« Ma thèse en 180 secondes » : parler avec sa voix propre ? #4

Billet précédent >> Billet #3 – “Faire bonne figure et prêter son corps à la science”

Série de billets issue de mon intervention lors du colloque "Identités du chercheur et narrations en SHS" (juin 2019, Nancy), organisé par le laboratoire CREM (Centre de Recherche sur les Médiations – EA 3476) - Publié en version courte et éditée début 2020 dans la collection "Série Actes" de la revue Questions de communication.
Version pré-print issue du colloque disponible sur HAL.

3. Être là et parler avec sa voix propre ?

3.1. Donner son corps à la (communication de) la science : quand le sujet connaissant devient son objet de connaissance

Les mains en mouvement (Adama Sidiki, 2017), un langage corporel marqué (Camille Fritzelle, 2017) ou alors tout le corps investi pour rendre le propos convaincant, comme dans un one-woman/man show (Sabrina Adloun, 2017) : la prise de parole des doctorant.es, c’est aussi une manière de donner (son) corps à la science de MT180s.

Nous sommes face à une mise en scène, par le corps comme outil, mais pas par l’émotion. Dans ce rapport au corps lié à la performance ; celui-ci est utilisé pour souligner un propos et non pas pour transmettre une émotion. Les doctorant.es n’interprètent par leur sujet de thèse mais soulignent par le corps ce qu’est leur objet de recherche : on assiste à un aplatissement de la distance entre le sujet connaissant et l’objet de connaissance. Le sujet connaissant devient un instant, par son corps, son objet de connaissance, qu’il met scène.

Les doctorant.es sont présent.es-absent.es, au « service » de leur sujet d’intervention. Iels sont bien là, ils utilisent des outils, des leviers, des recettes de vulgarisation, mais iels ne sont pas tout à fait présent.es à ce qu’ils font. Iels utilisent la scène mais ne l’habitent pas. Iels sont présent.es comme êtres rationnels et communiquants, mais pas comme porteurs de ressentis, d’émotions de l’expérience (de thèse mais aussi de la situation de communication MT180s elle-même). L’imaginaire de maîtrise de MT180s s’associe d’un rapport « à distance » de l’expérience vécue, de l’ordre du détachement et non de la réflexivité.

« Cette présence ou cette absence, nous la rencontrons à chaque instant de notre existence. Identifiée ou invisible, elle est là. (…) Qu’est-ce que la communication sans présence ? Un simple masque, une technique ou un moyen de faire semblant ? (…) Il a une mauvaise communication… Il communique bien…. Il va falloir communiquer…. » Voilà ce que l’on entend sans arrêt. Mais rarement on parle de sa présence. La présence des êtres humains comme ils sont. » (Marc Galy, 2018).

3.2. Mimétique et masques vocaux

Comme autant de masques protecteurs, des empreintes vocales familières peuvent être entendues dans les prises de paroles de doctorant.es, en lien avec les figures mobilisées : journaliste et voix off de documentaires journalistique, marchand du marché, steward ou hôtesse de l’air, guide touristique, one man/woman show comique, « Fred et Jamy » de l’émission C’est pas sorcier, comme figures de référence pour la vulgarisation. L’émission qui traverse comme une empreinte culturelle le dispositif MT180s en France. Ainsi Paul Lafaye (2017) parle « comme Jamy », Fred est présent dans la salle de la finale nationale 2017 et des gros plans sont faits sur lui (lors de la prestation de Valentin Pestel, 2017) et ils sont évoqués par Carole Bastianelli (2017) :  « Mais promis, ce n’est pas sorcier (rires dans la salle) ».

Le dispositif fait adhérer à des figures et en cela il constitue un apprentissage « par mimétisme » d’un ton, d’un geste, d’une voix familière et/ou inspirante : un passage utile et obligatoire pour apprendre et « monter en compétences », mais qui n’est pas suivi – du fait du faible temps imparti – d’un processus de déconstruction, de mise à distance pour trouver sa voix propre. Ce temps n’est pas intégré dans la formation des doctorant.es, ni dans le processus du concours et de l’évaluation qui contribue à figer les formats « pour gagner ». Les doctorant.es mobilisent des masques vocaux, ce n’est pas leur propre voix. Dès lors, il est difficile se raconter soi, dans sa situation particulière, dans son vécu particulier, son quotidien, son terrain, etc. pour entrer en relation, sauf à détourner la forme de MT180s, à « hacker » le dispositif pour d’autres enjeux , ce qui demande suffisamment de distance avec celui-ci, pour mobiliser des contre-normes, et prendre le risque d’être mal évalué, c’est-à-dire de ne pas « gagner ».

