Discuter l’idée « La vulgarisation réduit le fossé entre scientifiques et non scientifiques »

Ce billet est une version antérieure au chapitre finalement publié dans l’ouvrage « Les scientifiques jouent-ils aux dés ? ».

Ce livre paraîtra prochainement aux éditions du Cavalier Bleu, sous la direction de Bastien Lelu et Richard-Emmanuel Eastes, dans la collection « Idées reçues sur la science ».

Il s’agit d’un ouvrage collectif du groupe Traces, préfacé par Dominique Pestre.

Voir également : Discuter l’idée « La science fait progresser l’humanité »

Écrit par Antoine Blanchard : Les experts sont-ils formels ?


La vulgarisation réduit le fossé entre scientifiques et non scientifiques

« Nous, on ne parle pas le scientifique », Luna, 9 ans,

« Les cervelles fraîches » – Centre Paris Lecture

Les scientifiques, qu’ils soient issus des sciences humaines, sociales, exactes ou encore expérimentales, usent d’un langage bien à eux et manipulent des concepts si bien intégrés qu’ils ne pensent parfois même plus à les expliciter. Comme dans toute spécialisation, voire toute profession, ils développent un jargon qui rend la communication plus efficace entre eux, mais plus opaque à l’extérieur…

Pourtant, ceux qui s’intéressent à la science ne sont pas exclusivement ceux qui en maîtrisent déjà le langage et les concepts. Dès le XVIIe siècle, les thèmes scientifiques constituaient des sujets de conversation très en vogue dans les salons. Avec ses Entretiens sur la pluralité des mondes, Bernard Le Bouyer de Fontenelle écrivit en 1686 ce qui peut s’apparenter à l’un des premiers ouvrages de vulgarisation scientifique, destiné cependant à un public très restreint[1]. Dès lors, la vulgarisation, entreprise visant à rendre accessible au plus grand nombre les connaissances scientifiques, s’inscrit en premier lieu dans les livres et entre de fait dans les bibliothèques des particuliers.

Des intermédiaires entre les scientifiques et les non scientifiques

De nos jours, les vulgarisateurs prennent le visage d’écrivains, parfois chercheurs de métier ; de journalistes scientifiques, dans la presse, à la radio, à la télévision ou sur le web ; de médiateurs mettant en œuvre des animations dans les musées ou les associations, lors des fêtes de science ou dans des expositions, qui peuvent aborder la science autant comme sujet principal qu’en filigrane.

Et lorsqu’on interroge ces acteurs sur leur activité, c’est souvent l’idée d’une mission, d’une nécessité de leur rôle qui ressort, presque toujours associée à un grand plaisir de communiquer sur des thématiques qui les passionnent personnellement. Ils ont ainsi la plupart du temps la volonté de rendre la science accessible, de l’intégrer à la culture commune, et développent une démarche pédagogique dans leurs discours avec le souci de réduire le fossé qui séparerait les « savants » des « profanes ». Ce fossé si fréquemment évoqué existe-t-il vraiment et si oui, quelle est sa nature[2],[3] ? Le combler, serait-ce une ambition totalement folle, ou au contraire réalisable ?

Scientifiques et vulgarisateurs tombent généralement d’accord : les connaissances ne sont pas également partagées et la vulgarisation est essentielle. Ainsi, pour beaucoup d’entre eux, et souvent selon un idéal démocratique et humaniste, elle donnerait à chaque citoyen l’occasion de s’approprier un savoir lui permettant de mieux évoluer dans son environnement quotidien, en toute connaissance et conscience. L’appropriation de la « méthode scientifique », développant notamment l’observation, l’esprit critique, le scepticisme et l’objectivité devant les faits, pourrait quant à elle rendre tout un chacun plus autonome, libre de se forger ses propres idées et opinions face à chaque situation.

Du côté des institutions, c’est plutôt la volonté d’établir une relation de confiance entre le public[4] et la science, assurant par là-même le soutien politique de celui-ci, qui expliquerait les moyens accordés à l’entreprise vulgarisatrice.

Deux justifications distinctes donc, qui considèrent chacune un problème différent, mais qui s’accordent pour dire que la vulgarisation constitue une solution, voire une nécessité.

La conception classique de la vulgarisation, telle qu’elle est alors souvent mise en œuvre, est sous-tendue par une idée des rapports à la connaissance souvent dits de « la cire vierge » ou du « seau vide », encore appelée le modèle du déficit[5],[6]: les « profanes », pétris de sens commun, ignorants et de ce fait peu confiants dans la science, recevraient la connaissance des savants qui voudraient bien la leur délivrer et ainsi façonner leur savoir, les emplir d’érudition et ainsi combler, d’un même mouvement, leur déficit de culture scientifique et de foi en la science.

Parfois, plus simplement, c’est l’enjeu éducatif qui prime : les vulgarisateurs souhaitent alors investir un espace spécifique, celui dit de « l’éducation informelle », pour compléter l’effort d’éducation mené à l’école, lieu par excellence de l’éducation formelle [7].

Pourtant, depuis le temps que la vulgarisation scientifique existe – des siècles déjà – quels en sont les résultats tangibles observables ?

Un fossé qui résiste…

L’existence du métier de vulgarisateur est parfois justifiée comme étant la conséquence de l’existence d’un fossé séparant les savants des profanes, et qu’il aurait pour mission de combler. Mais dans les faits, la vulgarisation aurait au contraire plutôt tendance à entretenir ce fossé dont elle se justifie[8],[9]… En rendant nécessaires des intermédiaires pour accéder à une connaissance qu’elle prétend pourtant rendre directement accessible à tous, et en éloignant ainsi d’autant plus les « profanes » des « savants », les vulgarisateurs prennent en fait le risque d’agrandir le gouffre[10].

