« Ma thèse en 180 secondes » : faire bonne figure et prêter son corps à la science #3

Billet précédent >> “Billet #2 – “Ce qu’il importe de dire et comment le dire”

Série de billets issue de mon intervention lors du colloque "Identités du chercheur et narrations en SHS" (juin 2019, Nancy), organisé par le laboratoire CREM (Centre de Recherche sur les Médiations – EA 3476) - Publié en version courte et éditée début 2020 dans la collection "Série Actes" de la revue Questions de communication.
Version pré-print issue du colloque disponible sur HAL.

2.2. Avoir l’étoffe du chercheur et du gagnant du concours : quelles sont les figures endossées ?

Nous emmener un temps dans « leur monde », un autre monde

Le fil narratif tendu pendant trois minutes prend régulièrement la forme d’une visite guidée, d’une sorte « d’embarquement » pour la thèse, comme un monde dans lequel les doctorant.es peuvent nous servir d’éclaireur : ce monde leur est familier, iels nous y introduisent, revêtant le costume du guide touristique ou de chef de bord. Ce n’est pas « notre monde », c’est le leur, un « ailleurs ».

« Bonjour et bienvenue sur la planète Mars. Nous sommes le 6 mars 2119, le temps est dégagé et il fait actuellement 20 degrés. J’espère que votre voyage fut agréable, je serai votre guide martienne pour les trois prochaines minutes » (Chloé Larre, 2019) ; « Bienvenue à bord du doctorat à destination de l’enfer. Je suis votre cheffe de bord, pour cette traversée de 180 secondes. Engouffrons nous dans les  méandres de ce lieu (…) » (Océane Acquier, 2017).

Les sciences sont un monde à découvrir, et iels en sont les médiateurs, car iels le connaissent.

La figure du « héros »

En terme de construction d’identité et de narration, je note la récurrence des figures qui sont mobilisées dans les prestations des doctorant.es, à l’intersection entre la figure du « bon chercheur »((Quand Isabelle Stengers évoque l’« étoffe du chercheur » elle fait écho justement à l’étoffe des héros, film de Philip Kaufman (1983) – Accès : https://www.cairn.info/revue-ecologie-et-politique1-2014-1-page-61.htm. Consulté le 24 septembre 2019.)) et celle du « bon vulgarisateur ». Ainsi j’identifie principalement la figure du héros, qui joue sur la connivence culturel (accroche), en tant que référentiel populaire partagé avec le public. Les postulant.es au concours MT180s construisent leur discours en mobilisant les super-héros aux super-pouvoirs (Batman et Robin, Spiderman, The Avengers, etc.), les athlètes sportifs (alpiniste premier de cordée8, champion olympique), les héros de films, de bandes dessinées ou de dessins animés (Charlie, les Simpson, Dr Jekyll et Mr Hyde, Astérix et Cléopâtre, Harry Potter, Lucky Luke et les Daltons, etc.) : soit qu’iels se représentent eux-mêmes en héros soit qu’iels soient au contact privilégié de ces personnages pendant « leur » thèse. Iels sont alors en apprentissage au contact du/des héros (les scientifiques eux-mêmes ou les phénomènes étudiés).

  • Les doctorant.es en héros :

« Tout héros qui se respecte a un adversaire à sa taille. Prenez Batman et le Jocker. Ou bien Lucky Luke et les Daltons. Et bien moi, mon ennemie, c’est elle : la corrosion » (Pierre Loison, 2017) ; « J’utilise l’un des plus gros ordinateur du monde, le super-calculateur OCCIGEN », « Alors la géométrie c’est embêtant c’est vrai. Mais il se pourrait bien qu’elle sauve ce pauvre Homer d’une catastrophe nucléaire » (Paul Lafaye, 2017) ; « Et c’est ici que j’interviens », « une vraie petite révolution », « Moi aussi je contribue à la paix dans le monde » (Davina Desplan, 2017) ; « Une lueur d’espoir se profile » (Marius Colin, 2017).

Les doctorant.es au contact des héros :

« Bref, j’ai rencontré Batman » ; « Il n’a pas fait de moi un super héros, mais pendant trois ans, je me suis un peu senti comme le Robin de la recherche » (Olivier Chabrol, 2017) ; « Une bactérie qui a le super pouvoir de tisser une toile. Ça ne vous rappelle pas quelqu’un ça ? », « Une sorte de force obscure qui attendrait son heure » (Alexandre Bourles, 2017) ; « Vous connaissez tous le principe de la cape d’invisibilité d’Harry Potter ? Lorsqu’il la porte, on ne le voit plus : on me voit, on me voit plus9» (Camille Fritzelle, 2017).

