Traverser les sciences / Vers une réalité élargie – 2

Cette série sera publiée sous forme de chapitre d'un ouvrage collectif en 2021 - Pré-print sur HAL

voir le billet précédent - Introduction "Se situer entre savoirs et expériences" #1
Mise à jour décembre 2020 - retour vers le sommaire et les références

1. Traverser les sciences : la fin de la neutralité

Ce que je voudrais ici vous raconter, ce sont les différents moments de mon parcours à partir desquels j’ai remis en cause la neutralité des valeurs en science, la neutralité politique de la science et l’idéologie de l’objectivité (Stengers, 1997 ; Brière, Lieutenant-Gosselin et Piron, 2019). Mais avant cela, il faudrait pouvoir comprendre la manière dont une socialisation première forte, primaire (enfance et parcours scolaire notamment) et secondaire (à l’âge adulte), a conditionné un rapport initial aux sciences, et notamment à l’idéologie de leur objectivité et de leur neutralité.

« le désir est révolutionnaire parce qu’il veut toujours plus de connexions et d’agencements »

Deleuze et Parnet, 1977.

J’interprète aujourd’hui ce parcours comme la recherche – en mouvement perpétuel – d’une posture épistémologique ancrée, située et reliée, qui puisse mettre en résonance l’élaboration de savoirs inhérente à la recherche, avec une expérience vécue et ressentie par le corps de la pratique quotidienne de la recherche, mais aussi avec le sens de la pratique professionnelle comme contribution à des agencements désirables (au sens de Deleuze, 1977), autrement dit à des mondes désirables (Starhawk, 2019), sans que cette posture n’entretienne des frictions, des dissonances cognitives et sensorielles. Au moment où j’écris, je suis enseignante titulaire de l’Université de Strasbourg, en tant que PRAG (professeure agrégée des universités), et j’enseigne en études de sciences, en biologie, en géologie, je forme aux sciences ouvertes et j’exerce une charge de mission sciences-société auprès de la vice-présidence Sciences en société. Je n’ai pas de temps disponible pour la recherche sur mon temps de travail rémunéré.

Des études en biologie moléculaire et cellulaire (2003-2008)

« individus ou groupes, nous sommes tous faits de lignes »

Deleuze et Parnet, 1977.

J’ai commencé par m’inscrire dans la lignée paternelle (père, grand-père et au-delà même arrière-grand-père), encouragée en cela tant par ma mère que mon père, respectivement enseignant.es dans le secondaire en mathématiques et dans le supérieur en physique. Ce que cette lignée déploie et prescrit était en accord, dans les années 1980-90, avec ce qui était renforcé socialement comme étant désirable, valorisant et donc qui devaient m’offrir une sécurité matérielle, liée notamment au statut de fonctionnaire : un parcours scolaire scientifique (filière S) dès le lycée général, puis des études supérieures – faites dans des conditions socio-professionnelles privilégiées. Les critères de la « réussite », tant familiale que sociale, était en phase et ma socialisation première m’amena à suivre des études me formant à la recherche en biologie moléculaire et cellulaire, tierce voie pacifique entre la physique et les mathématiques. Mes pratiques liées aux sciences étaient ainsi placées à distance de la société et de ses enjeux. Elles m’inscrivaient dans des dispositifs dont les valeurs m’étaient littéralement familières, ne créant ainsi a priori aucun conflit ni de normes – avec l’institution ni de loyautés – avec le milieu familial. J’étais préparée à faire corps.

