Création et premières études du GERSULP entre 1972 et 1976 – #1

Article précédent "Histoire de la recherche sur la recherche : le GERSULP à Strasbourg (période 1973-1996) - Introduction"
Document – Lettre de Josiane Olff-Nathan à M. Aubrac, Directeur de la F. A. O. , 1eravril 1975.

Le GERSULP (Groupe de Recherche sur la Science de l’Université Louis Pasteur), initialement « Groupe d’Etude sur la Recherche » (1973), qui deviendra ensuite dans la même année « Groupe sur le Développement des Sciences » puis « Groupe d’Etude sur la Recherche Scientifique », de l’Université Louis Pasteur (ULP), fut créé en 1973 à Strasbourg sous l’impulsion de Guy Ourisson1, chimiste, et premier Président de l’ULP.

« Crée en 1973 par le Prof. Guy Ourisson, le GERSULP mène des études approfondies sur les problèmes posés par l’intégration sociale, politique, économique et culturelle des sciences dans les sociétés d’aujourd’hui. »

Document de présentation du GERSULP, 1991 – Partie « Bref historique du GERSULP »

1. 1. Un groupe de recherche initié et soutenu par le chimiste Guy Ourisson

Dès 1972, l’Université Louis Pasteur met en place un programme, dit dans un premier temps « d’activité », puis dès l’année suivante « de recherche », sur les politiques de recherche. Ce programme sera financé jusqu’en septembre 1973. 

Document – Programme du Groupe d’Etude sur la Recherche scientifique de l’Université Louis Pasteur, 1973.

Toujours en 1972, Guy Ourisson se rend à Cambridge, au MIT (Massachusetts Institute of Technology) et rencontre Ronald Brickman, chercheur américain, docteur en sciences politiques, qui travaille à l’époque sur les politiques scientifiques et l’organisation de la recherche en France. L’intérêt de Guy Ourisson pour ces questions l’amène à inviter Ronald Brickan à travailler à l’Université Louis Pasteur de Strasbourg. Selon Baudouin Jurdant2, Guy Ourisson « trouvait intéressant d’avoir quelqu’un, un chercheur comme Ronald Brickman, avec lui, ne fusse que pour se faire un peu une idée des orientations institutionnelles, de la gestion, des gens, etc. »3. Ce dernier accepte la proposition et commence des recherches à l’ULP en 1972, en tant que chercheur post-doctoral.

« Le programme de recherche au cours de l’année 1972/73 a consisté essentiellement dans une enquête sur la politique de la recherche dans les universités françaises. Ces études ont été effectuées par Monsieur Ronald BRICKMAN, chercheur américain, Ph. D. en sciences politiques du M. I. T. ; leur objet a été l’examen du rôle potentiel et actuel des universités françaises dans la définition et dans la réalisation de la politique scientifique française. […] Les domaines retenus pour l’examen ont été les structures et l’organisation de la recherche, le financement de la recherche, la constitution et la gestion des corps des chercheurs, la documentation et la publication des travaux, le contenu de la recherche, l’utilisation et l’affectation de locaux et d’équipement, et la formation des chercheurs. Cette analyse a été complétée par l’examen de la distribution interne du pouvoir universitaire, des possibilités d’influencer la politique scientifique nationale, et des changements principaux dans le système de la recherche universitaire par rapport aux anciennes facultés. »

Document – Programme du Groupe d’Etude sur la recherche scientifique de l’université Louis Pasteur , partie « Année 1972-73 », 1973.
Document – Initiation et réalisation de quelques sujets de recherches fondamentales : influence des objectifs scientifiques nationaux et des relations internationales – date estimée

Ronald Brickman deviendra ensuite chercheur associé, responsable du « Groupe d’étude sur la recherche scientifique » de 1973-1974 avant d’y travailler jusqu’en 1975 en tant que maître de conférence de l’ULP. L’acronyme GERSULP sera associé dès les débuts du groupe.

Pour Liliane de Lassus4 c’est la personnalité de ce premier Président de l’ULP qui a rendu possible la mise en place d’un tel groupe de recherche : « il y avait une sorte de curiosité positive pour cet ailleurs des sciences, de la part de quelqu’un, qui était un maître éminent, comme G. Ourisson, qui est bien plus qu’un grand scientifique, qui est une personne…. Et dans la création du GERSULP, en fait c’est ça qui a fonctionné […]»5.

Financé à partir de novembre 1973 et pour deux années, par un premier contrat ATP (Action Thématique Programmée) du CNRS, intitulé « recherche sur la recherche », le Groupe d’Etude sur la Recherche Scientifique tout juste constitué, initie une large enquête auprès des chercheurs de Strasbourg, intitulée « Etudes des facteurs socio-politiques influençant le choix des sujets de recherche fondamentale en sciences exactes »6. Il s’agit alors « d’évaluer la répercussion des objectifs scientifiques nationaux et des contacts personnels sur l’évolution des thèmes scientifiques abordés par un chercheur et sur l’évolution d’un projet de recherche précis. » En parallèle, de 1973 à 1975, le GERSULP conduira cinq programmes différents, avec « 8,5 chercheurs à plein temps »7 dont trois sous la responsabilité scientifiques de Liliane Stéhelin8.

Document – Projet de Recherches « Initiation et réalisation de quelques sujets de recherche fondamentales : influence des objectifs scientifiques nationaux et des relations internationales, p.2 – Date estimée 1973

« Le GERSULP (Groupe d’Etude et de Recherche sur la Science de l’Université Louis Pasteur) se donne pour tâche de mettre en oeuvre des programmes de recherche sur divers problèmes, d’ordre socio-politique, relatifs à la place majeure qu’occupe aujourd’hui la science dans la société.

