l’inadéquation tranquille (ou pas)

« (…) Elle est aussi inséparable du sentiment insidieux, ressenti dès l’enfance, d’être en quelque sorte mal adapté au monde dans lequel le hasard de la naissance m’avait plongé. J’ai l’impression, pour en avoir parfois parlé avec des collègues, que cette inadéquation tranquille est commune chez les ethnologues, peut-être plus généralement chez les praticiens des sciences sociales et des philosophes. Elle conduit en somme à douter que le monde dans lequel on vit soit donné naturellement : bien que l’on puisse y remplir des fonctions et mener une vie à peu près normale par ailleurs, on ne s’y sent jamais complètement à son aise car on a toujours le sentiment qu’une partie de soi-même observe l’autre en train de jouer un rôle sur la scène sociale avec plus ou moins de bonheur et de conviction.

Ces dispositions induisent une forme de distance réflexive vis-à-vis du théâtre de nos actions, et celle-ci peut suivre deux voies différentes. L’une correspond au regard de l’écrivain, du romancier, et consiste à faire de son rapport aux autres la matière et l’objet de ses fictions. L’autre voie est celle qu’incarnent les sciences sociales : elle conduit à s’interroger en permanence sur l’état de la situation sociale et du milieu dans lequel on se trouve, sur les valeurs qu’on y défend et les normes de conduite jugées acceptables, sur la part que l’on y prend en tant que sujet, et notamment en tant que sujet politique. Cette habitude d’une distance assumée à l’égard de soi-même et des autres est un aspect important de la vocation dont je parlais, et elle est quelquefois favorisée par le milieu social. Par exemple, on a souvent remarqué qu’en anthropologie, il y avait une surreprésentation des minorités. (…) Il peut donc y avoir, du fait du milieu familial, une certaine habitude à se considérer comme marginal, ce qui aiguise les facultés d’observation par rapport à la société qui peine à vous accepter complètement. Mais il se trouve que ce n’est pas mon cas (…). De ce point de vue, je n’ai jamais eu le sentiment d’être à l’écart du monde social dominant (…). On ne m’a donc jamais renvoyé une altérité quelconque (…) »

Philippe Descola, La composition des mondes, Editions Flammarion, Paris, 2017 (2014). p.8-9.

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...