Pourtant, je n’adhérais pas à l’idée qui voulait que l’éthique ou les relations avec « la société », et « ne fasse pas partie de nos questions » en tant que biologistes. En quelque sorte, une part (ou des lignes) en moi refusait l’idée que l’on pouvait être neutre, en tant que sujet, mais également en tant que communauté (« les biologistes »), du point de vue de ce que l’on était en train de faire dans nos métiers et de son impact dans la société. J’ai quitté temporairement le domaine de la biologie moléculaire et cellulaire à la fin de mon Master (année de césure en 2006-2007) en grande partie à cause de ce problème-là.   Je n’en étais pas encore arrivée à ce moment-là à l’idée que la manière dont les professionnels de la recherche s’organisent pour produire de la connaissance et que les régimes de savoirs conditionnent le « produit » même. Mais par la lecture de La vie de laboratoire (Latour et Woolgar, 1979) et l’écoute d’intervenant.es dans notre Master comme Bernadette Bensaude-Vincent, Isabelle Stengers, Michel Morange et Susan Georges, je touchais du doigt la dimension sociale du sujet connaissant et la dimension politique de toute activité de connaissance (Latour, 1991 ; Stengers, 1997). Quelque chose dans leurs voix, leurs mots, leurs parcours, leurs rapports aux sciences « résonnait », sans que je n’ai eu à l’époque la possibilité de nommer de quoi il s’agissait. Elles et ils venaient à nous, étudiant.es en biologie, avec d’autres mondes possibles, éveillant chez moi un désir de connaître et d’être au contact de ces autres possibles. J’étais interpellée, troublée. J’ai alors commencé à diversifier mes lectures et à trouver d’autres langages qui me parlaient – à partir notamment des quelques stages effectués en laboratoires – pour dire ce que sont et font les sciences, et qui différaient notamment de celui de la majorité de mes enseignant.es.

S’inscrire dans le champ des études de sciences ou STS (2008-2012)

Je me suis engagée en 2008 dans une thèse en sciences humaines et sociales (SHS), une fois mes études de biologie finalisées, et grâce à la rencontre d’enseignant.es puis d’une directrice qui entendaient et parfois reconnaissaient tant les frictions que le trouble, et m’ouvraient alors des passages ou des espaces pour lui permettre de trouver sa forme. Il s’agissait pour moi d’emblée de me relier autrement à mes ancien.nes camarades de promotion, engagé.es dans des doctorats en biologie, pour comprendre les raisons de leur choix de parcours et leur expérience vécue, en tant cette fois que jeune chercheuse en SHS, et afin de poursuivre ainsi le geste réflexif amorcé par mon départ, comme un pas de côté. J’ai cherché dans le même temps des espaces d’interdisciplinarité pour mettre à l’épreuve ce fameux rapport « à la Science » par la multitude des sens que ce terme peut recouvrir.

La découverte des STS (Science et Technology Studies) ou « études de sciences » m’a donné l’espace pour poursuivre mes questionnements sur « ce que signifie être biologiste », et affermir ma vision de la pratique de recherche comme une pratique non neutre. Les études de sciences5 sont constituées par un ensemble de travaux pluridisciplinaires, qui prennent les sciences comme objet d’étude : les sciences entendues comme pratiques, comme institutions, comme histoires, comme acteurs, comme politiques aussi, comme financements, etc. A priori, l’on peut penser qu’il s’agit d’une pratique de recherche où l’on est nécessairement réflexif, dans la mesure où nous sommes à la fois pris dans le fonctionnement des sciences et que nous prenons les sciences comme objet de recherche. A priori. Car ce n’est en fait pas toujours le cas, ni individuellement ni collectivement.

En plongeant dans les STS, j’ai exploré une multitude de travaux convergents vers l’idée de la non neutralité de la science, et élaborés depuis des décennies1. Pour entendre et percevoir cela, il « suffisait » de ne plus être autosuffisant en tant que scientifique, en l’occurrence en tant que biologiste, et de s’ouvrir à une certaine critique des sciences qui pointent notamment leur construction historique, mais aussi leur caractère situé. Les travaux qui m’intéressèrent le plus, porteurs d’une vision externaliste, en sociologie, histoire ou en philosophie des sciences, démontrent que les différentes manières de faire de la science et de la recherche, dans différents contextes de production des savoirs, différents régimes de savoir, ont un effet sur le savoir produit.