La nature de ce « fossé » est-elle cependant si particulière et si inquiétante ? Que scientifiques et non scientifiques n’aient pas les mêmes connaissances est une réalité peu discutable. Mais les non-scientifiques, ceux que l’on définit en négatif car ne maîtrisant pas la « Science », n’ont pas pour autant la tête vide de connaissances ! Tout le monde n’est-il d’ailleurs pas profane en dehors de son champ de spécialisation ? Les scientifiques eux-mêmes, vis-à-vis des autres disciplines d’ailleurs… On ne peut pas être expert de tout !

D’une relation unilatérale à la mise en circulation des savoirs

Un vécu, un métier et des expériences individuelles permettent à chacun d’entre nous de se forger ses propres représentations du monde. Nul doute que la nature et l’origine de ces savoirs personnels diffèrent des connaissances scientifiques, issues d’un travail de recherche. La science présente en effet la particularité de produire des savoirs particulièrement robustes, construits collectivement parallèlement à des méthodes et des types de raisonnement efficaces et partagés. Mais là où les scientifiques veulent parfois éduquer leurs concitoyens à travers la vulgarisation, et souvent par l’acquisition de savoirs scientifiques, nous pourrions imaginer qu’ils en tirent eux-mêmes un enseignement. Il s’agirait alors de quitter le mode unilatéral et dissymétrique de la relation avec le public pour instaurer un dialogue et prendre d’abord en compte ces conceptions individuellement construites. Dans cette relation symétrisée, le scientifique « se formerait au non-scientifique » et chacun aurait quelque chose à apprendre et à enseigner, sur des registres différents. Cet échange et cette complémentarité des savoirs permettraient alors de fonder des décisions collectives, en prenant la mesure des multiples dimensions et de la complexité des enjeux inhérents aux choix de société qu’il nous faut faire, là où la science reste une composante parmi de nombreuses autres lorsqu’il s’agit de trouver un sens partagé dans les actions et les prises de décisions.

La vulgarisation aboutirait à une impasse si elle se fixait pour objectif de faire de tous des scientifiques, ou de faire adopter à chacun un esprit scientifique à tout instant. Si elle peut donner les moyens de comprendre et de mettre en œuvre une démarche rationnelle, elle ne peut imposer inconditionnellement une certaine vision du monde, en rupture avec le sens commun. Celle-ci s’avère bien entendu indispensable lorsqu’il s’agit précisément de construire des connaissances scientifiques, mais elle n’est plus nécessairement aussi pertinente dans nos vies de tous les jours et dans le cadre de notre propre rapport au monde, différent selon les individus.

Au-delà d’une fonction d’information vers le grand public sur les connaissances scientifiques actuelles, voire sur ce qui se fait dans les laboratoires de recherche, la vulgarisation pourrait devenir un accélérateur de la circulation des savoirs, de leur intégration dans la culture[11],[12]. Elle participe notamment à véhiculer des images de science qui pénètrent l’imaginaire collectif, façonnent les représentations que l’on se fait de la science et des scientifiques. Le risque qui s’en suivrait alors, dépendant de l’initiateur de l’action vulgarisatrice et de ses objectifs, serait de vouloir à tout prix populariser la science et la recherche scientifique, plus que de vouloir en donner une image réaliste. On perçoit l’enjeu culturel de l’entreprise vulgarisatrice : intégrer la science dans la culture générale et permettre l’appropriation de celle-ci par chacun.

Dans le cas particulier des chercheurs, qui pratiquent la science dans les laboratoires, la vulgarisation assure en retour un rôle fondamental : elle leur permet de prendre de la distance avec leurs recherches, parfois de les resituer dans un contexte plus large (social, politique, économique, etc.), hors de leur propre discipline, et ainsi de mieux comprendre ce qu’ils font[13]. Cette réflexivité, ce recul, permettent en effet de réaliser le point de vue particulier sur le monde dont chaque spécialiste est porteur, et ouvre la possibilité d’un dialogue avec des interlocuteurs adoptant d’autres perspectives. Une autre condition sine qua non pour autoriser la science à intégrer la culture.

Enfin, notons que le terme de vulgarisation scientifique laisse de plus en plus souvent la place à celui de médiation scientifique. En plus d’être une reconnaissance effective de l’existence de médiateurs professionnels, cette expression recouvre un ensemble de pratiques visant à dépasser les pratiques classiques de la vulgarisation comme simple transmission de connaissance ou traduction des savoirs scientifiques, pour aller vers une communication de la science qui prend en compte la diversité de ses interlocuteurs et instaure avec eux un véritable dialogue ; une communication respectueuse des valeurs et des savoirs propres à chacun dans la construction des relations sciences-technologies-sociétés.

Pour aller plus loin …

Babou, Igor, « Science, télévision et rationalité : analyse du discours télévisuel à propos du cerveau », Paris : Université Paris 7, 1999. – Le livre issu de la thèse est aussi en ligne : « Le cerveau vu par la télévision », Paris : PUF, 2004

– Bernadette Bensaude-Vincent, Un public pour la science. L’essor de la vulgarisation au XIXe siècle, Réseaux n°58, 1993

Daniel Jacobi & Bernard Schiele, Vulgariser la science, Champ Vallon, 1993

Yves Jeanneret, Écrire la science – Formes et enjeux de la vulgarisation, Presses Universitaires de France, 1994

Baudouin Jurdant, La vulgarisation scientifique, La Recherche, n°53, 1975

– Baudouin Jurdant, Les problèmes théoriques de la vulgarisation scientifique, Archives contemporaines Éditions, 2009 (thèse disponible également en ligne)

Bertrand Labasse, La communication scientifique Logiques et méthodes. 2001

Jean-Marc Lévy-Leblond, (re)mettre la science en culture : de la crise épistémologique à l’exigence éthique, Courrier de l’environnement de l’INRA n°56, décembre 2008

Daniel Raichvarg & Jean Jacques, Savants et ignorants – Une histoire de la vulgarisation des sciences, Éditions du Seuil, 1991

– Philippe Roqueplo, Le Partage du savoir : Science, culture, vulgarisation, Éd. du Seuil, 1974

Deficit model

– Brian Wynne (1994). “Public Understanding of Science “. Handbook of science and technology studies. S. Jasanoff, J. C. Petersen and T. Pinch (dir.): Sage Publication.