3.3. La présence des doctorantes

Deux prestations m’ont arrêtées en cela qu’il s’y passe quelque chose d’autre. C’est le cas de Camille Jacqueline (2017) et de Florian Kletty (2018). Et je dis qu’il s’agit de présence : « Il est difficile de saisir par une approche rationnelle ce qu’est la présence. Notre mode de pensée occidental ne nous outille pas bien pour saisir la présence » (Gumbrecht, 2010).

Dans le cas de Camille Jacqueline, ce qui frappe c’est sa non-adhésion aux règles du dispositif, qui se traduit par un discours méta un peu ironique sur ce qui lui est demandé de faire mais quelles de « réussit pas » à faire, tout en le commentant d’un point de vue critique (type de discours inédit dans les prestations visionnées). Camille Jacqueline ne se présente pas en « gagnante » (et ne cherche peut-être même pas à gagner le concours), elle investit le dispositif avec un enjeu différent, le sien : parler de la lutte contre le cancer, sans chercher à la rendre « cool ». Elle prend même le « luxe » d’un silence de sept secondes, au sein des 180 secondes. Elle respire. Elle est présente et elle-même. Quand tout est calibré, comme c’est le cas de MT180s, rien ne peut arriver. Sauf quand un silence s’installe. Le rapport au public change. Camille Jacqueline se rend fragile dans la prise de parole : délibérément ou non elle se déprotège. Et la relation avec le public change. L’écoute est modifiée. Il se passe quelque chose dans l’équilibre qui se déstabilise.

Si tout « coule », si tout est préparé à la seconde près1, prévu à l’avance, la parole est verrouillée et la pensée n’a plus de lieu pour être. Est-ce qu’il peut s’agir d’un espace à soi, d’un temps à soi pour les doctorant.es ou non (Woolf, 1929) ? Est-ce qu’iels peuvent l’investir ainsi ? Car faire perdre le temps et l’espace c’est aussi empêcher la pensée de se développer (Stengers, 2013 ; Rosa, 2010). Et comme MT180s est un format très écrit, fermé (sans improvisation) et très chronométré dans lequel on « déroule » un discours, ce n’est pas un lieu oral entendu comme espace où il se passe quelque chose (Jurdant, 2006a ; Faury, 2019a) : « Ce qui est bon, c’est quand on est traversé par quelque chose. On ne maîtrise pas. On n’est pas en train de se placer, au contraire. On est placé. » (Céline Sallette, actrice, 2019). Ainsi la question de la respiration est centrale (Abram, 1996).

Florian Kletty (2018) prend un parti personnel et fort, qui soudain le rend très présent : il choisit la voix qu’il porte, non plus la sienne, mais celle du grand hamster d’Alsace. Il investit le dispositif avec cette voix-là, au service de cette voix-là et de la préservation de cette espèce et de la nature. Ce faisant, il sort explicitement des codes du dispositif et renforce le décalage en ne parlant qu’en alexandrins : il habite le dispositif et le met au service du message qu’il souhaite porter. Et c’est bien lui au final que l’on entend, sa voix à lui, via celle du hamster qu’il interprète : « Je suis le grand Hamster  – Rongeur venant des champs – Vivant dans les cultures, les espaces agricoles (…) je m’exprime aujourd’hui via le doctorant – Qui transmet ce message en me donnant la parole – Car vous êtes peu nombreux à savoir que j’existe. ». Il ne donne pas son corps et sa voix au dispositif, mais au hamster, via le dispositif. L’ordre des choses change et une voix différente émerge.

Conclusion

Au premier abord, nous pourrions nous réjouir de voir un espace aussi exposé de prise de parole des doctorant.es. Mais son exposition large pose d’emblée question. Ce sont des acteurs au cœur de la pratique de recherche mais qui sont rarement valorisé.es dans l’espace public pour l’importance de leur contribution dans la construction des savoirs (Faury, 2012). De plus, plusieurs travaux montrent l’intérêt pour les doctorant.es elles-mêmes et eux-mêmes de parler leur thèse, en termes de mouvement réflexif induit (Jurdant, 2009 ; Maillot, 2018).

Mais le dispositif MT180s ne laisse pas de place à la réflexivité par l’oral. Peut-être un espace résiduel résiste-t-il lors de l’écriture du texte la prestation (Goody, 1986 ; Jurdant, 2006b), mais les formations axées sur l’efficacité et la forme « convaincante » nous laissent en douter.