Faire face à l’absence de poste en recherche et de légitimité professionnelle (2012)     

Autre expérience vécue importante : l’absence de place, l’absence de postes, l’absence d’endroits pour venir travailler. Restons très pragmatiques : quand vous n’avez pas de bourse de thèse, de post-doctorat ou de poste de recherche, vous ne pouvez pas développer la perspective qui vous importe. Certains points de vue, certaines voix, certaines manières d’être en contact avec les sujets de recherche n’arrivent ainsi pas à exister tout simplement par l’absence « de crédits » : de moyens financiers et/ou de légitimité (au regard de certaines valeurs qui guident la pratique scientifique et/ou la gouvernance de la recherche) qui leur sont accordés. Nous arrivons ici à la question de la matérialité de la recherche, à ses conditions d’existence, aux manières dont s’opère matériellement la pression de sélection sur les différentes perspectives portées par les chercheur.ses, sur leurs différentes manières de se situer. Ainsi, certaines voix précieuses sont effacées (partiellement ou totalement) par la fatigue et la résistance qui s’use à vouloir les maintenir coûte que coûte face à des oppositions – qui sont en fait la plupart du temps passives : de l’inertie ou de l’absence de soutien. Ce mécanisme systémique est celui de la résistance à la modification de l’ordre des choses et pose des questions cruciales en termes de mobilisation collective nécessaire : par exemple, comment élaborer une science inspirée des perspectives décoloniales, féministes et subalternes dans un contexte néolibéral et productiviste ? Ce contexte est celui d’une concurrence qui s’accroit face à des ressources limitées, des rythmes qui s’accélèrent, où l’on égrène les épuisements professionnels et où la précarisation de la recherche fragilise toute prise de risque et toute position critique. Dans un tel contexte, la connaissance est produite seulement par ceux qui ont la possibilité (le privilège, la chance) d’entrer, puis de rester au sein de l’université. Les espaces hors université sont le plus souvent très concrètement dépourvus de moyens (sans parler de la délégitimation qui peut s’opérer à partir de la « recherche instituée », c’est-à-dire à partir des normes au pouvoir).

Cette critique quant aux injustices épistémiques s’associe d’une critique liée à l’impunité des comportements oppressifs « ordinaires », violence ordinaire ou infra-ordinaire, en cela qu’ils jalonnent le quotidien des personnes n’appartenant pas aux normes dominantes, et qui découragent, épuisent l’énergie des individus, jour après jour, souvent isolés, qui finissent parfois par renoncer à un milieu professionnel qui leur dit si souvent qu’elles et ils n’ont pas la figure ou « l’étoffe » requise2.

Billets suivants :

> Devenir femme à l’université (Billet #3)

> Perdre sa voix. La retrouver ? (Billet #4)

> Ce à quoi l’on tient : désirs multiples et risques d’altération (Billet #5)

Retour aux références et sommaire

Crédit photographique : éolienne d’Oléron 4 et 5 par caroline, licence CC-BY-NC-ND

  1. Voir les quatre éditions successives du Handbook of Science and Technology Studies : 1977, 1995, 2008, 2017 (Felt, Fouche, Miller et Smith, Doerr, 2017). []
  2. Voir sur ces questions le travail de Sara Ahmed, et notamment son prochain livre à portée politique et pour l’action collective Complaint (https://www.saranahmed.com/complaint) : “This talk draws on interviews conducted with staff and students who have made complaints within universities that relate to unfair, unjust or unequal working conditions and to abuses of power such as sexual and racial harassment. It approaches complaint as a form of diversity work: the ordinary and often painstaking labour of trying to transform institutions so they are more accommodating. Making a complaint requires becoming an institutional mechanic: you have to work out how to get a complaint through a system. It is because of the difficulty of getting through that complaints often end up being about the system. Sara Ahmed explores the significance of how complaints happen “behind closed doors,” and shows how doors are often closed even when they appear to be opened.’ []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 30 octobre 2019

    […] de l’articulation entre qui nous sommes et ce que nous faisons à l’université, avec Mélodie Faury et bien d’autres. Lisant des mémoires d’ego histoire depuis plusieurs années, lisant […]

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search