Joëlle Le Marec, Publics et musées, la confiance éprouvée, Paris : L’Harmattan, 2007

Etudes sur l’“increasing knowledge gap”

– W.Schramm et S.E. Wade, Knowledge and the public mind, Institute for Communication Research, Stanford, 1967 ainsi que P.J. Tichenor, G.A. Donohue et C. Olien, “Mass Media Flow and Differential Growth in Knowledge”, Public Opinion Quaterly, 1970, 34, pp 159-170.

– Dorothy Nelkin, Selling Science : How the press covers science and technology, New York, Freeman, 1994.

– Cycle de conférences « La vulgarisation : une mode ? une nécessité ? une illusion ? » organisé par le groupe TRACES et le laboratoire C2So à l’ENS de Lyon.


[1] Le mot « vulgarisation » n’était cependant pas encore prononcé à l’époque, puisqu’on fait généralement remonter l’origine de ce terme au milieu du 19e siècle (Les problèmes théoriques de la vulgarisation scientifique, B. Jurdant, Archives contemporaines Editions, 2009).

[2] Un public pour la science. L’essor de la vulgarisation au XIXe siècle, B. Bensaude-Vincent, Réseaux n°58, 1993

[3] Savants et ignorants – Une histoire de la vulgarisation des sciences, D. Raichvarg & J. Jacques, Editions du Seuil, 1991

[4] La notion de public a notamment été discutée par Joëlle Le Marec : La confiance est-elle une ignorance ? Le public dans l’enquête au musée et face à la recherche, dans La publicisation de la science : exposer, communiquer, débattre, publier, vulgariser : hommage à Jean Caune, Paillart Isabelle (Ed.) (2005) ; La relation entre l’institution muséale et les publics : confrontation de modèles, Musées, connaissance et développement des publics, France (2004).

[5] Wynne, B. (1994). “Public Understanding of Science “. Handbook of science and technology studies. S. Jasanoff, J. C. Petersen and T. Pinch (dir.): Sage Publication.

[6] 2007 : Joëlle Le Marec, Publics et musées, la confiance éprouvée, Paris : L’Harmattan.

[7] Médiatique des sciences, Jack Guichard, Jean-Louis Martinand, PUF, 2000.

[8] W.Schramm et S.E. Wade, Knowledge and the public mind, Institute for Communication Research, Stanford, 1967 ainsi que P.J. Tichenor, G.A. Donohue et C. Olien, “Mass Media Flow and Differential Growth in Knowledge”, Public Opinion Quaterly, 1970, 34, pp 159-170.

[9] Dorothy Nelkin, Selling Science : How the press covers science and technology, New York, Freeman, 1994.

[10] Le Partage du savoir : Science, culture, vulgarisation, P. Roqueplo, Éd. du Seuil, 1974

[11] (re)mettre la science en culture : de la crise épistémologique à l’exigence éthique, Jean-Marc Lévy-Leblond, Courrier de l’environnement de l’INRA n°56, décembre 2008

[12] Penser la trivialité, Y. Jeanneret, Lavoisier, 2008.

[13] Cycle de conférences « La vulgarisation : une mode ? Une nécessité ? Une illusion ? », ENS de Lyon, intervention de Baudouin Jurdant, « Communication scientifique et réflexivité », le 23 mars 2009.

  • Etudes sur “increasing knowledge gap” :

– W.Schramm et S.E. Wade, Knowledge and the public mind, Institute for Communication Research, Stanford, 1967 ainsi que P.J. Tichenor, G.A. Donohue et C. Olien, “Mass Media Flow and Differential Growth in Knowledge”, Public Opinion Quaterly, 1970, 34, pp 159-170.

– Dorothy Nelkin, Selling Science : How the press covers science and technology, New York, Freeman, 1994.


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

14 réponses

  1. Je remercie l’auteur de ce billet pour cette mise en débat ainsi que pour les ressources documentaires, tout à la fois ouvertes et plurielles, qui sont indiquées.
    Est-il besoin de confirmer que les scientifiques, outre leur production de recherche elle-même, sont régulièrement appelés à participer à la valorisation de ses produits, mais aussi à répondre à certaines exigences (du reste bien légitimes) de la demande sociale ? A mon sens, ce qu’on appelle la « vulgarisation » se place au carrefour de ces deux (autres) missions du chercheur.
    Les « fossés » éventuels, quelquefois évidents, entre la recherche elle-même en tant que pratique (dans sa quotidienneté et ses temporalités propres), et ses produits, sont déjà une donnée incontournable en soi. A ces deux éléments s’ajoutent donc la valorisation, celle de ce que produit le chercheur et de ce que produisent les autres, mais également une vulgarisation qu’il est souvent délicat de complètement externaliser, pour reprendre un terme à la mode.
    Or, c’est bien là qu’est la principale difficulté, de mon point de vue, d’une vulgarisation réussie : quand tel est le cas, cela suppose que le « vulgarisateur », s’il s’agit d’un « intermédiaire », se soit approprié non seulement les produits de la recherche, mais aussi son parcours, sa linéarité, avec ce qu’elle comporte de caractère hasardeux et de risques… autrement dit ce qu’elle a de préconstruit et de novateur, ce qu’elle déconstruit et reconstruit, ce qu’elle laisse passer et ce qu’elle outrepasse, alors que vulgariser consiste, précisément, à faire passer…
    Comme le suggère le billet, il n’existe donc qu’une voie possible pour qu’une vulgarisation, laquelle oscille constamment entre appropriation et reformulation, soit qualifiable de « sérieuse » : un dialogue effectif, constant, entre les différents acteurs de la recherche, mais aussi, dans le même temps, une participation individuelle à toutes les dimensions qu’elle occupe.
    Dans ces domaines, la légitimité, quelle qu’elle soit, est liée à ce qu’elle implique de responsabilités individuelle et collective. Au demeurant, et à ce titre notamment, la vulgarisation a le mérite indiscutable de poser la question de la concrétude d’objets dont la recherche a dans bien des cas vocation à s’abstraire.

