Histoire de la recherche sur la recherche : le GERSULP à Strasbourg (période 1973-1996)

Avec ce billet, j’explore un nouveau type d’écriture sur le carnet : la reprise d’un terrain de recherche datant de l’époque de la thèse, interrompue pendant les années de direction de la Maison pour la science en Alsace.

Je reprends donc l’étude des années 1976-1996 du GERSULP (Groupe d’Etude et de Recherche sur la science de l’Université Louis Pasteur), à l’occasion du colloque L’université de Strasbourg et le dialogue des disciplines des années 1920 aux pratiques contemporaines” organisé par la MISHA les 21 et 22 novembre 2019.

Il s’agit de revenir aux archives et aux entretiens menés entre 2009 et 2010, puis à nouveau en 2018. Il s’agit donc du partage d’un travail en cours.

Cette reprise est aussi un appel à commentaires, discussions et reprise d’entretiens avec les acteurs du GERSULP qui seraient intéressés par ces échanges, pour tracer l’histoire et assembler les témoignages de l’expérience de l’un des premiers groupes de recherche STS (Science and Technology Studies) en France.

Image en couverture du fascicule de présentation du GERSULP, en 1976.

 

Sur les conseils de Joëlle Le Marec et de Igor Babou, j’ai été amenée à m’intéresser pendant ma thèse au GERSULP (Groupe d’Etude et de Recherche sur la Science) qui me fut d’abord présenté comme un lieu de réception ou de passages de scientifiques de la nature quittant la science et allant vers les sciences humaines et sociales.

“Le Groupe d’Etude et de Recherche sur la Science de l’Université Louis Pasteur (GERSULP) a été créé en 1973 par le professeur Guy Ourisson, qui était à l’époque Président de l’U.L.P. Sa vocation initiale était d’étudier les problèmes posés par la conception et la mise en oeuvre de politiques scientifiques, aux niveaux local, national et international, en tenant compte aussi bien des réalités de la recherche scientifique que des facteurs socio-politiques qui s’y trouvent impliqués depuis que ce sont les gouvernements qui en assurent principalement le financement et la gestion. La composition du groupe reflétait cette vocation puisque les membres fondateurs étaient Ronald Brickman, politologue formé au MIT (USA) et Liliane STEHELIN, Docteur ès Sciences (Chimie organique). Par là, était aussi posé le principe d’une collaboration étroite entre les sciences sociales et les sciences exactes pour étudier ls rapports science/société.”

Bulletin de la Société des amis de l’Université de Strasbourg, n°45, juin 1980, p.139.

(…) “Il faut enfin mentionner le souci que le GERSULP a de maintenir sa structure ouverte à des apports extérieurs. Cela s’exprime notamment par l’intention de constituer une structure d’accueil où des chercheurs appartenant soit aux sciences exactes, soit aux sciences sociales pourraient venir faire des stages de plus ou moins longue durée au nom de l’expérience qu’ils pourraient avoir des limites de leur propre spécialité et des questions suscitées chez eux par le vécu de ces limites”

Bulletin de la Société des amis de l’Université de Strasbourg, n°45, juin 1980, p.142

J’ai initialement approché l’histoire de ce groupe de recherche pour les expériences vécues de chercheurs en sciences expérimentales ayant provisoirement ou définitivement quitté la pratique de la recherche dans ces disciplines (physique nucléaire, chimie, neurochimie, biologie, astrophysique, physiologie, etc. ), en lien avec ma problématique de recherche doctorale. La méthode choisie est celle du récit de vie1 permettant le retour sur un parcours. L’hypothèse sous-jacente étant que le choix de commencer une carrière de recherche en sciences de la nature, puis de la quitter, constitue une occasion réflexive privilégiée d’élaboration d’un discours sur soi dans un rapport aux sciences qui évolue tout au long d’une trajectoire professionnelle.

 Le GERSULP présente la particularité d’avoir vu y travailler, entre autres, un certain nombre de scientifiques issus des sciences exactes ou expérimentales, qui y commencèrent parfois des recherches en sciences humaines, en prenant comme objet les sciences de la nature, dans le champ STS (Science and Technology studies) qui émergeait dans les années 19702.

« Oui, alors disons que jusque-là, le seul point commun qu’il y avait entre tous les membres du Gersulp, c’était l’objet. C’est-à-dire que l’on travaillait sur les sciences et les technologies, avec un regard de philosophe, un regard d’historien, un regard de ce que l’on voulait, mais l’essentiel c’était les sciences et les technologies. »

Entretien du 20 novembre 2009 avec Bernard Ancori, Directeur du Groupe d’Étude et de Recherche sur la Science de l’Université Louis Pasteur (GERSULP), du 1er  septembre 1997 au 31 décembre 2012.

La période considérée dans mon travail de recherche s’étend de la fondation du GERSULP, d’abord dirigé par Lilian STEHELIN à la fin de la période de direction par Baudouin Jurdant, c’est-à-dire de 1973 à 1996. 

Un travail de reconstitution a été effectué, à partir des archives situées dans les locaux strasbourgeois3, et qui, sans prétendre avoir une valeur historique, permet de retracer certains aspects du mode de fonctionnement, des recherches menées et de l’évolution du GERSULP (composition de l’équipe, projets scientifiques, temps de passage des chercheur.es, financements, ancrage institutionnel, etc.), de ses premières heures à l’année 1996. Une certaine vision des études en STS propre au GERSULP peut être dégagée sous la direction de Baudouin Jurdant, notamment en termes d’objectifs du groupe, de ses choix épistémologiques, de définition de ses facteurs d’unité et de rapport à l’objet transversal des recherches de l’équipe : les sciences.

Les rencontres ont eu lieu à Paris, Marseille et Strasbourg, avec les chercheurs ayant finalement pu être contactés (10 anciens et parfois encore membres du GERSULP), et ayant accepté un entretien dans le cadre de la thèse (soit 9 anciens membres à ce jour). Je suis actuellement à la recherche d’entretiens complémentaires.

 

  1. voir par exemple Bertaux, D. (2006) Le récit de vie – L’enquête et ses méthodes. Paris, Armand Colin. , 2eédition []
  2. Pestre, D (2006). Introduction aux Sciences Studies. Paris, La Découverte. []
  3. L’accès aux archives, entre 2008 et 2012, a été rendu possible grâce à l’aide précieuse de Josiane Olff-Nathan et avec l’autorisation de Bernard Ancori, alors directeur du GERSULP []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 20 novembre 2019

    […] Article précédent "Histoire de la recherche sur la recherche : le GERSULP à Strasbourg (période 1973-1996) – Introduc…" […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.