Pratiques réflexives et enseignement – bell hooks

« Quand je voulus faire carrière dans l’enseignement, j’étais persuadée que le succès personnel était intimement lié à l’autoréalisation. Ma passion pour cette recherche me conduisit à interroger constamment la séparation du corps et de l’esprit, si souvent prise pour acquise. La plupart des enseignant.es étaient souvent profondément hostiles, et même dédaigneux.ses, envers n’importe quelle approche de l’apprentissage qui émergerait d’une position philosophique insistant sur l’unité de l’esprit et du corps, plutôt que de la séparation de ces éléments. Comme la plupart de mes étudiant.es aujourd’hui, je m’entendis souvent dire par des universitaires puissant.es que je me fourvoyais à poursuivre une quête pareille dans le monde universitaire. Pendant mes années étudiantes je ressentais une angoisse profonde. Les souvenirs de cette douleur me reviennent lorsque j’entends les étudiant.es confier qu’iels ont peur de ne pas avoir de succès dans les professions universitaires s’iels se soucient de leur bien-être, s’iels rejettent des comportements dysfonctionnels ou la participation à des hiérarchies coercitives. Ces étudiant.es ont souvent peur, comme moi avant elleux, qu’il n’existe aucune place à l’université où iels pourraient affirmer leur désir pour des pratiques réflexives. »

bell hooks, Apprendre à transgresser – L’éducation comme pratique de la liberté, Edition Syllepse, 1994 (traduit de l’anglais en 2019 par Margaux Portron).


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 18 novembre 2019

    […] pour un projet d'ouvrage collectif, suite à un déjeuner avec Nicole Poteaux et à la lecture d'un texte de bell hooks, en pédagogie de […]

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search