Penser (dans) l’action : réflexivité collective et épistémologie de l’action

Texte écrit à partir de l'expérience de la direction de la Maison pour la science en Alsace.

J'ai eu envie de partager ce texte en cours d'élaboration pour un projet d'ouvrage collectif, suite à un déjeuner avec Nicole Poteaux et à la lecture d'un texte de bell hooks, en pédagogie de l'émancipation1.

Dans une équipe, il s’agit de travailler avec d’autres que soi-même, c’est-à-dire avec des collègues qui ne sont pas d’emblée des pairs mais qui peuvent le devenir par le fait même de partager un projet commun, un projet en commun. C’est ce projet commun, ce commun, qu’il s’agit de définir à partir du cadre d’inscription du projet, de ses valeurs et de ses piliers.

Le collectif professionnel, quel que soit le niveau auquel il se déploie (projet cadre ou projets ponctuels courts ou longs), transforme individuellement et collectivement s’il se vit comme expérience. En effet, c’est le contact des collègues dans un lieu partagé, avec une régularité et une certaine convivialité qui peut permettre de construire les conditions de l’échange, du croisement de perspective, mais aussi du pas de côté : chacun.e voit les choses d’une certaine manière, à partir de son parcours, de son regard disciplinaire et de ses habitudes et le fait de travailler avec des collègues dont le métier est différent, pour peu que les un.e.s et les autres y soit attentif et perméable, amène à voir les choses autrement, sous un autre angle. Chacun.e se déplace, se transforme, et revient ensuite de manière différente à sa place initiale : celle du déploiement de son action professionnelle et celle de son cœur de métier (enseignant.e, chercheur.e, technicien.ne, doctorant.e, ingénieur.e, etc.).

Le fait de travailler en interdisciplinarité et en inter-professionnalité peut donc induire un mouvement réflexif qui part de l’individu et passe par l’autre2.

Avant ma prise de poste, j’avais en effet déjà été très marquée par de nombreux échanges de recherche autour de la question de la réflexivité3 et sur l’effet libérateur de la réflexivité dans ma vie, professionnelle comme personnelle. J’arrivais à la direction peu de temps après la lecture importante du plaidoyer de Gilles Herreros pour des organisations réflexives4.

Réflexivité : Prendre conscience de la perspective depuis laquelle on parle, avec quels présupposés (postulats, hypothèses), quels a priori, suivant quelles valeurs implicites, selon quelles normes (notamment de communication) intégrées, qu’il s’agit d’interroger, dont il s’agit de prendre conscience.5

Il me paraissait nécessaire de mettre la réflexivité au cœur de mon action concrète et quotidienne, mais aussi de construire les conditions pour déployer une réflexivité collective sur ce que nous étions en train de faire. Cela m’importait pour le maintien du sens du projet au fil des mois, et à long terme pour entretenir le mouvement, le renouvellement de nos pratiques et surtout une réflexion critique pour éviter d’entrer dans une idéologie autosuffisante et des méthodes techniques « efficaces » – sans que l’on ne se demande plus pour quoi elles sont efficaces. Il me paraissait essentiel de garder le mouvement de la pensée et de l’action.

Cette réflexivité est directement tournée vers l’action, c’est une réflexivité qui agit dans le projet, dans un terreau qu’elle enrichit. On peut dire que c’est une véritable épistémologie de l’action – c’est-à-dire une manière de construire l’action appuyée sur une connaissance des modes de constructions des savoirsqui a été construite empiriquement : nos formations partent des perspectives croisés et sont ancrées dans un mouvement réflexif. Elles ne s’appliquent pas à partir d’une intention extérieure aux acteurs qui la réalisent : les acteurs du projet incorporent l’idée du projet, la transforme et sont transformés par elle. Elles et ils interprètent leur mission, plutôt que de l’exécuter.

Cette épistémologie de l’action qui passe par la réflexivité est donc une manière de penser son rôle professionnel, d’endosser et de nourrir le sens de son métier de formatrice ou de formateur. C’est bien plus : c’est également une manière d’être en collectif et d’interagir avec l’autre professionnel, avec curiosité plutôt qu’avec défiance ou selon une redéfinition des territoires occupés par les un.es et les autres.

J’ai donc une conception féconde de la réflexivité tournée vers l’action et ancrée dans le monde, et non pas celle d’une « méditation suspendue » qui ne ferait rien à l’action. La réflexivité telle que je la perçois ouvre les possibles, les horizons et permet surtout de se réinventer individuellement et collectivement, en identifiant les points aveugles. 

Cette vision de la pensée de l’action dans l’action, au bénéfice de l’action, s’oppose une nouvelle fois à celle qui voudrait que des responsables de projet « exécute » ce qui est attendu. Sans y penser. Je multiplie jusqu’à aujourd’hui les expériences (désagréables, faut-il le préciser) de situations où l’on me/nous reproche explicitement de « trop penser » – cela nuirait à l’efficacité et à certaines relations hiérarchiques.

D’une certaine manière, j’ai eu la chance de participer à des collectifs qui ont investi le lieu qui leur était confié pour penser, proposer, insister sur ce qui leur importe, nuancer, compliquer et résister. Y compris lorsqu’on leur reprochait précisément de ne pas appliquer, obtempérer, de refuser « de faire simple quand on peut faire compliqué ».

« Et si on essayait ? ». La lecture de l’ouvrage de Philippe Pignarre et Isabelle Stengers (2005)6, m’a fait comprendre pourquoi notre volonté de faire toujours plus intégré, plus complexe et ambitieux était si insupportable à ceux et celles qui détenant le cadre nous demandaient de ne pas le questionner pour donner du sens à nos actions au-delà de celui déjà officiellement posé, et qui attendaient plutôt de nous de nous conformer simplement à ce qu’ils et elles avaient prescrit.

« il s’agit de repérer (…) les moments, les lieux et les occasions qui nous donnent l’occasion de penser, de compliquer, de donner notre avis, de prendre la parole. » P. Pignarre et I. Stengers (2005), p.205

Car c’est à cette condition – nécessaire mais non suffisante – que le projet peut devenir un projet commun, un commun du collectif que nous constituons.

Crédit photographique : Noeuds par telomi, licence CC-BY-NC-ND

  1. Apprendre à transgresser, Editions Syllepse, 1994, traduit en 2019 []
  2. Barthélemy Durrive, Mélodie Faury, Julie Henry. Réflexivité et dialogue interdisciplinaire : un retour sur soi selon l’autre. Béziat, Jacques. Analyse de pratiques et réflexivité: Regards sur la formation, la recherche et l’ intervention socio-éducative, L’Harmattan, pp.153-166, 2013 []
  3. Notamment par l’animation du carnet de recherche collectif « Les Espaces réflexifs » depuis 2012 : reflexivites.hypotheses.org. []
  4. GillesHerrerosLa violence ordinaire dans les organisations. Plaidoyer pour des organisations réflexives, Erès, coll. « Sociologie clinique », 2012, 199 p. ; Herreros Gilles, « Vers des organisations réflexives : pour un autre management », Nouvelle revue de psychosociologie, 2012/1 (n° 13), p. 43-58. DOI : 10.3917/nrp.013.0043. URL : https://www.cairn.info/revue-nouvelle-revue-de-psychosociologie-2012-1-page-43.htm []
  5. Mélodie Faury, « Qu’est-ce que la réflexivité ? », Les Espaces réflexifs (carnet de recherche), le 12 février 2012, https://reflexivites.hypotheses.org/703 []
  6. La sorcellerie capitaliste – Pratiques de désenvoûtement, Paris, Editions la découverte, 2005 []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.