    • infusoir dit :

      Bonjour,
      Merci beaucoup pour votre retour et le prolongement de cette réflexion, qui semble s’appuyer fortement sur un témoignage de votre propre pratique.

  2. DM dit :

    Pouvez-vous expliciter le paragraphe commençant par « Un vécu » et se terminant par « prise de décision » ?

    S’il s’agit de dire que les décisions humaines, politiques, sociales etc. intègrent d’autres composantes que des composantes purement scientifiques, c’est une banalité : la science peut vous dire que tel ou tel comportement comporte tel ou tel risque, c’est à dire l’éventualité de tel ou tel évènement considéré comme « négatif », mais elle ne porte pas de jugement sur ce qui est positif ou négatif, ou les marges de risque que l’on considère comme tolérables. En d’autres termes, elle nous dit, parfois, ce que l’on aura si l’on accomplit telle ou telle action (p.ex. « cette personne mourra très probablement si on lui injecte ce produit »), mais ne nous dit pas si ces conséquences sont bonnes ou mauvaises (p.ex. une bonne partie du public américain pense que la peine de mort par injection léthale est une bonne chose, contrairement à la gauche française).

    Il semble cependant que vous vouliez aller au delà, et expliquer que la recherche scientifique doit intégrer les connaissances issues du « sens commun ». Pouvez-vous me donner des exemples concrets?

    • infusoir dit :

      Bonjour DM,
      Merci pour votre message et votre question.

      Dire que les connaissances scientifiques ne sont pas les composantes uniques des décisions humaines, politiques et sociales peut effectivement vous sembler être une banalité. Je crois que ce n’est malheureusement pas inutile de le rappeler, ne serait-ce qu’aux étudiants en science n’ayant pas encore le recul épistémologique auquel vous faites appel. L’exemple des modalités de convocation d’experts scientifiques pour la prise de décision politique, la formulation des questions qui leurs sont posées ainsi que les responsabilités qui leur sont dans certains cas déléguées laissent penser que ce n’est parfois pas toujours évident non plus pour nos dirigeants.

      Quant au propos du paragraphe que vous interrogez, il porte sur la question de la médiation de la science et non de la recherche scientifique.
      Si je pense qu’il y a un intérêt, y compris pour les scientifiques, à développer des espaces de rencontre des différents registres de savoirs, scientifiques et « profanes » (ce que l’on appelle souvent aujourd’hui les dispositifs de médiation « science-société », dont voici ici un exemple), je ne pense pas que la recherche en sciences de la nature ait à inclure dans sa démarche les connaissances issues du sens commun, puisqu’elle vise au contraire à rompre avec elles par la construction d’un questionnement scientifique.

  3. Métalogos dit :

    Cet état des lieux, par son contenu fait de généralités, n’apporte pas grand-chose à la réflexion. Répétition d’un discours plusieurs fois entendu, qui donne le sentiment d’un rite incantatoire qui par sa seule puissance serait à même d’assurer la connexion entre les savants et les profanes
    – Le langage de la recherche est opaque à l’extérieur,
    – Les médiateurs ont le souci de combler le fossé qui sépare « savants » et « profanes »,
    – Dans un idéal de démocratie et d’humanisme, la vulgarisation est essentielle,
    – Elle doit permettre l’appropriation de la « méthode scientifique »,
    – Il faut rétablir une relation de confiance entre le public et la science,
    – La vulgarisation est une solution voir une nécessité,
    – Les médiateurs (non scientifiques) crées une distance supplémentaire entre « savants » et « profanes »,
    -Nous sommes tous profanes en dehors de notre champ de spécialisation,
    – Le scientifique peut se former au contact des non scientifiques,
    – La vulgarisation doit devenir un accélérateur de la circulation des savoirs,
    – Intégrer la science à la culture (mise en culture de la science)
    – les chercheurs doivent faire un travail de réflexivité, prendre du recul
    – Dépasser les pratiques classiques de la vulgarisation
    – Assurer une communication respectueuses des valeurs et des savoirs

    Discours qui pourrait se résumer en : Nous (chercheurs) avons le devoir d’expliquer, mais nous ne savons pas ce que nous devons expliquer, ni comment nous devons procéder pour que nos explications soient comprises.

    Vu d’ici (hors du champ scientifique, universitaire, académique) c’est l’exemple de discours à même de conforter les profanes que nous sommes, dans l’idée que les scientifiques sont capables de passer leur temps à chercher des solutions à des problèmes qu’eux-mêmes créent.
    Dans le cas présent le problème ne viendrait il pas de l’injonction faite par le champ dans lequel ils évoluent ? A savoir : Il faut communiquer.

    Si réflexivité il doit y avoir, ne devrait-elle pas, en premier lieu, conduire ceux qui font de la communication scientifique tout azimut une nécessité, a se questionner sur ce qui chez eux relève du besoin de communiquer, avant d’imposer ce type de communication aux autres ?

