos, valoriser les résultats, l’utilité et les applications de la recherche, etc.

D’autres ressorts, comme la personnification des objets de recherche (y compris en dehors des sciences du vivant) – que l’on retrouve dans les discours – paraissent plus vraisemblablement issus d’une culture populaire de la vulgarisation mobilisée (Et voici la vie, C’est pas sorcier, etc.) qu’un conseil qui serait explicitement donné2 : « les virus ont chacun leur cape et très souvent l’utilisent » (Camille Fritzelle, 2017).

Les leviers préconisés en formation apparaissent parfois en discours méta dans les prestations des doctorant.es : « Pour en faire – attention ! Premier mot scientifique – des écocatalyseurs » (Marie Hechelski, 2017).

« Bon, je préfère être honnête avec vous : j’ai un problème. Mon entourage a eu tellement de bons conseils que je n’ai pas réussi à trouver La bonne idée pour vous présenter ma thèse » ;  « Je pense qu’on sera tous d’accord pour dire qu’en général on s’attend à ce que le pitch soit drôle. » ; «  Donc exit l’humour. Mais je pouvais encore m’en sortir grâce au stratagème numéro deux : raconter une anecdote. » ; « Comme il paraît que nous sommes des êtres visuels, je pense qu’une belle métaphore sera la bienvenue pour vous expliquer » ; « Finalement, un bon pitch de Ma thèse en 180s ne peut pas se terminer sans parler des applications thérapeutiques. » ; « Bref, j’ai pas trouvé la bonne idée pour parler de ma thèse. »

(Camille Jacqueline, 2017)

C’est un exercice formateur que de mobiliser ces leviers de communication, présentés comme une « montée en compétences » dans les formations doctorales préparant à MT180s, qui mobilisent des professionnels de la communication et/ou de la médiation et/ou du théâtre, selon les universités.

Un modèle sous-jacent de communication

Les doctorant.es se positionnent en tant que détenteur.rices d’un savoir avec lequel iels entretiennent une relation particulière – de propriété intellectuelle – bien que s’inscrivant dans un champ collectif plus large avec lequel iels partagent des concepts clés, des méthodes, de terrains, des questionnements : il s’agit de « leur » thèse. Iels savent donc quelque chose qu’iels partagent, et se positionnent la plupart du temps selon un modèle implicite de communication descendant (sachant-ignorant7), explicatif, pédagogique, dit de « diffusion des savoirs », ou encore mobilisant le deficit model (Trench 2008 ; Faury et Maillot, 2019) : « moi doctorante, je vais vous expliquer », « moi doctorante, j’ai montré que » (Carole Bastianelli, 2017) ; « Je vais vous expliquer » (Marie Hechelski, 2017).

Ce choix implicite est relié d’une part au public visé, auquel il s’agit donc de s’adresser et pour lequel il faut adapter le discours construit : le « grand public » incarné plus concrètement par des élèves de 2nd cycle lors certaines des finales régionales. La mobilisation de figures populaires dans les discours des doctorant.es est liée à la mise en place de connivences en termes de référentiels culturels partagés et populaires (personnages de films, de dessins animés, de bandes dessinées, etc.). La forme unilatérale est liée d’autre part à la forme à la fois très courte et excluant tout échange avec le public. La conversation avec le public est donc simulée et jouée lorsque le « vous » est utilisé. Elle sert d’interpellation pour capter l’attention et ne met pas véritablement en place de discussion.

 « Si je vous dis sondage, vous pensez peut-être… » (Adama Sidiki, 2017) ; « Si je vous dis : fièvre, douleur musculaire, douleur articulaire, nausée, mal de tête ? (…)  Vous êtes-vous déjà posé la question (…) Parce que moi c’est exactement la question que je me pose m (…). Et l’objectif de ma thèse est de savoir (…) »  (Camille Fritzelle, 2017) ; « Vous allez me demander, dis donc Carole », (Carole Bastianelli, 2017) ; « Ce soir ensemble, et pendant trois minutes je vous rassure », (Alexandre Bourles, 2017) ; « Vous connaissez Monique ? » (Marius Colin, 2017).

Une prestation qui accroche

Certes, les doctorant.es utilisent une accroche pour démarrer : c’est leur première phrase construite sur un contrepied, la connivence, l’humour, la surprise, l’étonnement, ou encore le contre-intuitif : « Le changement climatique, c’est maintenant ! », (Carole Bastianelli, 2017) ; « La Nouvelle Calédonie. Ah ! Ça y est je vois déjà dans vos yeux le reflet des plages (…) on va s’intéresser à quelque chose de beaucoup moins  “ wahou ” » (Alexandre Bourles, 2017) ; « Les friches industrielles, ce doux environnement pollué et contaminé » (Marie Hechelski, 2017).