C’est performatif : pour gagner il faut se présenter en gagnant.e. C’est ce que fait très bien Sabrina Fadloun, gagnante nationale du concours en 2017, tant par le phrasé, les gestes et les références mobilisées. Dans sa prestation, et après ponctué son discours de gestes calibrés, dignes d’un one-woman show, S. Fadloun met son corps au service de son propos et de l’incarnation d’une science « qui gagne » en reprenant notamment comme « image finale » et marquante l’éclair très populaire d’Usain Bolt (alias « Lightning Bolt »), repris par B. Obama, dans la lignée des mouvements exprimant la fierté de l’accomplissement ou de la maîtrise (comme par exemple le mouvement de « dabbing », issu de la culture hip-hop).

Figure 3. Posture finale : Sabrina Fadloun, premier prix du jury, finale nationale MT180s, 2017.

Il se joue là quelque chose de l’ordre de la construction de l’autorité de celle ou celui qui parle. Dans MT180s, le doctorant ou la doctorante se valorise par le savoir qu’iel détient et/ ou par la figure qu’iel construit de ce qu’iel fait et de ce qu’iel est dans ce qu’iel fait. La mobilisation des figures puissantes (en termes de conviction du public) s’associe d’un champ lexical et d’un imaginaire de la victoire, où il s’agit de sauver le monde, ou de le révolutionner, ou tout au moins contribuer à son progrès. La thèse se présente comme une quête, celle du résultat qui « en vaut la peine » et reprend la figure narrative et mythologique du héros, aux mille visage (Campbell, 1949).

L’enquêteur et ses énigmes

Cette quête nourrit parfois aussi la forme de l’enquête inspirée de la démarche d’investigation (ou dite aussi d’enquête) ou encore de la démarche expérimentale utilisée en sciences : la thèse est rejouée sous la forme de l’enquête policière ou détective, au cours de laquelle il s’agit de relever des défis : « c’est cette énigme qui  rythme ma recherche » ; « ma thèse vise à déchiffrer et décrypter » (Océane Acquier, 2017) ; « notre principal suspect ou hypothèse » (Carole Bastianelli, 2017) ; «  Et moi c’est cette signature que je vais aller rechercher » (Camille Fritzelle, 2017). La charge de cette enquête, sa part secrète ou de « scoop », est investie différemment selon les doctorant.es et selon l’importance qu’iels donnent à leurs résultats (et à donc à leur propre contribution à la Science) : il peut s’agir d’une enquête majeure pour « sauver le monde » (éviter une catastrophe nucléaire à Homer Simpson) ou d’un jeu (Où est charlie ?).

« Alors vous savez, c’est sûr, moi je n’irai jamais sur Mars, mais malgré tout, par mon travail j’aime me dire que je participe à l’aventure spatiale » (Pierre Loison, 2017) ; « Figurez-vous que j’y ai découvert un véritable trésor : une présence, une richesse invisble à l’heure nue, une sorte de force obscure qui attendrait son heure : (…) il s’agit des bactéries. Et plus particulièrement des bactéries qui ont le super-pouvoir d’améliorer la croissance des plantes »,  « Moi je les qualifie de super-héros ceux-là. Et c’est là que j’entre en scène. Identifier ces super-héros et comprendre ce qu’ils font. Comment je procède ? Comme un véritable enquêteur, j’ai une série de suspects. » ; « Comment vous me paraissez sympathique, je vais vous livrer un autre scoop. On a mis en évidence… » ; « l’enquête est en cours » (Alexandre Bourles, 2017) ; « Moi dans ma thèse, je joue à “ où est Charlie ? ”. (…) sauf que moi Charlie c’est un neutrino. Et donc du coup, c’est quoi un neutrino ? » (Valentin Pestel, 2017).

Ainsi la valorisation du sujet de thèse passe par l’ethos (la preuve est fondée sur celui qui parle : « il faut croire car c’est un expert ») et le pathos (appel aux émotions des auditeurs), et non par le logos (fondé sur le discours lui-même ainsi que sur la compréhension du sens et des enjeux du débat : « écoutez mes arguments, fondés en raison » – Labasse, 2001) : c’est la forme de la narration et l’effet du discours qui priment sur le fond de l’argumentation ou sur la pertinence scientifique de la thèse.

« Face à un public, le contenu du discours ne représente que 5 % de la performance. Pour l’accompagner, il faut un contenant en adéquation », souligne Matthieu Pouget, comédien et formateur MT180.