    • infusoir dit :

      Bonjour Métalogos,

      Merci pour votre commentaire.

      L’un des problèmes de ce texte est qu’il mélange peut-être un peu trop la médiation scientifique comme activité professionnelle (et l’idée reçue du fossé à combler entre scientifiques et « profanes » qui a longtemps justifié le rôle du médiateur), et la communication pouvant être faite par les chercheurs.

      Dans le cas de la médiation scientifique professionnelle, la communication sur la science et ses contenus est en effet une injonction puisqu’elle fonde un métier. La réflexivité des médiateurs, et je suis donc d’accord avec vous, semble être nécessaire sur les motivations de la communication, dans la mesure où parler de la science n’est jamais neutre et associé à des enjeux notamment idéologiques.

      Dans le cas des chercheurs, communiquer fait partie intégrante de leur travail et de leurs missions telles qu’elles sont officiellement définies. Ce qui n’empêche pas de s’interroger sur les motivations de cette communication, notamment avec le grand public, bien au contraire.

      Il me semble que l’enjeu de la communication, toujours pour les chercheurs, dépasse celui de l’explication. Schématiquement, inciter les chercheurs à communiquer sur leur métier et sur les résultats de leurs recherches, revient à réaffirmer que les connaissances qu’ils produisent sont des biens publics.
      Ce qui demande, en tant que chercheur, de s’appliquer d’abord à soi-même cette exigence.
      Pour beaucoup de chercheurs, il me semble que c’est également une manière de s’engager dans une certaine une conception de la recherche scientifique, à l’opposée d’une recherche faite de confidentialité et de concurrence, verrouillée par des brevets.

      Concernant l’éventuelle nécessité de la vulgarisation scientifique, si cette question vous intéresse, je vous renvoie à un cycle de conférence accessible en ligne : « La vulgarisation scientifique : une mode ? une nécessité ? une illusion ? »

      « >Vu d’ici (hors du champ scientifique, universitaire, académique) c’est l’exemple de discours à même de conforter les profanes que nous sommes, dans l’idée que les scientifiques sont capables de passer leur temps à chercher des solutions à des problèmes qu’eux-mêmes créent. »

      Ce qui fonde d’ailleurs en quelque sorte la démarche scientifique. La question de la communication scientifique me paraît un problème particulièrement intéressant dans la mesure où elle est au centre des relations entre science et société. Et non confinée au laboratoire de recherche. Dans cette mesure, elle concerne plus que les chercheurs eux-mêmes.

  4. Guillaume Laigle dit :

    Bonjour Mélodie

    J’adopte, si tu le veux bien, le « tu » propre aux échanges aimables des « chers collègues » de l’enseignement et de la recherche, et j’espère que tu pardonneras ce très long billet, dont la malice, à certains endroits, n’a de but que de faire avancer la réflexion.

    J’ai eu le malheur en effet de lire une expression qui m’irrite au plus haut point et qui justifie mon engagement à la fois comme « amateur de science » mettant en spectacle (qu’il s’agisse de conférences – c’est un spectacle à part entière -, d’animations ou de vraies pièces de théâtre de rue) certains savoirs et méthodes, et comme apprenti-chercheur à l’ENS de Cachan, que tu as toi-même fréquenté.

    Cette expression, c’est « science ET société ». Il me semble qu’elle est symptomatique d’un paradigme dans lequel est encore enfermée la réflexion française sur la « vulgarisation » ou la « médiation » (les deux termes m’embarrassent autant l’un que l’autre). Il serait temps de parler, de penser la « science EN société » (les réflexions anglo-saxonnes sur la « science communication » m’apparaissent avoir beaucoup mieux assimilé ce changement de paradigme).

    Il n’y a pas en effet de relation d’égalité entre les deux, ni de disjonction, ni d’intersection, mais bel et bien d’inclusion : la première est produite, quoiqu’on en dise, par l’autre (à la fois réflexion de bon sens et invitation à relire Pestre, Latour, Kuhn et de nombreux auteurs de l’histoire et de la sociologie des sciences).
    Il n’est pas étonnant alors qu’au titre de membre de la société de son lieu et de son temps, le scientifique ou le médiateur adopte simultanément une multiplicité de modalités discursives que je ne cesse de détecter, en tant que professionnel de la com’ possédant un certain arrière-plan méthodologique, et que l’on fait passer pour de la vulgarisation, de la médiation, de l’acculturation:
    – information (apport de nouveauté)
    – acculturation (manipulabilité d’une « production » – concepts, objets… – en relation avec l’éventail des autres productions disponibles à une personne, à un groupe)
    – légitimation (référence à un réel autre que soi-même pour justifier son action, son propos)
    – publicisation (construction d’une notoriété, publicité)
    – performativité (discours employé afin de changer une opinion, un comportement)
    – proxémique (construction d’une certaine posture et fluctuation de la distance communicationnelle)
    – mythification au sens Barthesien (insémination de valeurs connotées, c’est-à-dire sous-jacentes mais non explicites, au discours dénoté). A ce propos, j’aime énormément l’opposition entre « scientifiques » et « profanes », faites dans une de tes réponses. Si l’on s’essaye à une axiologique sémantique, il est en effet très intéressant de relever que tu assimiles inconsciemment le scientifique à un individu consacré (c’est l’opposé sémantique exact du profane). Comme quoi le scientisme a la vie dure, même chez celles et ceux qui s’en défendent (petite pique amicale notamment à l’égard d’un vulgarisateur-chimiste de notre connaissance, dont j’ai fini par cerner les limites).
    – et j’en passe…

    Ce discours polymorphe, les « non-publics » de la vulgarisation ou de la médiation – « non-publics » sur lesquels les scientifiques et vulgarisateurs ne s’interrogent qu’en termes d’accessibilité et d’(in)efficacité communicationnelle – en sont bien souvent plus conscients que les autres. J’espère avoir un jour l’opportunité de démontrer empiriquement cette intuition, intuition dans son sens Husserlien, c’est-à-dire appuyée par des expériences factuelles plutôt nombreuses dans des espaces qui ne sont pas dédiées habituellement à la vulgarisation-médiation. Anecdote : un de ces « non-public » a eu l’excellence de rétorquer qu’il ne prendrait en aucun cas « ce baril de sciences » (je te laisse envisager toutes les perspectives qu’implique l’expression, si l’on pense au baril de lessive).