Trois minutes pour dire son sujet thèse. Ce n’est pas suffisant pour se raconter dans la thèse, pour raconter son expérience vécue du doctorat. Pour se situer, pour explorer son rapport à la thèse, pour laisser la réflexivité de l’écriture et de l’oralité se déployer (Ong, 1982 ; Goody, 1986 ; Jurdant, 2006a et 2006b ; Maillot, 2018). Ainsi le format, mais également les valeurs du dispositif MT180s contribue à extraire les doctorant.es de tout récit de soi2 . La figure qu’iels construisent – et par laquelle iels se représentent – devient une construction identitaire et discursive qui reprend une certaine idéologie de ce que la science devrait être et faire, et n’implique pas leur présence.

Entre dire, vouloir dire, et pouvoir dire

Dire « je » ne suffit pas. Dans MT180s, il y a une multitude de raisons qui font que les doctorant.es ne sont pas , en tant qu’individu, en tant que parole située (Harding, 1993 ; Jablonka, 2017), et qui contribuent à ce que la voix de l’institution, ou la voix de la Science recouvre leur expérience, c’est-à-dire les savoirs qu’iels pourraient exprimer « en leur nom » et en assumant une forme de réflexivité. Entre la voix de l’institution, cette voix de la Science comme image, comme représentation voire comme mythe, et la voix des individus, nous pouvons repérer des obstacles culturels, idéologiques, ou encore épistémologiques.

Figure 5. Obstacles à la narration de soi dans le dispositif MT180s

Imaginons les doctorant.es simplement dire, sans prétention et avec la voix la plus juste possible : « Voilà mon quotidien, voici ce que je vis. Je fais cela dans tel contexte, je travaille avec ceci, je me pose telles questions. Et je vous le présente sans prétendre faire plus que ce que ce que je suis en train de raconter. Et peut-être vous ferez-vous une idée par vous-même de la pertinence et de l’intérêt de ce que je vous présente. ». Ainsi, construire ainsi son identité discursive de jeune chercheur.e. Non pas en remobilisant l’idéologie d’une science victorieuse et productiviste, mais en exprimant simplement son rapport à soi avec les sciences telles qu’elles se vivent, dans leur réelle diversité. Cela ne les ferait pas gagner : ce ne sont pas les critères d’évaluation du dispositif, ce n’est pas l’attendu. Mais cela ferait entendre leurs voix, des voix différentes et élargirait nos représentations collectives de ce que sont les sciences.

Dès lors, pourquoi choisir de faire intervenir des « sujets » (les doctorant.es) dans MT180s pour valoriser une science qui se veut « sans auteur » et basée sur des processus de validation collectifs par les pairs pour garantir des productions fiables et rigoureuses ? On imagine mal que MT180s soit un lieu de remise en question de la neutralité de la science plutôt que d’entretien du modèle scientifique établi. L’espace oral ouvert par MT180s ne permet pas non plus, comme on l’a vu, de déployer un mouvement réflexif sur la science dont il s’agit de parler, en tant que sujet parlant (Jurdant, 2006). L’enjeu du dispositif se situe vraisemblablement ailleurs et on peut supposer que ses enjeux sont avant tout politiques : faire exister une manière désirable de faire science (« la science qui gagne »)– « désirable » selon celles et ceux qui soutiennent le dispositif –, celle qu’il s’agit de soutenir et de valoriser, et la faire exister par les acteurs qui en sont les « mains » et la « voix ». Cette hypothèse permettrait de comprendre mieux pourquoi l’on présente systématiquement MT180s comme un concours de « vulgarisation » alors même que la transmission de contenus scientifiques accessibles semble être en arrière-plan de l’exercice, ne serait-ce que par le temps qui lui est consacré et par la prédominance de l’enjeu de « convaincre pour gagner ».

>> Revenir au sommaire

  1. Voir le témoignage de Nicolas Houel cité en partie 1.1. []
  2. A l’inverse des conférences gesticulées, dans le courant de l’éducation populaire, et fondée sur l’articulation des savoirs d’expériences avec les savoirs « froids » (notamment académiques), qui se déploient sur un temps beaucoup plus long (une heure minimum) et s’appuient notamment sur l’autobiographie raisonnée et ses dérivés. Je pense ici aux récits de soi – entre histoire personnelle, « grande histoire » et élaboration de savoirs académiques – que peuvent tisser Annie Ernaux, Ivan Jablonka ou encore Didier Eribon. []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.