Groupe interdisciplinaire qui réunit huit chercheurs à plein temps (scientifiques de sciences exactes, sociologues, psychologue, historien, politologue, juriste) amenés par l’unité géographique du lieu de travail à interagir quotidiennement, le GERSULP a, dans ses deux premières années d’existence mené 5 projets de recherche. Trois d’entre eux seront terminés à la rentrée universitaire 1975 et donneront lieu à publications. Les deux autres, qui donneront également lieu à une publication intermédiaire, s’ouvrent pour les années à venir à sur un élargissement des recherches déjà entreprises. Il s’agit des cinq projets suivants :

1. analyse des facteurs sociopolitiques influençant le choix des sujets de recherche par les chercheurs fondamentalistes des sciences exactes (type, source et montant des financements, facilités des échanges internationaux, structure organisationnelle des laboratoires, actualité du sujet dans la communauté scientifique internationale, compétitivité, stratégie personnelle de continuité ou de discontinuité scientifique à partir de la thèse, …) (contrat CNRS)

2. mise au point de propositions pour la coordination de la recherche à l’échelle des communautés économiques européennes (contrat CEE)

3. implications sociologiques chez une population rurale de l’implantation d’une centrale nucléaire : le cas de Fessenheim (Alsace) (bourse EDF)

4. la sécurité physique des chercheurs dans les laboratoires universitaires : aspects juridiques et aspects psycho-sociologiques (contrat DGRST)

5. la science dans le Tiers Monde : recherche des conditions d’exercice d’une créativité scientifique propre au Tiers Monde (ressources propres au GERSULP)

Document à l’en-tête du GERSULP (Groupe d’Etude et de Recherche sur la Science) de l’ULP, daté du 9 octobre 1975, pas d’auteur indiqué

Ces 5 programmes seront suivi à partir de 1976 de nouveaux projets de recherche : « l’intégration sociale de l’information » (contrat IRIA – Institut de Recherche et d’Information Appliquée), l' »étude de la politique d’incitation financière de la DGRST depuis 1963 fans la chimie des matières plastiques » (ATP/CNRS Recherche sur la Recherche)9 .

L’initiation de ces recherches est associée à la mise en place d’une bibliothèque dédiée aux études sur les sciences, principalement axée sur les politiques scientifiques de l’ULP, ainsi que d’un séminaire hebdomadaire sur les questions de politique scientifique, mais également de sociologie des sciences, ouverts « aux étudiants de troisième cycle, aux enseignants et aux chercheurs de l’Université Louis Pasteur. »10, et enfin d’enseignements : « science, politique et société en option de DEUG », « logique et philosophie des sciences en sciences économiques », « introduction à la sociologie en sciences juridiques »11.

« Le cycle de séminaires traitera des aspects de la politique scientifique les plus liés aux thèmes des recherches en cours, et servira d’introduction aux principales études déjà réalisées dans le domaine de la politique et la sociologie des sciences. Ainsi, sont envisagées des séances sur le processus d’élaboration des objectifs nationaux, sur les différents systèmes de contrôle et d’évaluation de la recherche en France et à l’étranger, etc. De nombreux responsables scientifiques nationaux, et des spécialistes français et étrangers de politique scientifiques y participeront. »

(…) « L’Université Louis Pasteur attache également une grande importance au développement d’une bibliothèque dans le domaine des études sur les sciences. Actuellement les principaux ouvrages, revues et documents dans la discipline, français et étrangers, sont rassemblés. »

Document – Programme du Groupe d’Etude sur la Recherche scientifique de l’Université Louis Pasteur, 1973.
  1. La date exacte de la création correspond au 1eroctobre 1973 selon le document de présentation du Gersulp daté de 1976 []
  2. entretien en 2008 []
  3. Entretien exploratoire du 18 juin 2009. []
  4. Liliane de Lassus s’appelait, à l’époque de sa présence au Gersulp, Liliane Stéhelin. []
  5. Entretien avec Liliane de Lassus, le 10 mai 2010 []
  6. Document – Programme du groupe d’Etude sur la recherche scientifique de l’université Louis Pasteur, partie « Programme de 1973/74 », p.2/2, 1973 et lettre de G. Ourisson à M. Gabriel, Directeur du Département des Programmes et Moyens au CNRS, pour la prolongation de 2 mois d’un contrat d’ATP, 4 juin 1975 []
  7. G. Ourisson, L. Stehelin, R.J. Brickman, J. Lemius, P. Cüer, J.F. Biellmann, N. Kurtz – d’après le document « Projet de Recherches « Initiation et réalisation de quelques sujets de recherche fondamentales : influence des objectifs scientifiques nationaux et des relations internationales », p.4 – Date estimée 1973 []
  8. lettre de G. Ourisson à M. Gabriel, Directeur du Département des Programmes et Moyens au CNRS, pour la prolongation de 2 mois d’un contrat d’ATP, 4 juin 1975 []
  9. Document à l’en-tête du GERSULP (Groupe d’Etude et de Recherche sur la Science) de l’ULP, daté du 9 octobre 1975, pas d’auteur indiqué []
  10. Document – Programme du groupe d’Etude sur la recherche scientifique de l’université Louis Pasteur, partie « Programme de 1973/74 », p.2/2, 1973 []
  11. Document à l’en-tête du GERSULP (Groupe d’Etude et de Recherche sur la Science) de l’ULP, daté du 9 octobre 1975, pas d’auteur indiquéDocument à l’en-tête du GERSULP (Groupe d’Etude et de Recherche sur la Science) de l’ULP, daté du 9 octobre 1975, pas d’auteur indiqué []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search