    A relire la thèse de Baudouin Jurdant (que tu as cité dans ta bibliographe) et qui m’apparait plus que jamais d’actualité, la vulgarisation n’existe que par la disqualification d’une communauté quel qu’elle soit : les hommes latinistes contre les femmes et les non latinistes (Fontenelle), les savants et les ignorants (Comte), les scientifiques et les littéraires (Snow), la science et la société (pleins d’auteurs contemporains !). De fait, l’essence même de la posture vulgarisatrice ou médiatrice – le terme m’importe peu – est de justifier son existence par les césures qu’elle crée… par son existence ! A ce propos, deux anecdotes : plusieurs participants à mes activités culturelles sur les sciences m’ont refusé l’étiquette de médiateur, de vulgarisateur, au titre que j’étais parfaitement compréhensible ; en tant que réalisateur de films d’entreprise sur des sujets techniques, on m’a plusieurs fois demandé de réintroduire des termes techniques, à côté des tournures en « langue commune » pour montrer qu’on s’est rendu accessible mais que « la science, c’est compliqué ».

    Par ailleurs, comme n’a pas manqué de le remarquer Jurdant, vulgarisation, médiation portent nécessairement une part de scientisme, c’est-à-dire cette conviction intime que la science possède une universalité, une pertinence la plaçant au-dessus des croyances, superstitions, qui nécessite qu’on la partage, qu’on lie des liens avec elle, qu’on en discute (même « la mise en culture » des sciences, tendance contemporaine est réalisée au titre de cet universalisme). Quitte à être totalement provoquant, c’est aussi cette incapacité à concevoir que la science, ou la parole sur la science, n’est pas indispensable qui rend toute vulgarisation, médiation impossible ! Combien de fois m’a-t-on rétorqué qu’un « médiateur scientifique» ne sera jamais impartial, à partir du moment même où il ne peut accepter qu’on se désintéresse de la science (un médiateur n’est pas en effet obligé d’adhérer aux recherches et aux applications), à partir du moment où il a fait le choix même de parler de science ! Je ne puis qu’agréer…

    Comme Roqueplo – dans ta bibliographie également, et dont je ne partage pas toutes les idées – je pense que toute vulgarisation, médiation est intrinsèquement vouée à l’échec, si l’objectif est de transmettre des connaissances, des compétences. Elle ne peut, au mieux, selon moi, que susciter l’appétence à qui veut bien l’entendre, la voir, la vivre (je suis moi-même « intervenant culturel sur les sciences » parce que je suis… hédoniste !). Pire, la vulgarisation, la médiation crée inévitablement une relation de pouvoir, fondée sur la complémentarité des savoirs ou des compétences : soit le savant a part sur l’ignorant (vulgarisation), soit le médiateur est l’étape nécessaire entre deux interlocuteurs qui ne se comprennent pas ou qui se disputent(médiation).

    Une autre voie a été évoquée : celle de la « mise en culture des sciences », voie fétiche de Lévy-Leblond que je vénère. Mais la « culture scientifique » est aussi un concept flou, aussi discriminant que celui d’illettrisme scientifique, et qui n’a bien souvent de valeur que celle de légitimer l’appartenance à une certaine catégorie de la population (cf. cultural studies). Reprenant les propos d’Olivier Las Vergnas, de la Cité des Métiers, qui s’est penché longuement sur la question, dans notre société « technoscientifique », chacun est susceptible à un moment donné, d’augmenter ses connaissances et compétences pour résoudre un problème : réparer son véhicule ou son ordinateur, améliorer l’acoustique d’une salle, faire pousser une plante exotique dans un appartement, augmenter ses performances sportives… Toutes ces pratiques ne seraient-elles alors que de la technique « profane », indigne d’intéresser la Culture Scientifique et Technique « distinguée » ? A contrario, à partir du moment où il y a modélisation, induction, déduction, observation, métrologie, ne s’agit- il pas d’un symptôme de pratiques scientifiques potentielles ? Et si évoquer la science dans la culture commençait justement par regarder aussi ces pratiques avec bienveillance ?

    Je rappelle que cette intégration culturelle exige une condition incontournable, et souvent négligée : le droit de tout un chacun de se l’approprier COMME IL VEUT. La communauté scientifique est-elle réellement prête à cela ? Prête à perdre son ascendance ? Certainement pas si l’on se réfère aux propos, au projet même de l’IHEST qui entend réfléchir sur cette mise en culture et le rapport science-société. On en revient aux relations savoir-pouvoir. Selon Roqueplo, on ne pourrait sortir de cette situation que si l’on n’accepte de courir le risque de partager la compétence. Tu as toi-même évoqué ce dialogue entre scientifique et non-scientifique, qui commence à s’instaurer.

    J’y ajouterai aussi si l’on n’accepte celui de partager l’incompétence ou le désintérêt.

    • Mélodie Faury dit :

      Bonjour Guillaume,

      J’adopte donc également le « tu » :-). Merci pour ton long commentaire, très intéressant, et qui soulève beaucoup de questions. J’en partage tout à fait les idées et les critiques soulevées… mais cela pourra vraisemblablement te laisser instatisfait et je vais donc entrer dans le détail.

