Fabuler la thèse – fabriquer d’autres récits

« La façon de voir – c’est-à-dire la vision habilitée par ce corps étendu (…) – n’est donc pas qu’une façon de voir justement : elle est une façon d’organiser le monde et d’y vivre. (…) Aucune vision n’est passive, puisqu’il s’agit d’y vivre et organiser le monde – appréhender le monde n’est pas passif du tout – et aucune vision n’est innocente », Benedikte Zitouni (2010) au sujet du Manifeste cyborg de Donna Haraway (2007 – 1988 pour la publication originale concertant les savoirs situés).

Depuis que je suis re-venue à la recherche – depuis la fin de la capture gestionnaire – je cherche de nouvelles manières de dire et de raconter, de m’ancrer (« incorporation de la vision et de l’apprentissage »), de créer un corps étendu, au sens de Donna Haraway dans son Manifeste Cyborg – et merci à Benedikte Zitouni pour sa manière de partager les événements de ce manifeste.

Je réponds à l’invitation à construire une perspective à partir de points de vue que je connais pas encore, à faire alliance et me mettre en relation avec des inconnu.es qui m’aideront à construire d’autres savoirs et ainsi à fabuler ma thèse, faire un autre récit du laboratoire.

Je ne sais pas encore à quoi je vais me connecter, ni à quel(s) point(s) de vue je vais me relier, mais l’expérimentation est engageante, stimulante et joyeuse – s’ancrer dans des savoirs situés et ouvrir de nouveaux possibles à partir d’un corps étendu en (re)construction, tisser des connexions partielles et faire appel aux mondes réels.

« La topographie de la subjectivité est multidimensionnelle ; et donc, la vision aussi. Le moi connaissant est partiel dans toutes ses manifestations, jamais fini, ni entier, ni simplement là, ni originel ; il est toujours composé et suturé de manière imparfaite, et donc capable de s’associer avec un autre, pour voir avec lui sans prétendre être l’autre. Voilà ce que promet l’objectivité : un scientifique averti ambitionne une position subjective non pas d’identité, mais d’objectivité ; c’est-à-dire, une connexion partielle. Il n’y a pas moyen d’« être » à la fois dans toutes, et entièrement dans aucune des positions privilégiées (assujetties) structurées par le genre, la race, la nation et la classe. Et il s’agit là d’une liste brève de positions critiques. La recherche d’une position qui serait « pleine » et totale est la recherche du sujet parfait fétichisé de l’histoire des luttes, qui apparaît parfois dans la théorie féministe sous la forme essentialisée de La Femme du Tiers-Monde (Mohanty, 1984). L’assujettissement ne constitue pas un socle pour une ontologie ; il peut être une indication visuelle. La vision requiert des instruments de vision ; une optique est une politique du positionnement. Les instruments de vision médiatisent les points de vue ; il n’y a pas de vision immédiate à partir du point de vue des assujettis. L’identité, y compris l’identité à soi-même, ne produit pas de science ; il y a un positionnement critique qui le fait, l’objectivité. Seuls ceux qui occupent la position des dominateurs sont identiques à eux-mêmes, non marqués, désincarnés, non médiatisés, transcendants, convertis. Il est malheureusement possible que les assujettis convoitent et même se ruent vers cette position subjective – et alors, disparaissent du paysage. Le savoir du point de vue des non marqués est vraiment fantastique, déformé, et tellement irrationnel. La seule position à partir de laquelle il était impossible que l’objectivité soit mise en pratique et à l’honneur est le point de vue du maître, Homme, Dieu Unique, dont l’Œil engendre, s’approprie et classe toute différence. Personne n’a jamais taxé d’objectivité le Dieu du monothéisme, seulement d’indifférence. Le tour de passe-passe divin c’est l’identité à soi, et nous avons pris cela pour de la créativité et du savoir, l’omniscience même. Le positionnement est, par conséquent, la pratique clé qui fonde le savoir organisé autour de ce que montre la vision, comme est organisée une si grande partie du discours scientifique et philosophique occidental. Le positionnement signifie la responsabilité dans nos pratiques d’habilitation. Il s’ensuit que la politique et l’éthique sont la base des affrontements où se détermine ce qui va compter comme savoir rationnel. C’est-à-dire que la politique et l’éthique sont au fondement, qu’on le reconnaisse ou pas, des luttes en matière de recherche dans les sciences exactes, naturelles, sociales et humaines. Autrement, la rationalité est tout bonnement impossible, une illusion d’optique projetée absolument de nulle part. Les histoires de la science peuvent être résolument affirmées comme histoires des technologies. Ces technologies sont des modes de vie, des ordres sociaux, des pratiques de visualisation. Les technologies sont des pratiques de savoir-faire. Comment voir ? D’où voir ? Quelles limites à la vision ? Pourquoi voir ? Avec qui voir ? Qui arrive à tenir plus d’un point de vue ? Qui est borné ? Qui porte des œillères ? Qui interprète le champ visuel ? Quels autres pouvoirs sensoriels souhaitons-nous cultiver en plus de la vision ? Le discours moral et politique devrait être le paradigme du discours rationnel dans les représentations et les technologies de la vision. L’affirmation de Sandra Harding, ou son observation, que ce sont les mouvements de révolution sociale qui ont le plus contribué aux développements scientifiques doit être comprise comme l’affirmation des conséquences sur le plan du savoir des nouvelles technologies de positionnement. Mais j’aurais souhaité que Harding consacre plus de temps à se rappeler que les révolutions sociales et scientifiques n’ont pas toujours été libératrices, même si elles ont toujours été visionnaires. On pourrait formuler ce point autrement, avec la question de la science chez les militaires. Les luttes à propos de ce qui compte comme récits rationnels du monde sont des luttes à propos de comment voir. Les conditions de la vision : la question de la science dans le colonialisme ; la question de la science dans l’extermination (Sofoulis, 1988) ; la question de la science dans le féminisme. »

Donna Haraway, Manifeste cyborg et autres essais, Editions Exils, 2007, anthologie établie par Laurence Allard, Delphine Gardey et Nathalie Magnan. pp.122-124.
Lu par Benedikte Zitouni, 2010

« Il faut profiter du moi divisé – du moi fêlé, des splited identities – et avec lui explorer le terrain jusqu’à ce qu’une connexion se fasse. Ensuite (…) il faut oser aller jusqu’au bout de cette connexion, c’est-à-dire cultiver la connexion jusqu’à ce qu’un univers intéressant s’en dégage. »

Benedikte Zitouni (2010) au sujet du Manifeste cyborg de Donna Haraway (2007 – 1988 pour la publication originale concertant les savoirs situés).

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.