Je qualifie la totalité des trois minutes de présentation d’accroche à un sujet, sur lequel nous n’apprenons que ce qui pourrait nous donner envie d’en savoir plus. Car ces trois minutes permettent rarement de percevoir concrètement ce que les doctorant.es font au quotidien dans leur thèse et on se retrouve plutôt face à l’équivalent du chapeau d’un article que nous n’avons ensuite pas la possibilité de lire si le sujet nous intéresse en tant que public, puisque ce n’est pas l’objectif de MT180s. Le dispositif est construit de telle sorte que nous votons pour l’accroche de trois minutes elle-même : c’est elle qui concourt. Nous arrête-t-elle ? Nous parle-t-elle ? Nous convainc-t-elle ? Avons-nous envie d’encourager le/la doctorant.e à poursuivre sa thèse (de le/la financer si nous étions des financeurs) ? Mais comment nous convainc-t-on dans MT180s ? Comment les sujets de thèses sont-ils abordés de telle sorte qu’ils soient « marquants », de telle sorte que le public ait envie de « voter pour » (ce qui ne suppose pas nécessairement d’avoir compris de quoi il s’agit) ?

Dire « je » et raconter « sa » thèse

Considérer la place du « je » dans les carnets de thèse et dans MT180s, c’est questionner le « je » en sciences, la place et le rôle du locuteur, la question de la voix et de l’oralité, de la prise de parole, nos rapports aux sciences, nos rapports à la scientificité, au corps, aux émotions et aux expériences, la place du sujet parlant et pensant dans nos pratiques orales et écrites, scientifiques ou au sujet de la science. L’effacement du sujet dans les écrits scientifiques est le signe d’un désir de scientificité ou de la volonté de faire science qui conçoit la vérité comme synonyme d’objectivité et comme opposée à toute intervention de la subjectivité : écrire la science revient à construire des énoncés escamotant le sujet (Jurdant, 1975 ; Stengers, 1997 ; Jurdant, 2006 ; Faury, 2019b). Sur scène, au contraire, les doctorant.es incarnent individuellement leur thèse. Dire « je » revient alors à présenter ce que « j ‘» apporte, c’est-à-dire de quelle manière les doctorant.es contribuent au progrès de la connaissance, à la résolution d’une question, à dire quelle est « sa » part. Ainsi, les doctorant.es se valorisent par leur production de résultats. Iels racontent leurs aventures dans la construction du savoir, parfois les romancent, deviennent les protagonistes « sympathiques » d’une élaboration scientifique qui veut se présenter sous un visage aimable : « alors oui, j’avoue m’être imaginée en safari en Afrique, à l’affut des girafes et des lions, en train de récolter ma petite plante » (Marie Hechelski, 2017).

Le ton employé se veut accessible, voire jovial, et si possible, drôle : puisque l’humour (et même le cas échéant l’humour noir) est identifié dans le dispositif comme un facteur de conviction du public pour « gagner », établissant une complicité : « Parfois quand je raconte qu’ensuite je découpe des carottes tous les demi-centimètres, on me demande pourquoi j’ai fait une thèse et pas Top Chef » (Carole Bastianelli, 2017) ; « Vous connaissez Monique ? Eh ben elle est morte. (…) » (Marius Colin, 2017). Pour cela, c’est tout le corps qui entre en scène, quitte à sautiller, bondir, et à renforcer le propos par des mimiques, parfois appuyées voire clownesque.

Dans MT180s, le « je » porteur d’une expérience vécue disparaît et s’efface derrière la production de résultats. Dans « qu’est-ce qui importe d’être dit » au cœur du dispositif, c’est soit l’institution qui décide, soit l’individu. Soit les deux, dans une forme de rencontre d’enjeux, voire de négociation. Mais ici, les règles sont explicites d’emblée, les formats connus par les doctorant.es qui, en s’intégrant au dispositif, portent les « valeurs de MT180s ».

Billet suivant (à venir) >>> Billet #3 – “Faire bonne figure et prêter son corps à la science”

>> Revenir au sommaire

  1. « Les représentations et les actions se pensent dialectiquement dans et par les relations, directes ou indirectes, que les acteurs sociaux nouent entre eux et avec leur environnement. Aussi, dans une société donnée, les représentations circulent-elles et se transforment-elles principalement par les rapports de communication développés entre les acteurs sociaux. » (Schiele et Boucher, 2003) []
  2. La personnification des objets de recherche pose le problème du finalisme en science et donc à la fois de l’exactitude et la justesse du propos (Labasse, 2001). []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.