      Un premier élément de réponse donc sur la question du « et » : je partage complètement l’idée de penser les sciences « en » société (voir à ce sujet le colloque de Strasbourg), pour toutes les raisons que nous rappellent la sociologie, la philosophie, l’histoire des sciences ou les sciences de l’information et de la communication, et j’en oublie (en quelques mots les STS, champ dans lequel j’effectue ma thèse actuellement). Je ne m’empêche pas pour autant d’utiliser le « et », dans la mesure où je ne le laisse pas comme un impensé de ma réflexion sur les questions de médiation, communication, vulgarisation, dialogue science-société, etc… Je pourrais à mon tour t’expliquer en quoi cela me semble tout à fait dommageable pour la réflexion sur ces questions, justement, de n’utiliser que le mot « science » et de ne pas préciser, là non plus, le sens exact de ce que l’on entend par là. Nous ne pouvons pas , je crois, toujours tout expliciter, et tout dépend de l’objectif que nous avons en discutant. En l’occurrence, dans le message où tu as relevé cette expression, j’utilisais l’expression des « relations entre » (et non pas l’expression toute faite « science et société » qui te fait visiblement réagir, et qui est devenu un véritable label qui ne veut plus rien dire, et trop rarement réinterrogé). Une relation est par nature entre quelque chose « et » quelque chose. Ce sont ces relations, entre science, qu’il faudrait définir, et société, idem, qu’il m’intéresse d’interroger, y compris en considérant que la science est dans la société : de quelle(s) manière(s) ? Structurée comment ? Quels en sont les acteurs (de la science et de la société) ? De quelle(s) science(s) parle-t-on ? Etectera, etcetera.
      Je supposerais donc que tu ne me soupçonnais pas nécessairement d’être moi-même enfermée dans ce paradigme que tu dénonces (après tout nous avons suivi la même formation), et que ton propos était plutôt de réaffirmer l’importance de changer de perspective (enfin) sur les questions relatives à la vulgarisation, médiation et autres mots que l’on voudra bien utiliser (là encore, sans que ceux-ci restent impensés) Leur explicitation, leurs enjeux, les idéologies relatives, etcetera, ne sont pas ici mon propos cependant.

      Tu dis déceler chez moi une « assimilation inconsciente du scientifique à un individu consacré ». Soit. Je pense que travail de thèse en cours, largement imprégné des références que tu cites, mais aussi des réflexions de Joëlle Le Marec et Igor Babou, démontre suffisamment le contraire, ainsi que les activités de formation ou de réflexion interdisciplinaire que je mène depuis plusieurs années (notamment sur les questions de valeurs inhérentes aux discours sur la science, et sur les questions d’idéologie, de réflexivité, etc.) et que la lecture d’un seul texte écrit par une personne ne suffit pas à en percevoir les conceptions, visiblement. J’aurais préféré que ton jugement à mon encontre se fasse à partir de discussions que nous aurions pu avoir et non de la transitivité à partir de connaissances communes et d’idées que tu me prêtes (à partir de l’utilisation d’un « et »). Je ne sais plus trop pour finir à qui tu t’adressais par ce commentaire : aux idées pleines d’idéologie que ce « science et société » serait sensé représenter dès lors qu’il serait formulé, aux praticiens de la culture scientifique qui n’interrogeraient pas leurs pratiques ou encore à toi-même, dans la mesure où ce billet formule beaucoup d’idées, par son écriture-même ? J’ai en tout cas la drôle de sensation de ne pas être tout à fait, ou seulement, ton interlocutrice.

  5. Guillaume Laigle dit :

    Je te rassure : je ne te soupçonne absolument pas, pour ce que j’ai pu lire de tes productions, ton positionnement, tout comme celui de Joëlle et d’Igor (qui a subi quelque peu mon regard critique sur un de ses travaux de jeunesse). C’est bien pourquoi j’ai parlé de malice 😉 Tout comme ma remarque terminologique est malicieuse, dans le sens où l’emploi de ces termes (scientifique/profane) est justement longuement discuté par Jurdant dans le premier chapitre de sa thèse. Je trouvais cocasse de les retrouver sous ta plume virtuelle 😉

    Malheureusement, je ne te cacherai pas que, de plus en plus, je regarde les actions de vulgarisation et de médiation – y compris celles des Atomes Crochus – avec, comme grille de décryptage, cette idée d’une idéologie scientiste avançant masquée. Et ce que j’entrevois ne me plais guère puisque j’en suis arrivé à l’actuelle conclusion que je t’ai exposé : vulgariser la science, diffuser la science, discuter la science, même avec les meilleures intentions du monde revient toujours à la publiciser (au sens de réaliser une action publicitaire, dans la perspective de faire adhérer, de « vendre »). Et je sais de quoi je parle : mon métier c’est d’abord la com’ d’entreprise! Avec des citoyens de plus capables, quoiqu’on en dise, de sentir ce discours marchand implicite – quitte à l’accepter en conscience – comment penser la communication des sciences ? Je n’ai lu à ce propos qu’un seul article (Commercial Science Needs a Critical Public, dans « Communicating Science in social context ») qui ne fait qu’effleurer la partie visible de l’iceberg.

