Fabulatrices

Fabuler.

L’une des propositions épistémologiques les plus puissantes pour la pensée et l’action qu’il m’ait été donné de rencontrer ces derniers mois.

Mois de bouleversement après les attentats de Strasbourg.

Et après la mort de Marie.

L’obscur. La vulnérabilité, nos sensibilités et les vitalités. 

Et de nouveaux récits. Pour activer les possibles.

“Là où les liens s’effilochent, raconter nous devons.”1

“Fabriquer des récits qui creusent des interstices dans notre monde, le travestissent et le manipulent dans un envol plus-qu’imaginaire jusqu’à ce qu’il puisse susciter de nouveaux attachements et obliger à ce qu’on rouvre l’enquête, à ce qu’on explore à nouveau ce territoire délaissé qui ne semblait pas mériter notre attention.”2

« Nous avons besoin de nouveaux types de récit », a écrit Haraway, nous lui emboîtons le pas. Nous avons besoin de nouveaux types de récit et de techniques. Des récits qui réclament la terre et les communs que le capitalisme nous a dérobés. Des récits qui nous invites à reprendre et à créer des sensibilités trans-espèces, des vitalités trans-matières et des agitations trans-cérébrales. Il ne suffira pas de les imaginer, ces récits, il faudra les fabriquer. Et même la fabrication ne suffira pas, il faudra apprendre à fabuler ce qui nous intéresse, ce à quoi on se heurte, c’est-à-dire à se risquer dans des narrations et des cosmologies qui puissent accueillir ces sensibilités, vitations et agitations transversales. Car fabuler est bien un nouveau genre de construction, en tout cas pour celles et ceux qui cherchent des savoirs. Selon nous, les fabulations sont ces récits qui creuses des interstices dans notre monde, le travestissent et le manipulent dans un envol plus-qu’imaginaire (entendez : cosmologique, métaphysique) jusqu’à ce qu’il puisse susciter de nouveaux attachements et obliger à ce qu’on rouvre l’enquête, à ce qu’on explore à nouveau ce territoire délaissé qui ne semblait pas mériter notre attention. C’est un acte de repeuplement qui ne se laissera plus piéger par la question du Vrai et du Faux. Faire bégayer le réel, lancer le sabotage ordonné des catégories de pensée en retrouvant un scepticisme premier, élargir le spectre, faire émerger de nouveaux mondes reliés qui nous déconcertent, les déployer en suscitant l’appétit du possible, afin de déplacer la prétention écrasante du monde trop bien décrit. Trouver des ruses, jouer, en retournant inlassablement à nos pratiques, en affirmant la nécessité de nouvelles manières de raconter et d’expérimenter ces mondes, voilà ce que nous devons apprendre à faire », “Les enfants du compost”,

Lucienne Strivay, Fabrizio Terranova, Benedikte Zitouni, dans Isabelle Stengers et Didier Debaise, Gestes spéculatifs, Colloque de Cerise, Presses du réel, 2015, p.151-164.

Crédit photographique : Wind par hapal, licence CC-BY-ND

  1. Lucienne Strivay, Fabrizio Terranova, Benedikte Zitouni, dans Isabelle Stengers et Didier Debaise, Gestes spéculatifs, Colloque de Cerise, Presses du réel, 2015, p.154. []
  2. op. cite, p.160 []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.