L’Université en apnée

« Le pouvoir est une question de rythme », Amandine Dhéé, La femme brouillon

“Le rythme est notre réponse au monde”, Marc Jahjah, sur Twitter

Depuis la fin de ma thèse et la soutenance en 2012, j’ai vécu une accélération et une capture de mon rythme propre, tant par le travail que dans ma vie personnelle. Cette accélération est une violence ordinaire quand nous ne sommes pas celles et ceux qui tiennent le métronome. C’est un rythme imposé au corps et à l’esprit.

Autour de moi à l’Université, toutes les conversations sont concentrées – à juste titre ! – sur le manque de moyens et le manque de temps, sur une souffrance au travail qui s’exprime de plus en plus fort.

La critique des sciences et des politiques des sciences n’est pas nouvelle et les mouvements successifs permettent de réactiver des possibles que nous perdons de vue au quotidien, submergé.es par la liste des tâches à accomplir, par la capture d’un système dont nous faisons partie. Et parfois, collectivement, un sursaut, un réveil. Ce n’est plus possible, c’est trop. Et ensuite quoi ? Retournerons-nous à nos quotidiens ? Qu’allons-nous construire sur la durée ?

Aujourd’hui l’Université s’arrête. Elle décide de prendre le temps de dire comment elle s’imagine et comment elle se refuse.

> “Le 5 mars l’Université et la recherche s’arrêtent — 10 chiffres pour comprendre” https://academia.hypotheses.org/19317

Aujourd’hui et demain, j’entre pas à pas dans la décélération. Je changerai – étape par étape – ma manière de travailler pour ré-activer une alternative possible, inspirée de la Slow Science, formalisée il y a dix ans par un Manifeste.

Pas pour mon bien-être personnel. Pas pour me sentir plus épanouie. Je n’entre pas dans l’Happycratie. Mais bien comme un engagement politique et une éthique de l’ordinaire et de l’infra-ordinaire dont je ne connais pas encore ni la forme ni les obstacles. J’essayerai d’en tenir (lentement) une sorte de journal ici. Pour garder l’ancrage et la ligne, pour éviter de me refaire capturer par le rythme extérieur.

Déccélérer pour travailler autrement. Pour vivre autrement. Pour habiter l’Université autrement, et co-habiter autrement, pour être en relation autrement avec les étudiant.es, les personnels de l’Université, les collègues, les habitant.es de la ville et du territoire où l’on travaille.

Comment ne pas être profondément interpelée par la période que nous vivons ? Par ce choc multicouche du monde imposé et de sa violence. Ce monde que l’on nous plaque de là-haut et qui nous fait violence dans nos quotidiens et nos corps, dans le rapport que nous entretenons aux autres – celles et ceux qui viennent étudier à l’Université, celles et ceux qui luttent pour vivre dignement depuis des mois, des années. Comment quitter la colère et l’impuissance – ou au moins les transformer – pour proposer collectivement des alternatives, d’autres mondes possibles, d’autres relations possibles, d’autres manières possibles d’habiter, de co-habiter ? Ici et maintenant. Et au cœur de tout cela la question du rythme, du souffle, du temps que nous avons ou dont nous sommes privés.

Je cherche une forme pour répondre à ce monde-là et pour en imaginer et activer un autre avec d’autres. Je m’inspire des formes que vous créez, aussi, je cherche les noues.

Assemblée pour une Recherche Autonome – https://assembleepourunerechercheautonome.wordpress.com/
Lucioles – Journal destiné à rendre plus habitables et plus fraternels, pour celles et ceux qui y vivent au quotidien, les universités et les établissements de recherche et d’enseignement supérieur

La question du temps qui manque est une souffrance : manque de temps pour bien faire son travail, manque de temps pour échanger autrement que dans l’efficacité et la productivité, manque de temps pour ce qui pourrait émerger dans les interstices, manque de temps pour le care, l’attention à l’autre – et à soi, au corps que l’on maîtrise coûte que coût pour qu’il suive le rythme, manque de temps pour respirer, pour souffler, pour ne pas physiquement et mentalement s’effondrer. Pas par manque de résistance ou par “faiblesse” péjorativement connoté. Non tout simplement parce que nous sommes des êtres vulnérables et que nos corps ne sont pas des machines, contrairement au fantasme néolibéral.

Nous sommes loin d’une nécessité liée au développement personnel ou à l’injonction au bien-être ou au bonheur récupérée par notre société capitaliste au bénéfice du système à entretenir, égal à lui-même voire renforcé. Nous sommes dans l’activation politique.


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.