Expériences vécues de “ma thèse en 180 secondes” ?

Si vous souhaitez partager votre expérience vécue du dispositif “Ma thèse en 180s“, en tant que doctorant.e, que formatrice ou formateur, en tant que public ou membre de l’équipe organisatrice. Cet espace (ainsi que ceux des commentaires sous les billets) vous est ouvert, nominativement ou anonymement.


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Eva dit :

    En 2013, j’ai aidé à organiser une édition du concours “Ma thèse en 180s”.
    J’ai vraiment ressenti cet exercice comme un rite de passage humiliant, menant à légitimer les sciences dures vis à vis des SHS. Les sciences dures ayant déjà une longue tradition de vulgarisation (“C’est pas sorcier”, “E=m6″…), il semblait plus simple pour eux de “convaincre” un public. Au contraire, les participants en SHS devaient faire deux fois plus de travail : présenter leur recherche et présenter l’intérêt social de leurs recherches (les sciences dures ne prenaient pas cette peine, étant donné le contexte positiviste actuel).
    Au final, c’est un doctorant en chimie qui a gagné le concours . Il avait fait des blagues graveleuses, en comparant l’attraction des électrons avec l’attraction sexuelle. Evidemment tout l’amphi a rigolé et il a finalement remporté les votes du public. Et quand j’ai voulu pointer les limites du dispositif à mes collègues de sciences dures, on m’a renvoyé à la nécessité de vulgariser, quels qu’en soient les moyens. J’étais frustrée à la fois par la forme du dispositif, mais également par l’impossibilité de parler des idéologies qui sous-tendent la vulgarisation, avec mes collègues des sciences dures. Leur conception de la médiation scientifique me semblait complètement positiviste et tournée sur l’insertion professionnelle.
    J’ai vécu cette expérience comme la victoire triomphante de l’utilitarisme, du scientisme (avec son lot de technophilie évidemment) et du tournant gestionnaire des institutions culturelles et scientifiques.
    Cette injonction à l’humour est infantilisante et mène à une injonction contradictoire : on nous demande d’être des chercheurs, de cultiver notre neutralité axiologique et dans le même temps d’incarner des artistes de one-man show, experts dans l’art du storytelling, au sein d’une présentation qui doit reprendre les codes du TedTalk.
    Je pense que le dispositif MT180 est en quelque sorte l’aveu de l’échec de la société actuelle à donner des espaces pour parler des SHS.
    Enfin, le dispositif dépolitise la question de la recherche scientifique aujourd’hui (on ne parle pas des labo vétustes, des manques de financement, des moments d’angoisse des doctorants au moment de rédiger un manuscrit, des études de terrain qui n’ont pas abouti…), on en donne une vision enchantée et réussie.
    Mais je me réjouis de lire dans ton article des éléments qui relèvent du braconnage (au sens de De Certeau) : la doctorante qui fait silence pendant 7 secondes, le participant qui donne voix au hamster. Ces ajustements, ces adaptations apparaissent comme des moments de clinamen (Lucrèce dans “De natura rerum”) et montrent que les idéologies uniformisatrices peuvent laisser passer quelques subjectivités.