    D’autre part, tu as tout à fait raison: j’ai écrit pour d’autres autant que toi, pour la raison imbécile que j’ai cru tomber sur l’un des nombreux forums que j’explore actuellement sur la question de la vulgarisation… et pas sur un blog perso ! (c’en est un, non ?)
    De nature parfois impulsive, je réagis en effet ces temps-ci de manière assez viscérale à cette mise en opposition Science et Société, que je n’arrête pas d’entendre chez les scientifiques, chez les vulgarisateurs, chez les journalistes, chez certains formateurs en médiation des sciences… Je ne te cache pas que ça me }][!*%?/
    Si je t’accorde volontiers qu’une relation s’établit entre quelquechose et quelquechose, et que le terme ET a son utilité, j’espère que tu me pardonneras de rester psychorigide sur l’idiome « science et société » y compris dans l’utilisation que tu en a faite, pour la très pragmatique raison qu’il n’existe pas UNE science ni UNE société (ni d’ailleurs UN public, souvent appelé grand public): il n’y a que DES savoirs, DES utilités – c’est-à-dire différents modes d’appréhension -, DES communautés se reconnaissant dans des pratiques ou des idées faisant ainsi sociétés, DES individus dont les références et expériences constitue des publics particulier. Et si l’on doit envisager toutes les sciences et toutes les sociétés sous les intitulés généraux « science » et « société », je persiste à penser que la liaison logique n’est en aucun cas associative, mais inclusive: la science – tant en tant que communauté de scientifiques, de pratiques, de savoirs – est contingente à la société humaine. J’avoue que ma pensée sur les points précédents est très (trop ?) fortement marquée par mon acculturation forcément erronée à la théorie des ensembles et la logique mathématique de Russell, devant lesquelles je reste absolument émerveillé 😀
    Quant à savoir si les « lois scientifiques » se confondent à la nature, qui existe hors l’homme, c’est un autre débat philosophique qui, lui, est loin d’être clos.

    Je suis de plus en plus convaincu pour ma part que les études en communication des sciences auraient tout à gagner à envisager le complexe selon les perspectives dessinées par Edgar Morin : d’ailleurs, la vulgarisation me semble pouvoir être décrite de manière très pertinente selon sa typologie émergence/récursivité/dialogie… qui me fait d’ailleurs penser à la construction ternaire de la philosophie de Pearce, chère à Igor ! A titre indicatif, est récursif selon Morin « toute organisation fonctionnelle qui dans et par le déséquilibre, dans et par l’accroissement d’entropie produisent des états stationnaires, c’est-à-dire dont la finalité est sa seule perpétuation ». En séparant systématiquement deux entités, en déployant une débauche de moyens depuis près de trois cent ans, et en « constatant » régulièrement un illettrisme scientifique qui ne semble pas évoluer, la vulgarisation (je ferai mieux de parler DES vulgarisations, DES médiations) correspond à merveille avec cette définition, non ?

    En tout cas, je ne cacherai pas que ces échanges sur ton blog est une belle occasion de confronter et d’explorer ces idées, choses que je ne peux malheureusement pas faire beaucoup à l’ENS (l’option Médiatique fait « peau de chagrin » en termes d’effectifs)

    • Mélodie Faury dit :

      Bonjour Guillaume,
      Merci pour ce nouveau commentaire. Encore une fois je partage en grand partie tes questionnements, et j’espère que nous pourrons un jour en discuter, car l’espace que nous avons ici a également ses limites pour cela.
      Je mets en place actuellement des formations doctorales où nous abordons tous ces enjeux des termes (ce qu’ils induisent, ce qu’ils supposent, ce qu’ils ne réinterrogent pas): nous avons tout simplement passé une première séance de 3h à questionner collectivement « communication », « vulgarisation », « médiation » (rien d’original, mais tout à fait nécessaire à mon sens) avec des doctorants qui étaient dans un premier temps intéressés par le fait d' »expliquer » la science (avec tous les enjeux d’acceptabilité qui sont derrière).
      Il me semble que tu aurais beaucoup à dire sur ces questions, pourquoi ne pas ouvrir toi aussi un blog ? J’aurais plaisir à te lire (et à commenter :-p ; je ne serais vraisemblablement pas la seule).
      Enfin, sur cette idée « d’écrits de jeunesse » : nous pourrions tous attendre d’avoir complètement abouti notre réflexion, d’avoir tout pensé, avant de l’écrire. Or il me semble que l’écriture, comme l’oralisation (et là encore B. Jurdant n’est pas loin :-)), et la discussion (dans certaines conditions :-)) participent à la construction de la pensée : j’assume donc que se retrouvent sur ce carnet de recherche des écrits sous forme de processus, de réflexion en cours, qui se donne à voir à mesure qu’elle se fait. Je ne sais plus quel était mon approfondissement, à l’époque de ce texte (écrit presque 6 mois à 1 an avant d’apparaître ici), de toutes ces questions que nous discutons aujourd’hui. Ce qui est sûr, c’est que j’ai réinterrogé beaucoup de choses en l’espace de mes trois (et demi) années de thèse.

      • Mélodie Faury dit :

        Andrée Bergeron, ma tutrice lorsque j’étais en stage de master à Cachan, me disait qu’il était impossible ou très rare de « bien » faire de la vulgarisation/médiation et de la réfléchir tout à la fois, l’un empêchant réciproquement l’autre. Je ne sais pas si c’est tout à fait impossible, mais sans démarche réflexive, la médiation (ou autre terme)ne peut en effet pas devenir critique vis-à-vis des enjeux dans lesquels elle est nécessairement prise. Ce qui crée parfois des situations peu agréable de prises de conscience de ceux-ci, et tu en témoignes, je crois, dans ton commentaire.

  6. Guillaume Laigle dit :

    Oups, il fallait lire « Peirce » non Pearce :p

  7. Guillaume LAIGLE dit :

    Merci pour le lien sur le colloque de Strasbourg.
    Je noterai surtout que le propos de Joëlle n’a jamais été aussi clair et son appréhension des « postures de public » en réaction aux « postures communicationnelles » est justement celle qui a motivé mon investissement dans la recherche en SIC.