2.3.  Incarner, prêter son corps à quelle science ? 

De quelle science parle-t-on ? La science des gagnant.es

Les gagnant.es de MT180s parlent de la science qui réussit, de la science qui produit des résultat, de la science qui va sauver le monde, de manière explicite. On retrouve dans leurs discours le champ lexical du combat, de la mission, de la stratégie. Les doctorant.es mettent en scène leur maîtrise de la situation de thèse, des concepts, de leur sujet, des techniques et de la production de résultats – et non leurs incertitudes et leurs doutes : c’est une manière de répondre aux attendus du dispositif, de se valoriser dans le dispositif et de mettre les chances de son côté pour gagner le concours.  Cette présence de la figure de ce que doit être une science aujourd’hui, victorieuse et convaincante, passe par leur corps et par les mots qu’iels emploient.

Je rejoins O. Ertzscheid (2018) pour dire que ce concours est un « symptôme » d’une certaine idéologie de la pratique scientifique. En l’occurrence, qu’est-ce que cette présentation en héros et en producteur de résultat « d’importance » nous dit de la science telle qu’elle se représente dans le dispositif MT180s?

Dans un même geste reliant fond et forme, mobiliser la figure du héros revient à articuler les valeurs sous-jacentes à ce mode narratif à celle d’une science jeune, puissante, conquérante et virile – qui va dans un certain nombre de cas sauver le monde et des populations -, selon les valeurs qui construisent les métaphores et les discours de MT180s (Campbell, 1949 ; Murdock, 1990) : contrôle, succès, révolution, aventure, action, combat, stratégie, originalité-inédit, maîtrise, certitudes, sauver le monde1 . Nous retrouvons dans ces représentations la figure d’une science cartésienne qui maîtrise la nature et ses loispar le savoir rationnel et agit sur elle, et d’une prise dans des enjeux de compétitions et de productivité, où il s’agit de capitaliser un savoir-faire, de développer des « stratégies » et d’assurer la « mission » qui leur a été confiée, dans un temps réduit.

« Alors vous savez, c’est sûr, moi je n’irai jamais sur Mars, mais malgré tout, par mon travail j’aime me dire que je participe à l’aventure spatiale. »; La corrosion est « vicieuse » ; « Leader au niveau mondial » ; « j’ai ma technique spéciale : la micro-encapsulation d’agents détecteurs et inhibiteurs de corrosion. » ; « Grâce à mon savoir-faire de chimiste, je sais assembler… » ; « des agents anti-corrosion » ; « Ma stratégie consiste à placer mes capsule comme on placerait des éclaireurs dans un champ bataille » ; « Mon adversaire  » ; « Et là encore le combat ne fait que commencer, et quel combat ! » ; « Ma mission consiste » (Pierre Loison, 2017) 

« La première mission de ma thèse » ; «  A l’heure actuelle c’est l’une des clés pour comprendre tout ce qui nous entoure », (Valentin Pestel, 2017)

Cet imaginaire de la science performante et productive est traversé par la question de la « gestion » : du temps (et du rythme), du stress – comme d’ailleurs autant de « compétences » acquises en formation, et transférable pour les doctorants dans le cadre de leur « insertion professionnelle ». Mais aussi par les objectifs de « gestion de la voix et du souffle ». 

Figure 4. Objectifs de la formation MT180s à l’Université de Strasbourg

MT180s réactualise les dualismes de la science occidentale : corps/esprit, émotions/raison, connaissance scientifiques légitimes /savoirs issus de l’expérience vécue. Ainsi, pour « bien »  incarner la science, il faut mobiliser des figures, « soi » ne suffit pas.

Or, selon Philippe Hert (2014) : « nous n’avons pas un corps, nous sommes un corps qui nous permet d’éprouver le monde. Nous sommes ce corps qui nous ancre dans le monde et nous y ramène ». MT180s incarne une science qui se coupe de l’expérience vécue et des émotions. Le sujet connaissant fait corps avec l’objet de connaissance dont il incarne la métaphore – devient un instant son objet. Les doctorant.es mobilisent le corps comme un outil de performance et de narration : une façon de surligner, de sur-jouer et non comme source de savoir ou de langage. Ce faisant, iels adhérent au dispositif, iels font corps avec lui et avec leur sujet de thèse, sans distance et le plus souvent sans temps de respiration (Abram, 1996).

Billet suivant (à venir) >>> Billet #4 – “Parler avec sa voix propre ?”

>> Revenir au sommaire

  1. Paul Lafaye, 2017 : science héroïque sauvant Homer d’une catastrophe nucléaire. []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.